Tags Posts tagged with "gouvernement de technocrates, Tunisie"

gouvernement de technocrates, Tunisie

par -
Il faut l’avouer

Il faut l’avouer, l’homme a su transcender sa qualité partisane et se donne, jour après jour, qu’on l’aime ou qu’on ne l’aime pas, la stature d’un homme d’Etat. Il a certes fallu le sang de Chokri Belaid pour l’écrire, mais Hammadi Jbali a su enfin faire prévaloir la raison d’Etat sur celle des partis. Il a su aussi écouter le reste des partis politiques, non gouvernants mais partie prenante tout aussi importante dans la période de transition que vit la Tunisie de l’après Ben Ali. Il a su aussi donner raison à ceux qui appelaient de leurs vœux les plus pieux l’élargissement de la base politique et marcher vers la fin de cette seconde période de transition, dans la cohésion la plus large.

L’initiative de Hammadi Jbali qui appelle notamment à un gouvernement apolitique, mais qui reste entachée, il faut le dire, par son maintien au poste de SG d’Ennahdha, n’a pas été acceptée par la Troïka. Aussi bien Ennahdha que le CPR qui est le parti du président de la République, ont opposé une fin de non recevoir à cette initiative de sortie de crise. Une crise, non seulement politique, mais aussi et surtout économique.

Il semble, pourtant, que Hammadi Jbali ne désarme pas pour autant et il serait décidé à aller de l’avant. «Hammadi Jbali compte aller de l’avant dans sa proposition. Il a pris contact avec les deux présidents, de la République et de l’ANC, à propos de ce qui est, en définitive, un simple remaniement ministériel. Il a aussi rencontré le constitutionnaliste Iyadh Ben Achour. Il a aujourd’hui rencontré une seconde fois, le chef de l’Etat à propos de l’interprétation du porte-parole Adnane Mansar, de l’article 15 de la loi organisant les pouvoirs en Tunisie. La conclusion en est qu’un remaniement ministériel ne requiert pas le retour devant l’ANC pour donner son aval à la nouvelle équipe gouvernementale, sauf pour un appui politique à l’initiative du chef du Gouvernement», nous a déclaré le Conseiller économique de Hammadi Jbali.

Il semble aussi maintenant évident que l’initiative du chef du Gouvernement ait fini par convaincre les défenseurs de la «constitutionnalité de la chose» et même les deux partis les plus récalcitrants que sont Ennahdha et le CPR. «La position de refus d’Ennahdha de la proposition de Jbali, pourrait être revue, au cours de la prochaine réunion extraordinaire du Conseil de la Choura, d’ici demain ou après-demain», a ainsi déclaré, ce vendredi 8 février 2013, à Africanmanager, Ridha Saidi, Conseiller du chef du Gouvernement tunisien.

Beaucoup de parti politiques, présents à l’ANC (Assemblée Nationale Constituante), ont cependant fait une levée de boucliers contre leur mise à l’écart de la concertation à propos de ce futur gouvernement. Cela, d’autant plus, que le nœud gordien de toute cette querelle politique tient aux ministères de souveraineté que sont ceux des affaires étrangères, de l’intérieur et de la justice. Des ministères, jusque là, entre les mains d’Ennahdha et, pour l’un d’eux, entre les mains d’un proche du président d’Ennahdha. «Pour Hammadi Jbali, tous les ministères de souveraineté doivent être concernées par le prochain remaniement. Il reste cependant à trouver un compromis entre sa position et celles des autres partis au pouvoir notamment et définir, en retour à la position de la présidence de la République qui pourrait être une base de compromis entre toutes les parties au pouvoir, quels sont les ministères techniques et économiques qui seraient remis entre les mains de technocrates», indique à ce propos Ridha Saidi. A l’entendre, cela ne devrait plus être impossible. Plus diplomate que les faucons de son parti et surtout, plus dans les habits de l’homme d’Etat que dans ceux du SG d’Ennahdha, Hammadi Jbali se préparerait sereinement à faire face à la levée de boucliers de l’opposition à son initiative. «Il compte, dans les jours qui viennent, et en tout cas, avant le lundi prochain, envoyer officiellement par écrit le contenu de son initiative à toutes les formations politiques, en dehors de la Troïka mais exception faite de Nida Tounes pour cause de refus du CPR et d’Ennahdha, et demander leurs avis et leurs propositions claires et nettes et surtout leur appui politique».

Tout cela, y compris l’issue de la réunion du Conseil de la Choura, instance de décision du parti au pouvoir Ennahdha, ainsi que les réponses des différents partis présents à l’ANC, devrait se terminer d’ici la fin de cette semaine, selon notre source. «Le début de la semaine prochaine devrait être la date ultime de la concrétisation du remaniement gouvernemental», affirme ainsi Ridha Saidi. Espérons-le !

Il faut enfin rappeler, ne l’oublions pas, que l’initiative de Hammadi Jbali comporte, encore et surtout, un appel pressant à l’ANC pour la définition et l’annonce officielle, de la feuille de route et de terminer l’écriture de la Constitution, dans les plus brefs délais. 

Khaled Boumiza

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Étrangères Didier Reynders a rencontré ce 23/3 le Président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO)...

SPORT