Tags Posts tagged with "dépenses"

dépenses

par -
0

Le Maroc n’a pas encore de gouvernement, les tractations s’éternisant depuis les dernières législatives qui ont confirmé les islamistes à la tête du pays. En attendant, ce sont les frasques du Parlement qui meublent l’actualité. En effet le train de vie des parlementaires provoque des remous, notamment une somme faramineuse décaissée juste pour réparer des toilettes. Ce mardi 29 novembre, les juges vont mettre leur nez dans cette étrange affaire, nous apprend l’édition du journal Assabah d’aujourd’hui.

La réfection des 120 toilettes de la Chambre des députés coûte cher, 14 millions de dirhams. Les députés ont beau arguer qu’il s’agit de hisser les toilettes de l’honorable Assemblée au niveau des standards internationaux, ni plus ni moins, le dossier fait jaser dans le pays. Ameutés par les plaintes des citoyens, les juges de la Cour des comptes vont rappliquer pour faire la lumière sur les goûts de luxe des élus marocains. Le problème c’est que le projet ne concerne pas seulement des toilettes soi-disant délabrées, 35 toilettes qui viennent à peine d’être montées dans la nouvelle annexe de la Chambre des députés font également partie du lot. C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, déchainant les accusations de dilapidation de l’argent public…

Les citoyens pointent du doigt le mutisme de la Commission de contrôle au sein de la première Chambre, qui a comme conséquence ce genre d’écart mais aussi d’autres projets complètement farfelus où le seul objectif serait de détourner les deniers publics, selon les citoyens et observateurs. Il y aurait moult dépenses de ce type, lesquelles ont d’ailleurs la particularité de ne faire l’objet d’aucun rapport public…

Et puis il y a les affaires louches du président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchemass. Il est accusé d’engloutir l’argent des contribuables dans des achats de bagnoles de luxe, pour la coquette somme de 10 millions de dirhams environ, rapporte le journal.

Toutes ces affaires, et bien d’autres, seront passées à la loupe par la justice. Révélations fracassantes en perspective !

par -
0

La présidence du gouvernement prendra des mesures exceptionnelles et draconiennes pour maîtriser les dépenses de fonctionnement et réduire celles des rémunérations.

Dans un document officiel cité par hebdomadaire Assabah Ousbouii, l’accent est mis sur les mesures relatives aux primes et indemnités avec une réduction des primes des heures supplémentaires et à la rationalisation de la prime de rendement qui sera liée effectivement aux prestations livrées.

De même, la présidence du gouvernement a décidé de prendre des mesures exceptionnelles concernant essentiellement l’arrêt des recrutements à l’exception de ceux des diplômés des  écoles de formation , la réduction du nombre des élèves des établissements de formation  et le non recours au remplacement des fonctionnaires ayant fait valoir leur droit à la retraite, outre la décision de ne pas pourvoir à la vacance des postes due à la démission de leurs titulaires, leur décès ou leur détachement.

Selon le document de la Primature, la masse salariale devra être ramenée à 12% du PIB à l’horizon 2020 contre 14% actuellement.

Il est à rappeler à cet égard que la Directrice générale du FMI, Christine Lagarde, avait vivement critiqué, lors d’une réunion tenue en présence du gouverneur de la Banque centrale de Tunisie et du ministre des Finances, à l’occasion de sa dernière visite en Tunisie, l’augmentation de la masse salariale dans le pays qui compte parmi les plus élevées au monde, comme elle avait reproché au gouvernement de ne pas avoir utilisé les fonds induits par la baisse des cours mondiaux du pétrole à des fins d’investissement mais pour augmenter les salaires dans la fonction publique.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE