Tags Posts tagged with "Étude"

Étude

par -

Il est prévu que l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII) publie prochainement les résultats d’une étude sur l’ensemble des projets bloqués dans les différents gouvernorats du pays.

Dans une déclaration à Africanmanager, le directeur général de l’APII, Samir Bachouel, a souligné l’importance de cette étude qui met en lumière les raisons derrière le blocage de ces projets. Elles sont principalement financières, administratives et bureaucratiques, selon ses dires.

Bachouel a, dans le même cadre, indiqué que l’APII va aussi mettre en place un plan d’action visant principalement à améliorer le climat d’investissement en Tunisie, et ce dans l’objectif d’éviter les difficultés rencontrées par les entrepreneurs. Ce plan d’action va être soumis au gouvernement pour l’examiner et l’approuver.

par -

Selon une étude réalisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la pollution des foyers et de l’atmosphère, le tabagisme passif, la consommation d’eau non potable, le manque d’installations sanitaires et d’hygiène sont responsables chaque année de la mort de 1,7 million d’enfants de moins de 5 ans.

D’après l’OMS, 26 % des 5,9 millions de décès d’enfants de moins de 5 ans recensés en 2015 auraient pu être évités par la prise en compte et le traitement des risques environnementaux sur une planète dont 10 % des habitants n’ont pas accès à l’eau potable, et dont un tiers est privé d’infrastructures sanitaires.

par -

Une étude, faite par le Centre tunisien de recherches sur le terrorisme sur la base de dossiers de justice de mille individus jugés pour terrorisme entre 2011 et 2015, a clairement démontré le rôle central de l’organisation Ansar al-Charia dans le recrutement jihadiste en Tunisie, rapporte le site de la radio française RFI. Selon cette même étude, «toutes les régions tunisiennes sont touchées [Ndlr : Par le recrutement], Tunis en tête, d’où viennent 18% des terroristes, et Sidi Bouzid, berceau de la révolution, 14%». La même étude a mis en évidence le rôle des réseaux sociaux dans ce recrutement massif de Djihadistes tunisiens qui se sont, pour ce faire, «approprié des centaines de mosquées qui servent de lieu d’endoctrinement».

 

par -

Une étude sur la sédentarité montre que passer trop de temps assis et ne pas faire assez d’exercice physique peut faire vieillir les cellules prématurément, rapporte « Pourquoi Docteur ».

Publiés dans la revue American Journal of Epidemiology, les recherches montrent que les femmes âgées dont l’activité physique est faible et qui restent assises plus de 10 heures par jour avaient des cellules biologiquement plus vieilles de huit ans que celles des femmes moins sédentaires.
Les chercheurs pensent être les premiers à avoir mesuré de façon objective les effets de la sédentarité et de l’activité physique sur le vieillissement biologique, a indiqué la même source.

par -
La justice allemande a ordonné jeudi 26 juin

Une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé que le tabagisme coûte à l’économie mondiale plus de 1000 milliards de dollars chaque année et d’ici 2030 le nombre de décès liés à la cigarette pourrait augmenter d’un tiers, rapporte « OuestFrance ».

Le coût des conséquences sur la santé du tabagisme dépasse largement les revenus tirés des taxes sur le tabac, estimés par l’OMS à 269 milliards de dollars en 2013-2014.

Près de 80% des fumeurs vivent dans ces pays et le nombre global de fumeurs continue d’augmenter, estime l’étude, qui rappelle que les experts médicaux voient dans le tabac la cause de mortalité la plus facilement évitable, a indiqué la même source.

par -

Un « super volcan » situé près de Naples, dans le sud de l’Italie, risque de se réveiller bientôt, ce qui pourrait s’avérer néfaste pour la région ainsi que pour l’ensemble du continent européen, rapporte « Sputniknews ».

Une étude réalisée par une équipe de chercheurs italiens et français relève que la pression de gaz volcaniques dans la zone des Champs Phlégréens au nord-est de Naples est en train d’atteindre un point critique, poussant le magma à monter vers la surface de la terre.

D’après la même source, la dernière éruption du volcan en question date de 1538, lorsque près de 40 kilomètres cube de matériaux volcaniques ont été déversés, les cendres émises par le « super volcan » ayant été retrouvées jusqu’en Sibérie.

par -

La journée d’égalité salariale en Tunisie est prévue pour le 22 février 2017. Cette annonce a été faite ce jeudi 22 décembre lors de la présentation de l’étude réalisée sur les « Mesures et bonnes pratiques de diversité des genres dans les entreprises tunisiennes », l’occasion de la première édition du forum sur « La diversité des genres dans les entreprises tunisiennes : impératif économique ». L’étude indique que la femme devra travailler jusqu’au 22 février 2017 pour gagner l’équivalent du salaire annuel d’un homme qui a travaillé jusqu’au 31 décembre 2016.
Pour rappel, la Journée de l’égalité salariale (Equal Pay Day) a été initiée par le « Business and Professional Women Association ».

par -

86% des entreprises tunisiennes n’incarnent pas le principe d’égalité des chances femme-homme dans l’accès aux promotions, d’après une étude réalisée sur les « Mesures et bonnes pratiques de diversité des genres dans les entreprises tunisiennes ».
Élaborée par l’IACE en coordination avec le GIZ dans le cadre du programme régional « Intégration économique des femmes dans la région MENA », l’étude démontre aussi que 68% des sondés pensent que les équipes mixtes (femmes/hommes) n’obtiennent pas de meilleurs résultats que les équipes non-mixtes.
Toujours selon la même source, 79% des entreprises n’ont pas pris des initiatives visant à encourager le recrutement des femmes.
Dans le même contexte, la présence de femmes à la tête des entreprises reste minime. Selon les chiffres présentés par cette étude, seulement 12% des femmes ont un statut de chef d’entreprises.
De même, 37% sont présentes dans les conseils d’administration contre 63% pour les hommes Il est à noter que l’étude, sur un échantillon de 360 entreprises, a été présentée ce jeudi 22 décembre lors d’une rencontre organisée à l’IACE sur le thème « La diversité des genres dans les entreprises tunisiennes : impératif économique ».

par -
Beji Caid Essebsi ( BCE )a abordé au cours de  l'interview accordée à la

724 personnes suspectées d’appartenir à des organisations terroristes ont été déférées devant la justice, rapporte le quotidien « Al Maghreb », s’appuyant sur une étude statistique sur la situation sécuritaire.
Selon la même source, le nombre des affaires terroristes est estimé à 523.
Cette étude réalisée entre début septembre 2016 et fin novembre de la même année a établi que trois entrepôts d’armes ont été découverts durant cette période à Ben Guerdane et Kairaouan.
S’agissant de la contrebande, le nombre des affaires a atteint 8879 alors que la valeur de la marchandise est estimée à 166.943.516 millions de dinars.

par -

La Tunisie, notamment sa jeunesse, attend les retombées de la Conférence sur l’Investissement pour se bâtir un avenir obscurci présentement par le chômage. Ne nous leurrons pas, une très grosse partie des milliards qu’on a promis à la Tunisie sont des dettes que vont endosser les jeunes et les générations futures. Et ça va saigner pour rembourser ces emprunts colossaux, et les intérêts qui vont avec. Mais si c’est pour se donner une société plus prospère, d’une économie plus forte et génératrice d’emplois, le jeu en vaut la chandelle. Le seul hic c’est que la Tunisie de 2016 se démène, s’endette à tour de bras, s’agenouille presque devant les bailleurs de fonds du monde entier pour une catégorie de la population – les jeunes – qui voit son avenir partout sauf dans le pays. C’est ce que nous révèle l’étude coup de poing du Forum Tunisien pour les Droits Economiques Sociaux (FTDES), en collaboration avec la Fondation “Rosa Luxemburg Stiftung” (RLS)…

Cette enquête, intitulée “Les jeunes et la migration clandestine en Tunisie: Etude de terrain des stéréotypes, des pratiques et des attentes”, nous met à la face une réalité que beaucoup, en premier l’exécutif tunisien, auraient sans doute aimé planquer sous le tapis. En effet 45% des jeunes tunisiens sondés se disent prêts à prendre le large, même illégalement”. Gros malaise là. Presque la moitié des jeunes, d’après cette étude, cette frange pour qui on construit le pays et sans qui ce projet n’est pas viable, a de fortes envies d’évasion. Pire, 81% des jeunes interrogés sont disposés à financer une opération d’émigration clandestine ! Comme signe patent de la coupure très nette entre les aspirations des jeunes et leurs ainés, on peut difficilement avoir plus édifiant.

Il est important tout de même, avant d’aller plus loin sur la question, histoire aussi de couper l’herbe sous les pieds des sceptiques et autres grognards, que cette enquête est tout ce qu’il y a de plus sérieux et crédible, qu’elle est pilotée par 11 experts, dont 9 universitaires. Elle a pour but de faire la lumière sur les soubassements de la migration clandestine des jeunes tunisiens avant et après la révolution, et de cerner les raisons qui les poussent à se jeter sur les routes périlleuses de la migration, a confié à la TAP Romdhane Ben Amor, chargé de la communication au sein du FTDES.

Il faudra cravacher pour avoir des résultats

“Le FTDES ne cesse de souligner l’échec du modèle du développement tunisien qui s’illustre par l’augmentation de la migration clandestine”, a-t-il indiqué, ajoutant que près de 25 mille jeunes tunisiens ont déserté clandestinement le pays dans la seule période de la forte poussée révolutionnaire de 2011.
“Nous avons cru que les approches adoptées par les gouvernements successifs dans la gestion du dossier de la migration clandestine ont pu apporter des solutions alternatives, à part les accords signés avec l’Union Européenne, mais aucune amélioration n’a été observée dans le traitement de la situation économique et sociale des régions touchées par la migration clandestine”, a-t-il déclaré.

Le secrétaire d’Etat à la Migration, Radhouane Ayara, a affirmé hier dimanche, à Chebba, dans le gouvernorat de Mahdia, que le nombre d’émigrés clandestins tunisiens s’est situé entre 22 et 25 mille, durant les années qui ont suivi le départ précipité de Ben Ali. Il a embrayé en disant que les autorités actuelles ont pris à bras-le-corps ce fléau et ont sensiblement réduit ses proportions, jusqu’à 800 émigrés clandestins, depuis une année ou deux, grâce au concours des pays voisins. Il a tout de même reconnu que ce chiffre reste important. Et puis surtout – ça c’est Africanmanager qui le dit – ça ne veut nullement dire que, comme le démontre l’enquête du FTDES, le problème est réglé et que dans la tête des jeunes l’herbe en Tunisie est plus verte qu’ailleurs, loin de là. Nous attendons la prochaine étude pour établir des certitudes. Par ailleurs cela dépendra beaucoup de ce que fait actuellement le gouvernement pour extirper la jeunesse de son mal être. Le secrétaire d’Etat à la Migration a déclaré, dans une tribune de dialogue avec les jeunes, que prochainement le Conseil ministériel va se pencher sur un dispositif pour diriger les transferts de fonds des Tunisiens résidents à l’étranger vers les régions de l’intérieur, pour les y investir. Il a promis que des rencontres du même type seront organisées avec les jeunes tunisiens en France, Allemagne et Italie. Nous attendons de voir ce sur quoi tout cet activisme va déboucher…

par -

7548 projets industriels déclarés n’ont pas été réalisés entre 2005 et 2015, ce qui fait une moyenne de 600 projets en souffrance par an, d’après une étude réalisée par l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII).
D’après cette enquête, cette moyenne a connu un pic en 2011 (plus que 900 projets non réalisés), suite à la révolution et aux problèmes socio-économiques qui en ont résulté.
En effet, ces projets non réalisés, qui totalisent 236 mille emplois, ont cumulé un montant d’investissement gelé de 12.5 Milliards de dinars. Parmi ces projets, 5% sont de taille importante et l’investissement est supérieur ou égal à 5 millions de dinars ; ils représentent 57% des investissements prévus, toujours selon la même source. La répartition sectorielle des entreprises fermées montre que les secteurs les plus touchés sont le Textile-Habillement et le Cuir, ils représentent 59% des sociétés en cessation d’activité sur la période 2005-2015 ; suivis par les industries mécaniques et électriques avec 13%.
Côté région, l’Est totalise près de ¾ des projets non réalisés, 47% des PNR sont au Nord-Est et 23% au Centre-Est.
La même source a par ailleurs signalé que la baisse enregistrée au niveau du nombre de créations d’entreprise est accompagnée par une diminution de la moyenne annuelle des emplois créés, qui est passé de 33000 par an à 16000. Pour rappel, cette étude portant sur les projets non-réalisés au cours de la période 2005-2015 est axée sur deux volets, à savoir les principaux obstacles à l’origine de ces dysfonctionnements et le problème de la fermeture des entreprises. Cette première phase de l’étude sera couronnée par un Benchmark avec des pays de référence (Maroc, Turquie, Roumanie et France) dans l’optique de dégager des réformes pour améliorer le climat d’affaires et des dispositifs d’appui à la création et à la pérennité des entreprises.

par -

Selon une étude publiée, mardi 16 novembre 2016, dans la revue médicale britannique « The Lancet », le nombre de personnes souffrant d’hypertension artérielle à travers le monde a doublé au cours des 40 dernières années, pour atteindre plus d’un milliard de personnes.

Cette maladie touchera notamment l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne, nous apprend la même source.

A signaler que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait relevé que 30 % des hommes et 50 % des femmes âgés de 65 ans à 75 ans souffrent d’hypertension artérielle.

par -

Pendant que 190 pays planchent à Marrakech, au Maroc, sur les moyens de mettre en pratique l’accord ratifié l’an dernier à Paris (objectif : Limiter la hausse de la température à l’échelle du globe à moins de 2°C), l’Organisation météorologique mondiale (OMM), relevant de l’ONU, prend le pouls du réchauffement climatique. Et le moins qu’on puisse dire est que leurs conclusions, publiées hier lundi 14 novembre 2016, sont loin d’être réjouissantes.

D’après l’OMM, 2016 devrait établir un nouveau record de chaleur avec une température mondiale moyenne au-dessus d’à peu près 1,2°C dans l’ère pré-industrielle.
« Si cela se confirmait, le 21e siècle compterait 16 des 17 années les plus chaudes constatées depuis le début des relevés » à la fin du 19e siècle, d’après l’OMM.

« Tout semble indiquer que 2016 sera l’année la plus chaude » avec une température moyenne « supérieure au record établi en 2015 », indique l’organisation dans un communiqué diffusé en marge de la conférence de l’ONU sur le climat (COP22).

Et comme un malheur n’arrive jamais seul, d’autres signes inquiétants ont été enregistrés. Il y a par exemple la forte concentration des principaux gaz à effet de serre dans l’atmosphère, à des niveaux jamais atteints ; on peut aussi évoquer la superficie de la banquise arctique, qui a été réduite et la fonte « très marquée » des glaces du Groenland…

Cette année, l’étendue de la banquise arctique a été la 2e la plus réduite jamais enregistrée (4,14 millions de km2 en septembre), après celle de 2012.

« Dans certaines régions arctiques de la Fédération de Russie, la température était supérieure de 6 à 7°C à la normale », a indiqué Petteri Taalas, secrétaire général de l’OMM.

« Et dans de nombreuses régions arctiques et subarctiques de la Russie, de l’Alaska et du nord-ouest du Canada, la température a dépassé la normale d’au moins 3°C, confie-t-il, en précisant que « jusqu’ici, les records de chaleur s’exprimaient en fractions de degré ».

La seule grande région continentale où la température était en-dessous de la normale se trouve dans la zone subtropicale de l’Amérique du Sud (nord et centre de l’Argentine, un morceau du Paraguay et de la Bolivie).

La montée des températures océaniques a provoqué un puissant phénomène de blanchissement des coraux : dans certains zones de la Grande barrière en Australie, « jusqu’à 50% des coraux sont morts ».

Sur terre, des records de chaleur absolus ont été établis dans plusieurs régions : 42,7°C à Pretoria, 38,9°C à Johannesbourg, 44,6°C en Thaïlande, 51°C en Inde.

Enfin sachez que l’OMM sortira début 2017 une version finale de son travail sur l’Etat du climat en 2016.

par -

Le ministre du Transport, Anis Ghedira, vient de dévoiler les grands axes de l’étude qui sera élaborée avant de mettre en place un plan directeur national des transports à l’horizon 2040.
Dans une déclaration à la presse en marge d’un atelier qui se tient actuellement à Tunis annonçant le démarrage de cette étude, le ministre a précisé que les axes tournent autour de l’évaluation et du suivi de l’avancement des projets fixés lors du dernier plan (2001-2004), la fixation des actions prioritaires et les besoins réels de ce domaine pour qu’il soit une locomotive du développement, la mise en place des programmes adéquats et enfin la détermination de la méthode de travail afin de pouvoir atteindre cet objectif.
Anis Ghedira a par ailleurs indiqué qu’il s’agit d’une deuxième étude élaborée par son département après celle réalisée en 2004.
Toujours selon ses dires, cette étude financée par la BAD (à hauteur de 2.7 millions de dinars))
sera réalisée par des bureaux d’études tunisiens et étrangers et ce, dans le cadre d’un partenariat stratégique.

par -

L’étude pour la mise en place d’un plan directeur national des transports (PDNT) à l’horizon 2040 a démarré ce vendredi 11 novembre 2016.
Le coup d’envoi a été donné par le ministre du Transport, Anis Ghedira, lors d’un atelier organisé à cette occasion. Le ministre a fait savoir qu’il s’agit d’une démarche importante pour diagnostiquer le secteur du transport avant d’élaborer un plan clair et bien précis capable d’assurer son développement.

Cette étude, qui sera financée par la BAD, durera 18 mois, a ajouté Ghedira, qui a tenu à préciser que son département a beaucoup misé sur l’approche participative de manière à promouvoir ce secteur vital qui continue de se confronter à une série des défis.

D’après les participants à cet atelier, le nouveau plan directeur qui sera élaboré suite à la réalisation de cette étude offrira une vision à moyen et long terme pour mobiliser les partenaires techniques et financiers. Il s’agit, selon leurs dires, d’un plan d’action stratégique visant à consolider et développer les infrastructures, les équipements tout en assurant l’intégration et l’efficacité globale.

Parmi les engagements du plan directeur national des transports, on cite la diminution de la violence routière et la baisse de la consommation d’énergie.
En matière d’intégration régionale, il s’agira de créer des services nationaux accompagnant l’émergence des nouveaux marchés tout en trouvant l’encadrement réglementaire pouvant les dynamiser.

par -

L’expert en économie Hachemi Alaya a déclaré, ce vendredi 28 octobre 2016 sur Express fm, que la Tunisie est le seul pays en Afrique où les recettes fiscales représentent 31% du PIB. « Le niveau d’imposition en Tunisie augmente rapidement chaque année, il est pratiquement similaire à ceux des pays les plus développés », a-t-il affirmé .

Cette déclaration intervient en réaction à la publication d’une étude menée par l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) sur le niveau d’imposition dans le monde.

par -

Une étude publiée, ce jeudi 29 septembre 2016, dans la revue « Medical Journal », relève que des antidouleurs très répandus augmentent le risque d’insuffisance cardiaque. Ces médicaments sont notamment utilisés pour traiter la douleur et l’inflammation et sont en vente libre dans plusieurs pays.  Ils font partie des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ainsi que d’une nouvelle classe d’anti-inflammatoires, les anti-Cox 2 (coxibs).

par -

Les travaux d’une équipe de chercheurs des universités de Caldwell et de Pittsburgh, aux USA, ont permis de trouver une corrélation étroite entre le sommeil des enfants à 11 ans et le risque d’être dépendant de l’alcool et du cannabis à l’âge adulte. D’après les chercheurs, la durée et la qualité du sommeil à l’adolescence sont un facteur majeur de prédisposition à ces comportements à risques.

Le lien entre le sommeil des pré-adolescents et leur inclination pour l’alcoolisme et la toxicomanie est avéré, et même depuis un certain temps, mais cette étude, qui va paraitre dans la revue Drug and Alcohol Dependence, présente l’intérêt de suivre la problématique du mauvais sommeil et ses effets dans la durée, sur les mêmes individus.
«Traiter les problèmes liés à l’alcool et aux drogues une fois qu’ils sont apparus peut se révéler extrêmement complexe et nous sommes toujours à la recherche de facteurs de risque modifiables», déclaré Brant P. Hasler, auteur principal de cette étude co-financée par les NIH.
«Faire tout ce qui est en notre pouvoir pour s’assurer d’une durée et d’une qualité de sommeil suffisantes à la fin de l’enfance peut se révéler très bénéfique en matière de réduction des abus de substances plus tard dans la vie », a-t-il ajouté.

Une méthodologie probante

Les chercheurs ont compilé les données d’une étude longitudinale sur 300 familles américaines appartenant à la catégorie sociale défavorisée, ils ont prélevé les données de 186 hommes. Au démarrage de l’étude, les volontaires avaient 11 ans. Hasler et ses collègues les ont suivis jusqu’à leur 20, 22 ans et les ont ensuite questionnés sur leurs habitudes de consommation d’alcool et de cannabis.
Les statistiques, après les corrections qui s’imposent pour gommer les facteurs de perturbation des indicateurs – difficultés socio-économiques, niveau d’insécurité du lieu de vie, tendance à intérioriser ou à extérioriser ses problèmes… –, ont établi que plus les sujets ont peu et mal dormi au début de leur adolescence, plus ils sont portés sur l’abus d’alcool et de cannabis passés vingt ans.
Et même mieux, ou pire : Plus les problèmes de sommeil arrivent tôt, plus les jeunes tombent précocement dans les excès. L’étude a établi qu’en moyenne que pour une heure de sommeil perdue à 11 ans, le premier abus de cannabis ou d’alcool avance de 20%.

par -

Selon un sondage effectué par NPR et révélé par Huffpostmaghreb, cinq métiers sont nuisibles à la santé :

1 – La vente au détail (26%)
2 – La construction (23%)
3 – La manufacture / Usine (21%)
4 – Médecine (19%)
5 – Magasin (16%)

Ce sondage a été effectué sur 1600 personnes : On leur a, en effet, demandé comment leur emploi a affecté leurs habitudes de sommeil, leur nutrition, leur stress ainsi que leur vie sociale. D’après l’étude en question, pour pouvoir concilier travail et la santé, il faudrait, entre outre, prendre des congés occasionnels.

par -

Des chercheurs de l’Université de Liverpool au Royaume-Uni et de l’Institut technologique d’Ontario au Canada ont découvert que le travail en groupe pourrait perturber la mémorisation, rapporte le site « topsante ».

Toutefois le travail collectif ne doit pas être diabolisé car ces mêmes scientifiques suggèrent également que le groupe pouvait aussi avoir du positif sur le long terme en stimulant l’apprentissage individuel.

Cette étude parue dans le Psychological Bulletin est la première du genre à s’être intéressée aux avantages et aux inconvénients du travail collectif sur la mémoire. Pour réaliser ce travail, 64 études ont été examinées par les chercheurs, a ajouté la même source.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Le 29 mars, le Conseil de sécurité des Nations unies votera une résolution sur le possible renouvellement du mandat de la Mission de l’Organisation...