Tags Posts tagged with "consultation nationale, économie, Tunisie,"

consultation nationale, économie, Tunisie,

par -
0

Il s’agit de la première consultation  nationale dans la Tunisie post-révolution. Elle porte sur « le programme de renforcement de l’activité économique: bonne gouvernance et opportunités ». Elle vise à « exposer les réformes devant être introduites par le Gouvernement provisoire durant l’étape à venir et à se concerter avec les différentes composantes de la société civile, partis politiques, organisations, associations, secteur privé, universitaires et professionnels sur les moyens de les mettre en œuvre avec l’efficacité et la célérité requises ».

Nombre de participants, notamment des représentants de partis et d’organisations sociales ne l’entendaient pas de cette oreille, citant le très peu de temps qui leur a été alloué pour se préparer à ce rendez-vous et élaborer des propositions. L’un d’eux a même parlé d’un « avis de consultation ». Un autre a posé la question de savoir si le gouvernement provisoire a vocation à élaborer des projets qui sont exclusivement  du ressort du prochain gouvernement issu des urnes,  lui déniant  même la latitude de préparer la loi de finances complémentaire.

Ce rendez-vous, qui devait être présidé par le Premier ministre du gouvernement provisoire, s’est déroulé sans la présence de Béji Caied Essebsi « retenu pour des engagements urgents et imprévus ». Il n’en devait pas  moins offrir , selon ses organisateurs, « une opportunité idoine pour réaliser le consensus national et fonder un pacte social dans le cadre de la liberté d’expression, de manière à contribuer au succès de la transition démocratique, à garantir le développement juste et durable, à conforter la stabilité économique et sociale et à jeter les fondements d’un Etat nouveau, où prévaut une véritable démocratie ».

Pour ce qui est du climat démocratique, la rencontre a été irréprochable, et tout le monde a pu s’exprimer comme il le pouvait et l’entendait, y compris les nombreux ministres qui étaient présents , entre autres le ministre délégué auprès du Premier ministre, Rafaa Ben Achour, qui a évoqué « la régression enregistrée au niveau des secteurs des exportations, du transport et de l’emploi, régression qui a engendré le ralentissement du rythme de croissance qui est désormais de l’ordre de 1%, la baisse des investissements extérieurs et l’amplification du déficit qui a atteint 6,2% du PIB, relevant que les opérations de destruction et de pillage ont provoqué des pertes estimées à 3 milliards de dinars ».

Pour y faire face, le  Gouvernement provisoire a élaboré un programme axé sur 4 volets essentiels, en l’occurrence l’impulsion de l’emploi, le renforcement du développement régional, l’intensification de l’investissement privé et la consolidation des interventions à caractère étranger en faveur des régions. Mais, il s’agissait aussi de traiter les effets  des violations et des formes de corruption dans nombre de domaines légués par le régime déchu,  dont en particulier la répartition inéquitable de la richesse du pays, l’absence de transparence et la mauvaise gestion des deniers publics, ce qui a nécessité l’institution d’une série de réformes urgentes dans les domaines de la bonne gouvernance, de l’emploi et du développement social.

Au nombre des mesures arrêtées, il y a celles à court terme dont le ministre de la Planification et de la Coopération Internationale,  Abdelhamid Triki  a dit qu’elles s’articulent  autour de quatre axes, à savoir la bonne gouvernance, le secteur financier, l’emploi et le développement régional et social.

S’agissant de la bonne gouvernance, elle se déclinera dans  la révision de la loi sur les associations, la promulgation d’un décret organisant l’accès du public aux documents et informations émanant de l’administration. Il s’agit, également, de réviser l’arrêté réglementant les marchés publics et de créer une commission supérieure de la réforme administrative.

En ce qui concerne l’emploi et le développement régional, les réformes portent sur la promulgation d’un décret relatif au transfert de la gestion du Fonds national de l’emploi (21-21) au ministère de l’emploi et de la formation professionnelle et le démarrage de l’audit financier et de l’évaluation de ce fonds.

Les réformes visent la mise en place d’un programme de recherche active d’emplois pour les diplômés du supérieur, la prise de mesures conjoncturelles pour préserver les postes d’emplois menacés outre la mise en place de mécanismes permettant de réduire les disparités régionales.

Mais c’est au plan financier que les annonces ont été les plus notables. Et c’est  le ministre des Finances, Jalloul Ayed, qui s’en est chargé en révélant que le Gouvernement va annoncer au cours des prochains jours, la création «d’une caisse des dépôts et des consignations», consacrée au financement des projets d’infrastructure, notamment dans les régions intérieures. Les projets qui seront financés par cette caisse, «vont changer le visage du pays, notamment dans les régions», a-t-il dit.

S’y ajoute  un «fonds d’amorçage» qui  sera crée en vue de fournir l’autofinancement des projets créateurs d’emplois, à l’efficacité économique avérée et dont les promoteurs n’ont pas pu accéder aux sources de financement traditionnelles.

Le ministre a évoqué, dans ce contexte, l’importance de mettre en place «une nouvelle conception» de l’économie tunisienne basée, spécifiquement, par l’intensification des investissements, réalisés par les privés et les professionnels ainsi que des investissements à forte valeur ajoutée et créateurs d’emplois.
Il a souligné que la Tunisie a besoin, actuellement, d’une liquidité financière, affirmant que l’Etat se trouve devant un dilemme entre la satisfaction des demandes et des revendications sociales d’une part et la préservation des équilibres des finances publiques, d’autre part.

Enfin, il  a considéré l’appui présenté par les bailleurs de fonds à la Tunisie, comme étant « un investissement dans la démocratie».

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Au milieu des collines verdoyantes de Mubuga, à 100 km de la capitale burundaise de Bujumbura, 2 500 personnes se sont réunies hier pour célébrer de manière festive...

SPORT

0
Le buteur gabonais Pierre-Emerick Aubameyang assure qu'il ne signera "jamais" pour le Bayern Munich, par respect pour les supporteurs de Dortmund, même s'il reste...