Tags Posts tagged with "environnement, Tunisie"

environnement, Tunisie

par -

Dan son acception la plus communément admise, une révolution est un changement, un bouleversement important et brusque dans la vie d’une nation. Elle lui substitue de manière irréversible un ordre nouveau à la faveur le peuple émerge avec un esprit, une culture et des modes qui le fonde à voir autrement et mieux son avenir.

Si , au plan politique, tel est l’itinéraire que la Révolution en Tunisie est en train d’emprunter nonobstant les convulsions qui forcément s’y attachent, il est cependant un domaine où le pays se signale par un désastreux bond en arrière, c’est celui de l’environnement où les atteintes sont si récurrentes et si dévastatrices qu’on en arrive à nourrir les pires frayeurs au sujet  ce démon qui a vite fait d’habiter nos concitoyens.

Les dégâts parlent d’eux-mêmes : plus de deux mille hectares de forêts tunisiens, déjà rares, ont été incendiés ou déboisés, des parcs nationaux tels que Bouhedma Ichkeul et Châambi, abritant une diversité de faune et de flore sauvages menacées, ont été attaqués et saccagés et des déchets, de tous genres, prolifèrent dans les quartiers résidentiels.

Des  zones industrielles entières, des champs agricoles et des établissements industriels déversent, sans traitement préalable, leurs rejets polluants dans la nature, « profitant d’une quasi-absence de contrôle des administrations centrale et locale ». Il s’agit également des sit-in interminables qui ont bloqué l’accès aux installations de traitements des déchets, y compris le centre de traitement des déchets spéciaux.

Ce funeste inventaire est dressé par deux groupes écologistes, le Réseau Associatif pour la Nature et le Développement en Tunisie (RANDET) et le Groupe Eco-constitution, groupe d’écologistes militant pour l’intégration de lois environnementales et écologiques dans la nouvelle constitution. Un état des lieux jumelé à un cri d’alarme et un appel comminatoire pour «  sauver l’environnement en Tunisie, exposé aujourd’hui à de nombreuses menaces ».
Dans un communiqué dont TAP a reçu copie, l’un et l’autre  ont rappelé « les nombreux actes de vandalisme et les comportements irresponsables dont ont été victimes, durant les derniers mois, les ressources naturelles ainsi que l’environnement des villes et des campagnes en Tunisie ».

Mais ce qui ajoute au dramatique de la situation, c’est cette passivité dont font montre les autorités publiques « face à une situation de continuelle dégradation de notre espace de vie et de risques réels auxquels sont exposées nos ressources naturelles et notre santé ». Sont ainsi pointés du doigt le secrétariat d’Etat à l’Environnement et les organismes publics concernés  qui demeurent « passifs et incapables » de dissuader les exactions et autres débordements à l’encontre de l’environnement.

Pourtant, il est de leur responsabilité première de faire preuve de fermeté et de sévir avec la plus grande sévérité contre toutes ces atteintes au cadre de la vie et à l’architecture environnementale du pays en réprimant les infractions, certes, mais encore en communiquant et en informant le public sur la gravité de la situation.

Le tort est manifestement partagé avec les collectivités locales, les partis politiques (qui ont d’autres chats à fouetter), les organisations de la société civile et les médias dont la couverture et la mobilisation pour la question environnementale reste « largement en deçà de la gravité de la situation ».

Les deux groupes d’écologistes exhortent tout ce beau monde, instamment et sans plus tarder, à lancer  une action de communication concernant les dégâts actuels que subit l’environnement et  à sensibiliser à l’urgence d’une mobilisation nationale citoyenne pour faire face à la situation.

Concrètement, ils réclament la mise en place de «  comités d’éco-vigilance dans les communautés urbaines et rurales », alors que les collectivités locales et les forces de sécurité, les entreprises économiques et les établissements scolaires universitaires sont appelés  à assumer leur responsabilités respectives, en traquant toute agression contre l’environnement, en organisant des actions de dépollution, en encourageant l’éducation environnementale à travers l’organisation de campagnes de propreté avec la participation des élèves, des étudiants et du personnel enseignant et administratif.

par -

Le ministère de l’Agriculture et de l’Environnement, en coopération avec le ministère de l’Equipement, les municipalités et des associations environnementales, ont lancé, lundi, une campagne de propreté exceptionnelle dans le district du Grand Tunis (Tunis, Ariana et Ben Arous).

Dans un communiqué, le ministère de l’Agriculture et de l’Environnement rappelle que cette campagne qui se poursuivra jusqu’au 20 octobre courant, s’inscrit dans le cadre des préparatifs pour les élections de la constituante (23 octobre 2011). Elle porte sur le nettoyage de 40 sites (décharges anarchiques et des sites répertoriés comme « points noirs ») situés dans le grand Tunis.

Elle comprend aussi des interventions visant le ramassage des ordures accumulées dans les décharges non contrôlées, l’embellissement des axes principaux, des zones vertes et des parcs, outre la collecte des déchets en plastique. Dans le cadre de la même campagne, les déchets domestiques seront relevés des décharges anarchiques.

Donnant, lundi, le coup d’envoi à cette campagne, Mohamed Mokhtar Jallali, ministre de l’Agriculture et de l’Environnement, a recommandé de sanctionner les contrevenants qui jettent les déchets de manière irresponsable.

Dans le même cadre, le ministère de l’équipement a rappelé que ses services ont levé 30 mille mètres cubes de résidus de matériaux de construction dans les gouvernorats de Tunis et de Ben Arous.

« Ces quantités énormes se sont accumulées sur les axes et les entrées de la capitale, sur les trottoirs, les routes, et les abords des deux lacs de Tunis, à cause des pratiques irresponsables des citoyens », souligne le ministère. Et d’ajouter que ces déchets seront transférés à un terrain de 20 hectares situé au niveau de la zone industrielle de Meghira et à un autre terrain de 5 hectares près de la centrale électrique de la Goulette.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Selon un nouveau rapport présenté aujourd'hui lors d'une conférence, le commerce transfrontalier informel en Afrique pourrait contribuer à l'amélioration des moyens d'existence et à...

SPORT

Reseaux Sociaux