Tags Posts tagged with "Fethi Nouri"

Fethi Nouri

par -
Les autorités algériennes ont déclaré récemment

Les autorités algériennes ont déclaré récemment, qu’elles avaient alerté leurs homologues tunisiennes de l’implication de certaines banques tunisiennes et d’hommes d’affaires tunisiens dans des filières de transfert douteux à l’étranger d’importants montants en devises en provenance d’Algérie. Une information qui ne peut en aucun cas être juste aux yeux des experts économiques.

Dans une déclaration à Africanmanager, l’expert économique, Fethi Nouri, a démenti que ce type d’opérations soit possible en Tunisie, estimant que la masse monétaire est très bien contrôlée par la banque centrale de Tunisie (BCT).

Il a démenti, en outre, que ces informations véhiculées par certains journaux algériens soient justes, puisqu’il ne s’agit pas d’une déclaration officielle de la part du gouvernement algérien, selon ses dires.

Selon lui, tout mouvement suspect est généralement détecté et avorté par la direction de contrôle relevant de la BCT, ce qui rend de telles opérations de transfert douteux de devise difficile voire impossible en Tunisie.

De telles opérations, a-t-il dit ne pouvaient pas passer inaperçues en Tunisie sans que les autorités tunisiennes en prennent connaissance, expliquant que tout résidant étranger en Tunisie peut ouvrir un compte en devise dans n’importe quelle banque tunisienne, mais sous le contrôle de la BCT et après avoir obtenu un justificatif de la part de la douane tunisienne conformément à la loi du règlement de change qui oblige chaque résidant étranger à déclarer toute opération de transfert de devises auprès de la douane.

Il a assuré, dans le même ordre d’idées, que la Tunisie ne peut et ne pourra jamais être complice de ce genre d’opérations et que toutes nos frontières sont bien contrôlées contre tout mouvement suspect, rappelant le grand nombre des tentatives ayant été détectées et avortées par la police de la frontière ou encore par la douane tunisienne qui contrôlent parfaitement ce genre d’opérations et les mouvements douteux, notamment à la lumière de la crise qui sévit actuellement aux frontières de la Tunisie.

Fethi Nouri n’a pas écarté, en revanche, l’existence de telles opérations en Tunisie mais à travers le marché parallèle, soulignant, à ce propos la gravité de telles opérations surtout qu’on ignore l’origine, la destination et à quoi ces fonds vont servir : « ce type d’opérations reste dangereux et nuisible à l’économie nationale », a-t-il dit.

Pour rappel, le journal algérien Al Fajr a rapporté dans son édition de samedi 16 août 2014, les premiers éléments d’une enquête financière diligentée conjointement par les autorités financières et sécuritaires algériennes et tunisiennes, à la suite de la saisie d’une énorme somme de devises (1.5 million d’euros) dans un poste-frontière, la semaine dernière. L’enquête vise à dévoiler les parties qui seraient derrière le transfert illégal à grande échelle de devises qui se fait de l’Algérie vers des pays étrangers et particulièrement ceux du Golfe via la Tunisie.

La même source, qui aurait recueilli des confidences de responsables bien informés, indique que les autorités algériennes ont informé leurs homologues tunisiennes depuis décembre 2013 d’un grand flux de devises qui sort du territoire algérien soit à travers les postes-frontières ou par virements bancaires sous la couverture d’opérations commerciales pour le compte de personnalités tunisiennes bien connues depuis la chute de Ben Ali.

Le quotidien algérien qui parle dans ce contexte de membres du mouvement Ennahdha, écarte pour le moment tout lien qui pourrait exister entre ces transactions douteuses et ces transferts illégaux avec des groupes terroristes.

Kh.T

par -
Réagissant aux mesures annoncées dans le projet de la loi des finances complémentaire 2014

Réagissant aux mesures annoncées dans le projet de la loi des finances complémentaire 2014, Fethi Nouri, expert en économie s’est dit inquiet de ces mesures qui ciblent directement la classe moyenne.

Dans un entretien téléphonique avec Africanmanager, Fethi Nouri a fait remarquer que le prélèvement d’un(1) à 6 jours de travail qui sera calculé en fonction du revenu annuel des salariés, ne va générer que 64millions de dinars . Il indique que ce montant n’est pas de nature résoudre le déficit du budget qui s’élève à 12 milliards de dinars qui ne cesse d’aggraver .Il juge que le résultat de ce prélèvement reste faible et ne va pas redresser la situation .

par -
Réagissant à l’adoption d’un article relatif à la création d'un fonds de réhabilitation des victimes de la répression

Réagissant à l’adoption d’un article relatif à la création d’un fonds de réhabilitation des victimes de la répression, Fethi Nouri, expert en économie a considéré que ce genre d’articles ne pourrait pas être examiné lors d’une séance plénière et à une heure tardive. D’après lui, ces propositions devraient se faire à l’intérieur des commissions spécialisées à l’ANC.

« Ce n’est pas de cette manière qu’on adopte une loi des finances » a martelé l’économiste avant d’ajouter « ce n’est pas le rôle du ministre des finances d’examiner ces propositions».

D’après Fethi Nouri, le ministre des finances devrait faire appel à une équipe technique pour examiner ce genre de propositions.

par -
L’économiste et universitaire

L’économiste et universitaire, Fathi Nouri a alerté contre la mafia économique qui ne cesse de proliférer en Tunisie. Dans une déclaration à Africanmanager, il a précisé que la corruption ne cesse de s’amplifier de jour à l’autre depuis l’année 2011, appelant les parties concernées à contrôler davantage les circuits de distribution, restructurer la douane et réduire la taille du marché parallèle. Selon lui, les plus grands projets qui devraient voir le jour, en Tunisie, se trouvent, aujourd’hui, dans de vrais rouages du trafic.

Au sujet de la situation économique du pays, Fathi Nouri a déclaré qu’il ne faut pas s’attendre à une amélioration pour aux moins les deux années prochaines, puisqu’on ne voit pas encore le bout du tunnel.

Il a appelé, dans ce cadre, à élaborer un programme économique, régional et sectoriel, bien déterminé qui se projette sur les 5 prochaines années et à mettre en place un schéma de financement clair. Il a relevé, cependant, l’absence de vrais planificateurs en Tunisie.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT