Tags Posts tagged with "énergies renouvelables, Tunisie, ANME, Noura Laroussi"

énergies renouvelables, Tunisie, ANME, Noura Laroussi

par -

Avec l’avènement de la révolution, les priorités du jour se concentrent sur la création d’emplois ainsi que la promotion des zones défavorisées. A cet égard, la question se pose de savoir si le gouvernement va continuer à financer les projets énergétiques en cours ?

La Directrice générale de l’Agence Nationale de la Maitrise de l’Energie (ANME), Mme Noura Laroussi, indique que l’agence est en train de financer plusieurs projets et qu’elle ne va pas remettre en cause sa stratégie. Au contraire elle va la renforcer, avec la possibilité de revoir les moyens de financement ainsi que l’intervention des fons qui devront être plus ciblés.

En ce qui concerne le travail de l’ANME, la démarche vise à mettre en œuvre la politique de l’Etat dans le domaine de la maîtrise de l’énergie et ce, à travers la promotion des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique et de la substitution de l’énergie. Pour ce faire, les efforts visent à consolider les réalisations en matière de maîtrise de consommation d’énergie. Il est à rappeler dans le même ordre d’idées que les deux études en cours d’élaboration sont à un stade bien avancé. En fait, ces études vont jouer un rôle vital en facilitant surtout la prise de décision de gouvernement à travers la mise en place des chiffres, indicateurs clés.

De surcroît, l’ANME va renforcer sa présence dans toutes les zones à travers les antennes d’électrification surtout que plusieurs antennes sont déjà installées (Sousse, Bizerte, Kebili..). Et la, on peut signaler que les efforts se multiplient pour que l’ANME soit décentralisée sur tout le territoire tunisien.

S’agissant du Programme solaire tunisien(PST), ce dernier était, au départ, une fiche projet dont la réalisation devrait être assurée que ce soit par le secteur public ou privé. En dépit de cette conjoncture assez fragile, le travail va continuer de façon habituelle pour atteindre les objectifs fixés dans le l’efficacité énergétique.

Pour les énergies renouvelables, une certaine baisse a été enregistrée durant janvier et février , mais la difficulté a été vite franchie dans la mesure où on signale une reprise considérable au mois du mars. Plusieurs projets ont été lancés malgré le climat instable que vit le pays, à savoir le projet de la fabrication des panneaux photovoltaïques ainsi que le projet éco village Djerba-Zarzis ayant pour objectif une meilleure exploitation de sources d’énergies renouvelables locales pour promouvoir de nouvelles activités de nature à créer de la valeur ajoutée et répondre aux besoins de la région en eau douce, tout en créant une synergie entre l’industrie et les services..

Au demeurant, des chiffres probants ont été réalisés durant la période écoulée. 424MD d’investissements ont été réalisés, soit 10% de volume prévu pour la période 2010-2016. La production électrique à partir des énergies renouvelables a atteint 218 Mégawatt.

En termes de cogénération, 11 Mégawatt ont été installés dans le secteur industriel, soit 30% de l’objectif prévu pour 2016. Avec ces résultats positifs, le travail se poursuit. D’ailleurs, l’accent se focalise sur l’élaboration d’une étude pour réaliser un mix énergétique (la production de l’électricité à partir de l’énergie et les fossiles). Il existe aussi un programme pour le remplacement de 400 réfrigérateurs et un autre programme pour le pompage de l’eau avec le solaire.

D’autre part, les efforts s’intensifient pour améliorer le cadre réglementaire et les programmes de recherche et développement pour une meilleure production des énergies renouvelables ainsi qu’une réduction de la facture énergétique qui devient de plus en plus lourde pour l’économie du pays Il reste enfin à convaincre les investisseurs. Selon la DG de l’ANME, malgré la corruption qui a touché plusieurs secteurs avant la révolution, la Tunisie a pu tirer son épingle du jeu en privilégiant la stabilité. Les entrepreneurs étrangers ont été séduits par le site Tunisie où ils peuvent mener leurs affaires en profitant de certains avantages préférentiels.

Actuellement, le rythme des investissements retrouve progressivement son niveau habituel surtout que plusieurs investisseurs étrangers souhaitent installer leurs unités dans le pays où le climat de sécurité commence à s’améliorer. Dans ce contexte, si on arrive à éliminer la corruption et faciliter les procédures d’implantation en accordant les avantages avec étiqueté aux entrepreneurs, on réussira à stimuler un grand nombre des investisseurs, a-t-elle affirmé ajoutant que, parallèlement, la stratégie devrait s’améliorer aussi en se focalisant sur les activités à forte valeur ajoutée.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE