Tags Posts tagged with "conjoncture économique"

conjoncture économique

par -

Communiqué BCT

Lors de sa réunion périodique tenue le 23 mai 2017, le Conseil d’administration de la Banque Centrale de Tunisie (BCT) a entamé ses travaux par l’examen des principaux indicateurs de la conjoncture économique et financière, passant en revue les évolutions récentes de l’activité économique ainsi que les transactions sur le marché monétaire et des changes, la situation de la liquidité et l’activité du système bancaire.

Le Conseil a salué les résultats positifs relatifs à la croissance économique au premier trimestre de l’année en cours (2,1% en glissement annuel contre 0,7% une année auparavant) appelant à œuvrer à leur consolidation afin d’atteindre l’objectif de croissance souhaité, au vu notamment des défis économiques majeurs et des difficultés au niveau des équilibres financiers globaux auxquels fait face le pays. A cet égard, le Conseil a noté que les tensions inflationnistes, dont les prémices sont apparues au cours des derniers mois, continuent à s’intensifier avec un taux d’inflation atteignant 5% à fin avril 2017 contre 3,4% une année auparavant, étant signalé que le taux d’inflation sous-jacente (hors prix des produits frais et encadrés) s’est établi à 5,9%.

S’agissant de l’évolution de la liquidité bancaire, le Conseil a souligné que l’élargissement du déficit courant, conjugué à l’augmentation des besoins du budget de l’état, a accentué les pressions sur la liquidité bancaire, ce qui a amené la Banque Centrale à intensifier ses interventions pour réguler le marché monétaire. La Banque a également œuvré à assurer l’équilibre minimum requis entre l’offre et la demande sur le marché des changes à travers la mobilisation des ressources disponibles afin d’améliorer la liquidité et ce, en vue d’atténuer les fluctuations qu’a connues, récemment, la valeur du dinar et de rétablir progressivement la stabilité de ce marché. A la lumière de ces évolutions, et en vue de poursuivre les actions requises face à la montée des pressions tant au niveau de l’inflation que des paiements extérieurs et d’en circonscrire les effets sur la reprise de l’activité économique amorcée au premier trimestre de l’année en cours, et après délibérations, le Conseil a décidé de relever le taux d’intérêt directeur de la Banque Centrale de 25 points de base pour le porter à 5%. Ce relèvement du taux directeur de la BCT, est le second en l’espace d’un mois.

par -

La Tunisie qui a réussi sa transition politique à travers la promulgation de la Constitution et l’avancement sur la voie de l’édification des institutions constitutionnelles, n’en est pas moins dans une situation confuse au niveau de la transition économique et le processus de développement, a déclaré dimanche le député d’Ennahdha Habib Khedher.
Face aux défis spécifiques auxquels est confrontée la transition économique, il est impératif que toutes les parties se mettent d’accord sur la nécessité de surmonter cette conjoncture économique difficile dans l’intérêt du pays, a insisté le député qui présidait ce dimanche le congrès régional d’Ennahdha à Zaghouan.
Sur un autre plan, Habib Khedher a indiqué qu’Ennahdha a entamé le renouvellement de ses structures locales et régionales et la révision de certains documents référentiels du mouvement depuis son 10e congrès.
Le démarrage à partir d’aujourd’hui de l’opération de renouvellement des bureaux régionaux d’Ennahdha aura un impact sur les prochaines élections municipales, a-t-il assuré.
Les membres des bureaux locaux ont élu à cette occasion les deux tiers des membres du conseil régional de la Choura.

par -

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, Slim Besbes, membre de la commission des finances, de la planification et du développement au sein de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), a déclaré qu’il est exagéré de parler de faillite suite à la dépréciation du dinar tunisien.

Évoquant la formation d’un gouvernement d’union nationale, il a déclaré que les acteurs politiques font attention dans le choix de la personne qui va avoir la lourde responsabilité de diriger le gouvernement dans une période très difficile. D’après lui, ce nouveau chef du gouvernement doit avoir essentiellement un profil économique, mais avec un background politique. Interview:

Avec la forte dépréciation du dinar tunisien, plusieurs scénarios ont été prévus par un nombre important d’experts, et même certains d’entre eux ont mis en garde contre le risque de faillite. Qu’en pensez-vous?

Parler d’une situation de faillite est à mon avis une approche lointaine pour ne pas dire qu’on est en train de trop exagérer.

Un glissement de 10% sur sept ou dix mois ne signifie pas un scénario de faillite, mais cela n’empêche qu’on se trouve face à des clignotants rouges.

Une telle situation nous oblige à agir et à anticiper avant que le danger arrive.

C’est dans ce contexte que toute la classe politique, malgré la différence des positions, que ce soit au niveau de la présidence du gouvernement ou encore à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), est d’accord sur l’importance d’agir le plus tôt possible afin de sauver ce qu’on peut sauver.

Mais par quel moyen?

C’est simple, cela passera par la prise d’une série de décisions adéquates au niveau du choix d’un gouvernement capable de gérer cette situation, dans une conjoncture assez délicate.

L’intérêt du gouvernement actuel s’est focalisé essentiellement sur les réformes structurelles et sur la planification à moyen et long terme. Mais pour l’étape actuelle, un programme à court terme demeure une urgence pour sortir de l’ornière et faire face aux défis de la conjoncture actuelle.

Quels seraient alors les grands axes de ce programme?

L’important est de redynamiser l’investissement et de booster l’exportation de façon à instaurer un climat de confiance pour les chefs d’entreprises et l’ensemble des citoyens.

C’est une démarche importante pour leur donner l’espoir que les choses vont avancer dans la prochaine période et que l’avenir sera meilleur.

Ce serait le fruit d’une politique gouvernementale volontariste, capable de semer l’espérance avec une stratégie de communication adéquate, des décisions audacieuses et douloureuses qui pourraient troubler l’opinion publique.

Mais pour plusieurs observateurs, la formation d’un gouvernement d’union nationale ne peut qu’aggraver la situation. Qu’en dites-vous?

Non, je ne crois pas… Cependant, je prévois qu’on pourrait faire un petit pas vers l’arrière puisque le contexte actuel est favorable à un certain ralentissement. C’est logique, surtout dans cette période de l’année caractérisée par l’avènement de la saison estivale qui coïncide avec le mois sain.

Toutefois, c’est très intelligent de choisir cette période pour poser les véritables questions, jugées très sérieuses et chercher les solutions susceptibles d’aider à sortir de l’impasse et de relancer notre économie.

A mon avis, le danger survient lorsqu’on ne fait rien alors que le risque est sérieux. Le risque ne réside pas dans les indicateurs, qui sont en rouge mais le fait que nous n’ayions pas les moyens d’agir.

Cela nous amène à parler des prévisions faites par le gouvernement et relatives au taux de croissance. Est-il possible d’atteindre ces objectifs dans pareille situation?

Tout cela doit être retraité par la nouvelle équipe gouvernementale, qui sera certainement appelée à proposer un programme de sauvetage à court terme. C’est un travail classique, tout en essayant de réviser les prévisions, surtout qu’on se trouve dans une conjoncture dynamique.

C’est faisable ?

Certainement oui puisqu’on est encore à la moitié de l’année et on est capable de constater les réalisations enregistrées au cours du premier semestre et d’actualiser par la suite les prévisions pour le reste de l’année.

On doit donner les nouveaux indicateurs, tout en prenant en considération la nouvelle conjoncture.

Parlons un peu de la formation d’un gouvernement d’union nationale. Plusieurs noms circulent actuellement dans les médias, dont notamment le gouverneur de la Banque Centrale, Chedly Ayari. A-t-il le profil idéal pour diriger ce nouveau staff?

A ma connaissance, il n’y avait aucune proposition. D’ailleurs, le service de presse de la présidence du gouvernement vient de démentir ces informations, et tous les autres noms dévoilés.

Donc, il n’existe aucune proposition officielle émanant de Nidaa Tounes, parti vainqueur des élections et habilité à proposer les noms ou de la présidence de la République, qui était derrière cette initiative.

Une chose est sûre : nous faisons très attention dans le choix de la personne qui va avoir la lourde responsabilité de diriger le gouvernement dans cette période très difficile.

Ce gouvernement aura une double tâche : faire face à la conjoncture actuelle et préparer un nouveau programme de restructuration.

Quels sont les critères pour un bon chef du gouvernement?

Il doit avoir essentiellement un profil économique, mais avec un background politique. Il doit être soutenu par la majorité, mais surtout on doit lui donner beaucoup de pouvoirs pour qu’il soit capable de prendre les décisions adéquates au moment opportun.

Un nom en tête??

Je ne crois pas que la Tunisie soit dans une pénurie de personnes capables d’accomplir cette mission… Si on cherche, on va trouver.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Au Maroc la lutte contre la corruption est dans toutes les têtes, notamment dans celles des autorités, comme du reste en Tunisie en ce...

SPORT