Tags Posts tagged with "daech"

daech

par -
0

Le Tchad a annoncé, ce vendredi 06 janvier, la fermeture de sa frontière terrestre avec la Libye en faisant état d’une potentielle grave menace d’infiltration terroriste, rapporte l’AFP.

A rappeler que les forces libyennes soutenues par l’aviation américaine ont pris en décembre la dernière poche de résistance de l’organisation Etat islamique à Syrte et Daech cherche depuis à se regrouper en Libye.

par -
0

Plus de deux jours après l’attaque meurtrière dans une boite de nuit des bords du Bosphore à Istanbul, en Turquie, le tireur est toujours en fuite mais la police l’a finalement identifié, rapporte le site français « leparisien ».

On rappelle que 39 personnes, dont plusieurs de nationalité arabe, ont été tuées. L’attentat a été revendiqué par l’organisation terroriste Daech .

par -
0
Les combattants djihadistes des pays du Maghreb se déplaceront en Afriue du Nord pour venir soutenir les groupes de l’organisation Ansar

L’homme qui a tué 39 personnes dans une boîte de nuit d’Istanbul durant la nuit du nouvel an est lié à l’organisation terroriste « Daesh ». Ce groupe vient de revendiquer l’attentat selon des médias turques et des agences de presse internationales.

Au moins 39 personnes ont été tuées et 65 blessées dans une attaque à main armée dans un club d’Istanbul. Selon la chaîne d’information NTV, au moins un assaillant déguisé en Père Noël a ouvert le feu sur la foule au Reina, une célèbre boîte de nuit d’Istanbul, à 1h15 du matin, dimanche (23h15 heure de Paris). Selon les médias turcs, il y avait entre 700 et 800 personnes à cette soirée du Nouvel An.

par -
0
Une vidéo a été publiée récemment comportant des personnes à bord d’une voiture algérienne qui étaient en train de se promener dans

Les forces irakiennes ont lancé, hier jeudi 29 décembre, la deuxième phase de leur offensive pour reprendre totalement la partie orientale de Mossoul au groupe État islamique, qui contrôle la deuxième ville du pays depuis plus de deux ans, rapporte « France 24 ».

Les forces d’élite du contre-terrorisme (CTS) ont pris le contrôle de plusieurs quartiers de l’Est et se rapprochent maintenant du Tigre, le fleuve qui traverse la ville du Nord au Sud. Mais les jihadistes continuent d’occuper la totalité de la partie occidentale de la cité, a précisé la même source.

par -
0

Au moins 23 personnes, dont 15 civils, ont été tuées, hier jeudi, dans trois attentats simultanés à la voiture piégée dans une localité du nord de l’Irak, selon l’agence AFP.

L’attaque a été revendiquée par l’EI qui a évoqué des attentats commis par trois kamikazes au volant de voitures piégées.

Gogjali est située à la lisière est de Mossoul, le fief de l’EI depuis l’été 2014 qui est visé par une offensive des forces irakiennes depuis le 17 octobre, nous apprend la même source.

par -
0

Le terroriste Bilel Chaouachi a récemment fui l’organisation Daech à Raqqa en Syrie et s’est dirigé vers Idlib en possession de ses armes et ses livres, rapporte le journal Égyptien « Arabi 21 ».

Plus connu sous le nom de « Abi Hamem Al Mouhajer », ce dernier a décidé de déserter cette organisation et a trouvé de nombreuses difficultés afin de se rendre vers la région en question étant donné que les Daechiens contrôlent toujours leur combattants, ajoute la même source.

On rappelle que Bilel Chaouachi a été recruté par Daech pendant le mandat de l’ex-chef du gouvernement, Ali Laârayedh et il avait appelé à plusieurs reprises au djihad en direct sur les plateaux de télévision.

Il a été condamné à 3 mois de prison ferme pour organisation de réunions illégales et avait écopé d’une peine de 3 mois de prison avec sursis pour s’être autoproclamé imam de la mosquée d’El Omrane Supérieur à Tunis.

par -
0

Le centre médiatique libyen « Al Bouniane Marsous » a annoncé ce lundi 5 décembre 2016, sur sa page officielle facebook, que les forces du gouvernement libyen d’union nationale (GNA) ont repris le contrôle total de Syrte à l’organisation terroriste Daech.

On rappelle que le Pentagone a récemment annoncé que les Etats-Unis continuent de mener des frappes aériennes contre des éléments du groupe terroriste en Libye.

par -
0

Selon un rapport récemment publié par l’Institut de l’Economie et de la Paix, sur l’indice du terrorisme « The Global Terrorism Index 2016 », parmi les 163 pays recensés, la Tunisie est classée au 35ème rang parmi les pays les plus touchés par le terrorisme. Elle était à la 47e place en 2015, ce qui fait un recul de 12 places. Manifestement les efforts des autorités tunisiennes pour contenir le fléau n’ont pas convaincu, du moins pas encore. Certes la Tunisie est beaucoup mieux classée que la Libye (à la 10e position), mais ce n’est pas un exploit en soi vu la dégradation avancée du climat sécuritaire là-bas. A l’inverse la Tunisie fait moins bien que ses voisins algérien (42e) et marocain (95e ).

gter

Les pays les plus touchés sont, sans surprise, l’Irak, l’Afghanistan, le Nigeria, le Pakistan et la Syrie. L’Angola, la Suisse et l’Uruguay sont en revanche les pays les plus épargnés par le phénomène du terrorisme.

D’après la même source, 274 groupes terroristes ont perpétré des actes dans plusieurs pays l’année dernière.

On signale que le classement de l’indice « The  Global Terrorism Index  2016 » a été basé sur trois principaux indicateurs :

*Le premier : le nombre total d’actes terroristes.

*Le second : le nombre de morts et de blessés imputés à des actes terroristes.

*Le troisième : les dommages matériels enregistrés durant la période 2015-2016.

Au moins 7000 terroristes tunisiens affiliés à Daech!

Depuis l’année 2012, la Tunisie est considérée comme un pays touché par le terrorisme. Elle s’est trouvée confronté à plusieurs actes terroristes.

Néanmoins, la situation sécuritaire est en amélioration notable. Les différentes unités sécuritaires travaillent sans cesse afin de protéger le pays.

On rappelle que des rapports sécuritaires étrangers relèvent que plus de mille terroristes de nationalité tunisienne ont été abattus entre l’Irak, la Libye et la Syrie depuis 2012.

De même, des données publiées par l’institut de sécurité américain « The Soufan Group » indiquent aussi que la Tunisie compte entre 6 000 et 7 000 terroristes recrutés par des groupes extrémistes, essentiellement par « Daech » en Syrie.

par -
0

Le chef du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, a été amené de nouveau à s’exprimer sur position concernant l’organisation Daech. C’était dans une interview qu’il a accordée au journal turc « Assabah Daily »

D’emblée, il a rappelé qu’il avait défini Daech comme « l’islam en colère », ce qui lui a, a-t-il ajouté, valu les critiques de beaucoup de gens lui reprochant de ne pas avoir affirmé que les Daechiens sont des « mécréants ». Et d’ajouter : « Si vous me demandez si les membres de Daesh comprennent correctement l’islam, je répondrais ‘certainement pas’. Cependant, si vous me demandez si cela exige qu’ils soient « excommuniés », je dirais que je ne suis pas certain. Le musulman idéal n’est pas défini dans le Saint Coran; au contraire, c’est une personne qui pèche et faute. Nous pouvons dire que les membres Daesh sont cruels; ils ne comprennent pas correctement l’islam et tel qu’il est. Il est donc facile de les définir; Cependant, la vraie question est de savoir comment ils ont vu le jour. Pourquoi une telle réalité qui n’a pas eu des précédents a pu émerger aujourd’hui; c’est la question qui vaut d’être posée ».

« D’un autre côté, souligne Ghannouchi, il ne faut pas oublier que Daesh se conceptualise en se basant sur des précédents islamiques. Par exemple, il existe de nombreuses interprétations de l’islam par un groupe dissident nommé Khawarij (les hérétiques), qui sont généralement ignorés et méprisés par la majorité. Cependant, Daesh adopte ces interprétations stigmatisées et crée une idéologie en décalage avec elles ».

Et Ghannouchi de s’interroger : « Pourquoi serait-on tenté de ressusciter une interprétation inhabituelle et stigmatisée » ? « La réponse, a-t-il dit, est que de nombreuses questions sociopolitiques et économiques ont satisfait aux conditions de l’action radicale. Ceux qui ont témoins de ce que les États-Unis ont fait en Irak et ce que l’Iran a fait pour la population sunnite en Irak après le retrait américain, comprendront pourquoi et comment Daesh a émergé. Beaucoup de villes en Irak et en Syrie font l’objet d’un nettoyage démographique; les locaux sont remplacés de force par d’autres amenés de l’extérieur. Ces processus et cette spirale de violence poussent les gens à agir de manière irrationnelle ».

« Par exemple, au cours des dernières années, les tribus en Irak se sont battus contre Al-Qaïda et ont chassé l’organisation terroriste hors de leurs terres. Ensuite, ces tribus ont été soumises à la pression et à la violence perpétrées par l’Etat irakien au lieu d’être autorisées à rejoindre l’armée irakienne. Sous le gouvernement Maliki, ces personnes ont tenté d’expliquer leur situation à l’Etat en organisant des manifestations pacifiques ; seulement, ils se sont retrouvés nez à nez avec les chars. Tout cela a jeté les tribus sunnites dans les bras de Daesh », selon l’analyse de Ghannouchi qui en a tiré la conclusion que « si un Etat sunnite avait soutenu la population sunnite, comme l’Iran l’a fait avec la population chiite dans la région, Daesh n’aurait jamais vu le jour. De surcroît, le pense que si un pays sunnite ne protège pas les sunnites de la région, les conflits dans la région continueront », a-t-il dit.

Ghannouchi et les Tunisiens de Daech

Interrogé sur le nombre important de Tunisiens ayant rejoint les rangs de Daech, le chef du mouvement Ennahdha s’est fendu de l’explication que voici : «  les pays d’Afrique du Nord se sont débarrassés de l’impérialisme après d’âpres luttes. Et c’est pourquoi ceux vivant dans la région ont une conscience anti-impérialiste concrète. En 1948, 12.000 Tunisiens sont allés en Palestine pour aider à la lutte contre les Israéliens. Avec l’avènement de l’Organisation de libération de la Palestine dans les années 60, des centaines de jeunes tunisiens de gauche ont rejoint l’organisation. Encore, dans les années 90, des centaines de Tunisiens ont rejoint la guerre de Bosnie. En somme, il y a une prise de conscience contre les invasions étrangères ».

Ghannouchi a estimé que « la plupart des jihadistes enrôlés par Daesh étaient contre la dictature en Tunisie durant le règne de Ben Ali et n’ont pas eu l’opportunité de la combattre par la lutte armée. Pour cette raison, les jeunes déterminés à libérer leur pays sont allés dans d’autres pays où ils pouvaient à la fois apprendre à utiliser les armes et se joindre à un mouvement de résistance. Je dois dire que ces jeunes comprennent l’islam d’une manière très superficielle. Daesh a pu les influencer avec son idéologie, car il avait une perception superficielle de l’islam. Par exemple, vous ne verrez pas beaucoup de Palestiniens sous la bannière de Daesh parce que le Hamas permet aux jeunes de participer à un mouvement où ils peuvent réaliser leurs objectifs. En ce sens, les Palestiniens qui adhèrent à une interprétation modérée de l’islam n’ont pas besoin d’idéologies radicales », a-t-il conclu.

par -
0

La Turquie a accusé, dimanche 27 novembre 2016, Daech d’avoir recours aux armes chimiques contre des combattants pro-turcs dans le nord de la Syrie, rapporte l’agence AFP.

L’attaque s’est produite dans la région du village de Khaliliya, où les rebelles syriens soutenus par des forces spéciales et l’aviation turques tentent de déloger les djihadistes de la zone frontalière.

Les blessés ont été acheminés en Turquie par des équipes de l’agence du gouvernement turc en charge des situations d’urgence. Ils ont été admis à l’hôpital de la ville frontalière de Kilis, ajoute l’agence.

par -
0
Dans l’interview accordée à Al Arabiya

Soixante-dix pèlerins chiites ont été tués, ce jeudi 24 novembre 2016 , suite à l’explosion d’un camion piégé en Irak, dans une station-service de Chomali, à 120 km au sud-est de la capitale, Bagdad, rapporte « Le monde.fr ».

Cet attentat a été revendiqué par l’organisation Etat islamique. La plupart des victimes sont des Iraniens et Bahreïniens, selon la même source.

par -
0

L’organisation Human rights watch (HRW) a déclaré, ce jeudi 17 novembre 2016, que les combattants de l’organisation de l’EI ont probablement exécuté plus de 300 policiers irakiens il y a trois semaines et ont jeté leurs corps dans une fosse commune au sud de Mossoul, rapporte « Le Figaro ».

A noter  que les forces irakiennes ont annoncé avoir reprendre plus du tiers de l’est de Mossoul au groupe djihadiste Etat islamique quatre semaines après le lancement de leur offensive contre ce bastion terroriste en Irak.

par -
0

L’organisation terroriste Daech a revendiqué, dans un communiqué rendu public ce dimanche 6 novembre 2016, l’assassinat du militaire, Saâd Ghazlani, qui a avait tué à son domicile hier à Douar Khraifia dans la délégation de Sbiba, dans le gouvernorat de Kasserine.

Il est à rappeler par ailleurs que des renforts sécuritaires et militaires sont arrivés à Douar Khraifiya. Une opération de ratissage continue dans la région proche du Mont Mghila et les régions voisines pour trouver ce groupe.

par -
0
Dans l’interview accordée à Al Arabiya

Les troupes d’élite irakiennes, qui encerclent depuis mardi dernier la ville de Mossoul, deuxième plus grande ville du pays et dernier grand fief de Daech, s’attendaient sûrement à une résistance des djihadistes, mais certainement pas avec cette intensité. Les forces spéciales, qui ont fait mouvement vers l’est de la ville ce vendredi 04 novembre, se sont heurtées à des combattants coriaces, requinqués par l’appel de leur « calife », Abou Bakr al-Baghdadi, qui leur a intimé l’ordre de ne pas se «replier».

Pour enrayer la vague de fuites au sein de ses rangs et parmi la population civile, les éléments de l’Etat islamique, du moins ce qui en reste, ont assassiné des centaines de personnes dans les environs de son bastion, qu’il tient de moins en moins…

par -
0

Les forces spéciales irakiennes sont en ce moment aux abords de Mossoul, deuxième ville d’Irak et fief de Daech depuis 2 ans, rapporte l’AFP ce mardi 1er novembre 2016. Sûr de la victoire imminente de ses troupes, le Premier ministre irakien, Haider al-Abadi, invite les djihadistes à «se rendre ou mourir».
«Nous allons refermer notre étau sur l’EI de tous les côtés», a affirmé al-Abadi dans un discours à la télévision publique irakienne hier lundi tard dans la soirée. Les djihadistes «n’ont pas d’échappatoire ». Au moment où le Premier ministre prenait la parole, les forces d’élite du contre-terrorisme (CTS) étaient aux abords de Mossoul, où elles espèrent percer rapidement dès que le feu vert sera donné

«Nous avançons en ce moment dans Gogjali», un village aux abords des quartiers est de Mossoul, a confié à l’AFP un commandant de ces forces, Abdelwahab al-Saadi. «Notre prochaine étape sera d’entrer dans (les quartiers) d’Al-Zahra et Al-Karama qui sont dans l’est de Mossoul», a-t-il ajouté.

Certes les troupes d’élite sont pressées d’entrer dans l’agglomération de Mossoul et d’en découdre avec l’Etat islamique, ce qui serait déjà un exploit vu que l’offensive a été déclenchée le 17 octobre, mais elles devront attendre des renforts pour mettre toutes les chances de leur côté lors de la bataille décisive, qui sera à coup sûr une série de combats de rue sanglants pour débusquer les activistes de Daech.

Des dizaines de milliers d’éléments des forces irakiennes convergent en ce moment vers Mossoul, appuyés par des tirs aériens de la coalition internationale pilotée par les USA. A l’est et au nord de la ville, les combattants kurdes sont solidement campés dans les villages arrachés récemment à Daech

Au sud, les forces du gouvernement fédéral avancent vite mais sont encore loin du sud de Mossoul. A l’ouest, les forces paramilitaires du Hachd al-Chaabi, une coalition animée par des milices chiites armées par l’Iran, essaient de boucher les lignes de ravitaillement de l’EI avec la Syrie. A noter qu’elles ont mis la main sur des villages sur la route de Tal Afar, une localité stratégique.
Par contre les responsables du Hachd al-Chaabi donnent des gages en déclarant qu’ils s’abstiendront de pénétrer à Mossoul, une ville majoritairement sunnite, rappelons-le. Mais les chefs sur le terrain ne sont pas aussi formels et ont manifestement l’intention de revendiquer leur part dans l’assaut final en entrant dans le bastion de Daech

Il est prévu que les forces irakiennes, une fois Mossoul assiégé, aménagent des couloirs humanitaires pour laisser les civils sortir de la ville. C’est seulement après qu’elles vont investir les rues de la ville pour entamer les combats rapprochés avec 3.000 à 5.000 djihadistes encore planqués à Mossoul, d’après des estimations du Pentagone.

par -
0

Les forces de l’armée irakienne ont récemment abattu une terroriste tunisienne, une sniper et une autre de nationalité japonaise, a rapporté
Mosaïque fm ce mercredi 26 octobre.

On rappelle dans ce contexte que que Samir Jamai, ambassadeur de Tunisie
en Irak, a déclaré qu’il y a sur place 26 Tunisiens impliqués dans des opérations
terroristes, dont 13 ont été condamnés.

par -
0
Dans l’interview accordée à Al Arabiya

Selon des données publiées récemment par le site « Algérie patriotique », lequel s’est référé aux chiffres communiqués début septembre par The Soufan Group, la Tunisie compte entre 6 000 et 7 000 terroristes recrutés par des groupes extrémistes, essentiellement par « Daech ».

Selon les mêmes estimations établies jusqu’à décembre 2015, le Maroc compte entre 1200 et 1500 recrues. Ce chiffre serait nettement plus élevé si l’Algérie n’avait pas pris la décision de stopper le flux de «djihadistes» marocains qui se rendaient en Libye via le territoire algérien.

Par contre le nombre de djihadistes algériens ayant rejoint « Daech » est largement inférieur, autour de 200 recrues.

Selon « Algérie patriotique », ce chiffre peut surprendre pour un grand pays d’Afrique qui a connu une décennie de terrorisme. Le fait est que quinze années après la « décennie noire », «le radicalisme semble avoir moins d’attrait en Algérie», constate ce réseau d’information, anciennement rattaché aux Nations unies et lauréat de plusieurs prix.

par -
0

Des enquêtes menées par des services spécialisés étrangers dans le terrorisme font état d’une relation très étroite entre les groupes terroristes et les barons de la drogue. Ces investigations ont permis d’établir que ces groupes utilisent ce commerce illégal pour s’acheter des armes et des explosifs ou même pour mener des attentats suicides, tout en consommant les stupéfiants.

Qu’il s’agisse du fléau du terrorisme ou du trafic de drogue, il faut chercher les causes au niveau interne. Ghazi Moalla, spécialiste des affaires libyennes, a confié à Africanmanager que des mafias de la contrebande fournissent les drogues aux membres de « Daech » en Libye. Il a ajouté que la commercialisation des drogues « dures » (cocaïne, héroïne) se passe dans le Sahara libyen, notamment au niveau des frontières nigériennes et tchadiennes.

Sur un autre volet, il a affirmé que des terroristes de différentes nationalités se sont retranchés sur les frontières tuniso-libyennes. Il a par ailleurs assuré que les unités sécuritaires et militaires tunisiennes sont toujours vigilantes et sont prêtes à mettre en échec toute tentative d’infiltration terroriste du côté libyen.

Les « daechiens » prennent de la drogue avant d’agir

Des experts en sécurité avaient, à maintes reprises, affirmé que de la Syrie à l’Arabie saoudite, en passant par la Jordanie et la Libye, le « captagon » suscite crainte et convoitise. Ce dérivé serait la principale source de financement du groupe armé de l’État islamique et demeure un puissant appui pour les kamikazes avant qu’ils mènent leurs attentats-suicides.

Aujourd’hui, la Syrie est devenue la plaque tournante de la production et l’exportation du « captagon », très facile à contrefaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il s’agit d’une  petite pilule blanche qui permet d’oublier la douleur et la peur. Ce médicament créé en 1963 était initialement prescrit pour soigner les troubles de la concentration et la narcolepsie, avant d’être placé sur la liste des substances psychotropes.

par -
0

Le ministère espagnol de l’Intérieur a annoncé, lundi 26 septembre 2016, l’arrestation à Valladolid (Nord-ouest de l’Espagne) et à Murcie (Sud-est) de deux personnes de nationalité marocaine qui voulaient rejoindre l’organisation terroriste Daech, a rapporté le site d’information marocain  « Aujourd’hui Le Maroc ».

L’un des deux individus appréhendés avait décidé de rallier les rangs de Daech en Syrie, ajoute la même source dans un communiqué, précisant qu’il s’est auto-radicalisé à travers Internet en accédant à des contenus de propagande de cette organisation terroriste.

par -
0

L’organisation terroriste Daech a, à maintes reprises, publié des clips de propagande dans lesquels on voit des enfants âgés de cinq à 10 ans en uniforme, qui se tiennent au garde-à-vous et font des exercices militaires. Ils apprennent à décapiter des « individus mécréants » et doivent également être prêts au combat. Des experts en sécurité tunisiens ont affirmé que ces mineurs ont subi un lavage de cerveau idéologique de la part de leurs familles ou bien ils ont été manipulés par des terroristes via les réseaux sociaux.

Selon des sources bien informées citées ce mercredi 8 septembre 2016 par le quotidien Al Chourouk, 100 terroristes tunisiens âgés entre 20 et 30 ans, dont une dizaine d’écoliers originaires de la délégation de Remada, relevant du gouvernorat de Tataouine, avaient rejoint l’organisation « Daech ». Ils avaient abandonné leurs écoles pour combattre avec les djihadistes dans la ville de Syrte, en Libye.

D’après la même source, ladite région est connue par la prolifération du terrorisme, essentiellement depuis 2013 et les groupes djihadistes avaient donné aux familles des sommes d’argent oscillant entre 5 mille et 7 mille dinars pour que leurs enfants rejoignent l’EI à Syrte

On rappelle qu’il y a un an, une douzaine de familles de Remada, petite ville située à l’extrême sud tunisien, à la frontière de la Libye, avaient annoncé la disparition de leurs enfants: 36 jeunes âgés entre 16 et 35 ans, dont une femme. Selon le ministère de l’Intérieur, ces derniers étaient partis à Syrte et appartiennent tous à des courants religieux extrémistes. De même, d’autres jeunes de cette même ville avaient franchi en février dernier illicitement les frontières pour rejoindre Daech à Syrte.

300 Tunisiens tués dans des bombardements aériens à Syrte!

A signaler que les Etats-Unis avaient annoncé, le 1er août 2016, le lancement de frappes aériennes sur la ville de Syrte visant des zones contrôlées par les groupes terroristes. Ces bombardements viennent soutenir une offensive lancée en mai par les forces d’une coalition du gouvernement de Faïez Sarraj.

Entre 200 et 300 terroristes de nationalité tunisienne ont été récemment abattus dans la ville en question. Quelques autres dizaines de daechiens tunisiens ont été détenus dans les prisons libyennes et n’ont pas été rapatriés vers la Tunisie, a récemment déclaré le spécialiste tunisien des affaires libyennes Ghazi Moalla, à Africanmanager.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Pour sa première sortie médiatique cette année, la Banque mondiale est optimiste pour la croissance au Maroc. Elle prévoit un taux de 4% en...

SPORT

0
Le bus transportant l'équipe cadets de handball du Stade Tunisien s’est renversé, dimanche 15 janvier, à cause des conditions météorologiques difficiles sur l’autoroute Sousse-Tunis,...