Tags Posts tagged with "guide de bonnes pratiques de gouvernance des entreprises tunisiennes"

guide de bonnes pratiques de gouvernance des entreprises tunisiennes

par -
0
Dans l’objectif de rendre les entreprises tunisiennes plus transparentes

Dans l’objectif de rendre les entreprises tunisiennes plus transparentes, le Centre Tunisien de Gouvernance d’Entreprise (CTGE), en collaboration avec l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), la SFI (Société Financière Internationale) et le CIPE (Centre International pour l’entreprise privée) vient de lancer la nouvelle version du guide de bonnes pratiques de gouvernance des entreprises tunisiennes.

Présenté lors d’un workshop tenu, ce lundi 24 septembre, au siège de l’IACE sous le thème « Pour une nouvelle gouvernance d’entreprise: entre cadre et pratiques », ledit guide édité en 2007, a fait l’objet d’une actualisation tout en prenant en compte des dernières tendances en termes de gouvernance d’entreprise, et ce afin d’inclure dans son champ, outre les entreprises familiales, les SARL qui présentent un aspect spécifique de gouvernance d’entreprise et un positionnement international du guide tunisien. Objectif : promouvoir la confiance des investisseurs, des clients et des salariés ainsi que le public dans la gestion et le contrôle des entreprises tunisiennes.

La version 2012 du guide inclut des normes internationale, inspirées notamment des principes de gouvernement d’entreprises de l’OCDE, et nationales reconnues comme nécessaires à la bonne conduite et à la gestion responsable des entreprises.

Les plus grands axes de gouvernance explicités par le guide sont les droits des actionnaires, la structure et les responsabilités du conseil d’administration, l’audit interne, la transparence et le rôle des commissaires aux comptes, le rôle et les privilèges des managers, les relations avec les parties prenantes et l’éthique, la conduite des affaires et la gouvernance des entreprises familiales.

Une bonne nouvelle pour nos PME. En effet, cette nouvelle version peut les aider à consolider leurs connaissances en matière de gouvernance d’entreprise et les accompagner dans la mise en place d’un système de gouvernance fiable qui veille à préserver l’intérêt de toutes les parties prenantes.

Les 3 clés de la réussite

« La transparence, la flexibilité et la dissémination sont les 3 clés de réussite de cette nouvelle édition » a fait savoir Sarah Cuuaree, directrice de projet IFC lors de son intervention à ce workshop.

En dépit du rôle stratégique que pourrait jouer la nouvelle édition de ce guide dans la promotion de la gouvernance au sein de l’entreprise, Fayçal Derbel, président du Centre Tunisien de Gouvernance d’Entreprise (CTGE) a insisté, de son côté, sur l’importance de mettre en place un cadre des droits des affaires qui devrait être en parfaite harmonie avec les dispositions du code. « Ce guide ne peut pas à lui seul aider à éradiquer la défaillance. On a besoin donc d’un cadre de législation adéquat pour y faire face », a t-il expliqué.

Le président du Centre a cité comme exemple l’utilité de reformer le code de législation commerciale. Ce code a fait, en fait, l’objet de plusieurs amendements dont deux , en 2009.

Une grande responsabilité qui incombe au gouvernement actuel qui devrait redoubler d’effort pour incruster la bonne gouvernance au sein de ces PMEs. Abderrahman Ladgham, Ministre chargé de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption a saisi cette occasion pour passer en revue les actions engagées par son département afin de relever ce défi. Des actions qui ont abouti récemment à la création des cellules de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption.

Wiem Thebti

par -
0
Dans l’objectif de rendre les entreprises tunisiennes plus transparentes

Dans l’objectif de rendre les entreprises tunisiennes plus transparentes, le Centre Tunisien de Gouvernance d’Entreprise (CTGE), en collaboration avec l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), la SFI (Société Financière Internationale) et le CIPE (Centre International pour l’entreprise privée) vient de lancer la nouvelle version du guide de bonnes pratiques de gouvernance des entreprises tunisiennes.

Présenté lors d’un workshop tenu, ce lundi 24 septembre, au siège de l’IACE sous le thème « Pour une nouvelle gouvernance d’entreprise: entre cadre et pratiques », ledit guide édité en 2007, a fait l’objet d’une actualisation tout en prenant en compte des dernières tendances en termes de gouvernance d’entreprise, et ce afin d’inclure dans son champ, outre les entreprises familiales, les SARL qui présentent un aspect spécifique de gouvernance d’entreprise et un positionnement international du guide tunisien. Objectif : promouvoir la confiance des investisseurs, des clients et des salariés ainsi que le public dans la gestion et le contrôle des entreprises tunisiennes.

La version 2012 du guide inclut des normes internationale, inspirées notamment des principes de gouvernement d’entreprises de l’OCDE, et nationales reconnues comme nécessaires à la bonne conduite et à la gestion responsable des entreprises.

Les plus grands axes de gouvernance explicités par le guide sont les droits des actionnaires, la structure et les responsabilités du conseil d’administration, l’audit interne, la transparence et le rôle des commissaires aux comptes, le rôle et les privilèges des managers, les relations avec les parties prenantes et l’éthique, la conduite des affaires et la gouvernance des entreprises familiales.

Une bonne nouvelle pour nos PME. En effet, cette nouvelle version peut les aider à consolider leurs connaissances en matière de gouvernance d’entreprise et les accompagner dans la mise en place d’un système de gouvernance fiable qui veille à préserver l’intérêt de toutes les parties prenantes.

Les 3 clés de la réussite

« La transparence, la flexibilité et la dissémination sont les 3 clés de réussite de cette nouvelle édition » a fait savoir Sarah Cuuaree, directrice de projet IFC lors de son intervention à ce workshop.

En dépit du rôle stratégique que pourrait jouer la nouvelle édition de ce guide dans la promotion de la gouvernance au sein de l’entreprise, Fayçal Derbel, président du Centre Tunisien de Gouvernance d’Entreprise (CTGE) a insisté, de son côté, sur l’importance de mettre en place un cadre des droits des affaires qui devrait être en parfaite harmonie avec les dispositions du code. « Ce guide ne peut pas à lui seul aider à éradiquer la défaillance. On a besoin donc d’un cadre de législation adéquat pour y faire face », a t-il expliqué.

Le président du Centre a cité comme exemple l’utilité de reformer le code de législation commerciale. Ce code a fait, en fait, l’objet de plusieurs amendements dont deux , en 2009.

Une grande responsabilité qui incombe au gouvernement actuel qui devrait redoubler d’effort pour incruster la bonne gouvernance au sein de ces PMEs. Abderrahman Ladgham, Ministre chargé de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption a saisi cette occasion pour passer en revue les actions engagées par son département afin de relever ce défi. Des actions qui ont abouti récemment à la création des cellules de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
La Fédération Wallonie-Bruxelles a inauguré le 18 janvier un nouvel établissement scolaire belge à Dar Bouazza, et posé la première pierre de la future...