Tags Posts tagged with "Fonds Ajyal, Jalloul Ayed, Tunisie"

Fonds Ajyal, Jalloul Ayed, Tunisie

par -
0

A chaque événement, Jalloul Ayed, ministre des Finances ne manque  pas l’occasion pour insister sur l’utilité d’agir le plus vite possible en introduisant des réformes profondes au niveau du système financier, du secteur public  en général et des institutions de l’Etat en particulier, pour  garantir les conditions d’ une prospérité future et consolider une démocratie émergente. Selon lui, il sera également important d’entreprendre  une réforme fiscale exhaustive qui sera accompagnée d’une révision du code de l’investissement

Une nécessite urgente, d’après ce grand financier, pour promouvoir le système financier en général et le marché des capitaux en particulier, puisque le vrai problème réside dans le marché des capitaux et non plus l’endettement.  En effet, la création d’un marché des capitaux efficace servira à mobiliser l’épargne longue en offrant des nouvelles opportunités d’investissement.

Cette feuille de route préconise une nouvelle vision de la micro-finance,  en tant que réponse efficace à la problématique de l’exclusion financière d’une partie de la population et des entreprises.

Dans ce cadre, le gouvernement a présenté, mercredi, lors d’une rencontre autour du thème « Prospérité pour la consolidation et de la démocratie » un véhicule d’investissement générationnel de grande envergure, (Fonds Ajyal), avec un apport financier considérable et qui répond aux attentes du Plan du jasmin dont la mission principale est la promotion du secteur privé. Le Fonds Ajyal, selon le ministre des Finances, n’investira que dans des grands projets avec une stratégie de sortie prédéfinie qui visera à céder ses participations à des promoteurs privés et  à assurer des rendements actifs.

Le Fonds Ajyal sera structuré comme un fonds de fonds.  En effet, plusieurs sous-fonds seront mis en place par ce nouveau catalyseur d’investissement, y compris un fonds en capital-investissement ou prise de participation au capital des entreprises et des fonds sectoriels spécifiques (infrastructure, agriculture, tourisme, immobilier…).

En effet, ce fonds vise, à travers ses participations dans les différents sous-fonds, à créer de la valeur pour les investisseurs grâce à  l’identification et l’investissement dans des projets promoteurs susceptibles de générer des retours sur investissements attractifs tout en tenant compte des limites de risque qui lui seront imparties.

Un autre objectif, qui sera une conséquence directe de l’influx de capitaux qu’ils injecteront dans l’économie tunisienne,  sera de stimuler l’investissement, notamment dans les régions défavorisées, et de  dynamiser l’entreprenariat. Il s’agit aussi d’accompagner  le développement d’entreprises tunisiennes à l’étranger et renforcer enfin la structure de capital d’entreprises prometteuses, surtout des PME. D’où une forte contribution à l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs tunisiens bien imbus des  meilleurs pratiques et standards des affaires et la gestion financière.

Ahmed Abdelkefi, president du groupe Integra,  partage les mêmes idées en affirmant que c’est une excellente approche non seulement pour apporter de l’argent mais aussi pour assurer de vrais fonds propres pertinents. Du fait  de l’absence des institutions, « on peut dire que la création de cet instrument favorise la mise en place des structures qui investissent rationnellement puisque le problème du marché est celui de l’offre et non pas  de la demande» signale-t-il.
La genèse de ce genre de véhicules traduit la volonté du gouvernement de promouvoir le secteur privé et la contribution de ce dernier à la réalisation de nouveaux investissements de façon à assurer le succès du Plan du jasmin. D’ailleurs, le gouvernement jouera un rôle primordial dans sa gouvernance mais laissera aux entrepreneurs privés la latitude nécessaire pour mener à bien leurs projets de manière indépendante.

Grace à la combinaison des effets de levier et des effets multiplicateurs, il est estimé que ce fonds Ajyal devrait générer des investissements de l’ordre de 30 milliards de dollars au cours des cinq années à venir tout en permettant la création de plus d’un million d’emplois directs et indirects en Tunisie.
Pour cette raison, le prochain gouvernement sera sollicité pour continuer à jouer un rôle catalyseur pour le développement. Il est appelé plus que jamais à créer un climat économique et commercial favorable à la libre entreprise tout en garantissant un esprit de coopération constructive et de cohésion parfaite entre les différents acteurs de la société.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Le Premier ministre algérien, Abdelamalek Sellal, a fait une grosse annonce lors du 27ème sommet Afrique-France, à Bamako, au Mali. Samedi 14 janvier 2017,...

SPORT