Tags Posts tagged with "cours du pétrole"

cours du pétrole

par -

Le chef de la mission du FMI pour l’Algérie, Jean-François Dauphin, a réaffirmé hier mercredi le soutien de l’institution internationale qu’il représente à la politique des autorités algériennes pour répondre aux effets de la chute des prix du pétrole, nous apprend l’APS.

Dans une déclaration à des journalistes algériens, M. Dauphin a rappelé que cette rencontre s’inscrivait « dans le cadre du dialogue que le Fonds monétaire international (FMI) entreprend régulièrement avec les autorités algériennes ».

L’objet principal de cette audience était « de discuter des politiques mises en oeuvre par les autorités algériennes pour répondre à l’impact du contre-choc pétrolier sur l’économie algérienne », a-t-il affirmé.

Dauphin est en visite à Alger du 14 au 21 novembre à la tête d’une délégation du FMI  dans le cadre de l’évaluation économique effectuée annuellement par cette institution financière internationale pour ses pays membres au titre de l’article IV de ses statuts.

Toujours selon l’APS, le FMI avait indiqué dans son rapport mondial publié en octobre dernier que le taux de croissance de l’Algérie devrait être de 3,6% en 2016.

par -

Les finances publiques du Koweït sont très mal en point à cause de la plongée des cours du pétrole, d’où le pays tire le plus gros de ses recettes, plus de 90%. Les autorités ont fait face à leur premier déficit budgétaire depuis 16 ans, des années pendant lesquelles les revenus de l’or noir ont copieusement arrosé les caisses publiques.

Le trou du budget pour l’exercice fiscal 2015/16 qui a été bouclé le 31 mars 2013 s’est établi à 15,3 milliards de dollars, a indiqué le ministre des Finances, Anas al-Saleh. Le pays n’a pas connu pareille situation depuis l’exercice 1998/99.

2015/16 a été l’exercice de tous les casse-tête et de tous les cauchemars pour le gouvernement. Les revenus ont fondu de 45%, pour s’établir à 45,2 milliards de dollars, rendant les arbitrages extrêmement difficiles, notamment pour des citoyens qui n’ont pas l’habitude de se serrer la ceinture. Les autorités ont dû tailler dans les dépenses publiques, -14,8%, soit 60,5 milliards de dollars.

Les recettes pétrolières ont à peine atteint 40,1 milliards de dollars (46,3% de moins que l’exercice précédent), 89% de la totalité des revenus du pays, contre 95% pour l’exercice précédent. Les autorités ont réagi en conséquence pour gonfler le flux des rentrées d’argent, par exemple le Conseil des ministres a décidé la semaine dernière de monter de plus de 80% le prix de l’essence, une première depuis 20 ans. L’an dernier, les prix du kérosène et du diesel avaient été augmentés et pour 2017, les résidents étrangers seront également mis à contribution avec une hausse des prix de l’eau et de l’électricité.

A souligner que durant les 16 années fastes, le Koweït a engrangé à peu près 600 milliards de dollars, qui ont été injectés dans le fonds souverain Kuwait Investment Authority, qui investit aux Etats-Unis, en Europe et en Asie.

par -

Les cours pétroliers ont baissé mercredi juste à la veille d'une réunion de l'Opep.

Les cours pétroliers ont fini en légère baisse mercredi, dans un marché très prudent à la veille d’une réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) où il espère trouver une justification des niveaux de prix actuels, écrit l’AFP dans son site.

Le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en juillet a cédé 9 cents à 49,01 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les représentants des pays membres du cartel doivent se réunir jeudi à Vienne, et les spéculations vont bon train sur ce qui risque d’en sortir, après l’échec en avril de discussion sur un gel des niveaux de production.

« Ce qu’on espère c’est qu’on va voir un genre d’accord sortir de la réunion (des pays de l’Opep). Il y a des rumeurs selon lesquelles ils pourraient décider une espèce de plafond de production, ce qui a permis de réduire les pertes aujourd’hui », a noté l’AFP qui cite Mike Dragosits, chez TD Securities.

Pour Mike Dragosits, ajoute le journal, « la position (des pays membres de l’Opep) est assez claire, ils sont en mode attentiste en voyant que l’offre est provisoirement réduite ». « Je crois qu’ils ne vont pas essayer de faire dérailler la remontée des prix des derniers mois en excluant toute initiative », a-t-il précisé, « mais qu’il va y avoir une sorte d’accord non impératif pour garder les prix relativement élevés en attendant que le marché se rééquilibre au deuxième semestre ».

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

Le Président de la République française, François Hollande, s’est entretenu avec M. Macky Salle, Président de la République du Sénégal, dans le cadre d’un...