Tags Posts tagged with "entrepreneurs"

entrepreneurs

par -
0

Il existe chez la société civile tunisienne un  sentiment d’impatience suscité par la lenteur des réformes économiques et les entraves qu’elle génère au détriment du potentiel tunisien. C‘est le constat fait par la Banque mondiale dont le président, Kim  Yong Kim a  relayé ces préoccupations dans des réunions  avec les autorités du pays.

Les jeunes chefs d’entreprise tunisiens sont les premiers à souligner qu’une législation bancaire obsolète et un code des investissements rigide rendent  la transition économique très difficile. Par exemple, les règles régissant les transactions avec l’étranger empêchent les créateurs de logiciels de développer leur activité au-delà des frontières : « Il faut que nous puissions effectuer des paiements électroniques, a expliqué l’un d’eux, échanger de l’argent avec le reste du monde. »

La Tunisie n’a pas encore amendé sa législation qui encadre strictement les flux financiers entrants et sortants. Tant qu’elle ne se sera pas attelée à cette tâche, les Tunisiens peineront à faire du commerce en ligne, ou même à obtenir un prêt personnel ou commercial.

La Banque mondiale affirme qu’elle, continuera à appuyer les efforts visant à recapitaliser les banques publiques tunisiennes et à rénover leur cadre de gouvernance. Cette opération est jugée essentielle afin d’accroître le volume de crédit disponible pour les petites et moyennes entreprises du secteur privé. En effet, si ces entités ont les moyens de se développer, elles créeront des emplois, ce qui améliorera les perspectives d’avenir pour un plus grand nombre de jeunes Tunisiens. Selon des représentants d’organisations de microcrédit participant à la réunion, seulement 27 % des Tunisiens ont accès à un financement (sur une population totale de 11 millions).

La législation, l’argent, les emplois, la paix : tout est lié

La transition économique est considérée comme vitale en Tunisie, où le chômage touche tout particulièrement les jeunes diplômés et les femmes, et où seulement 10 % des jeunes vivant en zone rurale et 20 % des jeunes citadins disent faire confiance au gouvernement. La Libye voisine est instable, et Daech  proche. Si le commerce sur Internet et le franchissement des frontières numériques restent difficiles en Tunisie, en revanche, le nombre de ceux qui franchissent les frontières physiques de ce pays pour rejoindre les rangs de l’EI est plus élevé que partout ailleurs dans le monde.

D’après les membres des associations locales, le risque politique perçu a fait augmenter les taux d’intérêt internationaux, empêchant la plupart des Tunisiens d’emprunter à l’extérieur. Et les banques locales ont « de moins en moins » à prêter, ont indiqué les participants. Mais, en raison de la législation bancaire actuelle, les organismes de microfinancement ne peuvent pas prendre le relais.

L’autosatisfaction, une menace réelle

L’autosatisfaction, en particulier concernant la lutte contre la corruption des fonctionnaires, a été l’un des problèmes évoqués par les organisations de la société civile, qui ont estimé que la stabilité de la Tunisie, par rapport à nombre d’autres pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, expliquait en partie la lenteur des réformes économiques. « Vous pouvez injecter autant d’argent que vous voulez, a indiqué le représentant de l’une d’elles  mais s’il n’y a pas de volonté politique pour faire avancer les réformes, rien ne se passera ». Et d’ajouter que même si des lois ont été votées, elles sont, bien souvent, restées lettre morte.

Le rythme des réformes économiques constituera un facteur déterminant pour celui du décaissement des 5 milliards de dollars que la Banque mondiale s’est engagée à allouer à l’appui de la Tunisie au cours des cinq prochaines années. Une grande partie de ce financement est destinée aux régions marginalisées du sud et de l’ouest du pays, qui restent pauvres et sous-développées. La Tunisie a accompli des avancées considérables en passant de l’autoritarisme à la démocratie, mais ses politiques économiques obsolètes compromettent sa croissance, et même la paix, à long terme.

par -
0

Neuf jeunes entrepreneurs tunisiens ont été sélectionnés pour prendre part à la 7ème édition du sommet international de l’entreprenariat « GES 2016 » qui se tiendra du 22 au 24 juin 2016 à la Silicon Valley aux Etats unis d’Amérique avec la participation de 700 jeunes entrepreneurs de 177 pays, a souligné, vendredi, le représentant spécial du département d’Etat américain pour le commerce et les affaires Ziad Haider.

Le responsable a indiqué, lors d’une conférence de presse, que ce sommet est une nouvelle occasion, pour l’investissement, le partenariat et la coopération au profit des opérateurs économiques. Plusieurs ateliers et commissions sont prévus et devraient offrir aux hommes d’affaires et investisseurs américains et à leurs homologues étrangers la possibilité d’acquérir de nouvelles compétences et nouer de nouveaux rapports à même de les aider à promouvoir leurs projets.

Il a relevé le souci de son pays d’aider la Tunisie en matière d’amélioration de la contribution du secteur privé à la création d’emplois outre les encouragements prodigués aux jeunes entrepreneurs des deux pays, de manière à les aider à s’installer dans l’un d’eux.

Haider a fait savoir que la Tunisie veut mettre à profit les expertises américaines dans le domaine de l’industrie des composants automobiles, en plus du développement des centres de formation et de stages professionnels, affirmant que son pays continue à soutenir financièrement la Tunisie , à travers les garanties offertes pour les emprunts sur le marché fiancer.

Il a, par ailleurs, fait remarquer que la Tunisie a réalisé de gros progrès en matière de réformes législatives liées aux lois portant sur la réforme du secteur bancaire, la faillite et l’investissement mais doit continuer pour appliquer les réformes nécessaires destinées à booster l’économie.

par -
0

Le ministère de l’Agriculture a fourni ce vendredi 27 mai 2016, à Africanmanager, la liste des terrains agricoles qui seront proposés aux entrepreneurs pour la location. Cette liste est disponible sur le site dudit département  :  (http://www.apia.com.tn/ar/38-non-categorise/329-2016-05-23-09-00-53)

A noter que ces terrains seront consacrés à la création de sociétés de développement agricole. Les entrepreneurs désirant louer ces terrains devront envoyer leurs demandes dans un délai ne dépassant pas le mardi 26 juillet 2016.

 

par -
0

La jeune tunisienne, Sarah Toumi, figure dans le top 30, établi par le magazine économique américain « Forbes », des jeunes entrepreneurs âgés de moins de 30 ans.

Âgée de 28 ans, Sarah Toumi dirige déjà une « entreprise sociale » baptisée « Acacias for All », qui combat la désertification des terres en Tunisie par des techniques agricoles durables, comme la plantation d’acacias.
Elle avait présenté, en 2008 au ministère de l’Environnement, son projet, sauf qu’il lui a été refusé.
C’est ainsi que la jeune tunisienne a décidé de collaborer avec les agricultrices locales à Bir Salah à Sfax.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

SPORT

0
Le Club Africain a publié sur sa page officielle facebook les derniers transferts effectués dans le mercato d'hiver 2016-2017. Les nouvelles recrues: Oussama Darragi (29...