Tags Posts tagged with "digital"

digital

par -

Le secteur du numérique, bien qu’il représente un important gisement de croissance pour l’économie tunisienne, se trouve aux prises avec plusieurs problèmes dont personne ou quasiment ne parle. C’est le cas de « la stratégie nationale de la numérisation », un des projets qui devrait se déployer dans trois ou quatre ans mais qui peine à avancer devant les obstacles auquels fait face le secteur. C’est un des constats confirmés par le ministère des TICs.
« La Tunisie va témoigner des transformations majeures d’ici trois ou 4 ans ». C’est ce qu’a indiqué le ministre des Technologies, Anouar Maârouf, lors d’un point de presse, tenu, jeudi, sur « la stratégie Tunisie Digitale 2020 ». Avec l’arrivée de l’internet, tout va changer; d’où la mise en place d’une nouvelle structure chargée de suivre les projets inscrits dans le cadre de cette stratégie. Pour cette nouvelle instance qui bien qu’elle ait obtenu l’accord du conseil stratégique de l’économie numérique et du chef du gouvernement, Youssef Chahed, beaucoup de travail reste à faire pour achever l’ensemble des projets inscrits dans le cadre de cette stratégie. Le ministre a, à ce propos, évoqué plusieurs obstacles dont principalement l’absence de dynamique autour de cette stratégie.

Le ministre a en outre indiqué qu’il est impossible d’atteindre les objectifs escomptés à ce rythme- là, faisant savoir que l’état des lieux de quatre ans fait ressortir un faible taux de réalisation des 72 projets identifiés dans le cadre de cette stratégie, alors que 20% sont en cours et 75% au stade de l’idéation.
> Anouar Maârouf a, dans le meme ordre d’idées, signalé que « la stratégie Tunisie Digitale 2020 » porte plusieurs ambitions : une valeur ajoutée du numérique de 13500 MD, des exportations en numérique de 5000 MD et la création de 80.000 emplois, estimant toutefois qu’à cette cadence, les objectifs escomptés restent difficile à atteindre.
Le ministre a dans le même cadre indiqué que les principaux freins auxquels se heurte le développement de « la stratégie Tunisie Digitale 2020 » sont à trois niveaux de problématiques : la gouvernance ( responsabilité diluée, absence de légitimité transverse, instance de pilotage inefficace) , la non disponibilité des ressources financières (il y a de l’argent mais il n’y a pas une bonne gestion des ressources, ne vont pas pour le développement) et les ressources humaines.

C’est ainsi que le ministre a appelé à mettre au point une solution pour résoudre les trois problèmes ensemble, et une stratégie capable de lever les obstacles et mettre en place la stratégie numérique.

Il a fait par ailleurs remarquer que le ministère ne peut pas recevoir des dons ou des prêts pour financer les projets numériques nationaux. « On ne peut pas recevoir des dons parce que notre ministère n’a pas une propre identité », a fait savoir le ministre, appelant ainsi à plus de souplesse et de rapidité dans la conclusion des marchés non soumis à la loi 85-78 portant statut général des agents des offices et établissements publics à caractère industriel et commercial et à la loi 89-9 relative aux participations et entreprises publiques.

Anouar Maârouf a toutefois estimé qu’il demeure confiant en la possibilité de la Tunisie d’y arriver sachant que le digital est aujourd’hui au cœur de la transformation au monde.

par -

La 31ème édition des Journées de l’entreprise aura lieu les 08, 09 et 10 décembre 2016 à Sousse. Près de 1200 participants dont des chefs d’entreprises, des décideurs politiques prendront part à ce rendez-vous incontournable. La transformation digitale  a été placée au cœur de cet évènement :  » Nous allons miser sur le digital parce que nous croyons fort que la reprise sera plus rapide via ce créneau », a déclaré Ahmed Bouzguenda, président de l’Institut Arabe des Chefs d’Entreprises (IACE), lors d’un point de presse tenu ce mercredi 1er décembre 2016 à Tunis.

« C’est à travers la transformation numérique que la Tunisie pourra facilement relancer sa croissance, créer de l’emploi pour les diplômés de l’enseignement supérieur et mettre en place des projets de développement », a indiqué Bouzguenda, avant d’annoncer la mise en oeuvre, en partenariat avec l’IACE, d’un indice permettant d’avoir une nette idée sur les capacités des régions à utiliser le digital.

De son côté, Mohamed Bridaa, président du Centre tunisien d’information économique (CTIE), relevant de l’IACE, a fait remarquer qu’une attention particulière sera accordée aux marchés algérien et libyen mais aussi à la France, la Colombie et la Jordanie. « Nous voulons voir les expériences des autres dans l’optique de faire réussir la transformation numérique en Tunisie », a-t-il dit.

Cette année, le premier jour, vendredi, 9 décembre 2016, de la 31ème édition des journées de l’Entreprise coïncidera avec le Sommet international des Business Think Tank. Par ailleurs, le samedi 10 décembre 2016, deuxième jour, sera marqué par deux panels ; le premier portant sur les nouveaux métiers engendrés par cette transformation et le deuxième aura pour focus le débat public-privé sur la capacité des entreprises et des pays à absorber et à tenir compte de ces changements qui constituent une source d’avantages comparatifs. Ils seront suivis d’un « Talk-Show » sur la transformation digitale sectorielle durant lequel une fine sélection d’intervenants apportera son témoignage sur la transformation digitale opérée dans les secteurs qu’ils représentent.

Le deuxième jour, le débat sera axé autour de la transformation digitale, nouvelle organisation du travail et nouvelles compétences. Des métiers qualifiés aux moins qualifiés, de nouvelles compétences seront requises. Le dernier panel portera, en revanche, sur la promotion de l’investissement et la transformation digitale à travers un débat gouvernement-secteur privé. La concrétisation d’une telle orientation dépendra de l’adaptabilité des politiques macro-économiques, elle se basera sur des grands projets utilisant les partenariats publics-privés.

Des références internationales en matière de digitalisation dans plusieurs secteurs d’activités seront exposées : Société Générale, Air France, le Conseil National du Numérique, la Trésorerie Nationale d’Afrique du Sud seront représentées à l’occasion du talk-show qui réunira M. Yvan Mirochnikoff, Global Senior Advisor, M. Ghislain Colas des Francs, Directeur de la Transformation Digitale, M. Yann Bonnet, Secrétaire Général, M. Daniel Makoni, Conseiller de la Trésorerie Nationale, M. Mohamed Erraidh, Président de l’Union Générale des Chambres de Commerce et d’Industrie libyenne.

Plusieurs autres responsables venant de plus 30 pays seront présents à cette rencontre, dont notamment M. Arun Jaitley, Ministre des Finances d’Inde, M. Ahmed Miitig, Vice-Premier Ministre Libyen, M. Jean Pierre Raffarin, Ancien Premier Ministre Français, M. Santiago Gomez Barrera, Secrétaire du Gouvernement de Medellin en Colombie et M. Chi Fulin, Président de l’Institut Chinois des Réformes et du Développement en Chine, ainsi que M. Youssef Chahed, Chef du Gouvernement tunisien, qui assurera également l’ouverture officielle de cette 31ème édition.

par -

« E-Tourisme : une solution à la relance du secteur », tel est le thème d’une rencontre qu’organise jeudi 19 mai le Centre des jeunes dirigeants (CJD) pour «  trouver des solutions pratiques et rapides qui auront pour objectif de redessiner l’image de notre pays en général et de notre offre touristique  en particulier ».

Une stratégie a été initié en 2014 comprenant les axes suivants : Le développement de l’offre, la qualité et la formation, le Branding et enfin un axe transverse relatif à la gouvernance

Dans une ère marquée par le développement des technologies d’information et du commerce électronique, constate le CJD, la Tunisie accuse un retard par rapport à d’autres pays méditerranéens qui ont su capitaliser sur cette avancée révolutionnaire du traitement de l’information pour attirer l’attention d’une population intellectuellement plus avertie, plus exigeante et ayant un pouvoir d’achat plus important.

Il rappelle que plusieurs projets ont été initiés par des institutions publiques et privés pour hisser le pays au niveau des standards internationaux, notamment dans le secteur du tourisme. « Nous essayerons lors de cet évènement de faire le diagnostic de la situation du tourisme en Tunisie, d’avancer des solutions technologiques pour répondre aux insuffisances du secteur, d’évaluer l’état des lieux des projets en cours, d’identifier les freins à leur mise en place et de finir avec des recommandations pour le développement du tourisme digital », explique le CJD à la veille de ce rendez-vous qui verra la participation d’anciens ministres tunisiens du Tourisme et sera marquée par la présentation de plusieurs études et exposés sur le tourisme digital.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

La compagnie aérienne Air France met le paquet sur le Maroc. Dimanche 26 mars 2017, une nouvelle ligne entre les aéroports Paris-Charles-de-Gaulle et Marrakech...

SPORT