Tags Posts tagged with "état-unis"

état-unis

par -

La Tunisie va se procurer 24 hélicoptères de reconnaissance armés, d’occasion, le modèle Bell OH-58D « Kiowa », auprès de l’US Army. La vente a été validée par le gouvernement américain pour un montant de 100, 8 millions de dollars us.

Pour la Tunisie, les « bons vieux Kiowa » vont permettre d’améliorer la capacité de l’armée à mener des opérations de sécurité aux frontières et de combat contre les terroristes, rapporte le site « aero tunisie »

Les 24 Bell OH-68D « Kiowa » seront équipés de missiles Lockheed-Martin AGM-114R, de roquettes de type APKWS de BAE Systems, de mitrailleuses de type Dillon M134D de 7,62 mm Gatling, ainsi que de nacelles lance-roquettes M260. Ils disposeront également d’un système complet de guerre électronique avec cartouches leurre de type A965M1, d’un avertisseur infrarouge d’alerte missile.

L’US Army aura réussi à revendre une quarante Bell OH-58D d’occasion. La Croatie a confirmé son achat en mars dernier pour 16 exemplaires, qui sont maintenant suivis par 24 appareils pour la Tunisie, a ajouté la même source.

Le Bell OH-58 Kiowa est un hélicoptère militaire léger de reconnaissance, dérivé du célèbre Bell 206 « Jet Ranger ». Il entra en service en mai 1969 sous la dénomination OH-58A et fut ensuite maintes fois amélioré. C’est un des hélicoptères les plus polyvalents de l’US Army. Son armement est extrêmement variable, les versions A et C disposaient d’un minigun M134, tandis que l’OH-58D porte une mitrailleuse M2 et d’un pod de 7 roquettes « Hydra » de série et d’optiques améliorées. La version Kiowa « Warrior » est quant à elle équipée de quatre missiles Raytheon AGM-114 « Hellfire ».

par -

Le républicain Donald Trump a fait le vide autour de lui. Le magnat de l’immobilier, sur qui personne ne misait il y a peu, a mis KO ses derniers adversaires, Ted Cruz et John Kasich, qui ont déclaré forfait hier mercredi 04 mai dans la course à l’investiture républicaine. Fin d’un suspense qui n’en était plus un, tant le tonitruant Trump écrasait ses challengers.

Visiblement au sommet du bonheur, et il peut l’être vu ses chances au départ, le milliardaire a déclaré suite à son triomphe dans l’Indiana : « C’était une soirée magnifique. Je ne m’attendais pas à cela. Ce qu’a fait Ted Cruz est très courageux et c’est bien, car nous voulons apporter l’unité au camp républicain ». Le populiste s’est créé un boulevard qui le mène tout droit vers un ultime affrontement avec le candidat des démocrates, qui sera très vraisemblablement Hillary Clinton.

Celle dont on disait qu’elle avait une route toute tracée vers la Maison Blanche a un écueil inattendu, et un gros : Bernie Sanders. Ce dernier est toujours un boulet pour Mme Clinton, il vient d’ailleurs de la battre dans l’Indiana, obligeant la grandissime favorite à batailler jusqu’au bout pour se défaire d’un Sanders qui ne lui fera aucun cadeau. Pas très bon pour les Clinton, qui vont laisser des plumes dans cette bataille interne très âpre, au lieu de s’atteler d’ores et déjà à la préparation de ses munitions pour affronter Trump.

Le meilleur adversaire pour Mme Clinton

Trump a été diablement efficace, faisant feu de tout bois pour se mettre les électeurs américains dans la poche. Aux populations les moins favorisées qui craignent de perdre leurs boulots à cause de la mondialisation il rétorque protectionnisme et fermeture des frontières ; aux classes moyennes qui se font du souci pour leur sécurité il réplique lutte sans merci contre le terrorisme et maitrise de l’immigration, etc. Bref, il a réponse à tout, et ça marche ! Les citoyens, contre toute attente, son séduits par ces promesses qui ne mangent pas de pain. Le souci c’est que Trump est tellement emporté par son élan qu’il fait des déclarations à l’emporte pièce, et dangereuses du reste, du genre pour contenir la menace djihadiste il va empêcher aux musulmans de mettre les pieds sur le sol américain ; pour maitriser l’immigration clandestine il va bâtir un mur entre les USA et le Mexique. Je vous épargne les propos très sexistes, et le mot est faible, sur les femmes et j’en passe. Ce n’est pas de cette façon qu’un candidat à la présidentielle se fait des amis dans le monde. D’ailleurs son propre camp se braque et des dirigeants du parti républicain ont clairement dit qu’il ne se rangeraient pas derrière Trump.

Maintenant que Trump a terrassé tous ses adversaires, son parti n’a pas d’autre choix que de l’adouber. D’ailleurs le patron des républicains a sonné le rassemblement autour de la candidature de Trump, mais il n’est pas sûr que son mot d’ordre fonctionne tant le milliardaire a effrayé jusqu’aux plus radicaux dans son camp. En fait il pourrait se passer ce qui s’est produit en France en 2002 en France quand le sortant, Jacques Chirac, à droite, s’est retrouvé au second tour de la la présidentielle face au candidat de l’extrême droite Jean-Marie Le Pen. S’était alors mis en place un immense front républicain pour barrer la route à Le Pen. Même les socialistes, éliminés au premier tour malgré un bilan économique qui se défendait bien, ont fait campagne pour faire battre le candidat de l’extrême droite… et ont donc appelé à voter Chirac. Ce dernier a finalement écrasé son adversaire avec un score de 82,21 %. Des républicains pourraient faire la même chose pour stopper le bulldozer Trump, pour ne pas laisser les Etats-Unis entre les mains d’un homme qui se définit lui-même comme un candidat hors système, atypique, donc capable d’égarements qui peuvent couter cher aux USA, à l’image des errements de Georges Bush…

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Le groupe libyen Ansar Asharia, classé comme organisation terroriste par l’ONU et les Etats-Unis, a annoncé samedi soir sa «dissolution», dans un communiqué publié...

SPORT

Reseaux Sociaux