Tags Posts tagged with "corruption, SNTRI"

corruption, SNTRI

par -
Les retombées des affaires de corruption conclues sous le régime Ben Ali ne cessent de faire des vagues touchant les différents secteurs économiques et ciblant les entreprises vitales. Ce genre d’affaires a pris de l’ampleur en causant des pertes humaines. ...

Les retombées des affaires de corruption conclues sous le régime Ben Ali ne cessent de faire des vagues touchant les différents secteurs économiques et ciblant les entreprises vitales. Ce genre d’affaires a pris de l’ampleur en causant des pertes humaines.

C’est le cas de la Société Nationale du Transport Urbain (SNTRI), objet d’une affaire de corruption. Constat : grave accident à El Houareb (gouvernorat de Kairouan) engendrant le décès de 7 personnes et la blessure de plus de 40 personnes.

Ali Henchir, Pdg de la Société National de Transport Interurbain (SNTRI) a fait savoir que 40 bus parmi 180 de la flotte de la société sont encore immobilisées au parc de la société dont 20 sont en cours de réparation. Le responsable rappelle que ces unités de type Volkswagen ont été acquises aux termes d’un marché passé par le ministère de tutelle, en 2010. « Imposé à la SNTRI, ce type de matériel n’est pas adapté aux conditions d’exploitation de ladite société surtout qu’il est tombé panne, dès la première année de la réception ».

Un coup dur pour la SNTRI qui s’est trouvée obligée d’acheter ces autocars « en panne ». Chose qui a beaucoup influencé l’activité de la société

La SNTRI en difficulté

L’achat de 40 unités immobilisées sans pourtant générer des flux financiers en matière d’exploitation a coûté cher. En effet, la SNTRI s’est trouvée en proie à un ensemble de difficultés financières. Il s’agit du non réalisation de budget de l’investissement, depuis 2007.

D’autres problèmes concernent également le non recouvrement de certaines créances relevant du ministère de l’Intérieur, du ministère des Affaires sociales pour le paiement préférentiel des tarifs ainsi que les employés de presse professionnels et le ministère des Droits de l’homme pour la gratuité du transport des blessés des proches des martyrs. Un sujet qui a suscité beaucoup de polémique surtout avec la mobilisation des secrétaires généraux des syndicats de base relevant de la SNTRI ayant exigé la mise en place d’une solution pour le déficit induit, estimé à 14MD.

Parmi les autres obstacles, Henchir cite également la hausse des charges salariales suite à l’augmentation convenue et l’intégration des 141 agents relevant de la sous-traitance évoquant ainsi des tarifs figés depuis 2010.

Recours à la justice

Dans pareille situation, Ali Henchir précise que la société a engagé une action judiciaire pour le remboursement des dommages et le règlement de ces autocars sachant que la SNTRI a payé le prix de 20 unités estimé à 6MD.

Récemment, une décision a été prise par la direction générale de la SNTRI pour la mise en cause de l’intégralité du marché. L’objectif étant de demander le refoulement de toutes les unités étant donné que la société Ennakl n’arrive pas à réparer les unités immobilisées malgré les diverses promesses et l’intervention de l’équipe brésilienne. Un constat a été dressé par un huissier notaire concernant ces unités à Ben Arous, Bir Kassaa, Charguia et Gabès, selon Ali Henchir.

Autres solutions

De même, la société a procédé à la rénovation des 40 moteurs dont 20 moteurs ont été achevés. Ajoutons à cela l’acquisition de 7 minibus dont la livraison est prévue dans trois mois à la suite de la signature d’un contrat avec la SOTRADIES.

Aussi, l’acquisition de 40 autocars de type confort dont les procédures sont en examen au niveau de la cellule relevant du ministère de tutelle et qui seront présentées prochainement à la haute instance des marchés publics. Autre action en cours, la location de 30 autocars confort via un appel d’offres pour combler le besoin en matériels. « Au moyen de mesures sécuritaires, la société, dans l’article 3 du cahier des charges (les obligations de soumissionnaires), a prévu l’obligation pour les soumissionnaires de donner autorisation à la SNTRI pour monter sur les unités louées des boîtiers GPS dans le but de localiser les autocars et contrôler la vitesse du conducteur en réagissant en temps opportun », note le responsable.

Wiem Thebti

par -
Les retombées des affaires de corruption conclues sous le régime Ben Ali ne cessent de faire des vagues touchant les différents secteurs économiques et ciblant les entreprises vitales. Ce genre d’affaires a pris de l’ampleur en causant des pertes humaines. ...

Les retombées des affaires de corruption conclues sous le régime Ben Ali ne cessent de faire des vagues touchant les différents secteurs économiques et ciblant les entreprises vitales. Ce genre d’affaires a pris de l’ampleur en causant des pertes humaines.

C’est le cas de la Société Nationale du Transport Urbain (SNTRI), objet d’une affaire de corruption. Constat : grave accident à El Houareb (gouvernorat de Kairouan) engendrant le décès de 7 personnes et la blessure de plus de 40 personnes.

Ali Henchir, Pdg de la Société National de Transport Interurbain (SNTRI) a fait savoir que 40 bus parmi 180 de la flotte de la société sont encore immobilisées au parc de la société dont 20 sont en cours de réparation. Le responsable rappelle que ces unités de type Volkswagen ont été acquises aux termes d’un marché passé par le ministère de tutelle, en 2010. « Imposé à la SNTRI, ce type de matériel n’est pas adapté aux conditions d’exploitation de ladite société surtout qu’il est tombé panne, dès la première année de la réception ».

Un coup dur pour la SNTRI qui s’est trouvée obligée d’acheter ces autocars « en panne ». Chose qui a beaucoup influencé l’activité de la société

La SNTRI en difficulté

L’achat de 40 unités immobilisées sans pourtant générer des flux financiers en matière d’exploitation a coûté cher. En effet, la SNTRI s’est trouvée en proie à un ensemble de difficultés financières. Il s’agit du non réalisation de budget de l’investissement, depuis 2007.

D’autres problèmes concernent également le non recouvrement de certaines créances relevant du ministère de l’Intérieur, du ministère des Affaires sociales pour le paiement préférentiel des tarifs ainsi que les employés de presse professionnels et le ministère des Droits de l’homme pour la gratuité du transport des blessés des proches des martyrs. Un sujet qui a suscité beaucoup de polémique surtout avec la mobilisation des secrétaires généraux des syndicats de base relevant de la SNTRI ayant exigé la mise en place d’une solution pour le déficit induit, estimé à 14MD.

Parmi les autres obstacles, Henchir cite également la hausse des charges salariales suite à l’augmentation convenue et l’intégration des 141 agents relevant de la sous-traitance évoquant ainsi des tarifs figés depuis 2010.

Recours à la justice

Dans pareille situation, Ali Henchir précise que la société a engagé une action judiciaire pour le remboursement des dommages et le règlement de ces autocars sachant que la SNTRI a payé le prix de 20 unités estimé à 6MD.

Récemment, une décision a été prise par la direction générale de la SNTRI pour la mise en cause de l’intégralité du marché. L’objectif étant de demander le refoulement de toutes les unités étant donné que la société Ennakl n’arrive pas à réparer les unités immobilisées malgré les diverses promesses et l’intervention de l’équipe brésilienne. Un constat a été dressé par un huissier notaire concernant ces unités à Ben Arous, Bir Kassaa, Charguia et Gabès, selon Ali Henchir.

Autres solutions

De même, la société a procédé à la rénovation des 40 moteurs dont 20 moteurs ont été achevés. Ajoutons à cela l’acquisition de 7 minibus dont la livraison est prévue dans trois mois à la suite de la signature d’un contrat avec la SOTRADIES.

Aussi, l’acquisition de 40 autocars de type confort dont les procédures sont en examen au niveau de la cellule relevant du ministère de tutelle et qui seront présentées prochainement à la haute instance des marchés publics. Autre action en cours, la location de 30 autocars confort via un appel d’offres pour combler le besoin en matériels. « Au moyen de mesures sécuritaires, la société, dans l’article 3 du cahier des charges (les obligations de soumissionnaires), a prévu l’obligation pour les soumissionnaires de donner autorisation à la SNTRI pour monter sur les unités louées des boîtiers GPS dans le but de localiser les autocars et contrôler la vitesse du conducteur en réagissant en temps opportun », note le responsable.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE