Tags Posts tagged with "exportations tunisiennes,"

exportations tunisiennes,

par -
0

« La Tunisie pourrait porter la valeur de ses exportations à 100 milliards de dinars par an au cours de la prochaine décennie » a affirmé, jeudi, à Tunis, la présidente de l’union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) Wided Bouchamaoui. Lors d’une allocution, prononcée à l’occasion de la présentation de la stratégie nationale dans le domaine des exportations, élaborée par le ministère du commerce, la présidente de la centrale patronale a affirmé que la valeur des exportations tunisiennes s’est élevée en 2015 à 40 milliards de dinars répartis entre produits (28 milliards de dinars) et services (12 millards de dinars). Bouchamaoui a précisé que la réalisation de cet objectif (100 millards de dinars) nécessite de faire de l’exportation une priorité nationale. Il s’agit également, a-t-elle ajouté, d’établir un partenarait entre les secteurs public et privé, soulignant l’impératif pour le gouvernement de continuer à soutenir les exportateurs. Elle a estimé que la stratégie est un bon départ pour une vision future dans le domaine de l’exportation, relevant la nécessité d’accorder l’importance requise aux aspects logistiques liés à l’exportation, principalement « les situations dans les ports ».
La présidente de l’UTICA a critiqué la situation dans certains ports laquelle nuit à l’exportation et porte atteinte aux réalisations de la Tunisie, qualifiant cela d' »inacceptable », doù la nécessité d’y remédier, a-t-elle
dit. Ne pas placer l’exportation en tant que priorité nationale dans le projet du code de l’investissement, comme le demande l’UTICA, figure parmi les carences auxquelles il faut remédier, a soutenu Bouchamaoui.
Le président de l’union tunisienne de l’agriculture et de la pêche Abdelmajid Ezzar, a pour sa part, mis l’accent sur l’impératif de considérer l’exportation comme « un choix stratégique de la Tunisie » et non conjoncturel afin d’écouler les excédents de certains produits. L’UTAP, a-t-il dit, oeuvre à ancrer la culture de la production pour l’exportation, ce qui nécessite la mobilisation d’investissements importants en vue de la mise à niveau des exploitations agricoles et d’adopter les systèmes de traçabilité afin que les produits agricoles répondent aux normes internationales de la qualité. Ezzar a mis en exergue l’importance de subventionner directement les produits agricoles lors de l’exportation afin qu’ils soient plus compétitifs aux plans de la qualité et du prix et puissent accéder à de nouveaux marchés.
Le président de l’UTAP a recommandé d’accorder l’importance requise à la logistique, notamment en matière de transport et de promouvoir la diplomatie économique afin de mieux faire connaître les produits agricoles.

TAP

par -
0

La demande extérieure sur les marchandises et services tunisiens demeure importante et diversifiée, en dépit de la conjoncture économique difficile et de la crise économique à laquelle sont confrontés plusieurs partenaires commerciaux de la Tunisie, a souligné le Chef du Gouvernement Habib Essid. Lors d’une journée d’études, consacrée à la présentation de la stratégie nationale de promotion de l’exportation élaborée par le ministère du commerce et placée sous le signe « la solution est l’exportation », Essid a ajouté que « le secteur de l’exportation en Tunisie a réalisé des résultats probants en surmontant plusieurs crises mais cela demeure en deça des aspirations ». Le Chef du Gouvernement a indiqué que « les entreprises tunisiennes ont un fort potentiel pour se posistionner sur les marchés émergents à l’instar des marchés russe, africain et du Golfe ».
Le secteur de l’exportation contribue à hauteur de 38,4% au PIB dans une économie nationale ouverte à 87% et le taux de couverture des exportations par les importations est élevé en comparaison avec les pays similaires, soit une moyenne de 70% au cours de la dernière décennie selon Essid.
Il a fait remarquer que le gouvernement a pris une liasse de mesures pour libéraliser et relancer l’économie nationale à la faveur de l’ouverture sur l’étranger, outre la consolidation des relations commerciales avec les
principaux opérateurs économiques. Les exportations tunisienns, a fait savoir Essid, disposent de points forts dont la diversité de l’économie et les compétences tunisiennes par lesquelles la Tunisie se distingue, sans oublier les possibilités d’évolution dans des secteurs à forte valeur ajoutée (montage des voitures, composants automobiles, services sanitaires….).
Le Chef du Gouvernement a reconnu que les exportations tunisiennes font face à plusieurs difficultés, tels que l’infrastructure économique, le manque de diversité des secteurs exportateurs et la faiblesse du contenu
technologique. Essid a également fait remarquer que les exportations tunisiennes sont confrontées à une hausse du coût du transport et de la logistique, à la lourdeur des procédures administratives, au manque de lignes de chargement maritime et aérien ainsi qu’à l’absence d’espaces logistiques, en plus de la situation géopolitique pertubée dans la région qui a nui aux exportations vers la Libye.

TAP

par -
0
Les exportations tunisiennes vers l'Union européenne (UE) ont évolué de 5

Les exportations tunisiennes vers l’Union européenne (UE) ont évolué de 5,6% durant les 8 premiers mois de l’année 2013, ont indiqué les derniers chiffres de l’Institut national de la statistique (INS). Cette hausse est imputée à la hausse des ventes vers certains partenaires européens à l’instar de la Grande Bretagne (25,6%), l’Espagne (18,7%) et l’Allemagne (10,5%).

L’augmentation des exportations vers les pays tiers a également été observée avec la Turquie (80,6%) en raison de l’amélioration des ventes des produits dérivés du phosphate et la Russie (57,2%).

Les résultats des échanges avec les principaux partenaires arabes ont également révélé une amélioration avec la Libye (8,7%), et l’Algérie (2,2%) alors que les échanges avec le Maroc ont régressé (7,5%).

par -
0
Les exportations tunisiennes

Les exportations tunisiennes, durant le 1er semestre 2013, ont enregistrée une augmentation de 6,1% contre 5,4%, un an auparavant, alors que les importations, ont progressé de 4,8% contre 14,4% en 2012, selon les derniers chiffres de l’Institut national de la statistique (INS).

Ce faisant, le taux de couverture s’est amélioré de 0.9 point pour se situer à 72.1%, contre 71.2%. En revanche, le déficit de la balance commerciale a atteint -5553.3 MDT, contre -5468.8 MDT, en 2012

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Le député français Jean Glavany, ancien ministre de l’Agriculture et ex-directeur de cabinet du président François Mitterrand, a mis l'Assemblée nationale, et donc la...

SPORT