Tags Posts tagged with "Fitch Ratings, Tunisie"

Fitch Ratings, Tunisie

par -
0
 Fitch Ratings a confirmé la note nationale à long terme de l’Entreprise Tunisienne d’Activités Pétrolières (ETAP) à ‘AA-(tun)’. La perspective de la note est négative. La note à court terme a été confirmée à ‘F1+ (tun)’. L’ETAP a le statut d’établissement public

Fitch Ratings a confirmé la note nationale à long terme de l’Entreprise Tunisienne d’Activités Pétrolières (ETAP) à ‘AA-(tun)’. La perspective de la note est négative. La note à court terme a été confirmée à ‘F1+ (tun)’. L’ETAP a le statut d’établissement public à caractère non administratif, placé sous la tutelle du ministère tunisien de l’Industrie.

L’agence souligne que La perspective négative reflète celle de la note de la Tunisie, dans la mesure où elle reflète la pression qui s’exerce sur les notes de son actionnaire (l’Etat tunisien; BB+/Négative). Pour noter l’ETAP, Fitch applique sa méthodologie de notation des sociétés-mères et de leurs filiales (« Parent and Subsidiary Rating Linkage »); ainsi, la note de l’ETAP se situe un cran en-dessous de celle du souverain compte tenu des liens stratégiques entre l’ETAP et l’Etat tunisien. L’agence considère que ces liens restent forts malgré la dégradation des notes de la Tunisie, en décembre 2012. En effet, l’ETAP continue à représenter les intérêts de l’Etat tunisien dans le secteur local de l’exploration et de la production de pétrole et de gaz, et à assurer l’approvisionnement du marché local.

Evoquant les facteurs qui pourraient justifier un écart de notation plus important, Fitch souligne que la liquidité de l’ETAP est dépendante du mécanisme de compensation pour commercialisation pour le compte de l’Etat et des dotations financières celui-ci destinées à soutenir les investissements de sa filiale. Tout affaiblissement du soutien de l’Etat ou toute pression financière de sa part pourraient justifier un différentiel plus important (actuellement limité à un cran) entre la note de l’ETAP et celle de l’Etat.

L’agence fait remarquer, en outre, que le profil opérationnel de l’ETAP ne présente pas la diversification propre aux sociétés internationales comparables notées par l’agence, ce qui l’expose fortement à la volatilité des prix du pétrole et du gaz. En outre, le périmètre d’activités de l’ETAP est limité à la Tunisie et de ce fait, la société ne bénéficie pas de la taille de sociétés internationales comparables.

Selon les chiffres provisoires à fin 2012, le chiffre d’affaires ainsi que l’EBITDAR ont continué à progresser en raison du maintien à un niveau élevé des prix du pétrole et du gaz (en moyenne 112 USD/bbl pour le pétrole et 12,5USD/mcf pour le gaz) et du fait d’un taux de change USD/TND favorable. La production de pétrole brut, représentant 66% du chiffre d’affaires, n’a que très peu progressé par rapport à 2011. Le cash flow net d’exploitation (CFO) devrait atteindre 1 milliard de dinars, fin 2012, contre 920 millions de dinars, à fin 2011. La couverture des dépenses d’investissement devrait rester adéquate avec un ratio de 2,3, les dépenses d’investissement de l’ordre de 436 millions DT étant restées relativement faibles.

Fitch constate que l’ETAP n’a pas contracté de nouveaux emprunts en 2012. Ainsi, la dette totale ajustée (hors dette envers l’Etat) devrait baisser à 490 Mio TND à fin 2012 contre 750 Mio TND à fin 2011. Le ratio de dette brute ajustée (dette brute ajustée/cash flow brut d’exploitation) devrait s’améliorer à 0,3 contre 0,5 à fin 2011. Le gouvernement a continué à soutenir les investissements de l’ETAP en 2012 à travers des dotations financières de l’ordre de 200 millions de dinars DT.

Une liquidité adéquate

L’agence, en se basant sur son modèle de prévision, s’attend à ce que l’ETAP génère un cash flow libre négatif en 2013 et 2014 en raison d’hypothèses de prix de pétrole et de gaz moins élevés et des dépenses d’investissement plus élevées liées au projet South Tunisia Gas Project, à l’amélioration et la récupération des champs en déclin et aux coûts d’exploration de nouveaux champs. Cependant, la liquidité de l’ETAP devrait rester forte sur les deux prochaines années grâce à une situation de trésorerie confortable et à la grande capacité de l’ETAP à lever des fonds. L’agence s’attend à ce que l’ETAP continue de bénéficier d’une position de trésorerie nette durant les deux prochaines années.

par -
0
 Fitch Ratings a confirmé la note nationale à long terme de l’Entreprise Tunisienne d’Activités Pétrolières (ETAP) à ‘AA-(tun)’. La perspective de la note est négative. La note à court terme a été confirmée à ‘F1+ (tun)’. L’ETAP a le statut d’établissement public

Fitch Ratings a confirmé la note nationale à long terme de l’Entreprise Tunisienne d’Activités Pétrolières (ETAP) à ‘AA-(tun)’. La perspective de la note est négative. La note à court terme a été confirmée à ‘F1+ (tun)’. L’ETAP a le statut d’établissement public à caractère non administratif, placé sous la tutelle du ministère tunisien de l’Industrie.

L’agence souligne que La perspective négative reflète celle de la note de la Tunisie, dans la mesure où elle reflète la pression qui s’exerce sur les notes de son actionnaire (l’Etat tunisien; BB+/Négative). Pour noter l’ETAP, Fitch applique sa méthodologie de notation des sociétés-mères et de leurs filiales (« Parent and Subsidiary Rating Linkage »); ainsi, la note de l’ETAP se situe un cran en-dessous de celle du souverain compte tenu des liens stratégiques entre l’ETAP et l’Etat tunisien. L’agence considère que ces liens restent forts malgré la dégradation des notes de la Tunisie, en décembre 2012. En effet, l’ETAP continue à représenter les intérêts de l’Etat tunisien dans le secteur local de l’exploration et de la production de pétrole et de gaz, et à assurer l’approvisionnement du marché local.

Evoquant les facteurs qui pourraient justifier un écart de notation plus important, Fitch souligne que la liquidité de l’ETAP est dépendante du mécanisme de compensation pour commercialisation pour le compte de l’Etat et des dotations financières celui-ci destinées à soutenir les investissements de sa filiale. Tout affaiblissement du soutien de l’Etat ou toute pression financière de sa part pourraient justifier un différentiel plus important (actuellement limité à un cran) entre la note de l’ETAP et celle de l’Etat.

L’agence fait remarquer, en outre, que le profil opérationnel de l’ETAP ne présente pas la diversification propre aux sociétés internationales comparables notées par l’agence, ce qui l’expose fortement à la volatilité des prix du pétrole et du gaz. En outre, le périmètre d’activités de l’ETAP est limité à la Tunisie et de ce fait, la société ne bénéficie pas de la taille de sociétés internationales comparables.

Selon les chiffres provisoires à fin 2012, le chiffre d’affaires ainsi que l’EBITDAR ont continué à progresser en raison du maintien à un niveau élevé des prix du pétrole et du gaz (en moyenne 112 USD/bbl pour le pétrole et 12,5USD/mcf pour le gaz) et du fait d’un taux de change USD/TND favorable. La production de pétrole brut, représentant 66% du chiffre d’affaires, n’a que très peu progressé par rapport à 2011. Le cash flow net d’exploitation (CFO) devrait atteindre 1 milliard de dinars, fin 2012, contre 920 millions de dinars, à fin 2011. La couverture des dépenses d’investissement devrait rester adéquate avec un ratio de 2,3, les dépenses d’investissement de l’ordre de 436 millions DT étant restées relativement faibles.

Fitch constate que l’ETAP n’a pas contracté de nouveaux emprunts en 2012. Ainsi, la dette totale ajustée (hors dette envers l’Etat) devrait baisser à 490 Mio TND à fin 2012 contre 750 Mio TND à fin 2011. Le ratio de dette brute ajustée (dette brute ajustée/cash flow brut d’exploitation) devrait s’améliorer à 0,3 contre 0,5 à fin 2011. Le gouvernement a continué à soutenir les investissements de l’ETAP en 2012 à travers des dotations financières de l’ordre de 200 millions de dinars DT.

Une liquidité adéquate

L’agence, en se basant sur son modèle de prévision, s’attend à ce que l’ETAP génère un cash flow libre négatif en 2013 et 2014 en raison d’hypothèses de prix de pétrole et de gaz moins élevés et des dépenses d’investissement plus élevées liées au projet South Tunisia Gas Project, à l’amélioration et la récupération des champs en déclin et aux coûts d’exploration de nouveaux champs. Cependant, la liquidité de l’ETAP devrait rester forte sur les deux prochaines années grâce à une situation de trésorerie confortable et à la grande capacité de l’ETAP à lever des fonds. L’agence s’attend à ce que l’ETAP continue de bénéficier d’une position de trésorerie nette durant les deux prochaines années.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Futur retraité de la politique peut-être (le président français, François Hollande, ne briguera pas un second mandat en 2017), mais généreux, sans aucun doute...