Tags Posts tagged with "commerce parallèle,"

commerce parallèle,

par -
0

Au cours d’une patrouille de sécurité de routine aux abords de la ville de Sidi Amor Bou Hajla, la police a intercepté, mardi soir, un camion chargé de carburant de contrebande.

Le camion en question transportait 2480 litres d’essence en provenance de Libye et répartis dans 124 jerricanes, destinés à la contrebande.

Le camion et la marchandise ont été saisis et une enquête est actuellement en cours sur cette affaire.

par -
0

Selon l’agence TAP qui cite une source sécuritaire, les brigades des frontières terrestres de la Garde nationale de Tamaghza, (gouvernorat de Tozeur), ont intercepté, dans la nuit du mercredi à jeudi 9 juin 2016, deux voitures 4X4 à Ermitha, située à 700 m des frontières Tuniso-Algérienne, avec deux Algériens et un Libyen à bord.

Selon la même source, les présumés contrebandiers avaient l’intention de se rendre illégalement en Algérie, pour écouler les deux luxueuses voitures.

Lors de l’interrogatoire, les prévenus ont avoué, ajoute la source, faire partie d’un réseau international de trafic de voitures de luxe, actif entre la Tunisie, l’Algérie et la Libye.

Les 2 véhicules ont été saisis et les trois individus arrêtés et transférés à la brigade de recherches et d’investigations de la Garde nationale de Tozeur.

 

 

par -
0

En plus d’une situation politique aigrie, la situation économique et sociale reste pesante sur le potentiel des entreprises.

En Tunisie, la conjoncture résultant de facteurs endogènes et exogènes est difficile.  le climat des affaires n’est pas plus favorable : Instabilité sécuritaire, contrebande, économie informelle, corruption gangreneuse, l’absence de réactivité de l’administration tunisienne outre la qualité insuffisante de ses services et enfin une situation sociale dominée par des pressions syndicales.

En plus de cette situation politique, la situation économique et sociale reste pesante sur le potentiel des entreprises.

Tel est le triste fait par le Conseil de l’Ordre des Experts comptables de Tunisie qui a tenu, la semaine dernière à Tunis, son 32ème Congrès international, sur la thématique « Performance de l’entreprise en temps de crise » autour de laquelle ont porté les débats.

Dans ce contexte, La radio RTCI a invité, mardi 1er juin 2016, Jamel Sassi, membre du Conseil de l’Ordre des Experts comptables de Tunisie, pour mieux développer cette thématique.

« En effet, l’entreprise tunisienne vit actuellement dans un environnement qui n’est pas du tout favorable, sachant que l’économie tunisienne est entrée ces dernières années dans l’ère de toutes les incertitudes. Donc une période post-révolution dominée par des difficultés économiques à tous les niveaux parallèlement aux nouvelles turbulences internationales qui sont liées entre autres au déséquilibre dans la mondialisation, face auxquelles notre pays se trouve vulnérable.

Compte tenu de cet environnement, l’Ordre des Experts-comptables a, justement choisi un thème qui tout à fait au cœur des préoccupations des décideurs économiques, des professionnels et des chefs d’entreprises, à savoir : « La performance des entreprises en période de crise ».

Ce thème, englobe-t-il l’entreprise publique et l’entreprise privée ou seulement l’une d’elle ?

Nous sommes partis d’un diagnostic objectif de la situation des entreprises tunisiennes post révolution, toutes catégories confondues. Nous avons essayé de porter notre contribution à la relance économique en général par un axe micro-économique qui est l’entreprise dans les secteurs public et privé.

Le programme que nous avons associé au thème de cette manifestation a couvert les volets les plus importants susceptibles de donner des réponses à la problématique clairement posée : « Peut-on être performant en période de crise ? »

Déjà être performant en temps normal, c’est déjà un acquis ; mais en temps de crise comment peut-on l’être ? à cet égard nous avons abordé le secteur privé et le secteur public.

A la question de savoir quel est le secteur le plus touché par la crise, l’Expert-comptable a expliqué que les difficultés sont communes aussi bien dans le secteur public que privé. Les deux entreprises subissent le même environnement défavorable. Toutes deux ont un manque de moyens pour pouvoir se développer.

Mais l’entreprise publique a une spécificité, à savoir qu’elle exerce un service public. Elle a la contrainte de service public, elle a également la contrainte de la règlementation qu’elle doit respecter dans le cadre de cet environnement. Si le gestionnaire privé a la possibilité d’apporter des ajustements et des techniques qu’il peut développer au sein de son entreprise, pour l’entreprise publique il y a des règles rigides et des contraintes doubles qui entravent la marche de nos entreprises publiques. »

 

par -
0

Comme il fallait s’y attendre, à l’occasion du Mois saint, les marchands de contrebande de pétards et de feux d’artifices font leur apparition.

En cette circonstance, les différentes brigades de la gendarmerie et de la douane se sont déjà préparées pour y faire face.

C’est ainsi que, lors des différentes opérations menées une brigade douanière de Gabes, soutenus par une brigade relevant du district de la garde nationale, ce lundi 30 mai 2016, une importante quantité de pétards estimée à 450 mille dinars a été saisie.

Le camion a été également a fait l’objet d’une saisie saisi, tandis que le chauffeur aurait pris la fuite, selon Shems Fm et serait activement recherché par la brigade de la garde nationale.

Les commerçant de Tunis souffrent du commerce parallèle et informel et des vendeurs à la sauvette et appellent le gouvernement à intervenir.

L’union régionale de l’UTICA de Tunis organise à partir de demain une manifestation devant le palais du gouvernement à la kasbah pour protester contre le phénomène du commerce parallèle. Un fléau qui envahit la capitale depuis des années.

Le président de l’union régionale de l’UTICA de Tunis, Abdelmonem Fitouri   a déclaré, lundi 23 mai 2016, à la radio RTCI :

« La prolifération d’une façon fulgurante du commerce parallèle qui s’est installé dans chaque coin et dans chaque rue de la Capitale a causé un problème énorme au centre-ville.

Pour cette raison, l’Union régionale de l’UTICA et le Bureau exécutif ont décidé dd’observer, demain, une journée de sensibilisation et une manifestation et une fermeture de certaines rues qui souffrent de cette situation, telle que celle de l’Avenue Habib Bourguiba, les souks du Centre-ville.

Au cas où nous ne parviendrons pas à résoudre ces problèmes, l’Union régionale de Tunis a décidé de faire une fermeture totale de toutes les boutiques de la Capitale, pour une journée entière. »

par -
0

« L’investissement dans les grands centres commerciaux, c’est l’un des mécanismes conçus pour organiser les circuits de distribution en Tunisie aux fins de la stabilité des prix, l’organisation de l’approvisionnement, la réduction du commerce parallèle », a déclaré jeudi le ministre du Commerce, Mohsen Hassen à Africanmanager, ajoutant  que la superficie des grands espaces commerciaux est de l’ordre de 20%  contre  80%  pour les circuits traditionnels. C’est d’ailleurs le contraire en Europe, a-t-il noté.

« Aujourd’hui,  nous avons une grande opportunité pour  développer l’investissement dans  les grands espaces commerciaux. De récentes études relèvent que ce genre d’investissement n’a aucun impact négatif sur les petits commerces. Nous avons reçu 13 demandes d’autorisation pour la construction  d’espaces commerciaux sur tout le territoire tunisien. Nous avons accepté sept demandes, permettant aux  investisseurs concernés de commercer bientôt les travaux de leur projet,  et prochainement nous étudions les autres demandes.» a assuré le ministre du Commercedans une interview exclusive accordée , ce jeudi 12 mai 2016, à Africanmanager.

par -
0

La Tunisie fait face, de nos jours, à un danger réel sous la forme d’une prolifération de la contrebande. En l’absence de mesures ou stratégie globale, le phénomène de la contrebande continue de prendre de l’ampleur, malgré les efforts déployés par les brigades des douanes pour lutter contre ce phénomène.

Dans une déclaration à Africanmanager, l’expert économique Ridha Chkondali a affirmé que depuis des années le phénomène de la contrebande pèse énormément sur l’économie tunisienne. Il a affirmé qu’«à moyen terme la création d’une zone franche à Ben Guerdane résoudra l’épineux problème de la contrebande. Ce projet régional structurant est susceptible de focaliser et d’attirer les investisseurs et les activités commerciales et de logistique grâce à la proximité de la frontière libyenne. Et à long terme, la création d’une Union Maghrébine Arabe ( UMA) pourrait  éradiquer la contrebande car l’approche sécuritaire visant la lutte contre ce fléau ne demeure pas très efficace», a-t-il dit.

Il a, en outre, souligné que la situation économique en Tunisie reste toujours précaire, accusant « les gouvernements qui se sont succédé depuis la Révolution de ne pas résoudre les problèmes économiques du pays qui ne cessent de s’aggraver ».

On rappelle également que le chef du gouvernement, Habib Essid, a récemment annoncé lors d’une conférence donnée le 7 avril 2016 à l’Institut de la Défense nationale que le gouvernement tunisien avait lancé une série de mesures visant la lutte contre le terrorisme et la contrebande. Selon lui,  parmi les moyens qui ont été mis en place il y a la création de zones de libre-échange sur les frontières et la mise en place de projets générateurs de postes d’emploi dans les zones frontières.

La contrebande engendre des pertes de 1,2 milliard de dinars pour l’Etat

La présidence du gouvernement avait annoncé en 2015 que le phénomène de la contrebande et du commerce informel engendrent pour l’État des pertes de 1,2 milliard de dinars dont 500 millions de dinars en taxes douanières.

Le volume des échanges transfrontaliers illégaux avec la Libye et l’Algérie a dépassé 1,8 milliard de dinars, précise un communiqué publié, lundi dernier, par la présidence du gouvernement. Le volume du commerce parallèle avec la Libye a atteint plus de la moitié des échanges légaux. Avec l’Algérie, le commerce parallèle a atteint le même niveau des échanges légaux (dont 60% pour le commerce des hydrocarbures), souligne la même source.

par -
0

1 million et cinq cent mille dinars seront décaissés par le gouvernement pour améliorer le quotidien des habitants de la région de Dhehiba, dans le gouvernorat de Tataouine, selon Mosaïque FM.
Cette cagnotte fait partie du dispositif de soutien des zones frontalières pour inciter les jeunes à tourner le dos au commerce parallèle.

Reste maintenant à en mesurer l’efficacité sur le terrain quand on sait que le laisser-aller qui prévaut dans ces régions depuis des années permet aux contrebandiers de se constituer de vrais pactoles. Les sous du gouvernement c’est du menu fretin à côté des retombées du commerce frauduleux…

par -
0

Le ministère du Commerce a lancé, mercredi à Nabeul une campagne nationale de lutte contre l’installation anarchique et le commerce parallèle. Prennent part à cette campagne, des équipes de contrôle économique à Nabeul accompagnées par 20 équipes de contrôle des gouvernorats de Ben Arous, Sousse, Zaghouan, Ariana, Manouba, Tunis, Kairouan, Mahdia et Monastir aux côtés de groupes de la direction des enquêtes économiques. Mohsen Hassan, ministre du Commerce a indiqué que cette campagne vient concrétiser les engagements du département pour lutter contre le commerce parallèle, d’autant plus que 50% des produits frais en particulier les légumes et fruits sont commercialisés via les circuits parallèles. « Ceci présente un risque majeur pour la santé des citoyen et des impacts néfastes sur les prix et la régularité de l’approvisionnement des marchés », a-t-il dit.
L’objectif recherché est de réduire à 20% le taux du commerce parallèle avant 2020 contre 50% actuellement. La réalisation de cet objectif nécessite un surcroît d’efforts de contrôle et la coordination de tous les intervenants (structures de sécurité, de l’agriculture, de santé et de la douane).
Il a annoncé, à cette occasion le démarrage, bientôt, d’une étude pour l’installation à Nabeul d’un marché des agrumes.

TAP

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview accordée à Africanmanager, le directeur général de la promotion des petites et moyennes entreprises auprès du ministère de l’Industrie, Sadok Bejja,...

AFRIQUE

0
Le roi Mohammed VI a présidé, mardi au palais royal à Tanger, la cérémonie de signature d’un protocole d’accord pour la création d’un écosystème...

SPORT

L’équipe de Tunisie de basketball U 18 ans (garçons) a terminé en

0
Résultats des matches de la 5e journée du championnat de Tunisie de basket-ball de la nationale A (poule A), disputée mardi. Groupe A Resultats C.Africain - ES...