Tags Posts tagged with "économie, verte, Emploi, Tunisie,"

économie, verte, Emploi, Tunisie,

par -
0
Compte tenu des problèmes cruciaux qui menacent la nature et la vie humaine et surtout avec les catastrophes industrielles qui n’ont cessé de se multiplier (changement climatique

Compte tenu des problèmes cruciaux qui menacent la nature et la vie humaine et surtout avec les catastrophes industrielles qui n’ont cessé de se multiplier (changement climatique, désertification, perte de biodiversité et tsunami..), les emplois verts jouent un rôle axial non seulement dans la résolution de ces problèmes mais aussi à l’amélioration de la qualité de vie.

En effet, il s’agit d’emplois  qui contribuent en fait à la préservation ou au rétablissement de la qualité de l’environnement tout en réduisant l’impact sur l’environnement des entreprises et des secteurs économiques pour les ramener à des niveaux viables.

Pour les pays en voie de développement, les emplois verts représentent des opportunités nouvelles dans plusieurs secteurs tout en concourant à la diminution de la consommation de l’énergie et des émissions de carbone.
Peu très développés en Tunisie, les emplois verts offrent des occasions à explorer pour les jeunes qu’ils soient  qualifiés ou non qualifiés en raison de l’orientation du pays en faveur d’une économie verte.

C’est dans ce cadre que  s’inscrit l’organisation de la table ronde autour du thème «  les perspectives et opportunités d’emploi dans une économie verte en Tunisie ». Il s’agit d’engager une réflexion sur les nouvelles orientations de l’économie entre les différents partenaires, afin de trouver des réponses appropriées pour la question de l’emploi surtout avec plus de 500 millions demandeurs d’emplois à travers le monde  dans les 10 prochaines années.

Les résultats de l’étude de référence sur l’émergence des emplois verts financée et programmée par le PNUDI montrent  que le marché mondial des produits et des services liés à l’environnement devrait doubler pour passer de 1370 milliards de dollars par an actuellement à 2740 milliards de dollars à l’horizon 2020. La moitié de ce marché concerne l’efficacité énergétique et l’autre moitié concerne les transports durables, l’approvisionnement en eau et la gestion des déchets.
En Allemagne par exemple, la technologie environnementale devrait quadrupler pour atteindre 16% de la production industrielle vers 2030, l’emploi dans ce secteur dépasserait ainsi celui des grandes industries de ce pays tel que l’automobile.

Pourquoi  des emplois verts en Tunisie ?

Dans un contexte d’enjeu de développement économique et social, les emplois verts doivent contribuer à la concrétisation de la stratégie nationale de développement durable ayant pour axes  le renforcement d’équité sociale et la solidarité nationale, l’amélioration de la qualité de vie des citoyens, la promotion de la société du savoir et l’adaptation de la gouvernance pour une meilleure promotion du Développement durable. De  ce fait, une étude portant sur l’économie verte est en cours de préparation avec une forte implication de toutes les parties. L’objectif recherché  est la formulation d’un concept d’économie verte adapté au contexte tunisien capable de relever les défis de la société du savoir tout en améliorant la compétitive de l’économie nationale, outre l’identification et la justification des secteurs prioritaires d’assise d’économie verte

D’ailleurs, les premiers jalons d’une économie verte, selon Salem Hamdi, le secrétaire d’état chargé de l’Environnement, sont illustrés par plusieurs actions se déclinant dans  le développement des énergies renouvelables et la promotion de l’efficacité énergétique, la mise à niveau environnementale des entreprises permettant de réduire dans le secteur de développement, la consommation des matières premières et de mieux gérer les nuisances générées par ses activités
D’après Béguin Philippe,  chargé de l’environnement à l’ambassade suisse à Tunis, l’économie verte va révolutionner notre mode de produire, de consommer et de vivre. Cela nécessite une nouvelle approche de la production, de l’industrialisation et de la consommation. Toutefois, elle demande des prises de responsabilité de la part de chacun d’entre nous.

Il est important de rappeler que la Suisse a su développer un certain nombre d’expertises et de connaissances. C’est dans cet esprit que l’ambassade de Suisse vient de se donner un nouveau programme de coopération avec la Tunisie, portant sur la transition démocratique mais aussi la transition d’une économie classique vers une économie verte et douce.

La question qui se pose actuellement : Les emplois verts seront-ils donc, dans les nouvelles orientations du pays, parmi les solutions consécutives aux problèmes de l’embauche, de l’économie mais aussi aux soucis de l’environnement ?

W.T.

par -
0
Compte tenu des problèmes cruciaux qui menacent la nature et la vie humaine et surtout avec les catastrophes industrielles qui n’ont cessé de se multiplier (changement climatique

Compte tenu des problèmes cruciaux qui menacent la nature et la vie humaine et surtout avec les catastrophes industrielles qui n’ont cessé de se multiplier (changement climatique, désertification, perte de biodiversité et tsunami..), les emplois verts jouent un rôle axial non seulement dans la résolution de ces problèmes mais aussi à l’amélioration de la qualité de vie.

En effet, il s’agit d’emplois  qui contribuent en fait à la préservation ou au rétablissement de la qualité de l’environnement tout en réduisant l’impact sur l’environnement des entreprises et des secteurs économiques pour les ramener à des niveaux viables.

Pour les pays en voie de développement, les emplois verts représentent des opportunités nouvelles dans plusieurs secteurs tout en concourant à la diminution de la consommation de l’énergie et des émissions de carbone.
Peu très développés en Tunisie, les emplois verts offrent des occasions à explorer pour les jeunes qu’ils soient  qualifiés ou non qualifiés en raison de l’orientation du pays en faveur d’une économie verte.

C’est dans ce cadre que  s’inscrit l’organisation de la table ronde autour du thème «  les perspectives et opportunités d’emploi dans une économie verte en Tunisie ». Il s’agit d’engager une réflexion sur les nouvelles orientations de l’économie entre les différents partenaires, afin de trouver des réponses appropriées pour la question de l’emploi surtout avec plus de 500 millions demandeurs d’emplois à travers le monde  dans les 10 prochaines années.

Les résultats de l’étude de référence sur l’émergence des emplois verts financée et programmée par le PNUDI montrent  que le marché mondial des produits et des services liés à l’environnement devrait doubler pour passer de 1370 milliards de dollars par an actuellement à 2740 milliards de dollars à l’horizon 2020. La moitié de ce marché concerne l’efficacité énergétique et l’autre moitié concerne les transports durables, l’approvisionnement en eau et la gestion des déchets.
En Allemagne par exemple, la technologie environnementale devrait quadrupler pour atteindre 16% de la production industrielle vers 2030, l’emploi dans ce secteur dépasserait ainsi celui des grandes industries de ce pays tel que l’automobile.

Pourquoi  des emplois verts en Tunisie ?

Dans un contexte d’enjeu de développement économique et social, les emplois verts doivent contribuer à la concrétisation de la stratégie nationale de développement durable ayant pour axes  le renforcement d’équité sociale et la solidarité nationale, l’amélioration de la qualité de vie des citoyens, la promotion de la société du savoir et l’adaptation de la gouvernance pour une meilleure promotion du Développement durable. De  ce fait, une étude portant sur l’économie verte est en cours de préparation avec une forte implication de toutes les parties. L’objectif recherché  est la formulation d’un concept d’économie verte adapté au contexte tunisien capable de relever les défis de la société du savoir tout en améliorant la compétitive de l’économie nationale, outre l’identification et la justification des secteurs prioritaires d’assise d’économie verte

D’ailleurs, les premiers jalons d’une économie verte, selon Salem Hamdi, le secrétaire d’état chargé de l’Environnement, sont illustrés par plusieurs actions se déclinant dans  le développement des énergies renouvelables et la promotion de l’efficacité énergétique, la mise à niveau environnementale des entreprises permettant de réduire dans le secteur de développement, la consommation des matières premières et de mieux gérer les nuisances générées par ses activités
D’après Béguin Philippe,  chargé de l’environnement à l’ambassade suisse à Tunis, l’économie verte va révolutionner notre mode de produire, de consommer et de vivre. Cela nécessite une nouvelle approche de la production, de l’industrialisation et de la consommation. Toutefois, elle demande des prises de responsabilité de la part de chacun d’entre nous.

Il est important de rappeler que la Suisse a su développer un certain nombre d’expertises et de connaissances. C’est dans cet esprit que l’ambassade de Suisse vient de se donner un nouveau programme de coopération avec la Tunisie, portant sur la transition démocratique mais aussi la transition d’une économie classique vers une économie verte et douce.

La question qui se pose actuellement : Les emplois verts seront-ils donc, dans les nouvelles orientations du pays, parmi les solutions consécutives aux problèmes de l’embauche, de l’économie mais aussi aux soucis de l’environnement ?

W.T.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
La Fédération Wallonie-Bruxelles a inauguré le 18 janvier un nouvel établissement scolaire belge à Dar Bouazza, et posé la première pierre de la future...