Tags Posts tagged with "énergie, Khaled Kaddour, ptrole, Tunisie"

énergie, Khaled Kaddour, ptrole, Tunisie

par -

Depuis la Révolution et à cause d’elle, les tensions sociales soufflent le chaud et le froid sur la production du secteur de l’énergie. A la fin du 7ème mois de l’année en cours, la production tunisienne en carburants a baissé de 12 %. Le stock de sécurité disponible en carburants ne couvre actuellement que 2 mois de consommation.  Khaled Kaddour, DG de l’énergie au ministère de l’Industrie, ne le cache pas : «derrière cette baisse, il y a les sit-in, des problèmes de maintenance pour cause de mouvements sociaux », nous dit-il dans un entretien à Africanmanager.

Le responsable tunisien du secteur de l’énergie évoque ainsi la mise en arrêt de l’appareil de forage de l’australien Al-Pay, à Sidi Mansour à Sfax et le sit-in devant la société Schlumberger, toujours à Sfax, empêchant l’appareil d’enregistrement des logos d’aller sur site et menaçant de brûler les camions. Mais aussi les sit-in récurrents dans la zone de stockage du brut et des bouteilles de gaz à la Skhira, dans la zone industrielle de Gabès et rappelle le sit-in de la société de production pétrolière TPS (7000 baril/jour) qui n’avait pu être levé qu’après l’intervention des employés de l’entreprise, conscients de l’impact de ce mouvement social sur leurs salaires. Le DG de l’énergie nous indique aussi que la société italienne Sitep, qui exploite le champ d’El Borma aux fins fonds du Sud tunisien, vit aussi un sit-in organisé par les employés en sous-traitance. Des mouvements sociaux dont les  revendications sont toutes à caractère salarial. Il nous évoque, à ce propos, le cas de ces simples ouvriers d’une des compagnies de forage, qui revendiquent désormais un salaire mensuel de mille DT.

Les mouvements sociaux ont aussi impacté la maintenance, et le DG de l’énergie d’alerter que le «Transmed», le gazoduc transportant le gaz algérien vers l’Italie, n’a pas connu d’activité de maintenance depuis au moins quatre mois et d’avertir ensuite que ce manque de maintenance ne manquera pas d’affecter la production tunisienne en hydrocarbures pour l’année 2012.

A tout cela, il faut ajouter la baisse de l’activité de forage par les soins  de compagnies qui ne sont pas encore sûres de vouloir reprendre avant la stabilisation de la conjoncture sécuritaire notamment en Tunisie. Le rythme des activités de forage a ainsi été, au cours des 7 derniers mois, de 6 puits sur les 14 prévus pour l’exploration. Pour le développement, ce ne sont que 4 puits sur 14 prévus. Selon certains indices, certaines compagnies étrangères opérant en Tunisie auraient commencé à alléger la présence de leurs équipes en Tunisie ; c’est le cas de  compagnies comme l’italienne ENI, l’anglaise BG et même la compagnie OMV. Celles qui restent, s’adressent désormais aux autorités tunisiennes, demandant l’autorisation pour des gardes du corps pour leurs compagnies et leurs familles. Tout cela, selon notre interlocuteur, ne fera qu’augmenter le coût des assurances pour ces compagnies, rendant encore plus difficile pour la Tunisie une présence croissante des IDE en matière d’énergie. Khaled Kaddour parle désormais du secteur de l’énergie comme d’un «secteur sinistré » et va jusqu’à s’adresser aux Tunisiens pour leur dire de «ne rien faire qui puisse hypothéquer l’avenir, et de tout faire pour restaurer  la confiance chez les entreprises étrangères qui travaillent dans le secteur de l’énergie en Tunisie ».
Kaddour insiste aussi pour expliquer que tout ce que produit la Tunisie n’appartient pas à l’Etat tunisien, puisque les sociétés étrangères prennent aussi leur part. Il insiste aussi pour rappeler que la compensation des produits pétroliers, pour le consommateur tunisien, atteindra cette année 2300 MDT et que la subvention pour un litre d’essence à la pompe au profit du consommateur tunisien, est de 490 millimes. Cela veut dire que le Tunisien achète encore son carburant à prix nettement moindre que son coût réel et que c’est le budget de l’Etat qui couvre la différence entre le prix réel et le prix à la pompe.

N.B.T

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Le groupe libyen Ansar Asharia, classé comme organisation terroriste par l’ONU et les Etats-Unis, a annoncé samedi soir sa «dissolution», dans un communiqué publié...

SPORT

Reseaux Sociaux