Tags Posts tagged with "économie, Mohamed Ben Romdhane, Tunisie"

économie, Mohamed Ben Romdhane, Tunisie

par -
Devant l’approfondissement de la crise en Europe

Devant l’approfondissement de la crise en Europe, l’économie mondiale connaît aujourd’hui des imprévus divers obligeant  la plupart des pays à envisager des nouvelles stratégies de développement de leurs économie afin d’y faire face.

Partant de cette idée, la Tunisie postrévolutionnaire doit certainement évoluer dans ce sens et réviser ses choix économiques en s’ouvrant sur des nouveaux marchés, à savoir l’Afrique qui fait  l’objet, aujourd’hui, de toutes les convoitises, grâce à son potentiel ainsi que l’abondance des opportunités d’affaires et des richesses dont elle  regorge.  «  Dans  un contexte économique plutôt incertain,  beaucoup d’investisseurs arabes cherchent à se délocaliser dans d’autres sites attractifs», nous affirme l’économiste Mohamed Ben Romdhane. 
Dans une entretien avec Africanmanager, il s’est déclaré optimiste quant aux possibilités d’investissement en Afrique notamment avec l’évolution des exportations tunisiennes qui sont passées de 408,4 millions de dinars en 2009 à 530 millions de dinars en 2010 et surtout avec la volonté tunisienne de promouvoir cette coopération  qui se reflète à travers la multiplication des missions économiques organisées, ces derniers temps, dans plusieurs pays du continent africain dans le but  d’en évaluer le potentiel et de  s’informer de ses spécificités.

En effet, beaucoup d’opportunités se présentent,  aujourd’hui, pour les entreprises tunisiennes qui cherchent à s’implanter en Afrique. C’est pour cette raison qu’il est important d’encourager les entreprises à s’installer dans ces sites, ouvrir des représentations dans les pays concernés et d’exploiter les potentialités et les perspectives de partenariat offerts.

Selon notre interviewé, il est nécessaire d’améliorer aussi la qualité des ressources humaines pour pouvoir bien se positionner en matière de compétitivité, et partant, gagner les appels d’offres internationaux lancés sur ce marché.

Comment s’y prendre ?

Pour l’économiste Mohamed Ben Romdhane, « les investisseurs tunisiens ont besoin de messages rassurants », car l’investissement est la source de création d’emploi. C’est pour cette raison qu’il estime qu’il est urgent de définir «un programme d’action comportant des solutions appropriées aux différents problèmes d’ordres économiques et sociaux ».Et d’ajouter : « Beaucoup de travail reste à faire, maintenant. Il s’agit d’accélérer les réformes urgentes en adoptant les moyens nécessaires face à une situation socio-économique qui se dégrade».

La grande urgence pour le gouvernement de Jebali  est  l’examen du budget de l’Etat pour l’année 2012 et de la loi de Finances.  Pour lui, l’accélération de l’adoption du Budget de l’Etat et de la loi des finances pour l’année 2012 constitue l’un des principaux facteurs à même de donner un signal clair à cet effet en vue garantir une meilleure visibilité.

Mohamed Ben Romdhane a recommandé en outre la stabilisation de la scène politique nationale qui demeure tout aussi importante. « Il est  temps de trouver des conciliations entre les différents partis politiques, à travers  un dialogue cohérent entre les divers partenaires sociaux afin de signer un pacte social pour remédier à cette situation ». C’es là l’une des solutions qui permettront de rétablir la confiance dans l’avenir et à redynamiser l’activité économique et l’emploi.

Wiem Thebti

par -
Devant l’approfondissement de la crise en Europe

Devant l’approfondissement de la crise en Europe, l’économie mondiale connaît aujourd’hui des imprévus divers obligeant  la plupart des pays à envisager des nouvelles stratégies de développement de leurs économie afin d’y faire face.

Partant de cette idée, la Tunisie postrévolutionnaire doit certainement évoluer dans ce sens et réviser ses choix économiques en s’ouvrant sur des nouveaux marchés, à savoir l’Afrique qui fait  l’objet, aujourd’hui, de toutes les convoitises, grâce à son potentiel ainsi que l’abondance des opportunités d’affaires et des richesses dont elle  regorge.  «  Dans  un contexte économique plutôt incertain,  beaucoup d’investisseurs arabes cherchent à se délocaliser dans d’autres sites attractifs», nous affirme l’économiste Mohamed Ben Romdhane. 
Dans une entretien avec Africanmanager, il s’est déclaré optimiste quant aux possibilités d’investissement en Afrique notamment avec l’évolution des exportations tunisiennes qui sont passées de 408,4 millions de dinars en 2009 à 530 millions de dinars en 2010 et surtout avec la volonté tunisienne de promouvoir cette coopération  qui se reflète à travers la multiplication des missions économiques organisées, ces derniers temps, dans plusieurs pays du continent africain dans le but  d’en évaluer le potentiel et de  s’informer de ses spécificités.

En effet, beaucoup d’opportunités se présentent,  aujourd’hui, pour les entreprises tunisiennes qui cherchent à s’implanter en Afrique. C’est pour cette raison qu’il est important d’encourager les entreprises à s’installer dans ces sites, ouvrir des représentations dans les pays concernés et d’exploiter les potentialités et les perspectives de partenariat offerts.

Selon notre interviewé, il est nécessaire d’améliorer aussi la qualité des ressources humaines pour pouvoir bien se positionner en matière de compétitivité, et partant, gagner les appels d’offres internationaux lancés sur ce marché.

Comment s’y prendre ?

Pour l’économiste Mohamed Ben Romdhane, « les investisseurs tunisiens ont besoin de messages rassurants », car l’investissement est la source de création d’emploi. C’est pour cette raison qu’il estime qu’il est urgent de définir «un programme d’action comportant des solutions appropriées aux différents problèmes d’ordres économiques et sociaux ».Et d’ajouter : « Beaucoup de travail reste à faire, maintenant. Il s’agit d’accélérer les réformes urgentes en adoptant les moyens nécessaires face à une situation socio-économique qui se dégrade».

La grande urgence pour le gouvernement de Jebali  est  l’examen du budget de l’Etat pour l’année 2012 et de la loi de Finances.  Pour lui, l’accélération de l’adoption du Budget de l’Etat et de la loi des finances pour l’année 2012 constitue l’un des principaux facteurs à même de donner un signal clair à cet effet en vue garantir une meilleure visibilité.

Mohamed Ben Romdhane a recommandé en outre la stabilisation de la scène politique nationale qui demeure tout aussi importante. « Il est  temps de trouver des conciliations entre les différents partis politiques, à travers  un dialogue cohérent entre les divers partenaires sociaux afin de signer un pacte social pour remédier à cette situation ». C’es là l’une des solutions qui permettront de rétablir la confiance dans l’avenir et à redynamiser l’activité économique et l’emploi.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Après avoir rencontré les ministres des finances du G20 et les gouverneurs des banques centrales, Jim Yong Kim, le président du Groupe de la...

SPORT