Tags Posts tagged with "Ebola,"

Ebola,

par -
En réponse à l’épidémie de fièvre hémorragique Ebola déclarée en République démocratique du Congo (RDC) le 12 mai, la Commission européenne a mis à disposition un financement initial humanitaire de 100 000 EUR pour permettre à la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) de fournir un soutien essentiel dans les zones touchées.

Ce financement devra permettre à 150 volontaires de la Croix-Rouge congolaise de mener une campagne de sensibilisation porte-à-porte ciblant près de 6 000 personnes dans le district le plus touché; de tracer tous les contacts des personnes infectées; et de mener des enterrements dignes de victimes répondant aux normes de sécurité.

Les fonds de l’UE aideront également la Croix-Rouge à fournir un soutien psychosocial et économique aux victimes, aux survivants et aux familles des personnes décédées. Ces activités ont fait leurs preuves lors d’épidémies antérieures et contribueront grandement à la détection précoce des cas et au contrôle de l’épidémie.

Ce financement fait partie de la contribution globale de l’UE au ‘Disaster Relief Emergency Fund (DREF) de la FICR. L’UE s’engage à fournir un soutien supplémentaire lorsque cela s’avère nécessaire pour contenir l’épidémie.

Contexte

L’Union européenne et ses États membres sont les principaux donateurs de l’aide humanitaire au monde. L’aide humanitaire est une expression de la solidarité européenne envers les personnes dans le besoin à travers le monde entier. Il vise à sauver des vies, à prévenir et à atténuer les souffrances humaines et à préserver l’intégrité et la dignité humaine des populations touchées par des catastrophes naturelles ou crises provoquées par l’homme. Chaque année, à travers ses programmes humanitaires, la Commission fournit de l’aide à plus de 120 millions de victimes de conflits et de catastrophes. Pour plus d’informations, visitez http://ec.europa.eu/echo.

Le « Fonds de Secours d’Urgence » (DREF) de la Croix-Rouge a été mis en place par la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) en 1985 afin d’apporter un support financier immédiats aux sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, leur permettant d’assurer leur rôle unique de premiers secours après une catastrophe. La Commission européenne, par l’intermédiaire de son service d’Aide humanitaire est un donateur clé du DREF.

par -

Selon une étude publiée dans la revue américaine Cell et rapportée par le site info35, des scientifiques ont découvert des anticorps capables de neutraliser les trois principales souches d’Ebola.

En analysant le sang d’une personne qui a survécu à la dernière épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, des chercheurs de la faculté de médecine Albert-Einstein ont réussi à découvrir des anticorps qui peuvent neutraliser les trois principales souches du virus.

Il s’agit d’une découverte majeure, car jusqu’à présent les traitements contre l’Ebola ne pouvaient neutraliser qu’une seule souche du virus.

Le « ZMappTM », qui est l’antiviral le plus avancé pour lutter contre cette maladie, n’est par exemple efficace que contre la souche « Zaïre » du virus, mais n’a aucun effet sur les souches « Bundibugyo » et « Soudan ».

Les deux anticorps que les chercheurs ont découverts dans le sang d’un survivant d’Ebola sont donc capables de neutraliser toutes les souches connues du virus.

Les analyses ont également permis d’identifier les gènes qui pourraient être à l’origine des cellules immunitaires qui fabriquent ces deux anticorps, détaille la même source.

par -

D’après les résultats publiés aujourd’hui dans The Lancet, un vaccin anti-Ebola expérimental s’est révélé hautement protecteur contre ce virus mortel, dans le cadre d’un essai majeur réalisé en Guinée. Ce vaccin est le premier à prévenir l’infection par l’un des agents pathogènes les plus létaux connus à ce jour et ces résultats ajoutent du poids aux résultats publiés plus précocement l’année dernière.

Ce vaccin, appelé rVSV-ZEBOV, a été étudié dans le cadre d’un essai portant sur 11 841 personnes en Guinée, pendant l’année 2015. Parmi les 5 837 sujets ayant reçu le vaccin, aucun cas d’Ebola n’a été enregistré 10 jours ou plus après la vaccination. En comparaison, on a relevé 23 cas 10 jours ou plus après la vaccination chez les personnes n’ayant pas reçu ce vaccin.

Cet essai était dirigé par l’Organisation mondiale de la Santé, conjointement avec le ministère guinéen de la santé, Médecins sans frontières et l’Institut norvégien de santé publique, en collaboration avec d’autres partenaires internationaux.

«Si ces résultats convaincants arrivent trop tard pour ceux qui ont déjà perdu la vie dans l’épidémie d’Ebola qui a frappé l’Afrique de l’Ouest, ils montrent que face à la prochaine flambée de cette maladie, nous ne serons pas sans défense», indique le Dr Marie-Paule Kieny, Sous-Directeur général de l’OMS pour les systèmes de santé et l’innovation et principale responsable de l’étude.

Le vaccin, fabriqué par Merck, Sharpe & Dohme, a été désigné cette année comme une «percée thérapeutique» par la Food and Drug Administration des États-Unis d’Amérique et a reçu le statut PRIME de la part de l’Agence européenne des médicaments, ce qui autorisera son examen réglementaire plus rapide une fois le dossier soumis.

par -
Une injection d'un vaccin expérimental

Une injection d’un vaccin expérimental, renforcée par une piqûre de rappel, permet une protection « rapide et durable » contre Ebola chez des singes, selon une étude publiée dimanche 7 septembre qui vient conforter l’annonce de tests sur les humains.

Une injection du vaccin, basé sur un virus du rhume des chimpanzés et administrée à des macaques, leur a procuré « une protection complète à court terme et partielle à long terme » contre Ebola, notent les auteurs de cette étude dans la revue « Nature Medicine ».

De plus, les animaux qui ont eu la piqûre de rappel dans le cadre d’un nouveau schéma vaccinal en cours d’étude ont développé une immunité « durable ».

par -
Selon des informations rapportées par des citoyens libyens

Selon des informations rapportées par des citoyens libyens, des cas de contamination par le virus de l’Ebola ont été récemment découverts dans des régions libyennes à proximité du territoire tunisien.

On s’interroge alors sur la crédibilité de ces informations et on se demande si la décision concernant l’annulation des vols venant de Mitiga, Misrata et Syrte (Libye) est en rapport avec la découverte du virus mortel ou bien pour des raisons purement sécuritaires.

Pour vérifier la crédibilité de ces informations, nous avons contacté le ministère de la santé qui a démenti catégoriquement ces informations. Nous avons également , en vain, tenté de contacter deux responsables du département , car ils étaient en réunion , il s’agit de Noureddine Achour, directeur de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes et de sa collaboratrice Souha Bougattaf. A noter que les autorités libyennes ont également nié les informations relatives à la découverte du virus de l’Ebola sur son territoire.

Création d’une commission technique pour la prévention et la lutte contre le virus Ebola

Le virus Ebola se propage de manière inquiétante en Afrique. Le ministère de la Santé en Tunisie a annoncé, mardi 5 aout 2014, la création d’une commission technique pour la prévention et la lutte contre le virus Ebola et la mise en place d’un plan national pour lutter contre ce virus qui se propage rapidement et commence à atteindre d’autres régions du monde.

La fièvre Ebola est une maladie tropicale extrêmement infectieuse causée par le virus portant le même nom. Les symptômes principaux de la maladie sont la fièvre et les hémorragies, c’est la raison pour laquelle elle fait partie des maladies hémorragiques. Dans la plupart des cas, la maladie aboutit au décès du patient.

Le virus Ebola se transmet d’homme à homme. A ce jour, on ignore toujours le véritable vecteur qui porte le virus. Les singes et d’autres animaux hôtes sont mis en cause dans la propagation du virus. Les humains sont également suspectés de transmettre la maladie. A ce jour, il n’existe aucun vaccin contre la fièvre Ebola. Cette maladie est à déclaration obligatoire

Guérison de deux Américains grâce au sérum ZMapp

Selon des informations relayées par les médias internationaux dans la matinée du, vendredi 22 aout 2014, le médecin américain Kent Brantly et son assistante Nancy Writebol, qui avaient tous deux contracté le virus Ebola au Liberia début août, sont complètement guéris grâce à un traitement expérimental.

Les deux travailleurs en mission humanitaire au Liberia ont quitté l’hôpital d’Atlanta (USA) après avoir été soumis au ZMapp, un sérum expérimental, jamais utilisé auparavant sur des humains mais testé sur des singes. Par ailleurs, l’épistémologiste de l’Université d’Oxford, Olivier Brady, a déclaré que les stocks de ZMapp sont faibles. « Ils sont d’ores et déjà épuisés »(…) Un essai clinique de phase 1 de ce sérum doit débuter chez des humains début septembre. Un vaccin pourrait être prêt en 2015.

A rappeler que le virus Ebola est mortel dans 70 % à 90 % et a fait au moins 1 350 morts, selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié le 20 août 2014.

Nadia. B.T.

par -
Selon des informations rapportées par des citoyens libyens

Selon des informations rapportées par des citoyens libyens, des cas de contamination par le virus de l’Ebola ont été récemment découverts dans des régions libyennes à proximité du territoire tunisien.

On s’interroge alors sur la crédibilité de ces informations et on se demande si la décision concernant l’annulation des vols venant de Mitiga, Misrata et Syrte (Libye) est en rapport avec la découverte du virus mortel ou bien pour des raisons purement sécuritaires.

Pour vérifier la crédibilité de ces informations, nous avons contacté le ministère de la santé qui a démenti catégoriquement ces informations. Nous avons également , en vain, tenté de contacter deux responsables du département , car ils étaient en réunion , il s’agit de Noureddine Achour, directeur de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes et de sa collaboratrice Souha Bougattaf. A noter que les autorités libyennes ont également nié les informations relatives à la découverte du virus de l’Ebola sur son territoire.

Création d’une commission technique pour la prévention et la lutte contre le virus Ebola

Le virus Ebola se propage de manière inquiétante en Afrique. Le ministère de la Santé en Tunisie a annoncé, mardi 5 aout 2014, la création d’une commission technique pour la prévention et la lutte contre le virus Ebola et la mise en place d’un plan national pour lutter contre ce virus qui se propage rapidement et commence à atteindre d’autres régions du monde.

La fièvre Ebola est une maladie tropicale extrêmement infectieuse causée par le virus portant le même nom. Les symptômes principaux de la maladie sont la fièvre et les hémorragies, c’est la raison pour laquelle elle fait partie des maladies hémorragiques. Dans la plupart des cas, la maladie aboutit au décès du patient.

Le virus Ebola se transmet d’homme à homme. A ce jour, on ignore toujours le véritable vecteur qui porte le virus. Les singes et d’autres animaux hôtes sont mis en cause dans la propagation du virus. Les humains sont également suspectés de transmettre la maladie. A ce jour, il n’existe aucun vaccin contre la fièvre Ebola. Cette maladie est à déclaration obligatoire

Guérison de deux Américains grâce au sérum ZMapp

Selon des informations relayées par les médias internationaux dans la matinée du, vendredi 22 aout 2014, le médecin américain Kent Brantly et son assistante Nancy Writebol, qui avaient tous deux contracté le virus Ebola au Liberia début août, sont complètement guéris grâce à un traitement expérimental.

Les deux travailleurs en mission humanitaire au Liberia ont quitté l’hôpital d’Atlanta (USA) après avoir été soumis au ZMapp, un sérum expérimental, jamais utilisé auparavant sur des humains mais testé sur des singes. Par ailleurs, l’épistémologiste de l’Université d’Oxford, Olivier Brady, a déclaré que les stocks de ZMapp sont faibles. « Ils sont d’ores et déjà épuisés »(…) Un essai clinique de phase 1 de ce sérum doit débuter chez des humains début septembre. Un vaccin pourrait être prêt en 2015.

A rappeler que le virus Ebola est mortel dans 70 % à 90 % et a fait au moins 1 350 morts, selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié le 20 août 2014.

Nadia. B.T.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Selon un nouveau rapport présenté aujourd'hui lors d'une conférence, le commerce transfrontalier informel en Afrique pourrait contribuer à l'amélioration des moyens d'existence et à...

SPORT

Reseaux Sociaux