Tags Posts tagged with "détérioration"

détérioration

par -

L’examen des résultats provisoires de l’exécution du budget de l’Etat, à fin octobre 2016, fait apparaître une détérioration du déficit budgétaire (3.708 MDT contre 1.527 MDT au cours de la même période de l’année 2015), à cause de l’accélération des dépenses hors principal de la dette à un rythme plus élevé que celui des recettes propres. Les dépenses de fonctionnement se sont accrues de 8,7% durant cette période (contre 7,1% une année auparavant), portant la marque de l’accélération des dépenses de rémunération (+16,8% contre +11,3%). En revanche, les dépenses de subvention se sont établies à un niveau nettement inférieur à celui de 2015 (-30%) et ont concerné exclusivement les produits de base et le transport.

tars

S’agissant des ressources propres de l’Etat, elles se sont accrues durant les dix premiers mois de 2016 (+3,6% contre +1,6%) tout en demeurant en deçà du taux de progression prévu dans la loi des finances 2016 (LF2016), soit 12,4% sur l’ensemble de l’année. Cette évolution émane d’une hausse exceptionnelle des recettes non fiscales (cession de la licence 4G pour un montant de 471 MDT). En revanche, les recettes fiscales ont quasiment stagné (0,1% à comparer au taux de 11,4% prévu dans la LF2016). Cette évolution est, essentiellement, imputable à la faible performance des impôts sur les sociétés (notamment les sociétés pétrolières). Le financement du déficit durant les dix premiers mois de 2016 a été assuré grâce à un recours plus intensif au financement intérieur par rapport à celui prévu par la LF2016.

Communiqué BCT

par -

La diabolisation orchestrée du secteur pétrolier a engendré une détérioration du pouvoir décisionnel, ce qui a entrainé un blocage à plusieurs niveaux. Tel est le constat du président de la Chambre de Commerce Tuniso-Britannique, Mehdi Ben Abdallah.
Lors de son discours à l’occasion d’un petit déjeuner-débat organisé ce jeudi 24 novembre sur « La stratégie énergétique de Tunisie 2020 », il a signalé que cela a causé une détérioration de l’image de la Tunisie auprès des opérateurs et partenaires, et poussé certaines compagnies pétrolières à s’interroger sur leur maintien dans le pays.
Une telle situation a eu un impact sur les sociétés de service.

Ben Abdallah a souligné la nécessite de mettre en place une nouvelle politique de manière à assurer le développement du secteur.
Parmi les actions à entreprendre, il y a la mise en conformité du code d’hydrocarbures avec l’article 13 de la Constitution et le développement des solutions innovantes et des mesures adéquates à prendre…

par -

Hela Cheikhrouhou, la nouvelle ministre de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables du gouvernement Youssef Chahed, a déclaré qu’on se trouve face à une détérioration continue et certaine des fondamentaux économiques et financiers de la CPG et du GCT ainsi que leurs filiales, qui coûtent énormément.

Dans une interview exclusive accordée ce mercredi 5 octobre à Africanmanager, la ministre a ajouté qu’avec le rythme actuel, il est impossible de couvrir les charges du groupe..

La responsable a par ailleurs souligné qu’on n’arrive à produire que 3,5 millions de tonnes à cause des interruptions et des grèves sauvages, alors que le groupe continue de payer les salaires de 27 mille employés, l’équivalent de 500 millions de dinars.

C’est préoccupant, a encore déploré la ministre tout en signalant que le groupe a enregistré une perte de l’ordre de 200 millions de dinars en consommant plus de deux tiers de son capital l’année dernière, alors qu’en 2010 il a pu générer 800 millions de dinars de bénéfice net.

Nous y reviendrons.

par -
Dans le cadre de la coopération tuniso-américaine

Le président de la Fédération nationale du textile (FENATEX), Belhassen Ghrab a déclaré que 60% des entreprises actives dans le secteur du textile sont menacées de fermeture.

Dans une interview, publiée ce mardi  4 octobre 2016, par le quotidien « Assabah », le président de la Fenatex a justifié sa position par les problèmes confrontés également par les petites et moyennes entreprises ainsi que la pression imposée par la CNSS et les services fiscaux.
Il s’est aussi montré inquiet par rapport au retard affiché au niveau de la réaction du gouvernement qui n’a pas encore pris les mesures nécessaires pour assurer la relance du secteur déplorant ainsi la fermeture de pas moins de 300 entreprises et la perte de 40 mille emplois.  Un chiffre qui sera révisé à la hausse pour atteindre 50 mille à fin 2016, notamment au niveau des sociétés totalement exportatrices qui emploient 150 mille personnes, selon ses dires.
Dans le même contexte, Ghrab mis en garde contre la détérioration du secteur. Chiffre à l’appui, les exportations de prêt à porter ont baissé de 15% durant les quatre dernières années. De même, les importations de matières premières ont chuté de 12%. Du coup, la contribution du secteur dans la balance commerciale a reculé de 16.39%.  Idem, la contribution du secteur du textile dans le PIB a passé de 4.9% à 2.8%.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

A l’occasion de l’Assemblée générale de Medef International qui s’est tenue mercredi 17 mai 2017, Medef et Medef International ont rappelé la priorité donnée...