Tags Posts tagged with "Habib-Essid,"

Habib-Essid,

par -
0

Slim Besbes, ancien ministre des Finances et membre de la commission des finances à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), s’ajoute à la liste des économistes qui passent à la loupe le bilan de l’ex-chef du gouvernement, Habib Essid. Son réquisitoire sur le rendement de l’ancien gouvernement est très sévère.

Dans une interview accordée ce mercredi 31 août 2016 à Africanmanager, il a affirmé que le pays a vécu une véritable crise économique durant le mandat de Habib Essid. C’est ce qui explique, selon ses dires, l’initiative pour mettre en place un gouvernement d’union nationale.

Besbes a dans le même cadre indiqué que le gouvernement Essid a été incapable de rétablir la confiance des Tunisiens (entrepreneurs, investisseurs, jeunes…), de plus tous les indicateurs économiques clignotent au rouge (déficit budgétaire, inflation, dinar, balance de paiement…).

Selon ses déclarations, l’année 2015 a été clôturée avec un taux de croissance médiocre ne dépassant pas les 0,7%. Pour le premier semestre de cette année, la croissance a été de l’ordre de 1,2%, un taux qui a été boosté par les recettes provenant des services non marchands, sachant que tous les secteurs productifs n’ont pas atteint les résultats escomptés, principalement ceux du tourisme et de l’agriculture. Ajoutons à cela la dépréciation du dinar, la montée de l’inflation et la dégradation du pouvoir d’achat. Tout cela a, selon lui, alimenté la crise de confiance qui sévissait déjà depuis la Révolution.

Des prévisons révisées à la baisse!

Slim Besbes a en outre indiqué que, durant le mandat d’Essid, le ministère des Finances s’est trouvé contraint de réviser à la baisse ses prévisions de croissance. Pour les dépenses de gestion, le gouvernement table actuellement sur une hausse de seulement 7,9 % contre 8% auparavant, sachant que le taux de consommation des dépenses de gestion a dépassé les 50% contre 45% auparavant. La masse salariale dans la fonction publique passera ainsi à 13,4 milliards de dinars contre 13 milliards de dinars dans les prévisions du ministère des Finances.

Avec ce GUN, le président de la République, Béji Caied Essebsi, a voulu provoquer un choc positif et ouvrir de nouveaux horizons visant principalement à rétablir la confiance et relancer la croissance et l’investissement. L’objectif aussi est d’élargir la coalition en associant certains partis de gauche ainsi que trois organisations nationales, à savoir, l’Utica, l’Utap et l’UGTT, a expliqué Besbes. Il a souligné la nécessité de mettre en place des mesures audacieuses et courageuses, faisant remarquer que le retard au niveau des réformes n’a fait qu’assécher les sources de financement du pays, principalement celles provenant de la taxation.

Besbes a souligné que le premier grand défi de Youssef Chahed est le bouclage du budget 2016. Selon lui, Youssef Chahed doit rationaliser les dépenses et rétablir les équilibres financiers, surtout en ce qui concerne la charge relative à la masse salariale dans la fonction publique. Il a fait toutefois savoir que le déficit budgétaire atteindra 6,5% du budget de l’État si le gap (2400 millions de dinars) n’est pas financé par des ressources extérieures.

« Il faut trouver des solutions pour maîtriser les dépenses et éviter une crise de dette publique », déclare-t-il. Youssef Chahed doit revoir tout dans le cadre de la loi de finances complémentaire 2016n tout en assurant les équilibres financiers et l’évolution modeste de certaines recettes, a indiqué Besbes.

Le deuxième défi de Youssef Chahed est celui relatif à l’élaboration d’un budget sain permettant de maitriser la dette publique, sinon un plan d’austérité s’imposera. « La Tunisie risque, en 2017, d’adopter une politique d’austérité très lourde et insupportable ». Le député a appelé ainsi à mettre en place des mesures d’urgence le plus tôt possible. « Si on ne mobilise pas des recettes pour l’année 2017, on risque certainement une politique d’austérité pouvant aller jusqu’au licenciement d’employés et la diminution des dépenses de la santé ainsi que celles à caractère secondaire « , a-t-il dit.

Appel à retarder les accords conclus avec l’UGTT!

Le cadre idéal et l’enjeu c’est la loi de finances 2017, estime Besbes. Là il faut stimuler l’exportation et l’investissement, promouvoir  l’entrepreneuriat, identifier de nouveaux marchés et encourager le secteur privé à investir et créer de l’emploi vu la saturation du secteur public. « C’est le seul salut pour le rétablissement des équilibres financiers », a-t-il dit. Une autre mission devra être accomplie par le gouvernement de Chahed, c’est le déblocage des secteurs productifs dont le phosphate et l’industrie chimique.

Slim Besbes a également appelé à maitriser les finances publiques, surtout au niveau de la masse salariale dans la fonction publique qui risque d’aller jusqu’à 15 milliards de dinars suite à l’application des accords conclus avec l’UGTT concernant les augmentations salariales. Or, le FMI exige que cela ne dépasse pas les 13 milliards de dinars sinon la Tunisie va se trouver en difficulté pour mobiliser des ressources de l’extérieur. Il faut aussi, selon Besbes, agir au niveau de la caisse de compensation.

L’ancien ministre des Finances a appelé à retarder l’application des accords conclus avec l’UGTT portant sur les hausses salariales, au moins pour 2017, l’année record au niveau du remboursement des services de la dette, selon ses dires. « La tâche n’est pas simple. Il faut respecter nos engagements avec le FMI pour éviter une politique d’austérité », a ajouté Besbes.

par -
0

L’ancien ministre des Finances et membre de la commission des finances à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), Slim Besbes, a affirmé dans une interview accordée ce mercredi 31 août 2016 à Africanmanager que le pays a vécu une véritable crise économique durant le mandat de Habib Essid, l’ex-chef du gouvernement. C’est ce qui explique, selon ses dires, l’initiative pour mettre en place un gouvernement d’union nationale.

Besbes a dans le même cadre indiqué que le gouvernement Essid a échoué à rétablir la confiance des Tunisiens (entrepreneurs, investisseurs, jeunes…), de plus tous les indicateurs économiques clignotent au rouge (déficit budgétaire, inflation, dinar, balance de paiement…).

Il a ajouté que l’année 2015 a été clôturée avec un taux de croissance médiocre ne dépassant pas les 0,7%.

par -
0

Dans son allocution prononcée lors de la cérémonie de passation des pouvoirs à Youssef Chahed, ce lundi 29 août 2016 à Dar Dhiafa, à Carthage, l’ex-chef du gouvernement, Habib Essid, a déclaré que plus de 18 mille Tunisiens ont été empêchés durant son mandat de voyager vers les zones de conflit.

Il par ailleurs indiqué que son gouvernement a vécu plusieurs catastrophes dans le domaine sécuritaire, citant l’attaque terroriste du Bardo, de Sousse ou encore celle perpétrée à Tunis contre un bus de la Garde Nationale.

par -
0

Dans son discours prononcé lors de la cérémonie de passation de pouvoir qui a eu lieu ce lundi 29 août 2016 à Dar Dhiafa, à Carthage, le chef du gouvernement sortant, Habib Essid, s’est adressé à Yousef Chahed en lui disant « Monsieur le ministre ».

Habib Essid a tenté par la suite de faire comprendre qu’il s’agissait d’un lapsus, avant de présenter ses excuses à Youssef Chahed.

par -
0

Lors de son allocution à la cérémonie de passation de pourvoir qui a eu lieu ce lundi 29 août 2016, à Dar Dhiafa à Carthage, l’ancien chef du gouvernement Habib Essid, s’est adressé au chef du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, en disant : « Après avoir opté pour une initiative nationale celle portant sur la formation d’un gouvernement d’union nationale, j’espère que la prochaine fois on n’optera pas pour une fatwa pour changer le gouvernement», a-t-il dit.

par -
0

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a reçu, ce lundi matin 29 août 2016 à Carthage, après la cérémonie de passation de pouvoir entre Habib Essid et Youssef Chahed, l’ancien chef de gouvernement Habib Essid, indique un communiqué de la présidence de la République.

A l’issue de cette rencontre, Habib Essid a exprimé sa reconnaissance au chef de l’État pour la confiance et le soutien qu’il lui a accordés pendant la période de sa prise de fonction à la tête du gouvernement.

par -
0

C’est désormais officiel, Youssef Chahed est le nouveau chef du gouvernement à la place de Habib Essid. Il vient de recevoir, lors d’une cérémonie de passation de pouvoir ayant lieu ce lundi 29 août 2016 à Dar Dhiafa à Carthage, les rênes du pouvoir de la part du gouvernement sortant.

Étaient présents à cette cérémonie de passation de pouvoir un grand nombre de figures politiques, d’anciens chefs de gouvernement, des présidents de différents de partis politiques et d’autres dirigeants politiques.

par -
0

Le chef du gouvernement sortant, Habib Essid a mis en garde, lors de la cérémonie de passation de pouvoir qui se tient actuellement à Dar Dhiafa à Carthage  contre le changement du gouvernement de Youssef Chahed, appelant ainsi à donner le temps nécessaire au nouveau cabinet ministériel pour pouvoir réussir la mission qui lui a été accordée.

« Je souhaite la continuité au nouveau gouvernement au moins jusqu’à l’année 2020. La réussite du gouvernement signifie la réussite du pays », a-t-il ajouté.

par -
0

Le chef du gouvernement sortant, Habib Essid, a affirmé lors de la cérémonie de passation de pouvoir qui se tient actuellement à Dar Dhiafa à Carthage que son gouvernement a vécu plusieurs difficultés et plusieurs catastrophes, citant l’attaque terroriste de Bardo en 2015, de Sousse ou encore celle perpétrée à la capitale contre un bus de la Garde présidentielle.

Ces incidents ont eu, selon lui, un impact très négatif sur la situation économique et financière du pays.

par -
0

Le chef du gouvernement sortant, Habib Essid, a affirmé lors de la cérémonie de passation de pouvoir qui se tient actuellement à Dar Dhiafa à Carthage que la lutte contre la corruption est plus difficile que la lutte contre le terrorisme.

Il a dans le même contexte ajouté que la lutte contre la corruption nécessite un grand souffle, estimant toutefois que la lutte contre ce fléau n’est pas seulement la responsabilité du gouvernement mais de tous les Tunisiens.

par -
0

La séance plénière exceptionnelle de vote de confiance au nouveau gouvernement de Youssef Chahed a démarré ce matin du vendredi 26 août 2016 à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), au Bardo. C’est un autre rendez-vous qui s’ajoute à l’histoire de la Tunisie et au cours duquel le nouveau cabinet devrait obtenir l’approbation de la majorité absolue des membres de l’ARP, au moins 109 voix. Un chiffre qui semble être à la portée, au vu du grand nombre de députés qui se sont levés pour applaudir les mots prononcés par Youssef Chahed à l’ouverture de cette séance. Un discours lequel, bien qu’il n’ait comporté aucune action précise, a été très bien reçu par les députés, comme si Chahed est le premier à raconter cette histoire-là sur la situation catastrophique de l’économie nationale. Les députés ne nous ont pas beaucoup surpris, on est habitué à ces réactions enflammées. Rappelons-nous la séance de vote de confiance au gouvernement de Habib Essid, actuellement chargé de la gestion des affaires courantes. Lors de la séance plénière tenue le 30 juillet dernier au Bardo, les députés de l’ARP avaient réservé le même traitement à Essid. Ils avaient également fortement applaudit le discours d’Essid, avant de lui retirer la confiance quelques heures après.

Mais revenons au discours de Youssef Chahed ce matin. Il a présenté un tableau sombre de l’économie tunisienne, partant du déficit budgétaire et du trou des caisses sociales, de l’endettement, jusqu’à l’austérité et les licenciements massifs de fonctionnaires qui nous pendent au nez. Lors de son discours, le chef du gouvernement désigné a déclaré que toutes les équipes qui se sont succédé depuis la Révolution ont échoué dans la résolution d’une grande partie des objectifs de la Révolution, dont principalement le chômage des jeunes et les disparités régionales. Il a estimé que la transition politique en Tunisie s’est achevée avec succès mais les tiraillements politiques l’ont plombée. Il a fait remarquer par ailleurs que la situation de crise qui sévit dans le pays depuis plus de 5 ans s’aggrave de jour en jour appelant à l’unité nationale pour faire sortir la Tunisie de cette situation très difficile, selon ses dires.

Youssef Chahed a sous un autre angle tiré la sonnette d’alarme sur la situation de crise que vit le pays depuis la Révolution, prédisant un déficit budgétaire de 6500 millions de dinars à la fin de l’année 2016, faisant savoir que l’endettement du pays représente actuellement 62% du PIB. L’alerte a été aussi donnée concernant la situation déficitaire des caisses sociales, évalué à 1648 millions de dinars. Et d’expliquer que le déficit de la CNAM s’élève à 1400 MD, d’où la difficulté d’honorer ses engagements auprès des hôpitaux. Et le pire est à venir puisqu’en 2017, Chahed prévoit que la situation des caisses sociales serait encore plus difficile qu’en 2016. Par ailleurs, selon Chahed, pas moins de 112 mille personnes ont été recrutées durant les 5 dernières années dans la fonction publique, ce qui a fait bondir la masse salariale jusqu’à doubler dans cette période, soit 13,4 milliards de dinars contre 6,7 milliards de dinars en 2010.

Il a également agité la menace d’une politique d’austérité en vertu de laquelle le gouvernement serait obligé en 2017 de licencier des milliers de fonctionnaires, d’augmenter les taxes et de suspendre les investissements, notamment pour les infrastructures et le développement.

Youssef Chahed a aussi souligné la possibilité d’une réduction des dépenses allouées à la santé et à la couverture sociale si les choses ne s’améliorent pas en 2016. Et d’ajouter dans le même cadre que l’année 2017 sera encore plus difficile que cette année à tous les niveaux.

par -
0

Tarak Barrak, député du Front populaire, a adressé ces mots au nouveau chef du gouvernement, Youssef Chahed. « Ne crois pas ce qu’on te dit. Ils ont dit tout cela à ton prédécesseur, avant de se retourner contre lui ». C’était ce matin du vendredi 26 août 2016 lors de la séance plénière à l’ARP consacrée au vote de confiance du nouveau gouvernement.

par -
0

« Le nouveau gouvernement ne sera pas plus efficace que celui de Habib Essid dont certains ministres ont réussi dans leurs postes de façon individuelle « , a souligné dimanche Slim Riahi, président de l’Union patriotique libre (UPL).
Dans une déclaration à l’agence TAP, Slim Riahi a indiqué que la décision de son parti de ne pas participer au gouvernement d’union nationale est une décision de principe émanant de la volonté de la direction du parti qui a choisi de se retirer en réaction au refus du chef du gouvernement désigné de discuter la forme et la composition du gouvernement.
Riahi a indiqué que le soutien du gouvernement d’union nationale sera décidé par le bureau politique qui tiendra lundi à 18h une réunion pour examiner la composition du prochain gouvernement et la capacité des ministres désignés dans certains secteurs sensibles comme le sport, l’agriculture, le commerce et autres à relever les défis.
Selon Riahi, le gouvernement d’union nationale devra obtenir le maximum de voix et dépasser même le nombre de voix obtenues par le gouvernement de Habib Essid (170 voix) pour pouvoir travailler efficacement.
« Miser sur les jeunes et sur la femme est une bonne chose mais à condition que les personnes désignées aient de l’expérience et connaissent bien les dossiers qu’elles auront à gérer », a-t-il ajouté.
Slim Riahi a précisé que le chef du gouvernement désigné a proposé à l’UPL différents portefeuilles ministériels qui ne correspondent pas, selon lui, aux compétences diversifiées de son parti.

par -
0

La lutte contre la corruption revêt une importance majeure pour l’actuel gouvernement et devra faire l’objet de la plus grande priorité pour le futur gouvernement, a affirmé, jeudi, le chef du gouvernement sortant Habib Essid.
Présidant une séance de travail au siège de l’Instance nationale de lutte contre la corruption en présence des membres de l’Instance, Essid a souligné que la lutte contre la corruption demeure une priorité pour les gouvernements qui se sont succédé rappelant, dans ce contexte, l’ensemble de mesures qui ont été prises pour consacrer le principe de la transparence.
 » La création d’un département chargé de la gouvernance et de lutte contre la corruption, en est, à ce égard la meilleure illustration « , a-t-il affirmé, cité dans un communiqué de la présidence du gouvernement.
Le chef du gouvernement des affaires courantes a affirmé avoir attribué à l’instance toutes les prérogatives nécessaires pour combattre la corruption rappelant que parmi les priorités de son programme, présenté en février 2015, figurent, la lutte contre corruption, l’amélioration de la gouvernance, la lutte antiterroriste et l’instauration de la paix sociale.
Pour sa part, le président de l’Instance nationale de lutte contre la corruption Chawki Tabib a salué les efforts fournis par le chef du gouvernement Habib Essid dans ce sens citant le doublement du budget consacré à son instance et la satisfaction de plusieurs revendications notamment en ce qui concerne la mobilisation des ressources humaines et l’appui logistique.
Au cours de sa visite au siège de l’Instance nationale de lutte contre la corruption, le chef du gouvernement sortant s’est enquis des conditions de travail dans le bureau d’ordre central et les archives. Il a également discuté avec le personnel de l’instance et suivi la mise en ligne du rapport semestriel de l’instance (janvier-juin 2016).

par -
0

Habib Essid, chef du gouvernement de gestion des affaires courantes, a appelé mardi, lors d’un un conseil ministériel restreint (CMR), à prendre toutes les dispositions nécessaires en vue de garantir la réussite de la prochaine saison agricole qui démarrera au début du mois de septembre 2016.
Au cours du CMR, les participants ont examiné la question de l’évolution des dégâts causés par la chute de grêle dans quelques régions du pays outre le dossier de la subvention des hydrocarbures dans le secteur agricole.

par -
0

Le chef du gouvernement chargé de la gestion des affaires courantes, Habib Essid, a présidé, ce mardi 16 août 2016 au palais de la Kasbah, la réunion de la cellule de coordination sécuritaire et de suivi, en présence des ministres de la Défense, de l’Intérieur et des Affaires étrangères ainsi que des hauts cadres militaires et sécuritaires.

La réunion a examiné la situation sécuritaire du pays et les efforts déployés afin de se prémunir contre la menace terroriste, lutter contre le crime organisé, préserver les biens et renforcer la sécurité des citoyens.

Habib Essid a exprimé sa gratitude et à sa reconnaissance à l’ensemble des cadres appartenant aux institutions sécuritaire et militaire sur tout le territoire tunisien insistant sur la nécessité de ne pas relâcher la vigilance en prévision de toute éventualité et mettre en œuvre la stratégie afin de contrôler les  frontières, protéger les institutions publiques et privées et assurer la sécurité de la saison estivale.

Habib Essid a par ailleurs, mis l’accent sur l’impératif pour chaque sécuritaire de continuer à s’acquitter de son devoir sur la base de l’impartialité et de la neutralité en se soustrayant aux tiraillements politiques.

Lors de cette réunion, la cellule de coordination a également passé en revue la mise en œuvre des mesures ayant trait aux développements régionaux et à la consolidation de la mobilisation et le renforcement des équipements des institutions sécuritaire et militaire.

par -
0

Le chef du gouvernement chargé de la gestion des affaires courantes, Habib Essid a reçu aujourd’hui, lundi 15 août 2016, au palais du gouvernement à la Kasbah, le président de l’Instance Nationale de Lutte Contre la Corruption, Chawki Tabib, indique un communiqué de la présidence du gouvernement rendu public sur sa page officielle.

par -
0

Le chef du gouvernement chargé de la gestion des affaires  courantes, Habib Essid a reçu ce vendredi 12 août 2016 au palais du gouvernement à la Kasbah, le ministre des Domaines de l’État et des Affaires foncières, Hatem el Ichi, indique un communiqué de la présidence du gouvernement rendu public sur sa page officielle.

par -
0

Le chef du gouvernement de gestion des affaires courantes, Habib Essid, s’est entretenu, jeudi, avec le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Khalil.
L’entretien a été axé sur l’intention du ministère des Affaires religieuses de comprimer les coûts concernant les délégations qui participent au pèlerinage notamment de l’encadrement religieux, des prestations de santé et de Tunisair, indique un communiqué de la présidence du gouvernement.
Au cours de l’entretien, Mohamed Khalil a donné un aperçu sur les efforts consentis pour garantir le bon déroulement de la saison de pèlerinage et améliorer la situation des mosquées, ajoute la même source.

par -
0
Mahmoud Ben Romdhane

Le chef du gouvernement chargé de la gestion des affaires courantes, Habib Essid a reçu aujourd’hui, jeudi 11 août 2016 au palais du gouvernement à la Kasbah, le ministre des Affaires sociales, Mahmoud Ben Romdhane, indique un communiqué de la présidence du gouvernement rendu public sur sa page Facebook.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

SPORT

0
Le Club Africain a publié sur sa page officielle facebook les derniers transferts effectués dans le mercato d'hiver 2016-2017. Les nouvelles recrues: Oussama Darragi (29...