Tags Posts tagged with "Grand, Tunis, Tourisme,"

Grand, Tunis, Tourisme,

par -
Après la lettre ouverte adressée récemment par les hôteliers de l’Île de Djerba au chef du gouvernement l’exhortant à agir immédiatement pour trouver les solutions adéquates à la situation environnementale dégradée de l’île

Après la lettre ouverte adressée récemment par les hôteliers de l’Île de Djerba au chef du gouvernement l’exhortant à agir immédiatement pour trouver les solutions adéquates à la situation environnementale dégradée de l’île, c’est au tour des professionnels opérant à Tunis, d’exprimer leur inquiétude sans trouver une oreille attentive à leurs demandes.

C’est le cas des cadres d’un hôtel de la zone des Berges du Lac. Cette nouvelle unité, malgré les performances affichées, fait face à quelques difficultés. Mehdi Ben Thabet, directeur de ventes de l’établissement, a fait savoir que l’état environnemental actuel est loin d’être enviable notamment avec la prolifération des chiens errants dans certaines zones du Grand-Tunis, essentiellement aux Berges du Lac.

La profusion de promesses et d’attentes élevées a laissé la place à la crainte, ce phénomène constituant aujourd’hui une menace pour la sécurité des touristes. Ce problème pourrait aussi affecter le rendement des professionnels, qui ont augmenté leur offre et craignent maintenant de subir des pertes après la révolution.

Dans une déclaration à Africanmanager, il a appelé les parties intervenantes à agir pour inciter les Tunisiens à entreprendre le grand ménage, afin de redonner à l’environnement un espace sain et propre pour accueillir la saison touristique. « La situation est aussi critique. Bien que le gouvernement en place ait pris connaissance des problèmes confrontés en lançant une campagne de propreté de l’environnement, la situation reste incertaine », a-t-il fait remarquer.

Outre le problème environnemental, la menace terroriste, si elle devait s’accentuer, pourrait bien mettre à mal la volonté des investisseurs de l’établissement hôtelier d’attirer un grand nombre de clients avant la fin de l’année. « L’attentat terroriste contre le domicile du ministre de l’Intérieur aurait certainement des retombées sur le paysage touristique, et ceci nécessite, à mon avis, la mise en place des actions d’urgence et des mesures sécuritaires exceptionnelles afin que le pays recouvre sa stabilité », a-t-il dit.

Karboul est appelée à mettre les bouchées doubles

Face à cette réalité peu reluisante, Ben Thabet a constaté que la relance du tourisme reste celle de l’un des plus importants leviers de croissance économique. « Pour revitaliser ce secteur qui a durement pâti ces derniers temps des vives tensions politiques et sécuritaires, la première responsable du secteur est appelée à mettre les bouchées doubles », a-t-il suggéré. Car, la réussite de la Tunisie dans sa quête de s’imposer comme une destination touristique par excellence devrait interpeller tous les acteurs économiques sur la nécessité d’accorder une place prépondérante au volet environnemental.

La promotion des actions ciblées de communication demeure une condition sine qua non pour améliorer la qualité de service d’un secteur fragilisé par une période de turbulences due à une forte instabilité politique. « Il est important renforcer les actions de communication de manière à convaincre des touristes qui disent comprendre la situation du pays », a-t-il noté.

Un exemple d’un tourisme en difficulté

En dépit des préoccupations, l’établissement hôtelier, qui a ouvert ses portes, en janvier dernier, avec des investissements estimés à 15 millions de dinars, tente assurer le meilleur positionnement en s’adressant à une clientèle bien ciblée (les sociétés, les ambassades, les organismes internationaux comme les Nations-Unies). « Notre politique tourne autour du positionnement de l’hôtel par rapport au marché local, et ce en nous focalisant sur une meilleure qualité de service agréable », a précisé notre interlocuteur avant d’ajouter que «l’on essaye toujours d’offrir un service personnalisé ou le client est traité différemment ».

Avec 134 chambres et suites modernes et spacieuses, l’hôtel vise à offrir un produit de haut standing qui répond à la demande d’une certaine catégorie de clients qui séjournent tant pour de courtes que de longues périodes.

S’agissant de la saison estivale, Mehdi Ben Thabet a déclaré que les craintes par rapport cette saison qui coïncide avec l’avènement du mois saint se sont estompées. L’orientation vers la clientèle familiale ainsi que celle venant en Tunisie pour les soins, serait la meilleure solution pour préserver l’évolution enregistrée durant les 5 mois de cette première année.

Au delà ces performances, la question qui se pose aujourd’hui est de savoir si le salut viendra davantage d’Amel Karboul, aux yeux des professionnels toujours préoccupées ?

Wiem Thebti

par -
Après la lettre ouverte adressée récemment par les hôteliers de l’Île de Djerba au chef du gouvernement l’exhortant à agir immédiatement pour trouver les solutions adéquates à la situation environnementale dégradée de l’île

Après la lettre ouverte adressée récemment par les hôteliers de l’Île de Djerba au chef du gouvernement l’exhortant à agir immédiatement pour trouver les solutions adéquates à la situation environnementale dégradée de l’île, c’est au tour des professionnels opérant à Tunis, d’exprimer leur inquiétude sans trouver une oreille attentive à leurs demandes.

C’est le cas des cadres d’un hôtel de la zone des Berges du Lac. Cette nouvelle unité, malgré les performances affichées, fait face à quelques difficultés. Mehdi Ben Thabet, directeur de ventes de l’établissement, a fait savoir que l’état environnemental actuel est loin d’être enviable notamment avec la prolifération des chiens errants dans certaines zones du Grand-Tunis, essentiellement aux Berges du Lac.

La profusion de promesses et d’attentes élevées a laissé la place à la crainte, ce phénomène constituant aujourd’hui une menace pour la sécurité des touristes. Ce problème pourrait aussi affecter le rendement des professionnels, qui ont augmenté leur offre et craignent maintenant de subir des pertes après la révolution.

Dans une déclaration à Africanmanager, il a appelé les parties intervenantes à agir pour inciter les Tunisiens à entreprendre le grand ménage, afin de redonner à l’environnement un espace sain et propre pour accueillir la saison touristique. « La situation est aussi critique. Bien que le gouvernement en place ait pris connaissance des problèmes confrontés en lançant une campagne de propreté de l’environnement, la situation reste incertaine », a-t-il fait remarquer.

Outre le problème environnemental, la menace terroriste, si elle devait s’accentuer, pourrait bien mettre à mal la volonté des investisseurs de l’établissement hôtelier d’attirer un grand nombre de clients avant la fin de l’année. « L’attentat terroriste contre le domicile du ministre de l’Intérieur aurait certainement des retombées sur le paysage touristique, et ceci nécessite, à mon avis, la mise en place des actions d’urgence et des mesures sécuritaires exceptionnelles afin que le pays recouvre sa stabilité », a-t-il dit.

Karboul est appelée à mettre les bouchées doubles

Face à cette réalité peu reluisante, Ben Thabet a constaté que la relance du tourisme reste celle de l’un des plus importants leviers de croissance économique. « Pour revitaliser ce secteur qui a durement pâti ces derniers temps des vives tensions politiques et sécuritaires, la première responsable du secteur est appelée à mettre les bouchées doubles », a-t-il suggéré. Car, la réussite de la Tunisie dans sa quête de s’imposer comme une destination touristique par excellence devrait interpeller tous les acteurs économiques sur la nécessité d’accorder une place prépondérante au volet environnemental.

La promotion des actions ciblées de communication demeure une condition sine qua non pour améliorer la qualité de service d’un secteur fragilisé par une période de turbulences due à une forte instabilité politique. « Il est important renforcer les actions de communication de manière à convaincre des touristes qui disent comprendre la situation du pays », a-t-il noté.

Un exemple d’un tourisme en difficulté

En dépit des préoccupations, l’établissement hôtelier, qui a ouvert ses portes, en janvier dernier, avec des investissements estimés à 15 millions de dinars, tente assurer le meilleur positionnement en s’adressant à une clientèle bien ciblée (les sociétés, les ambassades, les organismes internationaux comme les Nations-Unies). « Notre politique tourne autour du positionnement de l’hôtel par rapport au marché local, et ce en nous focalisant sur une meilleure qualité de service agréable », a précisé notre interlocuteur avant d’ajouter que «l’on essaye toujours d’offrir un service personnalisé ou le client est traité différemment ».

Avec 134 chambres et suites modernes et spacieuses, l’hôtel vise à offrir un produit de haut standing qui répond à la demande d’une certaine catégorie de clients qui séjournent tant pour de courtes que de longues périodes.

S’agissant de la saison estivale, Mehdi Ben Thabet a déclaré que les craintes par rapport cette saison qui coïncide avec l’avènement du mois saint se sont estompées. L’orientation vers la clientèle familiale ainsi que celle venant en Tunisie pour les soins, serait la meilleure solution pour préserver l’évolution enregistrée durant les 5 mois de cette première année.

Au delà ces performances, la question qui se pose aujourd’hui est de savoir si le salut viendra davantage d’Amel Karboul, aux yeux des professionnels toujours préoccupées ?

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

SPORT