Tags Posts tagged with "douane, tunisie"

douane, tunisie

par -
Face au refus continu de l’administration d’entamer un processus de dialogue adéquat

Face au refus continu de l’administration d’entamer un processus de dialogue adéquat, le syndicat des agents de la douane observera des sit-ins, les 12 et 17 avril devant l’Assemblée Nationale Constituante et dans toutes les régions du pays. Le 17 avril, il y aura un autre sit-in devant le siège du ministère des Finances, cette fois-ci.

La direction de la douane fait la sourde oreille

Mohamed Ghodhbane, commandant et président du bureau exécutif du Syndicat de la douane, affirme que ce mouvement est important pour amener le ministère de tutelle ainsi que la présidence du gouvernement à écouter les syndicalistes et prendre connaissance de leurs préoccupations.

D’après lui, ces deux autorités sont appelées à intervenir immédiatement en engageant une réflexion en profondeur concernant le dossier de la douane. L’objectif est de mieux contribuer au développement de l’économie et assurer le processus de transition en Tunisie.

Dans une déclaration à Africanmanager, le commandant a déploré le déficit de communication avec la direction de la douane qui continue de faire la sourde oreille et même de refuser l’action syndicale. « On a essayé de contacter la direction à maintes reprises, mais toutes les tentatives ont été vouées à l’échec » a-t-il martelé.

Dans pareille situation, le syndicat n’a pas de choix que d’observer les sit-in pour transmettre la voix des agents, leurs soucis et les problèmes confrontés lors de l’exercice de leurs fonctions.

Des demandes sans réponse

Pour le syndicat, l’organisation de ce sit-in est légitime surtout qu’il n’y a pas une décision claire pour les demandes des douaniers.

Pour ces douaniers, l’aboutissement de leurs revendications reste désormais tributaire de la réforme du système douanier, de la restructuration de la direction générale de la douane et surtout de l’amendement de leur statut. Cette réforme qui revêt un caractère administratif, juridique et institutionnel doit stipuler la protection des douaniers.

De même, est exigée la mise en place de bonnes conditions de travail, à savoir les outils nécessaires de travail tout en assurant les garanties juridiques, lors de l’exercice des douaniers de leurs missions. Mohamed Ghodhbane a exigé la révision de l’échelle des salaires.

Il n’a pas manqué d’insister sur la garantie du droit syndical. Pour lui, les autorités sont appelées à autoriser l’exercice des activités syndicales. « On est contre la politique de marginalisation et d’exclusion. A l’ère de la révolution, le dialogue est une condition sine qua none pour résoudre les différents problèmes ».

Escalade des protestations en cas d’indifférence

Interrogé sur la position du syndicat en cas d’indifférence de la part des autorités et la direction de la douane, Mohamed Ghodhbane a menacé d’une escalade des protestations, dès le 12 avril, si les revendications présentées ne sont pas satisfaites.

Une journée de grève sera décrétée pour le 22 avril prochain. Elle concernera les bureaux ainsi que les équipes douanières à travers tout le pays.

Wiem Thebti

par -
Face au refus continu de l’administration d’entamer un processus de dialogue adéquat

Face au refus continu de l’administration d’entamer un processus de dialogue adéquat, le syndicat des agents de la douane observera des sit-ins, les 12 et 17 avril devant l’Assemblée Nationale Constituante et dans toutes les régions du pays. Le 17 avril, il y aura un autre sit-in devant le siège du ministère des Finances, cette fois-ci.

La direction de la douane fait la sourde oreille

Mohamed Ghodhbane, commandant et président du bureau exécutif du Syndicat de la douane, affirme que ce mouvement est important pour amener le ministère de tutelle ainsi que la présidence du gouvernement à écouter les syndicalistes et prendre connaissance de leurs préoccupations.

D’après lui, ces deux autorités sont appelées à intervenir immédiatement en engageant une réflexion en profondeur concernant le dossier de la douane. L’objectif est de mieux contribuer au développement de l’économie et assurer le processus de transition en Tunisie.

Dans une déclaration à Africanmanager, le commandant a déploré le déficit de communication avec la direction de la douane qui continue de faire la sourde oreille et même de refuser l’action syndicale. « On a essayé de contacter la direction à maintes reprises, mais toutes les tentatives ont été vouées à l’échec » a-t-il martelé.

Dans pareille situation, le syndicat n’a pas de choix que d’observer les sit-in pour transmettre la voix des agents, leurs soucis et les problèmes confrontés lors de l’exercice de leurs fonctions.

Des demandes sans réponse

Pour le syndicat, l’organisation de ce sit-in est légitime surtout qu’il n’y a pas une décision claire pour les demandes des douaniers.

Pour ces douaniers, l’aboutissement de leurs revendications reste désormais tributaire de la réforme du système douanier, de la restructuration de la direction générale de la douane et surtout de l’amendement de leur statut. Cette réforme qui revêt un caractère administratif, juridique et institutionnel doit stipuler la protection des douaniers.

De même, est exigée la mise en place de bonnes conditions de travail, à savoir les outils nécessaires de travail tout en assurant les garanties juridiques, lors de l’exercice des douaniers de leurs missions. Mohamed Ghodhbane a exigé la révision de l’échelle des salaires.

Il n’a pas manqué d’insister sur la garantie du droit syndical. Pour lui, les autorités sont appelées à autoriser l’exercice des activités syndicales. « On est contre la politique de marginalisation et d’exclusion. A l’ère de la révolution, le dialogue est une condition sine qua none pour résoudre les différents problèmes ».

Escalade des protestations en cas d’indifférence

Interrogé sur la position du syndicat en cas d’indifférence de la part des autorités et la direction de la douane, Mohamed Ghodhbane a menacé d’une escalade des protestations, dès le 12 avril, si les revendications présentées ne sont pas satisfaites.

Une journée de grève sera décrétée pour le 22 avril prochain. Elle concernera les bureaux ainsi que les équipes douanières à travers tout le pays.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Le 29 mars, le Conseil de sécurité des Nations unies votera une résolution sur le possible renouvellement du mandat de la Mission de l’Organisation...

SPORT