Tags Posts tagged with "composition"

composition

par -
0

Vendredi 26 août 2016 sera un grand jour pour Youssef Chahed, le chef du gouvernement fraîchement désigné par le président de la République. Droit dans ses bottes, Youssef Chahed a décidé de garder le gouvernement inchangé. Il semble qu’il ait voulu se soustraire aux tiraillements politiques! Dans une déclaration faite ce mercredi aux médias, Chahed a officiellement annoncé qu’aucune modification ne sera apportée à la composition de son gouvernement, dévoilé samedi dernier à Carthage. Une décision qui pourrait le mettre dans une situation très difficile, notamment durant la séance de vote au gouvernement, surtout face au refus de certains partis politiques de voter en faveur du gouvernement dans sa version actuelle.

La décision de ne pas apporter de modification à la composition actuelle du gouvernement a certainement surpris certains partis politiques, notamment ceux qui avaient rencontré Youssef Chahed et avaient déclaré que ce dernier avait réagi positivement à leurs demandes de changer certains portefeuilles. Mais la surprise est là, les négociations auraient pris fin ce mercredi et le chef du gouvernement désigné aurait quitté le palais de Dhiafa pour rencontrer le président de la République, Béji Caid Essebsi, au palais de Carthage.

Il est à rappeler par ailleurs que certains membres du nouveau cabinet ministériel ont provoqué un déluge de critiques sur les réseaux sociaux et ont soulevé un tollé, un ressentiment sans précédent ; citons le cas de Majdouline Cherni qui vient d’être désignée ministre de la Jeunesse et des Sports, Samir Bettaieb qui a été mis à la tête du ministère de l’Agriculture ou encore Abidi Briki, un ancien porte-parole de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), chargé de piloter le ministère de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la Corruption.

Le courant Al-Mahaba et le parti de l’Unité ont appelé les élus du peuple à “assumer leur responsabilité historique en cette période difficile que traverse le pays”, les exhortant à ne pas accorder leur confiance au gouvernement de Youssef Chahed. Le courant Al-Mahaba a estimé que ce gouvernement de “complaisance” caractérisé par des “calculs partisans étriqués” n’a rien à voir avec la notion d’union nationale. “Il s’agit, également, d’un gouvernement voué à l’échec et incapable de réaliser les objectifs de la révolution”, soutient le parti qui a réitéré son appel à “l’organisation d’élections législatives et présidentielle anticipées afin que le peuple puisse décider de son sort et choisir ses dirigeants par les voies légales et pacifiques”.

Le parti de l’Unité a, de son côté, exhorté les députés à ne pas voter la confiance au gouvernement Chahed, qu’il a qualifié de “gouvernement du Fonds monétaire international”. “La politique de complaisance, de rassemblement de partis et d’organisations et de règlement de comptes entre eux ont été déterminants dans la composition du nouveau gouvernement”, soutient le parti.

Quant à lui, le président de l’UPL, Slim Riahi, a annoncé, lors d’un point de presse mardi à Tunis, que le groupe parlementaire de l’UPL ne votera en faveur du gouvernement Chahed qu’après la modification de la composition actuelle de l’équipe, assurant que l’UPL a émis des réserves concernant certains membres du gouvernement. En l’état actuel des choses, l’UPL censurera donc le gouvernement Chahed…

Il est à rappeler à ce propos qu’une séance plénière exceptionnelle consacrée au vote de confiance au gouvernement de Youssef Chahed se tiendra vendredi 26 août 2016 à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).

Le vote de confiance est un vote unique sur l’ensemble des membres du gouvernement et la mission assignée à chaque membre. Pour obtenir la confiance de l’Assemblée, il est nécessaire d’obtenir l’approbation de la majorité absolue des membres (109 voix).

Par ailleurs, selon l’article 89 de la Constitution, dans le cas où le gouvernement obtient la confiance de l’Assemblée, le Président de la République procède sans délai à la nomination du Chef du gouvernement et de ses membres.

par -
0

La composition du nouveau gouvernement de Youssef Chahed, dévoilée samedi 21 août 2016 depuis Carthage, ne cesse de faire polémique. « C’est le gouvernement le plus faible… le moins convaincant… le moins compétent… et ce, malgré le grand nombre de portefeuilles qu’il compte », a-t-on entendu. Les politiciens n’ont pas été les seuls à réagir, les économistes ont également mis leurs grains de sel dans le débat et certains d’entre eux n’ont pas manqué d’émettre des réserves vis-à-vis de ce gouvernement.

Dans une déclaration à Africanmanager, l’universitaire et économiste Moez Labidi s’est montré insatisfait de la nouvelle équipe ministérielle :  » Le gouvernement de Youssef Chahed est juste un changement dans la continuité. La nouvelle composition me déçoit. C’est plutôt un gouvernement Essid recyclé. Chahed a raté le coche », a lâché Labidi.

Il a par ailleurs indiqué que certes il y a des noms respectables dans la nouvelle équipe ministérielle, mais le plus souvent ils ne sont pas à leurs places, selon lui. Il a cité l’exemple de Fadel Abdelkefi qui mérite, d’après lui, le dossier des Finances ou encore Lamia Zribi, qui serait idéalement placée au ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale.

Labidi n’a pas toutefois caché que certains ministres désignés dans le nouveau gouvernement brillent par leur incompétence, soulignant qu’une première lecture de cette équipe révèle l’absence de volonté et de détermination pour combattre la corruption et instaurer les meilleures pratiques de bonne gouvernance dans l’administration tunisienne. Il a fait remarquer à ce propos que la désignation de Abid Briki, un ancien syndicaliste, à la tête du ministère de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption offre un très bon exemple.

L’expert en économie a sous un autre angle indiqué qu’avec des ministres méconnaissant leurs dossiers (aucune expérience et aucune expertise dans le domaine), la Tunisie ne pourra que s’enfoncer davantage dans la crise, soulignant la désignation de Samir Bettaieb à la tête du ministère de l’Agriculture, de Imed Hammemi à la tête du département de l’Emploi et de la Formation professionnelle et Riadh Mouakhar au ministère des Affaires locales et de l’Environnement.

« J’ai l’impression que la présence des partis politiques dans le nouveau gouvernement s’inscrit beaucoup plus dans une logique de formation de leurs cadres pour l’enrichissement de leurs CV, qui sont le plus souvent «super light», que dans une volonté sérieuse pour sortir le pays de la crise. Autrement dit, une inscription à la « Star Académie Politique » !!! », a déclaré Labidi. Et d’ajouter dans le même ordre d’idées qu’avec ce gouvernement, nous restons dans les réformes cosmétiques. « Les réformes en profondeur ne seront pas encore au rendez-vous », a-t-il dit, faisant remarquer que la compétence est une condition nécessaire pour le choix du ministre approprié, mais sans négliger la condition de « programme ».  » Le choix des ministres et la redistribution des portefeuilles a été malheureusement fait selon des considérations et pas selon des programmes », a-t-il ajouté.

Rappelons qu’une séance plénière exceptionnelle consacrée au vote de confiance au gouvernement de Youssef Chahed se tiendra vendredi 26 août 2016 à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).

Le vote de confiance est un vote unique sur l’ensemble des membres du gouvernement et la mission assignée à chaque ministre et secrétaire d’Etat. Pour obtenir la confiance de l’Assemblée, il est nécessaire d’obtenir l’approbation de la majorité absolue des députés (109 voix).

Par ailleurs, selon l’article 89 de la Constitution, dans le cas où le gouvernement obtient la confiance de l’Assemblée, le président de la République procède sans délai à la nomination du Chef du gouvernement et de ses membres.

par -
0

Les concertations autour de la nouvelle composition du nouveau gouvernement d’union nationale sont a priori achevées. Une liste du nouvel attelage ministériel devrait être annoncée au cours de cette semaine par Youssef Chahed, le chef du gouvernement désigné qui devrait changer la donne dans un pays qui peine à sortir de sa panne de croissance. Lors de sa première rencontre avec les médias, le nouveau chef du gouvernement fraîchement désigné a promu un gouvernement de compétences nationales et de jeunes. Tiendra-t-il sa promesse ou cédera aux intérêts partisans?!

Il semble toutefois au vu des premières révélations de Carthage que le gouvernement Chahed qui devrait être officiellement annoncé dans quelques jours serait un gouvernement politique par excellence, un gouvernement équitablement partagé entre Nidaa Tounes et Ennahdha, sans pour autant négliger les autres partis de la Coalition à savoir l’UPL et Afek Tounes et une probable participation d’autres formations politiques. La question qui se pose à ce stade est la suivante : s’agira-t-il d’un gouvernement de compétences nationales ou d’un gouvernement qui obéit à  la logique des quotas. C’est depuis déjà la chute du gouvernement de Habib Essid, actuellement chargé de la gestion des affaires courantes que les querelles, les tiraillements politiques et les lobbies se sont bien incrustés dans l’échiquier pour y prendre le dessus et faire du nouveau gouvernement un otage des intérêts partisans.

Tous les partis politiques sont en train de courir derrière les postes ministériels. Tous se battent pour partager le gâteau…pour partager le pouvoir…Ennahdha exige des postes ministériels proportionnellement à son poids électoral. Le chef  du mouvement Rached Ghannouchi se veut très optimiste et satisfait. Lors d’un meeting organisé récemment à Béja, il a déclaré que son parti œuvrera à ce que sa représentation dans le gouvernement reflète son vrai poids politique, assurant qu’Ennahdha aura un rôle agissant dans le nouveau gouvernement. Selon les échos de Carthage, le mouvement Ennahdha obtiendra 3 portefeuilles ministériels (l’Agriculture, l’Emploi et la corruption) et 2 de secrétaires d’État dans le gouvernement d’union nationale. Il semble aussi que le secrétaire général du mouvement, Zied Laâdhari se voit confier le ministère de lutte contre la corruption, Imed Hammami celui de l’Emploi et Habib Jomli celui de l’Agriculture. Quant à l’Union Patriotique Libre (UPL), le président du parti, Slim Riahi, a annoncé qu’il est serait éventuellement, et si le contexte l’exige, prêt à abandonner tous les portefeuilles ministériels hormis celui de la lutte contre la corruption.  L’UPL est également intéressée par les ministères de la Femme, de l’Investissement et du Sport.
Quant à Nidaa Tounes, les dirigeants veulent une représentation selon les résultats des élections donc une participation égale ou supérieure celle d’Ennahdha.

Avec le Front populaire, les concertations n’ont abouti à rien et Mongi Rahoui à  qui une portefeuille économique a été proposé, a affirmé mercredi, lors d’une conférence de presse qu’il avait refusé un poste ministériel dans le gouvernement Chahed.

Quant à “Projet pour la Tunisie”, le secrétaire général du mouvement, Mohsen Marzouk a indiqué qu’il avait informé Youssef Chahed de la décision de son parti de ne pas participer au prochain gouvernement, précisant toutefois que la décision définitive sera prise une fois la composition du gouvernement soumise à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

S’agissant des révélations concernant la  composition du nouveau gouvernement, il est à signaler que Nidaa Tounes et Ennahdha seront majoritaires dans le prochain gouvernement de Youssef Chahed en raison de leurs poids dans le Parlement, avec respectivement 5  portefeuilles pour Ennahdha et 6 pour Nidaa. Quant à l’UPL, il obtiendrait 3 portefeuilles alors qu’un seul ministère serait attribué à Afek Tounes. Toujours selon ce qu’on a pu obtenir de Carthage où se déroulent les concertations gouvernementales, le prochain gouvernement sera composé de 18 à 20 ministres, et de 12 à 14 secrétaires d’État. Il est également prévu, suite à la proposition des partis qui ont participé aux concertations sur la composition du nouveau gouvernement, de regrouper certains ministères.

A l’issue de sa rencontre lundi 15 août 2016 avec Chahed, le ministre du Développement et de la Coopération internationale a indiqué que Chahed avait décidé de maintenir Hédi Majdoub, ministre de l’Intérieur, Farhat Horcheni, ministre de la Défense nationale ainsi que Khemaïes Jhinaoui, ministre des Affaires étrangères, dans son futur gouvernement. Nous apprenons par ailleurs de nos sources que le ministre de l’Éducation, Néji Jalloul et la ministre du Tourisme, Salma Elloumi Rekik seront également maintenus dans le nouveau gouvernement d’union nationale. Le ministre des Finances, Slim Chaker n’en ferait toutefois pas partie.

par -
0

Les membres du bureau constitutif du Mouvement du projet de la Tunisie ont été élus hier dimanche 24 juillet lors des travaux du congrès constitutif du parti, rapporte Jawhra fm.

La composition de ce bureau est comme suit :

Abderraouf Cherif : président du congrès constitutif
Watfa Belaid : vice-présidente du congrès
Hayfa Rehimi : deuxième vice présidente du congrès

Les participants ont également procédé aux élections des bureaux des commissions suivantes :

Bureau de la commission du règlement intérieur :
-Abeda Kéfié: président;
-Ines Lassoued: vice-présidente;
-Hechmi Hethiri: rapporteur.

Bureau de la commission de la ligne politique:
-Sadok Chaâbane: président;
-Mondher Belhaj Ali: vice-président;
-Mohamed Lassoued: rapporteur.

Bureau de la commission des affaires économiques et sociales :
-Slim Tletli;
-Chokri Mamoghli;
-Mariem Boujbal.

Enfin Hassouna Nacefi, Khaoula Ben Aisha et Aymen Mejri ont été élus porte-paroles du congrès constitutif.

par -
0

Le Club Africain a annoncé la composition complète du staff technique qui dirigera l’équipe seniors de football pour la saison 2016-2017 après la désignation de Kaies Yacoubi comme premier responsable.

Composition du staff technique:

Kaies Yacoubi (entraîneur)

Lotfi Rouissi (premier entraîneur-adjoint)

Said Saibi (deuxième entraîneur-adjoint)

Adel Zouia (entraîneur des gardiens)

Anis Chaalali (préparateur physique)

Khalil Ben Youssef (chargé du visionnage des matches).

Le club de Bab Jedid qui reprendra dimanche sa préparation en prévision de la nouvelle saison footballistique, disputera le 16 août prochain les quarts de finale de la coupe de Tunisie 2015-2016 face à l’ES Metlaoui.

Lors de la première phase de la Ligue 1 (saison 2016-2017) dont le coup d’envoi sera donné le 10 septembre prochain, les « rouge et blanc » évolueront dans la poule B aux côtés de l’Espérance de Tunis, de l’ES Metlaoui, du CS Hammam-lif, de l’AS Marsa, du Stade Gabésien, de l’AS Gabès et de l’O.Béja.

par -
0

L’Assemblée des représentants du peuple (ARP), a annonce dans un communiqué rendu public mardi 21 juin 2016, la nouvelle composition des des groupes parlementaires, et ce suite à l’intégration du député d’Al Horra, Mohamed Bouguerra Rachdi, au groupe parlementaire Nidaa Tounes :

Ennhdha : 69 députés

Nidaa Tounes : 62 députés

Al Horra : 26 députés

Front populaire : 15 députés

UPL : 12 députés

Bloc Socio-Démocrate : 10 députés

Afek : 10 députés

Députés indépendants : 13 députés

13512196_1778388045773850_2063511882199451520_n

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le député du Front Populaire Ammar Amroussia a déclaré que les symptômes d’une explosion sociale sont très visibles, notamment avec la montée de la...

AFRIQUE

SPORT