Tags Posts tagged with "conect"

conect

par -

Le président de la Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie (CONECT), Tarek Cherif, a déclaré que l’accord sur l’augmentation salariale dans le secteur privé qui a été signé le 10 mars dernier par l’UTICA et l’UGTT menace la pérennité du tissu économique.

Dans une déclaration ce mardi 21 mars 2017 à Express Fm, Tarek Cherif a affirmé que l’accord qui porte sur une majoration générale de 6% des salaires dans le secteur privé pour les exercices 2016 et 2017 n’a en aucun cas évoqué la question de la productivité : « La déconnexion entre « augmentation des salaires » et « gains de productivité » pose problème, cela fragilise la capacité des entreprises à survivre et à se développer », a-t-il dit

par -

Le bureau exécutif du groupement professionnel de la confection et de l’habillement relevant de la CONECT, a décidé à l’unanimité, mardi 14 mars 2017, « l’impossibilité d’appliquer l’accord signé entre l’UGTT et l’UTICA, relatif à la majoration des salaires sur 2017 de 6%, et rétroactivement sur l’année 2016, après consultation de nos adhérents qui lancent un cri d’alarme ».
Le bureau qui a tenu une réunion d’urgence au siège de la confédération des entreprises citoyennes de Tunisie, a constaté que « cet accord a été signé sans la concertation des professionnels du secteur et ne tient pas compte des spécificités de la filière. Cette majoration aura des conséquences graves et mettra en péril la survie des entreprises et la pérennité des emplois du secteur ».
« Dans cette période ou il est attendu des mesures de sauvetage, nous demandons fortement la mise en oeuvre d’actions urgentes de sauvegarde du secteur. Nous appelons à de nouvelles négociations en tenant compte de la fragilité du secteur et de la gravité de la situation et en impliquant toutes les structures syndicales, patronales et ouvrières ».

par -

Le Groupement Professionnel de l’Industrie, de la Boulangerie et de la Pâtisserie de la CONECT a exprimé, dans un communiqué publié ce lundi, son refus catégorique des déclarations irresponsables et fallacieuses et de l’appel injustifié à la grève des boulangers. D’après l’organisation, ils visent à faire profiter davantage certaines parties du système de la compensation aux dépens des intérêts des citoyens, des boulangers responsables et de la communauté nationale par l’aggravation du budget de la caisse générale de compensation.

Le Groupement rappelle ainsi que l’appel à la grève émane de parties qui s’approvisionnent en farine au prix de 6 dinars seulement le quintal en plus de la compensation dont elles bénéficient au niveau du fuel et d’autres postes de dépense, alors que le reste des boulangeries qui exercent dans le cadre du respect intégral de la loi, du cahier de charges, des conditions de poids et des normes de qualité les plus exigeantes paient la farine à plus de cinquante et un dinars le quintal sans bénéficier de la compensation.

Par le biais de ce communiqué, le groupement de la CONECT lance un appel à tous les boulangers bénéficiant ou non de la compensation à poursuivre leur activité et à assurer la disponibilité de ce produit de base dans les meilleures conditions.

Le groupement réitère son refus total des pratiques visant à utiliser ce produit stratégique pour tous les Tunisiens comme un moyen de surenchère, surtout que le dialogue se poursuit actuellement entre le Ministère de l’Industrie et du Commerce et toutes les parties concernées concernant les solutions appropriées et la nécessité de procéder à une refonte du système de la compensation afin de l’adapter aux objectifs réels et d’orienter l’intervention de l’Etat au profit exclusif des consommateurs concernés.

par -

Le vice-président de la chambre nationale des boulangeries appartenant à la CONECT, Abdelkrim Ben Mehrez a assuré, lors de son passage, dimanche 5 mars 2017, sur Mosaïque Fm, que 1200 boulangeries ouvriront leurs portes aujourd’hui, lundi 6 mars 2017, malgré la grève dans les différents quartiers du Grand Tunis.

Il est à signaler à ce propos que la chambre nationale des boulangeries appartenant à l’UTICA avait appelé à une grève nationale ouverte pour différentes raisons.

par -

Du 24 au 27 janvier, le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed, accompagné par une centaine d’hommes d’affaires et d’organisations patronales (l’UTICA, CONECT et la TABC), effectuera une visite dans 3
pays africains, à savoir le Soudan, le Niger et le Burkina Faso, chacun dans une seule journée, pour essayer de faire des affaires. « La visite aura un caractère purement économique », ont annoncé les services de la primature tunisienne à l’agence de presse Reuters. Dans chacun des pays, il est prévu de tenir des forums économiques et de partenariat.

Alors qu’on connait les particularités du domaine des affaires en Afrique, les services de la Primature n’ont pas précisé à Reuters si ces visites économiques éclair ont été précédées par une préparation sur le terrain ou entre les officiels des quatre pays.

par -

A l’occasion de la clôture des Journées économiques tuniso-françaises, ce jeudi 08 décembre 2016, la CONECT a signé à son siège, en présence de son président M. Tarak Cherif et de son Excellence Monsieur l’ambassadeur de France en Tunisie, Olivier Poivre d’Arvor, des contrats de partenariats entre plusieurs entreprises tunisiennes et françaises exerçant dans le secteur de la santé. La CONECT informe que l’IPEMED Tunisie (Institut de Prospective Economique du Monde Méditerranéen) a été lancé, ce qui va permettre aux institutions économiques tunisiennes d’avoir des informations ciblées sur les perspectives d’investissement et d’exportation.

Les Journées économiques tuniso-françaises ont permis à la délégation française composée d’une vingtaine d’institutions relevant de la Confédération française des Petites et Moyennes Entreprises  de rencontrer des entrepreneurs tunisiens de divers secteurs ainsi que certains membres du gouvernement.

Faut-il souligner que cette délégation d’hommes d’affaires français est la première à visiter la Tunisie quelques jours seulement après la tenue de la  Conférence Internationale sur l’Investissement « Tunisia 2020 ».

par -

La CONECT Internationale (CI), en collaboration avec la Confédération Générale des PME françaises, organise du 05 au 08 décembre à Tunis les rencontres d’affaires tuniso-françaises.
Un événement économique qui s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par la CI pour la promotion du site tunisien et l’attraction des investissements directs étrangers.
A cette occasion un forum économique aura lieu à l’Hôtel Ramada Plaza Gammarth dans le but de dévoiler les atouts de l’économie tunisienne, les secteurs porteurs et les opportunités d’investissements à saisir en Tunisie.
Une délégation de 25 représentants d’entreprises françaises sera en visite dans les entreprises tunisiennes et aura l’occasion de rencontrer des responsables au plus haut niveau.
Cet événement représente une opportunité pour les PME françaises de développer des partenariats techniques, commerciaux, financiers avec des PME tunisiennes afin de lancer de nouvelles activités complémentaires ; c’est également une occasion pour les PME françaises qui souhaitent s’internationaliser pour accéder à de nouveaux marchés africains.

par -

 » Les nouveaux outils et les mécanismes d’expansion à l’international de l’entreprise tunisienne », tel a été le thème d’un déjeuner débat organisé, ce mercredi 23 novembre 2016, à Gammarth, à l’initiative de la CONECT. La diplomatie économique, l’investissement massive, la reprise de la croissance et la facilitation des procédures administratives étaient les principales problématiques débattues lors de cette rencontre.

Le président de la CONECT, Tarek Cherif, a tout d’abord critiqué l’absence de solutions pour remédier au problème du chômage en Tunisie, notamment celui des diplômés de l’enseignement supérieur, faisant savoir toutefois que le remède le plus adéquat et le plus pertinent est l’investissement. Cette alternative demeure aussi difficile devant la complexité des affaires et la crise qui sévit dans le pays depuis plusieurs années.

Selon ses déclarations, les investisseurs se trouvent, aujourd’hui, face à plusieurs handicaps, notamment au niveau du financement, d’où le souci de la CONECT d’organiser cette rencontre qui vise en premier lieu à faire la promotion du Crowdfunding, un nouveau mode de financement très répandu dans plusieurs pays du monde. « C’est un nouveau mécanisme que nous voulons instaurer en Tunisie comme c’était le cas déjà avec la micro-finance », a-t-il dit.

Et Tarek Cherif d’affirmer, dans le même cadre, que s’il n’y a pas d’investissement, on ne peut pas atteindre les objectifs escomptés par le gouvernement, notamment au niveau de la loi de finances 2017 qui prévoit un taux de croissance de 2,5%. « Pour atteindre ce taux, on doit travailler, investir et créer de la richesse, et c’est à partir de ce moment là qu’on peut parler de la croissance », a affirmé le président de la CONECT avant de rajouter qu’actuellement, la Tunisie demeure très loin des objectifs préalablement fixés, notamment au niveau de l’investissement et la croissance.

En outre, le président de la CONECT a mis en garde contre le marché parallèle qui représente, selon lui, plus de 50% de l’économie nationale, mais aussi contre la dégradation du pouvoir d’achat des Tunisiens, deux handicaps majeurs devant le développement des PMEs tunisiennes. C’est ainsi qu’il a indiqué que l’investissement et l’internationalisation demeurent la seule solution pour l’entreprise tunisienne afin de pouvoir garder sa compétitivité et garantir sa continuité. Et de rajouter que l’internationalisation n’est pas une fuite mais plutôt un outil pour aider l’entreprise à renforcer ses capacités, faire travailler plus et créer de la richesse et de la croissance.

Il a par ailleurs appelé le gouvernement et les parties responsables à donner la priorité aux accords conclus avec les régions dans l’optique de permettre aux entreprises tunisiennes de bénéficier des avantages octroyés par les autres pays. « Aujourd’hui, nous payons plus que l’Européen sur le marché algérien à cause de l’absence d’accords avec ce pays », a-t-il reconnu.

De son côté, Lazhar Bannour, directeur général du commerce extérieur, a rappelé la stratégie de développement du commerce extérieur tunisien visant à faire du pays une plate-forme régionale de commerce et de services à l’horizon 2030.

Il a toutefois indiqué qu’il partage les déclarations de Tarkek Cherif, selon lesquelles l’exportateur tunisien paye plus que l’européen à cause de l’absence d’accords conclus entre la Tunisie et des pays où on importe. Il a souligné, dans le même ordre d’idées, que le produit européen lorsqu’il entre sur le marché algérien est favorisé et la différence est estimée à près de 30%.

C’est ainsi qu’il a appelé à améliorer le service logistique et l’infrastructure, notamment au niveau du port de Rades, qui devient un casse-tête pour les investisseurs, tunisiens et étrangers. « Les choses sont en train de changer… ». Il faut évoluer dans les esprits et renforcer entre autres les capacités de l’administration tunisienne afin d’éviter la lourdeur des procédures administratives « , a-t-il dit.

Il faut aussi, selon lui, instaurer un climat favorable aux affaires, être innovant dans les méthodes de travail et voir les autres comment ils font et ce qu’ils sont en train de faire.

Quant à elle, la responsable nationale du PACS, Lamia Abroug, a indiqué que l’Afrique est l’avenir des exportations tunisiennes et qu’il faut saisir cette opportunité et mettre le service comme une priorité pour pouvoir se développer à l’échelle internationale. Elle a également appelé à faire évoluer l’environnement des affaires et le cadre réglementaire du business dans le pays.

par -
Suite à l’annonce de la fermeture du siège social de la CPG

La CONECT considère le projet de la loi de finances 2017, qui sera débattu à partir de demain vendredi, en plènière à l’Assemblée des Représentrants du Peuple « peu audacieux, perpétue l’injustice fiscale et n’introduit pas les réformes nécessaires ».
La confédération des entreprises citoyennes de Tunisie, souligne jeudi dans un communiqué que « les entreprises structurées qui honorent déjà leurs obligations fiscales se trouveront encore, pénalisées à travers l’institution d’un impôt conjoncturel de 7,5%, soit une augmentation de plus du tiers de la charge d’impôt ».
Pour le 2éme syndicat patronal du pays, « si le projet de loi de finances 2017, revêt une importance particulière du fait de la situation difficile que connait le pays, les mesures prévues par dans sa version actuelle, ne peuvent répondre aux défis de l’économie nationale et résoudre le déséquilibre financier et budgétaire de l’Etat ».
Et de rappeler « que la solution appropriée ne consiste nullement, à augmenter la pression fiscale mais plutôt à mettre en place les mesures adéquates de lutte contre l’évasion fiscale et le commerce parallèle qui atteint des proportions inquiétantes dépassant 50% de l’activité économique dans le pays. De telles mesures peuvent avoir des effets rapides et sensibles sur les recettes de l’Etat ».
« La rationalisation des dépenses de l’Etat notamment au niveau des salaires du secteur public est d’une urgence absolue pour assurer les équilibres globaux et dégager des ressources plus conséquentes pour les projets de développement et pour la création d’emplois ».
« Des solutions radicales et appropriées doivent être prises pour les entreprises publiques qui constituent un lourd fardeau pour la communauté nationale et ce par la cession à travers la bourse. Ainsi, la cession des entreprises confisquées devient nécessaire afin d’assurer leur viabilité et leur pérennité. Au delà de leurs retombées économiques et sociales, ces mesures permettraient à l’Etat de dégager d’importantes recettes et de limiter ainsi le recours systématique à l’endettement ».
Pour la CONECT « la relance de l’investissement et des exportations et la mise en œuvre de plans appropriés de sauvetage et de restructuration des secteurs stratégiques de l’économie à l’instar du textile, du tourisme et de l’artisanat doivent constituer les premières priorités économiques du pays. Il y a nécessité de lancer des fonds régionaux d’investissement et de consolider l’accompagnement des jeunes promoteurs au niveau du financement et des procédures administratives ».
Et de conclure « la relance économique, la lutte contre l’économie parallèle et le respect rigoureux de la loi constituent les vrais remèdes aux déséquilibres budgétaires et financiers du pays et non l’augmentation de la pression fiscale ».

par -
Suite à l’annonce de la fermeture du siège social de la CPG

Réuni le lundi 05 septembre 2016, le bureau exécutif de la CONECT,  suite à l’installation officielle du nouveau gouvernement de youssef Chahed, a appelé à la nécessité d’assurer la contribution de l’ensemble des parties concernées  et la mobilisation de toutes les énergies en vue de réussir la phase actuelle que  la Tunisie  vient d’entamer avec la formation d’un nouveau gouvernement en vue de permettre au pays de sortir de la situation difficile qu’il connaît particulièrement dans les domaines économique, social et financier.

La CONET a également appelé à consolider l’effort national concernant la sécurité, la lutte contre la contrebande et le commerce parallèle à travers des mesures urgentes et rigoureuses et la nécessité de décisions audacieuses en vue de promouvoir les  investissements, les exportations et d’assurer la relance de  secteurs stratégiques à l’instar des phosphates, l’énergie, le tourisme , et l’exportation ainsi que le suivi rigoureux de la réalisation des grands projets surtout au niveau régional, la promulgation rapide du nouveau code des investissements et la mise en place des réformes stratégiques dans les différents domaines.

L’organisation a également revendiqué l’application de la loi avec la rigueur requise vis-à-vis de tous les citoyens et dans tous les domaines, la valorisation du travail, la lutte contre les attitudes pouvant affecter la liberté de travail et provoquer la perturbation des activités des entreprises et des services administratifs  et techniques ainsi que l’accord sur des solutions adéquates aux problèmes de l’inflation et l’évolution inquiétante des salaires qui menace de plus en plus les secteurs public et privé et affecte la productivité  des entreprises et la compétitivité de l’économie nationale.

La CONECT a sous un autre angle appelé à la nécessité de mettre en place des mesures audacieuses en vue de rétablir la confiance des investisseurs nationaux et étrangers et l’amélioration du climat des affaires par la promotion du partenariat entre les secteurs public et privé, la privatisation des entreprises publiques exerçant dans les secteurs concurrentiels, l’amélioration des services logistiques notamment la situation dans le Port de Radès, la révision des mesures concernant le secret bancaire afin d’orienter les liquidités en circulation vers les banques,  la mise en place de fonds régionaux d’investissements dédiés exclusivement aux régions ayant le plus besoin de nouveaux projets et l’autorisation d’ouverture de bureaux de change privés.

par -
Le président de la CONECT

Un accord de coopération et de partenariat a été signé entre la Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie (CONECT) et son homologue malgache, le Groupement des Entreprises de Madagascar (GEM) à Ambohijatovoa (Madagascar) a annoncé l’organisation patronale dans un communiqué publié, samedi.
En vertu de cet accord, les opérateurs économiques des deux pays bénéficieront des facilitations, des incitations et d’un accès rapide aux informations économiques dont disposent les deux parties et un accompagnement privilégié, et ce, à travers les services de la CONECT et du GEM.
Cet accord a été signé en marge de la visite du président de la CONECT Tarak Cherif à Madagascar, où il a eu jeudi, à Antananarivo (Capitale) des entretiens avec le chef d’Etat Malgache Hery Rajaonarimampianina, sur les relations de coopération économique et de partenariat entre les opérateurs économiques des deux pays, selon la CONECT .
Le Chef d’Etat Malgache a exprimé à cette occasion l’intérêt particulier que porte son pays au développement de ses relations de coopération avec la Tunisie, notamment dans les domaines techniques et des nouvelles technologies avec la grande expertise dont jouissent les entreprises et les compétences tunisiennes, lit-on encore dans le communiqué.
Cherif a eu également, des entretiens avec les ministres de l’Economie et de la Planification et de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé sur les échanges d’expériences et le développement du partenariat entre les secteurs privés des deux pays.

par -
Le Conseil administratif de la CONECT s’est tenu dans sa première session au titre de l’année 2015 à la fin de la semaine dernière à Tabarka

Une convention de partenariat a été signée, vendredi, ente le ministère de la femme, de la famille et de l’enfance et la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT).
L’objectif étant de promouvoir l’initiative économique féminine lancée par le ministère pour garantir l’assistance technique et l’accompagnement au profit des jeunes promotrices de projets.
En vertu de cette convention, le ministère s’engage à orienter les jeunes filles et femmes qui désirent créer de petites et moyennes entreprises vers les activités de la CONECT.
Le ministère s’engage, également, à financer les projets validés par la CONECT et le comité technique de pilotage relevant du département à travers une ligne de financement de la banque tunisienne de solidarité.
De son côté, la CONECT s’engage à garantir l’assistance technique et l’accompagnement des jeunes promotrices en les aidant à élaborer leurs business plan et en leur assurant l’accompagnement et l’orientation des chefs d’entreprises.
Les bénéficiaires profiteront aussi d’une formation complémentaire et d’un accompagnement personnalisé à la création de projets et à la commercialisation de leurs produits aux niveaux national et international.
Un comité mixte formé de représentants du ministère de la femme, de la famille et de l’enfance et de la CONECT est tenu d’assurer le suivi de l’application de cette convention à travers la tenue de réunions trimestrielles.
Intervenant à cette occasion, la ministre de la femme, de la famille et de l’enfance, Samira Maraï Feriaa a précisé que la réussite du programme de promotion de l’initiative économique féminine est un défi pour la femme tunisienne, soulignant que le département a choisi de collaborer avec plusieurs parties en vue d’encourager les femmes à créer leurs projets.
De son côté, le président de la CONECT, Tarek Chérif a indiqué que cette convention s’inscrit dans le cadre des programmes de l’organisation visant à créer des projets dans les régions intérieures.

par -

Le Bureau Exécutif de la CONECT (Confédération des entreprises tunisiennes de Tunisie) réuni, après avoir examiné l’appel du Président de la République, Béji Caid Essebsi, à la constitution d’un Gouvernement d’unité nationale, a estimé que la révision de la structure du Gouvernement actuel, sa composition, ses méthodes de travail et ses approches dans le traitement de la grave situation que connait l’économie du pays sont « d’une extrême urgence ».
« Cette révision ne tolère plus d’attentisme afin d’introduire la dynamique, l’efficience et la rapidité requises, rétablir la confiance au niveau des investisseurs, relancer l’initiative et mettre fin à la détérioration continue de la situation de nombreux secteurs clés de l’économie nationale », lit-on dans un communiqué de l’organisation patronale.
Le BE de la CONECT a insisté sur la nécessité de former le nouveau Gouvernement sur la base de la compétence, l’expérience, l’audace, la réactivité et la rapidité dans la prise des décisions loin des considérations liées à l’appartenance politique ou se rapportant aux intérêts de certaines parties.
Il a attiré l’attention sur la nécessité de veiller à la transparence et l’efficience au niveau du rôle des partenaires sociaux, des organisations syndicales ouvrières et des organisations patronales.
D’après les membres du bureau, la mission du prochain gouvernement doit demeurer d’ordre économique et social en contribuant au développement, à la création d’emplois et au renforcement du tissu économique national, loin de tous rapports politiques ou liés au pouvoir, et ce par une concertation étroite avec toutes ces organisations syndicales et patronales au niveau des choix, des réformes et des mesures à prendre sans leur implication ou leur représentation directe au niveau de la composition du Gouvernement afin d’éviter les graves conséquences d’une telle orientation.
La CONECT a souligné que la situation économique générale du pays se rapportant surtout à la relance de l’investissement, l’exportation, l’encouragement de l’initiative, la création d’entreprises, la réalisation de grands projets, notamment, au niveau régional, l’emploi et la sauvegarde du tissu économique organisé et structuré des menaces de l’informel et de la contrebande, exige des mesures immédiates, audacieuses et profondes.
Il faut aussi, d’après la confédération, « consacrer l’autorité de l’Etat, respecter la loi et éviter tout arrêt ou perturbation du travail et aussi mettre en place, rapidement et avec la participation de toutes les parties, de grandes réformes économiques , financières, fiscales et administratives.

par -
Le Conseil administratif de la CONECT s’est tenu dans sa première session au titre de l’année 2015 à la fin de la semaine dernière à Tabarka

Dans une interview accordée à Africanmanager, le président de la Conect Tarek Cherif a déclaré que la situation économique est difficile, mais elle n’est pas désespérée.

Pour lui, c’est tout simplement un problème de croissance.  » On est en train d’avancer, mais lentement », a expliqué le responsable prévoyant une croissance de 1% au cours de premier semestre de 2016.
Tarek Cherif a affirmé qu’on doit aller à des cadences plus importantes pour qu’on puisse relever les défis confrontés. « Pour se faire, toutes les forces du pays sont appelées à s’orienter vers la création de richesses », a-t-il dit

par -
Le Conseil administratif de la CONECT s’est tenu dans sa première session au titre de l’année 2015 à la fin de la semaine dernière à Tabarka

Dans le cadre du partenariat entre la confédération des entreprises Citoyennes de Tunisie-CONECT et la Jordanian Businessmen Association-JBA et suite à la signature du protocole d’accord et de la création du Business Council Tuniso-Jordanien le 09 février 2016, la Conect International, en collaboration avec l’Ambassade de Tunisie à Amman, organise une visite d’hommes d’affaires jordaniens en Tunisie, et ce du 26 au 28 avril 2016.

La délégation jordanienne est  conduite par Hamdi TABBAA, président de la Jordanian Businessmen Association (JBA).

Cette visite est marquée par la tenue de la première réunion du Business Council Mixte Tuniso-Jordanien, qui s’est déjà tenue aujourd’hui  mardi 26 avril.

La délégation jordanienne est composée de 11 chefs d’entreprise, opérant dans plusieurs secteurs d’activité: énergie (y compris les énergies renouvelables), tourisme, industries pharmaceutiques, industries électriques, matériaux de construction et BTP, industrie du bois, industrie plastique et agroalimentaire…

par -

Tarak Cherif, président de la Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie «Conect», et Jean Kacou DIAGOU, Président de la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire « CGECI », ont signé un Protocole d’accord de coopération, et ce en marge de la visite officielle qu’effectue le Chef du Gouvernement Tunisien Habib Essid, en Côte d’Ivoire, à l’occasion de la tenue de la 8ème session de la Haute Commission Mixte Tuniso-Ivoirienne.

Dans ses grandes lignes, le protocole stipule que la Conect et la CGECI s’engagent à mettre en œuvre tous leurs efforts pour promouvoir les relations commerciales et industrielles entre la Tunisie et la Côte d’Ivoire, sur la base d’une coopération et de bénéfices mutuels.

Chaque partie s’engage également à encourager les rencontres d’affaires et à soutenir l’organisation par l’autre partie de visites de délégations en mettant en œuvre tous les moyens à sa disposition.

Dans la perspective d’offrir la meilleure assistance pour la bonne organisation des rencontres d’affaires, chaque partie s’engage, au regard de son pays d’affiliation, à fournir toutes les informations nécessaires, à mener des entretiens « match-making » et à mettre en contact les différents participants avec des partenaires intéressants.

Enfin, chaque partie s’engage, le cas échéant, à échanger ses savoir-faire et informations et à soutenir l’autre partie dans le traitement de questions sur le commerce et les affaires économiques provenant de son marché domestique. Ceci inclut une assistance pour les recherches relatives au commerce et à l’investissement en fournissant des informations économiques et le cas échéant des contacts.

Rappelons par ailleurs que la Côte d’Ivoire est le troisième client et cinquième fournisseur de la Tunisie en Afrique subsaharienne, avec un volume d’échanges global de 86 MDT. En effet, les exportations de la Tunisie vers la Côte d’Ivoire sont passées de 30,4 à 71,3 MDT entre 2011 et 2015. Les produits tunisiens exportés sur le marché ivoirien sont essentiellement du papier hygiénique, ciment, articles manufacturés, semoule, gypse, médicaments, machines et appareils mécaniques, huile d’olive, etc. La Tunisie importe du cacao, feuilles de bois, bois sciés, caoutchouc naturel, coton, poissons congelés.

Parmi les secteurs porteurs en Côte d’Ivoire, il y a lieu de citer : l’agroalimentaire, les télécommunications, études et ingénierie, BTP (routes et autoroutes, ouvrages divers…), TIC (études, E-gov, solutions informatiques et télécom…), eau et assainissement (gestion de réseaux de distribution…), énergie électrique, enseignement, santé.

Tout ceci montre qu’il y a un potentiel énorme entre les deux pays en matière d’échanges et de coopération économique. Voilà qui donne une portée importante au protocole d’accord de coopération signé entre la CONECT et la CGECI.

par -
Après la visite de la mission économique tunisienne au Cameroun du 24 au 28 février 2014 à l’effet de redynamiser les relations diplomatiques

Africa Business Council, la CONECT International et l’UPMI, organisent avec le soutien de l’ambassade de Tunisie à Yaoundé, une mission de prospection multisectorielle au Cameroun du 04 au 07 Avril 2016, indique un communiqué.
Après la mission de prospection multisectorielle organisée fin janvier dernier, au Mali, une trentaine d’hommes d’affaires tunisiens se rendent à Yaoundé, dans le cadre de cette mission, en espérant conquérir ce marché camerounais et trouver de nouveaux débouchés pour les produits et services tunisiens dans cet immense pays en chantier.
Au programme de cette mission qui débute officiellement demain lundi 4 avril, des rencontres de très haut niveau avec les ministres et les cadres supérieurs de l’administration camerounaise ainsi qu’avec les hommes d’affaires locaux.
En marge de cette mission, deux forums économiques seront organisés, un forum le lundi 4 avril à Yaoundé qui sera co-présidé par le ministre du Commerce du Cameroun Luc Magloire MBARGA ATANGANA, et un forum le mercredi 6 avril à Douala, co-présidé par le Président du Groupement Inter Patronal du Cameroun (GICAM) André FOTSO avec le Président de la Chambre de Commerce, d’Industrie des Mines et de l’Artisanat au Cameroun (CCIMA) Christophe EKEN.
La délégation tunisienne est composée d’une trentaine d’hommes d’affaires répartis entre plusieurs secteurs à savoir : les industries plastiques, l’industrie électrique, l’agro-alimentaire, l’industrie mécanique et métallurgique, l’enseignement supérieur, la santé, la télécommunication, les services financiers, le conseil et la formation ainsi que les matériaux de construction.
Elle est présidée par Bassem LOUKIL, Président du TABC.
Cette mission d’hommes d’affaires, qui vient s’ajouter à celles déjà effectuées dans d’autres pays du continent, permettra de renforcer davantage la coopération économique entre la Tunisie et le continent africain et promouvoir des relations fructueuses entre les investisseurs tunisiens et africains.

par -

Au cours de son dernier séminaire organisé à Tunis, l’ATIC (Association tunisienne des Investisseurs en Capital) a annoncé avoir mobilisé la somme de 300 MDT. Ce montant est en augmentation de 120 MDT par rapport à 2015 où il a servi à financer 180 projets à l’intérieur du pays d’un investissement global de 207 MDT. En 2016, les nouveaux 300 MDT seront utilisés pour le soutien à la création d’un nombre beaucoup plus important d’entreprises. Au cours des cinq dernières années, les interventions de l’AZTIC ont contribué à la création de 5.000 nouveaux emplois dans diverses spécialités et régions.

Au cours de son intervention à ces deuxièmes rencontres de l’ATIC, le président du Conect, Tarak Chérif a déploré la disparition des banques de développement qui avaient joué un rôle important dans le financement du développement et appelé à la création d’une nouvelle banque de développement qui soutiendrait la mise en exécution du prochain plan de développement 2016-2020. Chérif a aussi pointé du doigt l’échec de la politique éducative qui a enfanté un grand nombre de chômeurs.

par -

La Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie (CONECT) a repris ses « roadshows », du 18 au 27 Janvier 2016, dans 5 régions du Nord Ouest et du Centre de la Tunisie, dans le cadre de son programme « Thniti
by CONECT & QFF », pour sensibiliser à la culture entrepreneuriale.
Ce programme a, jusqu’à aujourd’hui, permis la création de 1000 entreprises et 5000 emplois directs, selon la CONECT. Au programme de ce « roadshow », des déplacements dans les gouvernorats de Jendouba (18 et 19 Janvier 2016), Bizerte et Zaghouan (19-20-21-22-23 janvier), Kairouan (21-24-25 Janvier
2016), Mahdia (23-26-27 Janvier 2016).
La caravane « Thniti by CONECT&QFF » avait visité, entre 2014 et 2015, 11 régions de l’intérieur et du nord au sud à savoir Bizerte, Siliana, Kef, Kasserine, Gafsa, Tozeur, Tataouine, Médenine, Kébili, Gabes & Sidi Bouzid

TAP

par -

Plus de cent trente opportunités d’emploi dans les différents domaines économiques ont été présentées aujourd’hui dans le cadre du Salon de l’Emploi « JOB CONECT »  organisé à l’ISET Jendouba par la CONECT en collaboration avec l’USAID.

Au cours du grand meeting tenu à cette occasion avec  plus de 450 participants constitués de chefs d’entreprises, de jeunes diplômés et de porteurs d’idées de projets, Mr Tarak Cherif, Président de la CONECT a indiqué que cette manifestation qui se tient pour la première fois à l’intérieur du pays après  le succès des deux éditions organisées à Tunis vise à instaurer et à développer les contacts entre les demandeurs d’emploi et les entreprises cherchant à renforcer leurs ressources humaines et à améliorer leur compétitivité.

Elle contribue aussi à consolider les relations entre les structures et les établissements d’éducation et de formation et les milieux d’affaires en vue d’assurer une meilleure adéquation entre la formation et les besoins réels des entreprises.

Plus de cent candidatures ont été retenues à cette occasion suite aux entretiens avec les entreprises participantes.

D’autres recrutements sont prévus après l’étude des dossiers déposés directement ou à travers le site du salon « JOB CONECT ».

Sur un autre plan, une caravane s’est déplacée à Jendouba le même jour concernant le programme « Thniti » by CONECT & QFF que la Confédération réalise en collaboration avec le Fonds Qatari d’Amitié au profit des porteurs d’idées de projets en vue de les accompagner et de les assister à travers de nombreux mécanismes mis en place pour lancer leurs entreprises.

La caravane de Jendouba a enregistré en une matinée la visite de plus  de 200 promoteurs potentiels des secteurs de l’agriculture, de l’industrie, des services et du commerce et la présentation de plus de soixante projets pour bénéficier de l’intervention du programme « Thniti ».

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT