Tags Posts tagged with "Grève générale,"

Grève générale,

par -

Une grève sectorielle de la santé a été décidée pour le 5 avril 2017, à la suite de la réunion de la commission sectorielle de la santé de l’UGTT, aujourd’hui vendredi 24 mars 2017.

Cette décision a été prise sur fond de l’affaire Dr Slim Hamrouni, condamné à 1 an de prison par le tribunal de Gabès pour faute médicale ayant entrainé la mort…

par -

Les cadres médicaux et paramédicaux dans les secteurs public et privé, observent à partir d’aujourd’hui, mercredi 22 mars 2017, une grève de deux jours pour exiger la libération du médecin anesthésiste, Slim Hamrouni et le technicien de santé, Salah Abdellaoui arrêtés pour erreurs médicales.

Les professionnels protestataires appellent à trouver de nouveaux mécanismes pour mettre fin à l’emprisonnement des médecins jusqu’à l’approbation d’une loi relative à la responsabilité médicales et les droits des patients.

Ce mouvement de protestation a été initiée par le collectif Ordino-syndical qui regroupe le conseil national de l’ordre des médecins, le syndicat tunisien des médecins libéraux, le syndicat tunisien des Médecins de Libre pratique, le syndicat Tunisien des Médecins Dentistes de Libre Pratique et l’Ordre national des médecins dentistes.

par -

L’union régionale du travail à Tataouine a décidé d’entamer une grève générale sectorielle dans le secteur pétrolier et d’arrêter la production dans les champs de la région, et ce le jeudi 16 mars 2017.

Cette décision, selon Mosaïque Fm, a été prise à l’issue de l’échec de la réunion de conciliation relative à la réhabilitation de 24 agents licenciés de la société Winstar.

par -
Des altercations entre les membres de l’Union générale des Etudiants Tunisiens (UGET) et les forces de l’ordre devant le siège du ministère

L’Union générale des étudiants de Tunisie (UGET) a appelé dans un communiqué à la grève générale à partir d’aujourd’hui,  mardi 14 mars 2017 et à l’escalade dans toutes les facultés de droit et des sciences juridiques et politiques dans les différentes régions du pays.

Ce mouvement vient en signe de protestation contre la circulaire 345 relative à l’organisation d’un concours d’accès à l’Institut Supérieur de Magistrature (ISM).

D’après ladite circulaire, les candidats doivent être titulaires au moins d’un magistère en droit ou en sciences juridiques ce que l’UGET considère comme une mesure abusive

par -

Les employés de la Santé ont menacé d’observer une grève générale, en plus d’un rassemblement protestataire prévu le 15 mars prochain, et ce en raison de l’arrestation de leurs collègues à Gabes ou encore à Tozeur.

Le secrétaire général de la Fédération générale de la Santé, Othmane Jellouli, a affirmé sur Shems fm que ces collègues se retrouvent derrière les barreaux car soupçonnés d’avoir commis des fautes médicales qui restent encore à prouver et que les présumés coupables doivent donc bénéficier de la présomption d’innocence..

Rappelons qu’un technicien exerçant dans un laboratoire a été arrêté à Gabes pour avoir administré du sang non conforme au groupe sanguin du patient. Le médecin a été également arrêté dans le cadre de cette affaire.

par -

Les habitants de la région El Bradâa, relevant de la délégation de Ksour Essef du gouvernorat de Mahdia, ont annoncé leur intention d’observer une grève générale demain jeudi 23 février 2017, rapporte Jawhara Fm.

Les habitants revendiquent leur droit au développement et à l’emploi et appellent à mettre en place une délégation dans la région, indique la même source.

par -

Le bureau exécutif de l’Association des magistrats tunisiens (AMT) a annoncé ce mercredi 22 février 2017 dans un communiqué qu’une grève générale aura lieu lundi 27 février 2017 dans tous les tribunaux tunisiens.

L’appel à la grève a été décidé suite à l’assemblée générale qui a eu lieu le 19 février. L’AMT dénonce le refus du gouvernement d’ouvrir la porte des négociations autour de leur situation financière et la dégradation des conditions de travail dans les tribunaux.

par -

La grève générale prévue, jeudi 16 février 2017, à Bir Ali Ben Khelifa, a été annulée. Ce mouvement de protestation avait été lancé par l’Union locale du travail (ULT) suite au décès, la semaine dernière, d’une élève par hépatite, rapporte la Tap.
L’annulation de la grève a été décidée après un accord sur l’ouverture, en juin 2017, à Bir Ali, du nouvel hôpital régional prêt depuis plus de deux ans. Une séance de négociation s’est tenue, à cet effet, mercredi, au siège du gouvernorat de Sfax, entre, d’une part, la société civile et l’union syndicale et, d’autre part, des représentants des ministères de l’éducation, de la santé et de l’équipement. Il a été, également, convenu d’organiser des visites médicales dans tous les établissements éducatifs de la délégation, au cours de 2017 et 2018.
L’avis de grève lancé par l’ULT comportait trois revendications : assurer des visites médicales à tous les élèves des établissements éducatifs, réaménager les blocs sanitaires et approvisionner en eau potable ces établissements, ouvrir le nouvel hôpital régional à Bir Ali.

par -

La ville de Bir Ali Ben Khalifa au gouvernorat de Sfax a observé, ce lundi 13 février 2017, une grève générale dans les secteurs de l’éducation et de la santé, à l’appel de l’UGTT, suite au décès de l’élève Mariam Zahmoul du virus de l’hépatite C, qu’elle a contracté à l’école, rapporte Jawhara Fm.

Les grévistes revendiquent les droits de leur région au développement et aux services de santé corrects. Ils ont par ailleurs menacé d’une grève générale dans la délégation de Bir Ali Ben Khalifa jeudi prochain.

par -

Le bureau local de l’Union du Travail à Ben Guerdane a décidé hier, lundi 6 février 2017, de reporter la grève générale de la région prévue pour le mercredi 8 février à une date ultérieure qui sera annoncée par la suite, rapporte Mosaïque Fm.

La nouvelle date de la grève sera annoncée après la réunion du conseil régionale de l’UGTT.

par -

L’instance administrative sectorielle de l’enseignement secondaire, réunie samedi dernier, a décidé de décréter une grève générale sectorielle le 22 février prochain et une série de mouvements de protestation, a annoncé le secrétaire général du syndicat général de l’enseignement secondaire, Lassaad Yacoubi.
« Ces décisions font suite au blocage du dialogue avec le ministre de l’éducation et ses propos humiliants touchant la dignité des instituteurs à plusieurs occasions », a justifié le dirigeant syndical, joint lundi au téléphone par l’agence TAP.
Le responsable syndical a tenu cependant à assurer que les mouvements de protestation « ne perturberont pas le bon déroulement des cours et des examens ».
Lassaad Yacoubi a précisé que « Les mouvements de protestation débuteront le 20 février 2017 dans les différents sièges des commissariats régionaux de l’éducation durant la semaine précédant les vacances ».
« Parallèlement à ces mouvements, une grève générale sectorielle sera observée le 22 février prochain et sera suivie par un grand rassemblement le 1 mars 2017 devant le siège du ministère de l’éducation au cours des vacances », a-t-il indiqué.
Par ailleurs, l’instance sectorielle a décidé le boycott par les instituteurs d’éducation physique des activités liées aux concours sportifs scolaires régionaux et nationaux jusqu’à la mise en application des accords signés entre le syndicat et le ministère de la jeunesse et du sport. Ils poursuivront toutefois l’enseignement de cette matière.
Le secrétaire général du syndicat général de l’enseignement secondaire a précisé d’autre part que l’instance administrative sectorielle se réunira le 2 mars 2017 discutera des mesures de suspension des cours en cas d’échec des négociations avec la présidence du gouvernement.

par -

Une grève générale a été décrétée, mercredi 1er février 2017, dans la délégation de Hajeb Laâyoun du gouvernorat de Kairouan, sur appel d’un mouvement local et après une série de mouvements de protestation, rapporte Shems Fm.

La grève générale concerne l’ensemble des sociétés de la région à l’exception du service d’urgence, des pharmacies et de deux laboratoires.

Dans une déclaration à la même source, l’un des organisateurs du mouvement, Bilel Rabhi, a souligné la nécessité de la tenue d’un conseil ministériel consacré à la région ainsi que la formation d’une commission parlementaire

par -

Une grève générale a été observée, aujourd’hui, jeudi 12 janvier 2017, dans la délégation de Meknassi du gouvernorat de Sidi Bouzid. Tous les commerces et les établissements publics ont été fermés à l’exception de l’hôpital régional et pharmacies, rapporte Mosaïque Fm.

Cette grève vient en réponse à l’appel de l’UGTT et une marche est prévue pour revendiquer le droit  au développement et à l’emploi, et sera suivie par  un rassemblement devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid.

par -

Les ouvriers de chantiers observeront ce mardi 3 janvier 2017 une grève générale, ont décrété les représentants syndicaux des coordinations des ouvriers de chantiers.
Selon Mosaïque fm, cette grève vient en signe de protestation contre l’indifférence du gouvernement par rapport aux demandes professionnelles des ouvriers.
Pour rappel, les ouvriers des chantiers restent attachés à leurs revendications dont notamment la régularisation de leur situation, tout en appelant le gouvernement à respecter ses engagements relatifs à la lutte contre le travail précaire.

par -

Le Syndicat des Pharmaciens d’Officine de Tunisie (SPOT) et le Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens de Tunisie (CNOPT), réunis mardi, ont décidé d’observer une grève générale le mercredi 14 décembre.
La grève générale des pharmacies intervient en signe de protestation contre l’article prévu dans la loi de Finances 2017 énonçant l’imposition d’une TVA de 6% sur les médicaments importés.
« Les mesures nécessaires seront prises pour garantir la distribution des médicaments dans les cas urgents, et ceci en coordination avec les bureaux régionaux du Conseil », indiquent le SPOT et le CNOPT dans un communiqué conjoint.
Les structures professionnelles restent, par ailleurs, disposées à poursuivre le dialogue avec les autorités concernées afin de trouver les solutions permettant d’épargner les distributeurs des médicaments en gros et les pharmaciens d’officine d’endosser le prix de la TVA sur les médicaments importés, souligne-t-on de même source.
Lors de l’assemblée générale extraordinaire du SPOT, tenue samedi dernier et consacrée à la question de la TVA sur les médicaments importés ainsi qu’à la relation des pharmacies avec la Caisse Nationale d’Assurances Maladie (CNAM), Rached Garaali, Secrétaire général du SPOT, avait déclaré à l’agence TAP que « le syndicat appelle le gouvernement à l’annulation de l’article énonçant l’imposition d’une TVA de 6% sur les médicaments importés », estimant que cette mesure est « contraire à la loi ».
S’agissant de la relation avec la CNAM, Garaali a mentionné qu’une commission se réunira mercredi ou jeudi avec la direction de la CNAM afin d’examiner les nouvelles décisions et propositions concernant les ressources de la caisse, ajoutant que si les propositions sont satisfaisantes, le SPOT reprendra son partenariat avec la CNAM dans le cadre du régime du tiers payant.

par -

Le député du bloc parlementaire Ennahdha Houcine Jaziri est d’avis que le gouvernement d’union nationale est appelé à prendre en compte les intérêts de la classe moyenne, qui continue de souffrir et à trouver d’autres alternatives pour combler le déficit budgétaire et faire face à la crise qui secoue la Tunisie

Pour le nahdhaoui, le dialogue reste l’unique moyen pour résoudre aux problèmes sociaux afin de préserver l’union et la stabilité du pays. Il a affirmé par ailleurs que le pays a besoin d’un élan d’investissement gagnant-gagnant pour rassurer les investisseurs, mais également pour réaliser le développement souhaité. Interview :

Votre lecture pour le climat social actuel ?

Le climat social reste, malgré toutes les initiatives entreprises, tendu.           Cela s’est traduit également par certaines mesures que le gouvernement a prises quelques années après la révolution.

En effet, les récentes propositions avancées dans le projet de la loi de finances 2017 (LF 2017) sont le parfait exemple, surtout qu’elles sont prises au détriment de certaines catégories, ce qui a provoqué un tollé général. Certains sont allés jusqu’à proclamer des jours de colère, et même une grève générale est attendue dans la fonction publique.

Cette situation nous pousse à évoquer le rôle stratégique de la justice fiscale, mais aussi les différents problèmes rencontrés par le gouvernement au niveau de la recherche de la solution appropriée pour ce nouveau processus économique.

Cette nouvelle situation prouve l’absence d’une vision globale capable de trouver une issue à cette crise, ce qui a alourdi la mission du gouvernement qui est par conséquent en train d’assumer sa pleine responsabilité.

Et alors ?

Le gouvernement est appelé à chercher d’autres alternatives, sachant que le dialogue reste l’unique moyen pour résoudre les problèmes sociaux afin de préserver l’union et la stabilité du pays.

L’avenir du pays est tributaire de la résolution de ces problèmes sociaux qui ne cessent d’augmenter depuis la révolution.

Mais une telle situation ne peut qu’impacter la réussite de Tunisia 2020 et surtout les promesses et les engagements fermes de la part des Etats partenaires et des bailleurs de fonds qui ont été formulé, pour un montant global de plus de 34 milliards de dinars. Qu’en dites-vous ?

Le gouvernement en place a réussi à réaliser certains projets positifs, telle que la Conférence internationale sur l’investissement, qui s’est déroulée les 29 et 30 novembre 2016.

A travers cet évènement incontournable, ce gouvernement a réussi à mettre en place un nouveau climat d’investissement tout en tirant profit des avancées réalisées dans le volet sécuritaire.

Ce nouveau climat reste par conséquent tributaire d’une reprise du secteur touristique, mais aussi de la relance de l’investissement local et étranger.

C’est une démarche importante, voire cruciale, mais c’est aussi le moment opportun pour certaines catégories pour qu’elles exigent la satisfaction de leurs revendications et la prise en compte de leur situation.

C’est dans ce cadre que s’inscrit la grève générale décrétée par la centrale syndicale pour ce 8 décembre. Ce mouvement a été compris au début comme une forme de pression exercée sur le gouvernement, mais c’est une manière de demander l’amélioration de la situation de la classe moyenne déjà en détérioration.

Pour les promesses, je pense qu’il ne s’agit pas dans l’ensemble de dons faits à la Tunisie, mais plutôt de crédits qui exigent certaines conditions pour qu’ils soient octroyés.

Pour pouvoir atteindre cet objectif, le pays a besoin d’un élan d’investissement gagnant-gagnant pour rassurer les investisseurs, mais également pour réaliser le développement souhaité.

Outre cette action, une grande responsabilité incombe aux investisseurs et aux hommes d’affaires tunisiens afin de contribuer davantage dans ce processus.

Mais quelques jours nous séparent de la grève générale décrétée par l’UGTT ?

Le principe des négociations reste valable jusqu’à la dernière minute. Je suis optimiste quant à la capacité des deux parties à dépasser cette situation préoccupante.

Et s’il n’y avait pas un compromis, la grève générale ne serait pas la fin du monde étant donné que la Tunisie est dans un processus démocratique.

De toute façon, je pense qu’il faut prendre en compte les intérêts de la classe moyenne qui continue de souffrir et trouver d’autres solutions pour combler le déficit budgétaire et faire face à la crise qui secoue la Tunisie.

Parmi les solutions ?

Le gouvernement est appelé à trouver de nouvelles solutions fiscales pour pouvoir résoudre la crise. On exige aussi plus de transparence au niveau de la gestion de plusieurs secteurs dont notamment l’investissement dans le secteur des énergies renouvelables.

Parmi les autres solutions, il faudra avoir le courage de lutter contre la contrebande, qui continue de prendre de l’ampleur en Tunisie.

Pour y parvenir, le gouvernement devrait recourir à des équipes d’experts qualifiés capables d’élaborer des mesures basées sur une nouvelle vision économique et de ne plus se limiter à de simples mesures « de punition » exercées sur certaines catégories.

Le gouvernement devrait trouver de nouvelles alternatives d’investissements.

Et encore ?

On a besoin d’un projet de restructuration de nos entreprises en difficulté. Cela passerait également par le partenariat public-privé dans plusieurs domaines comme la STEG, le transport.

De toute façon, il faut préserver les acquis sociaux du pays tout en prenant en compte les intérêts de la classe moyenne et la plus vulnérable, sinon on se trouverait face à une explosion sociale qui serait certainement couteuse pour le gouvernement.

Avez-vous des craintes par rapport à une explosion sociale ?

Il faut bouger, réagir et avoir le courage de prendre certaines décisions. On a aussi besoin d’idées innovantes en matière de gestion des entreprises en difficulté. De même, le gouvernement devrait recourir à des solutions capables d’assurer la gouvernance de l’économie tunisienne.

par -
Skander Bouallègue

« Le gouvernement est appelé à respecter ses engagements relatifs aux majorations salariales pour préserver la paix sociale dans le pays ». C’est ce qu’a estimé Aymen Aloui, député du Front populaire. Dans une déclaration accordée ce lundi à Africanmanager, l’opposant a déclaré qu’une grande responsabilité incombe au gouvernement censé trouver une issue à cette crise. Le député a par ailleurs indiqué que le FP soutient l’UGTT en tant que grande organisation nationale qui est en train de défendre la classe ouvrière. La déclaration d’Aymen Aloui vient à un moment où les efforts se multiplient afin de trouver une solution quant à la question de la majoration salariale dans la fonction publique. A rappeler que l’UGTT est attachée à la satisfaction des revendications des travailleurs et a décrété dans ce sens une grève générale dans la fonction publique pour ce jeudi 8 décembre. Ce mouvement sera suivi par une série de grèves sectorielles et régionales ainsi que d’une grève générale dans tous les secteurs jusqu’à la satisfaction des revendications des travailleurs, selon Sami Tahri, porte-parole officiel de l’UGTT.

par -

Le Syndicat des Pharmaciens d’Officine de Tunisie (SPOT) a décidé une grève générale du secteur pour protester contre l’article prévu dans la loi de Finances 2017 énonçant l’imposition d’une TVA de 6% sur les médicaments importés.

Le bureau national du syndicat qui se réunira lundi prochain se chargera de choisir la date ainsi que les modalités de la grève, en concertation avec le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens.

“Le bureau national examinera, aussi, toutes les formes d’action à entreprendre si les négociations avec le gouvernement n’aboutissent pas”, a déclaré samedi à l’agence TAP, Rached Garaali, Secrétaire général du SPOT, au terme de l’assemblée générale extraordinaire consacrée à la question de la TVA sur les médicaments importés, la situation des pharmaciens et la relation avec la direction de la Caisse Nationale d’Assurances Maladie (CNAM).

“Le SPOT appelle le gouvernement à annuler l’article en question et à entamer des négociations avec la partie syndicale afin de trouver des solutions, sans pour autant toucher au pouvoir d’achat du consommateur”, a-t-il insisté.

L’imposition d’une TVA de 6% sur les médicaments importés aux pharmaciens est “contraire à la loi”, a-t-il expliqué, affirmant que cette décision engendrera une perte de bénéfices nettes pour les pharmaciens estimée entre 30% et 40%, ce qui va entrainer des difficultés financières auprès des officines, notamment celles situées dans les régions lointaines et enclavées du pays, allant jusqu’à entrainer l’arrêt de leurs activités.

Le responsable syndical a, en outre, révélé que d’autres mesures fiscales sont possibles pour le gouvernement, sans pour autant accabler le consommateur ou le pharmacien, à l’exemple de l’impôt sur les dispositifs médicaux. La recette de l’impôt sur les dispositifs médicaux, à l’instar des stents, garantira à l’Etat la transparence et le suivi des réseaux de distribution, selon la même source.

S’agissant des rapports avec la CNAM après la suspension du régime du tiers payant, Garaali a indiqué que l’Assemblée a légué au bureau national du syndicat la possibilité de poursuivre les négociations avec la direction de la CNAM. Il a signalé, à ce sujet que, suite à la réunion d’hier vendredi, avec le ministre des Affaires sociales, une commission se réunira mercredi ou jeudi prochain avec la direction de la CNAM afin d’examiner les nouvelles décisions et propositions concernant les ressources de la caisse.

“Si les propositions sont satisfaisantes, le SPOT reprendra son partenariat avec la CNAM dans le cadre du régime du tiers payant”, a-t-il ajouté.

Rappelons que l’Assemblée générale extraordinaire du SPOT fait suite au rassemblement organisé par le même syndicat devant l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), le 23 novembre dernier, pour revendiquer l’annulation de l’article prévoyant l’imposition d’une taxe de 6% sur les médicaments importés, dans la loi de Finances 2017.

par -

La grève générale décrétée dans la fonction publique par l’Union générale tunisienne du travail, le 8 décembre en cours, sera suivie d’une série de grèves sectorielles et régionales ainsi que d’une grève générale dans tous les secteurs jusqu’à la satisfaction des revendications des travailleurs « , a souligné dimanche, Sami Tahri, porte-parole officiel de l’UGTT.
Dans une déclaration à l’agence TAP en marge de la commémoration du 64ème anniversaire de l’assassinat du leader syndicaliste, Farhat Hached, Sami Tahri a indiqué que l’UGTT est attachée à la satisfaction des revendications des travailleurs et entend les faire bénéficier de leur droit aux augmentations salariales notamment, dans cette conjoncture difficile marquée par la hausse des prix et la baisse du pouvoir d’achat.
Tahri a précisé que le rassemblement d’aujourd’hui, fait partie de la mobilisation des travailleurs et des adhérents de l’UGTT pour la grève du 8 décembre en cours et ce, « en réaction à l’entêtement du gouvernement ».

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Dans une interview exclusive accordée à Africanmanager, le PDG de la Poste Tunisienne, Moez Chakchouk, a mis l’accent sur les efforts fournis par l’entreprise pour...

AFRIQUE

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Étrangères Didier Reynders a rencontré ce 23/3 le Président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO)...

SPORT