Tags Posts tagged with "Démissions, Nidaa Tounès, Slim Chaker,"

Démissions, Nidaa Tounès, Slim Chaker,

par -
Alors que Nidaa Tounès s’apprête à présenter son programme économique et social à travers les régions

Alors que Nidaa Tounès s’apprête à présenter son programme économique et social à travers les régions, des démissions en cascade ont été enregistrées au sein du parti de Béji Caied Essebsi. Deux députés, à savoir Chokri Yaich et Jamel Gargouri, ainsi que quatre hauts cadres des bureaux régionaux du parti ont annoncé leur démission. Il s’agit de Mohamed Kamoun, secrétaire général du bureau de Sfax 1, Mourad Jemel, SG de Sfax 2, Lamia Sellami, trésorière de Sfax 2 et Hamdi Ouannès, secrétaire général adjoint de Sfax 2. Et il n’est pas exclu que d’autres démissions interviennent dans les prochains jours. Il semble que la propension à l’hégémonie et au sabotage dont sont susceptibles les ex-Rcidistes a jeté l’anathème sur le parti provoquant la colère de bon nombre de ses dirigeants. Dans une déclaration à Africanmanager, le député Chokri Yaich a dénoncé le comportement de certaines figures de l’ancien régime, citant en particulier de Faouzi Elloumi qui, a-t-il dit, n’a de cesse d’accentuer son emprise sur le mouvement à travers son pouvoir financier et de mettre les bureaux régionaux sous sa tutelle. Et de souligner que ces structures parallèles sont dirigées par des Rcidistes qui étaient des députés du temps de Ben Ali.

Quant à eux, les six démissionnaires ont expliqué leur démission par la situation qui prévaut au sein du parti et par le changement de cap par rapport à sa stratégie initiale, dont notamment le rassemblement des forces démocratiques. Ils reprochent également au parti d’accueillir massivement des symboles de l’ancien régime liés étroitement au système de corruption et de répression.

De son côté, le coordinateur général du parti Nidaa Tounès dans le gouvernorat de Ben Arous, Moncef Héni qui s’est retiré du parti, a épinglé l’absence de démocratie parmi certains dirigeants du bureau exécutif.

Quant à lui, Slim Chaker, membre du bureau exécutif de Nidaa Tounès, il nous a précisé qu’il n’a aucun problème avec ces démissions, soulignant, cependant, qu’il n’a pas aimé la façon dont elles ont été faites et annoncées, le dimanche, vers 22 heures, sur « facebook » : « Ils auraient dû contacter le président du parti, Béji Caïd Essebsi, pour discuter avec lui des problèmes et des raisons de leur démission : « Il faut avoir un minimum de déontologie dans la vie indépendamment de la politique », a-t-il dit.

« Bonne chance aux démissionnaires ! »

Il a affirmé que Nidaa Tounès n’a pas caché, dès sa création, qu’il a été fondé sur les règles de la démocratie et qu’il n’exclut personne sauf ceux qui ont eu maille à partir avec la justice : « Dès sa création, Nidaa Tounès s’est attaché à instaurer cette fameuse démocratie qui manque à la Tunisie, depuis l’Indépendance. Si on ne va pas réussir la démocratie, cela va se solder par un cuisant échec pour la Tunisie », a-t-il affirmé, précisant que Nidaa Tounès est une mosaïque où font bon ménage destouriens, gauchistes, syndicalistes et indépendants.

Il a fait remarquer, dans ce cadre, que les Tunisiens sont exaspérés par les polémiques et les tiraillements politiques qui ne cessent de faire florès sur les ondes des radios et dans les plateaux de télévision, et qu’il est temps de rassurer les citoyens en leur promettant plus de sécurité et de stabilité, raison pour laquelle, il a été décidé de ne pas parler de cette démission sur les plateaux de télévision : « Je souhaite à ceux qui ont choisi de quitter le parti, bonne chance, bon courage et plein de succès. On ne va pas faire les plateaux », a-t-il souligné.

Slim Chaker a exprimé, cependant, des doutes concernant cette épidémie de démissions dans les différentes régions dans 24 heures, soit spontanée et décidée de façon indépendante.

Evoquant l’image de Nidaa Tounès suite à ces démissions, Slim Chaker nous a précisé que le parti est adossé à une assise solide, et qu’en cours de route, il arrive très souvent des accidents qui ne sont pas faciles, mais le parti est là pour corriger, analyser et tirer les leçons.

Khadija Taboubi

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

L'Union africaine (UA), les Nations unies (NU), l'Union européenne (UE) et l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) continuent de suivre de près l'évolution de...