Tags Posts tagged with "commission européenne"

commission européenne

par -
0

Apple va devoir verser plus de 13 milliards d’euros à l’Irlande au titre d’une amende que lui a infligée la Commission européenne. Elle a conclu que l’Irlande avait accordé à Apple des avantages fiscaux indus pour un montant de 13 milliards d’euros (…) L’Irlande doit maintenant récupérer les impôts impayés par Apple sur son territoire entre 2003 et 2014, à savoir 13 milliards d’euros, plus les intérêts », lit-on dans le communiqué de la CE. C’est le record absolu des amendes sur le continent.

« Les États membres ne peuvent accorder des avantages fiscaux à certaines entreprises triées sur le volet. Cette pratique est illégale au regard des règles de l’UE en matière d’aides d’État », a déclaré Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence. « Ce traitement sélectif a permis à Apple de se voir appliquer un taux d’imposition effectif sur les sociétés de 1% sur ses bénéfices européens en 2003, taux qui a diminué jusqu’à 0,005 % en 2014 », ajoute l’exécutif européen, qui surveille comme du lait sur le feu la concurrence au sein de l’UE.

Mais le plus étrange dans cette affaire, c’est que l’Irlande, qui va tout de même ramasser un joli pactole, n’est pas satisfaite de ce jugement. Elle conteste avoir octroyé des avantages fiscaux à Apple. « Je suis en profond désaccord avec la décision de la Commission », a affirmé dans un communiqué le ministre des Finances irlandais, Michael Noonan, à l’annonce du verdict. « Cette décision ne me laisse pas d’autre choix que de demander l’aval du gouvernement pour faire appel », a-t-il ajouté. Voilà, juste pour une affaire de principe, l’Irlande va retarder le versement de cette jolie somme en faisant appel !

par -
0

Plus de 500 participants sont attendus à la 4e édition du Tunis Forum, des représentants de la Commission européenne, d’éminents invités au Maroc, de la Géorgie, les membres de l’IACE, ainsi que les représentants du comité de pilotage tunisien pour illustrer le déroulement des négociations et résultats de la libération, selon les données fournies, ce mercredi 18 mai 2106, par l’IACE à Africanmanager.

On rappelle que l’IACE  a annoncé la tenue de sa 4e édition du Tunis Forum,  les 27  et 28 mai à Tunis.

par -
0

L'économie tunisienne a beaucoup souffert par l'instabilité qui a suivi la révolution de janvier 2011 et peine toujours à se relever malgré les dons et les montants faramineux de dette extérieure...

Entre fin 2010 et 2016, de 48% la dette tunisienne a progressé pour atteindre un nouveau record et s’établir aujourd’hui à 54% par rapport au PIB, selon RTCI.

Une évolution qui explique la salve des critiques de la part de l’opposition et de certains experts quant au risques « inéluctables » de la spirale de la dette.

Nabil Abdellatif, expert-comptable et ingénieur financier, a été invité par la radio RTCI, à parler de l’endettement de la Tunisie, comment y faire face, et jusqu’où notre pays peut-il s’endetter ?

En fait, dit expert-comptable, l’on parle toujours du seuil de 50% du PIB, là il faut rappeler tout de même que c’est le seuil édicté par la Commission européenne.

« Il faut rappeler que ce niveau n’est pas un dogme, ni une proportion insoutenable de la dette. On peut citer d’ailleurs des pays qui dépassent largement 140% voire même 150% d’endettement, à l’instar des États-Unis ou de la France… qui sont dans une situation parfaitement soutenable, parce qu’au fait l’affectation des crédits essentiellement dans des activités d’investissements ce qui a forcément un impact sur le taux de croissance et donc par la suite la facilité que le service de la dette soit honoré », poursuit Nabil Abdellatif.

Par contre, fait-il remarquer, pour le cas tunisien, la proportion de 50% pose un problème, parce que si elle est exigée au niveau européen c’est que tout le monde s’endette avec la même monnaie : l’Euro. Pour la Tunisie c’est différent. Il faut rajouter le « risque change » et nous sommes presque à 68% de l’endettement extérieur donc en monnaie étrangère, plutôt en Euro.

« À ce niveau-là, il faut faire très attention parce que le « risque change » n’est pas bien maîtrisé par la gestion actuelle de la dette publique. Et l’on peut ici apporter quelques remarques de taille.

Tout le monde est sûr que la dette publique, surtout extérieure, est très mal gérée. Elle est noyée entre plusieurs ministères pouvant, justement déclencher l’endettement extérieur.

« Je cite, notamment, la Banque centrale de Tunisie, le ministère des finances, le ministère de la Coopération extérieure et dans quelques cas le ministère des Affaires étrangères qui réalisent des opérations d’endettement sans aucune coordination », explique M. Nabil Abdellatif.

par -
0

Une proposition radicale pour dissuader les pays membres de l’Union européenne de se refiler la patate chaude des migrants : Tout pays qui refuse de prendre sa part de demandeurs d’asile versera 250.000 euros par migrant au pays qui voudra bien accueillir les réfugiés refoulés. C’est l’idée qui a été avancée ce mercredi 04 avril par la Commission européenne (CE), un dispositif dénommé « contribution de solidarité ».

Cette disposition est une refonte du règlement de Dublin, qui mettait en difficulté les pays de première entrée, dans la mesure où ils sont contraints de traiter de bout en bout la demande d’asile. Avec cette décision de taper dans la portefeuille des Etats récalcitrants, la répartition automatique des migrants devrait mieux s’opérer. « Dublin ne fonctionne pas car les pays en première ligne sont laissés seuls avec leur problème. Cela ne fonctionne plus (…), il faut partager le fardeau », a déclaré le vice-président de la CE, Frans Timmermans, dans un point de presse ce matin Bruxelles.

L’Europe se tortille dans tous les sens pour faire face au problème du flux très dense des migrants. Rien qu’en 2015, plus de 1,25 million de demandes d’asile ont été déposées, notamment par des Syriens, Afghans ou Irakiens. Cet afflux massif a mis à mal le système de répartition des migrants au sein de l’UE, les pays de premier accueil, toujours les mêmes d’ailleurs, croulant sous les sollicitations, alors que les autres trouvent tous les prétextes possibles et imaginables pour ne pas faire face à leurs responsabilités. Parfois on refuse carrément de recevoir les réfugiés, violant ainsi les traités européens en la matière et le droit international. C’est le cas des pays de l’Est, où les opinions publiques sont façonnées par les partis xénophobes d’extrême droite.

L’Italie, la Grèce et l’Allemagne seraient soulagées

On a vu Rome et Athènes, des portes d’entrée en Europe, en très mauvaise posture ; il y a aussi l’Allemagne, destination plébiscitée par les migrants, qui a dû à elle seule absorber près d’un million de réfugiés sans que les autres pays membres de l’UE ne lèvent le petit doigt pour la soulager de son fardeau. Leurs plaintes ont manifestement été entendues par l’exécutif européen.

Le système proposé par la CE va équilibrer automatiquement les choses quand un pays est confronté à une pléthore de demandes d’asile. Les pays de l’UE auront chacun un quota de répartition de référence théorique (en pourcentage en fonction du nombre de demandes d’asile dans l’UE) fixé proportionnellement à la taille, au PIB mais aussi au nombre de réfugiés déjà accueillis.Cela devrait éviter le trop plein dans certains pays, alors que d’autres passent entre les gouttes et se barricadent. Reste maintenant à en faire accepter le principe par les Etats membres et le Parlement européen. C’est loin d’être gagné car quand il s’agit de sanctions financières, ça jase toujours avant de trancher. Parfois on ne tranche pas…

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 28 septembre à Africanmanager, Fadhel Abdelkefi, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, a...

AFRIQUE

0
Amnesty International a accusé les forces gouvernementales soudanaises d'avoir procédé cette année à plusieurs attaques chimiques qui ont tué des civils dans une zone montagneuse du...

SPORT