Tags Posts tagged with "Hamadi Jebali, Algérie"

Hamadi Jebali, Algérie

par -
A la veille visite en Algérie où il se trouve depuis ce dimanche

A la veille visite en Algérie où il se trouve depuis ce dimanche, le chef du gouvernement provisoire tunisien, Hamadi Jebali, a indiqué , dans une interview à l’agence de presse algérienne APS, que la question sécuritaire est un dossier d’une importance primordiale, d’autant que la région est exposée aux risques du terrorisme, de l’extrémisme et du trafic d’armes. Cependant, il s’est déclaré convaincu que « grâce à la volonté commune, nous aboutirons à une entente et une interaction très positive pour les deux pays ».

Ce dossier est extrêmement important car sans sécurité, il n’y a plus de vie. Cependant, « nous n’avons pas peur pour notre sécurité ni pour celle de nos régimes, mais pour celle de nos peuples et de notre avenir». Certes, la question sécuritaire se pose de façon incessante, en raison de la montée du terrorisme et du trafic d’armes, mais ce dossier est lié à d’autres questions.

Si le dossier est sécuritaire, l’approche ne l’est pas et son traitement ne doit pas l’être non plus, a-t-il dit. Incontestablement, la rigueur est de mise pour la préservation de nos frontières comme il est important de former avec nos voisins une unité sécuritaire intégrée. Cependant, la violence et même le terrorisme ont comme causes et origines les injustices sociales, la pauvreté et le chômage, a-t-il expliqué.

Au sujet de la situation postrévolutionnaire qu’il juge « très normale », Hamadi Jebali insiste cependant sur la nécessité de faire plusieurs pas en avant dont le premier serait la refondation politique à travers l’accélération de l’élaboration d’une nouvelle constitution et l’organisation d’élections, car cela est à même d’atténuer les tensions. Dans le même temps, et en attendant les élections, ajoute-t-il, il faut traiter plusieurs questions socio-économiques et à leur tête le problème du chômage et de l’emploi des jeunes en particulier les diplômés universitaires et la nécessité d’accorder davantage d’intérêt aux régions vulnérables délaissées par l’ancien régime déchu, outre la lutte contre la corruption, l’optimisation des performances de l’administration, l’amélioration du rendement des corps de sécurité et l’encouragement des investisseurs.

Interrogé sur le trafic d’armes et leur prolifération en Libye, le chef du gouvernement tunisien s’est déclaré convaincu que les autorités libyennes veulent maîtriser la situation. Le trafic d’armes profite aux bandes de malfrats et aux organisations terroristes qui veulent faire passer les armes en Algérie, en Tunisie et au Mali, d’où l’impératif d’une étroite coopération entre ces trois pays, en l’occurrence la Libye, la Tunisie et l’Algérie. Il convient, en second lieu, de lutter contre les fléaux à l’origine de la prolifération d’armes et de la propagation des activités terroristes à travers la promotion de la coopération et du développement dans les régions frontalières.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Des avions de guerre ont bombardé lundi la ville de Derna, ville côtière de l'Est libyen, a annoncé un témoin à Reuters, dans la...

Reseaux Sociaux