Tags Posts tagged with "entreprise, confisqué, tunisie"

entreprise, confisqué, tunisie

par -
La confiscation restera toujours un sujet polémique

La confiscation restera toujours un sujet polémique, même sur son volet financier où on trouvera toujours, un expert ou un connaisseur qui posera toujours des questions qui resteront toujours sans réponse, tant le processus balançait entre précipitation et légalité, entre justice et injustice et entre opacité et transparence. Pour l’instant, tout le monde semble ne se préoccuper que de son résultat financier.

Slim Besbes tablait, en novembre dernier, et on en doutait, sur 1200 MDT. Il ne les aura pas atteints, mais il en sera loin de moins de 200 MDT. A la calculette, en effet, et ,selon Besbes, qui est désormais Conseiller d’Ali Larayedh en charge du dossier financier, la vente des plus importantes entreprises de la famille de l’ancien président tunisien Ben Ali, aura finalement rapporté la somme d’un peu plus d’un milliard DT, après paiement des crédits bancaires.

– L’Etat ne compte pas payer les prestataires de services des confisqués.

Il faut noter ici, que l’Etat tunisien n’a remboursé que les banques. Lors d’une rencontre avec Slim Besbes, le conseiller du chef du gouvernement tunisien, nous a clairement fait comprendre, que l’Etat confiscateur, ne compte absolument pas payer les entreprises, fournisseurs ou prestataires de services, auxquels les entreprises confisquées devaient de l’argent. Selon Besbes, l’Etat tunisien considère qu’il a confisqué les personnes et non les entreprises.

La plus grosse vente et qui se confirmera plus tard, restera la part de 25 % du capital de l’opérateur téléphonique Tunisiana que détenait Sakher El Materi. Mais comme vous le verrez dans notre encadré, cette opération, par ailleurs bien menée, cachait plus d’une surprise. La tentative de vente des biens de consommations trouvés dans les palais, n’a jusqu’ici pas été un succès. Sur les 42.000 articles, seuls 3.000 en bibelots divers, ont pu trouver acheteurs.

 

Ni les bijoux, ni la trentaine de voitures notamment qui devaient rapporter 20 MDT, n’ont pu trouver acquéreur, tout comme le palais de Sidi Dhrif de Ben Ali, celui de Leila à Hammamet et le palais de Sidi Bousaïd de Sakher El Materi.

Ce qui, pourtant, plus intéressant à demander et à savoir, dans cette histoire de la vente des confisqués, c’est l’utilisation qui a été faite de la fortune amassée des restes des familles de l’ancien président tunisien.

C’est ainsi qu’on nous apprend, du côté du Conseiller du chef du gouvernement pour les dossiers financiers, que seuls 250 MDT ont été prélevés sur les revenus de la vente des biens confisqués. Ils ont été alloués au budget 2013. Au début, les 1200 DT devaient l’être. La non exécution de la totalité du budget de l’exercice 2012, pour causes sociales notamment, avait permis à l’Etat d’épargner 25% des ressources du budget 2012 qui ont été réinjectés dans celui de 2013. A la calculette, il reste donc, dans les caisses de l’Etat 796,5 MDT. Ils n’ont pas été utilisés pour le financement d’aucun projet, comme le projetait l’objectif même de la confiscation et l’argent dort toujours dans les caisses de la trésorerie de l’Etat. A ces 796,5 MDT, s’ajoutent les 1200 MDT de ce qui reste de l’argent de la vente des 35 % de Tunisie Télécom aux Emiratis de TCom. Cela fait 1.996,5 MDT qui croupissent toujours, sans projets à investir, au fond des caisses de l’Etat tunisien, toujours selon les dires de Slim Besbes. De l’argent non investi, alors que les autorités tunisiennes courent toujours les dettes auprès des institutions internationales !

– Tunisiana en bourse, en septembre, probablement pour 370 MDT.

Les 10 % de Tunisiana, qui n’ont pas été rachetés par les Qataris, seront introduits, au cours du mois de septembre prochain sur la bourse de Tunis. C’est ce que nous a confirmé le Conseiller du chef du gouvernement tunisien pour les affaires financières. Les travaux de due-diligence ont même commencé.

Il faut noter aussi que les 15 % ont été vendus à 713 MDT, mais en détachant les dividendes du coupons. L’Etat tunisien a déjà encaissé, selon nos sources, 122 MDT en avance sur dividende et il lui reste 50 autres MDT à encaisser. Dans le deal conclu avec les Qataris, ces derniers se seraient engagés à supporter 50 % de la moins-value qui pourrait être constatée, au cas où les 10 % à introduire en bourse, ne rapporteraient pas les 370 MDT attendus par l’Etat tunisien, selon ses premières estimations. Ainsi et après vente en bourse, le total des 25 % de Sakher El Materi à Tunisiana, devraient rapporter 1081 MDT, selon les estimations des autorités tunisiennes. Une belle affaire !

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT