Tags Posts tagged with "commerce, Tunisie"

commerce, Tunisie

par -
0
L’indice de confiance dans le secteur du commerce a enregistré au début de l’année 2013

L’indice de confiance dans le secteur du commerce a enregistré au début de l’année 2013, une amélioration par rapport à l’année 2012. En effet, selon l’enquête trimestrielle de la conjoncture réalisée par le Centre tunisien de veille et d’Intelligence (CTVIE) relevant de l’IACE, l’indice de confiance a enregistré une importante remontée en passant de -10,3 % à 8,7 %.

Cette remontée découle, selon l’enquête, de trois sources d’optimisme distinctes de la part des enquêtés. Les deux premières correspondent à une anticipation favorable concernant l’activité future et la situation financière dans le secteur commercial alors que la troisième raison résulte d’une anticipation à la hausse sur les prix de vente dans le secteur, exception faite des variations saisonnières.

L’enquête a révélé, dans ce cadre, que les deux premiers facteurs d’optimisme, l’évolution globale positive dans le secteur et la situation financière propice, eux-mêmes induits par la perception positive de l’évolution haussière des prix de vente dans le secteur du commerce, elle-même nourrie par la hausse des prix constatée. Dans ce schéma d’anticipation à la hausse des prix, il est opportun de s’interroger sur l’effet de retour de cette anticipation sur l’inflation réelle au niveau de toute l’économie, d’une part, et d’évaluer l’effet de propagation de la hausse observée des prix dans le secteur commercial sur le niveau général des prix à la consommation, d’autre part.

L’enquête précise, dans ce cadre, que l’inflation enregistrée, durant les derniers mois, a offert aux entreprises du secteur la possibilité d’améliorer leurs trésoreries recettes, ce qui les a incitées à entretenir leurs anticipations à la hausse des prix futurs. Celles-ci, au travers de la logique d’anticipations auto réalisatrices, créent des conditions souvent favorables à une inflation effective, que ce soit au niveau du secteur commerce ou au niveau global de l’économie comme nous le précisons ci -dessous.

L’enquête a montré, en outre, que les derniers chiffres publiés par l’INS concernant l’évolution de l’indice des prix à la consommation familiale avancent un taux de croissance des prix en glissement annuel voisin de 6 %, fin janvier 2013. En effet, la majorité des composantes de cet indice de prix de la consommation transitent par le secteur commercial avant d’être à la disposition du consommateur, et de ce fait, elles subissent une partie de l’inflation constatée dans le secteur du commerce. A ce titre, on enregistre au niveau des produits alimentaires une hausse de 8,6 %, pour les produits d’habillement et cuir, une progression de 7,7 %, pour les meubles un taux de 6,2 % alors que, pour les autres composantes de l’indice des prix non commercialisées, la hausse se situe à des niveaux nettement plus faibles : pour les services autour de 4,2 % et pour les autres produits tels que le logement, le transport, la communication, l’augmentation ne dépasse pas le taux de 3 %.

Ces chiffres témoignent, selon l’enquête, de la nature de l’inflation des derniers mois: elle se manifeste au niveau de la commercialisation des divers produits. Il convient de s’interroger s’il s’agit d’un problème d’irrégularités de l’approvisionnement, d’un niveau insuffisant de l’offre ou d’un niveau élevé de la demande, ou alors serait-elle une hausse justifiée par des coûts de production plus élevés dictés par des augmentations salariales ou des importations plus chères.

L’examen des indices de prix de la vente industrielle, de l’évolution récente des revenus et du pouvoir d’achat des consommateurs semblent indiquer que la réponse à ces interrogations pointe du doigt les irrégularités d’approvisionnement des circuits de distributions et de la baisse du niveau de l’offre. Il est également question de circuits parallèles, de contrebande, de non respect de la réglementation en matière de prix et d’insuffisance des contrôles des services étatiques concernés.

Kh.T

par -
0
L’indice de confiance dans le secteur du commerce a enregistré au début de l’année 2013

L’indice de confiance dans le secteur du commerce a enregistré au début de l’année 2013, une amélioration par rapport à l’année 2012. En effet, selon l’enquête trimestrielle de la conjoncture réalisée par le Centre tunisien de veille et d’Intelligence (CTVIE) relevant de l’IACE, l’indice de confiance a enregistré une importante remontée en passant de -10,3 % à 8,7 %.

Cette remontée découle, selon l’enquête, de trois sources d’optimisme distinctes de la part des enquêtés. Les deux premières correspondent à une anticipation favorable concernant l’activité future et la situation financière dans le secteur commercial alors que la troisième raison résulte d’une anticipation à la hausse sur les prix de vente dans le secteur, exception faite des variations saisonnières.

L’enquête a révélé, dans ce cadre, que les deux premiers facteurs d’optimisme, l’évolution globale positive dans le secteur et la situation financière propice, eux-mêmes induits par la perception positive de l’évolution haussière des prix de vente dans le secteur du commerce, elle-même nourrie par la hausse des prix constatée. Dans ce schéma d’anticipation à la hausse des prix, il est opportun de s’interroger sur l’effet de retour de cette anticipation sur l’inflation réelle au niveau de toute l’économie, d’une part, et d’évaluer l’effet de propagation de la hausse observée des prix dans le secteur commercial sur le niveau général des prix à la consommation, d’autre part.

L’enquête précise, dans ce cadre, que l’inflation enregistrée, durant les derniers mois, a offert aux entreprises du secteur la possibilité d’améliorer leurs trésoreries recettes, ce qui les a incitées à entretenir leurs anticipations à la hausse des prix futurs. Celles-ci, au travers de la logique d’anticipations auto réalisatrices, créent des conditions souvent favorables à une inflation effective, que ce soit au niveau du secteur commerce ou au niveau global de l’économie comme nous le précisons ci -dessous.

L’enquête a montré, en outre, que les derniers chiffres publiés par l’INS concernant l’évolution de l’indice des prix à la consommation familiale avancent un taux de croissance des prix en glissement annuel voisin de 6 %, fin janvier 2013. En effet, la majorité des composantes de cet indice de prix de la consommation transitent par le secteur commercial avant d’être à la disposition du consommateur, et de ce fait, elles subissent une partie de l’inflation constatée dans le secteur du commerce. A ce titre, on enregistre au niveau des produits alimentaires une hausse de 8,6 %, pour les produits d’habillement et cuir, une progression de 7,7 %, pour les meubles un taux de 6,2 % alors que, pour les autres composantes de l’indice des prix non commercialisées, la hausse se situe à des niveaux nettement plus faibles : pour les services autour de 4,2 % et pour les autres produits tels que le logement, le transport, la communication, l’augmentation ne dépasse pas le taux de 3 %.

Ces chiffres témoignent, selon l’enquête, de la nature de l’inflation des derniers mois: elle se manifeste au niveau de la commercialisation des divers produits. Il convient de s’interroger s’il s’agit d’un problème d’irrégularités de l’approvisionnement, d’un niveau insuffisant de l’offre ou d’un niveau élevé de la demande, ou alors serait-elle une hausse justifiée par des coûts de production plus élevés dictés par des augmentations salariales ou des importations plus chères.

L’examen des indices de prix de la vente industrielle, de l’évolution récente des revenus et du pouvoir d’achat des consommateurs semblent indiquer que la réponse à ces interrogations pointe du doigt les irrégularités d’approvisionnement des circuits de distributions et de la baisse du niveau de l’offre. Il est également question de circuits parallèles, de contrebande, de non respect de la réglementation en matière de prix et d’insuffisance des contrôles des services étatiques concernés.

Kh.T

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 28 septembre à Africanmanager, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, a...

AFRIQUE

0
Personne ne le criera sur les toits, ces choses se passant, par définition, dans les coulisses, mais la présidence de l'Union africaine fait actuellement...

SPORT