Tags Posts tagged with "Hezbollah"

Hezbollah

par -

Une frappe aérienne israélienne a ciblé mercredi 27 avril 2017, un entrepôt d’armes de Hezbollah prés de l’aéroport de Damas.

Selon l’agence Reuters, l’entrepôt gère des grandes quantités d’armes envoyées par l’Iran et reçoit les armes utilisées par les groupes armés supportés par l’Iran, dont le Hezbollah qui a des milliers de soldats qui combattent l’opposition syrienne armée.

par -
les ministres des affaires étrangères de l'UE ont décidé

Selon le Hezbollah, la mort de son commandant militaire en chef, Mustafa Badreddine, ne serait pas due aux services secrets israéliens mais aux «groupes takfiris», des groupes jihadistes ou islamistes radicaux sunnites présents en Syrie.

«Notre enquête a prouvé que l’explosion ayant visé l’un de nos postes près de l’aéroport international de Damas et qui a tué le frère commandant Mustafa Badreddine est due à un bombardement d’artillerie mené par les groupes takfiris présents dans la zone», indique un communiqué du puissant parti armé qui combat rebelles et jihadistes aux côtés des troupes du régime syrien.

Aucun groupe rebelle ou jihadiste n’a fait de revendication depuis l’annonce vendredi par le Hezbollah de la mort de Badreddine, le plus important responsable du Hezbollah tué depuis l’assassinat en février 2008 à Damas de son prédécesseur Imad Moughniyé.

«Les résultats de l’enquête renforceront notre détermination et notre volonté à poursuivre le combat contre ces bandes criminelles et à les vaincre. C’était le souhait et l’espoir de notre cher martyr», ajoute le communiqué du Hezbollah publié plus de 24 heures après l’annonce de la mort de son commandant.

Badreddine, environ 55 ans, était responsable du dossier de la Syrie, où la guerre fait rage depuis cinq ans entre troupes du régime, rebelles et jihadistes. Selon une source de la sécurité syrienne, l’explosion a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi dans un entrepôt près de l’aéroport de Damas, où se trouvait Mustafa Badreddine.

par -
les ministres des affaires étrangères de l'UE ont décidé

Le chef militaire du Hezbollah, Mustafa Badreddine, a perdu la vie dans une attaque près de l’aéroport de Damas, a annoncé ce vendredi 13 mai le mouvement chiite libanais. Ce dernier s’active depuis des années sur le sol syrien pour prêter main forte au régime de Bachar al-Assad, qui fait face depuis 5 ans à une rébellion armée. Bardreddine était justement le coordinateur de cette intervention en Syrie. C’est donc une immense perte pour al-Assad…

Le Hezbollah n’a pas livré des détails sur la nature de l’attaque ou la date à laquelle elle a eu lieu, son communiqué dit juste ceci : « Selon les informations préliminaires, une grande explosion a visé l’un de nos postes près de l’aéroport international de Damas, tuant le frère commandant Mustafa Badreddine et blessant d’autres personnes ». Le texte ajoute : « Nous allons poursuivre l’enquête pour déterminer la nature et les causes de l’explosion et savoir si elle est due à un bombardement aérien, à un missile ou à un tir d’artillerie », sans pour autant avancer le moindre élément sur les responsables de cette attaque.
D’habitude, quand de tels faits se produisaient, le mouvement armé chiite accusait sans hésiter Israël, qu’il a affronté en 2006. Mais sur la mort de Badreddine, rien de tel.

Le nom du chef militaire, avec ceux de quatre autres leaders du Hezbollah, a été cité dans l’affaire Rafic Hariri, l’ancien Premier ministre libanais mort dans un attentat à Beyrouth en 2005. Cela a valu à Badreddine des sanctions du Trésor américain.
Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), mis en place pour démêler l’assassinat de Hariri, avait émis des mandats d’arrêt à l’encontre du commandant militaire, le « cerveau » présumé de l’attentat et des quatre membres du Hezbollah. Mais ce dernier a toujours catégoriquement rejeté les accusations et n’a jamais voulu remettre à la justice les accusés…

Enfin sachez que le Hezbollah a fait déclaré que Badreddine avait « dit il y a quelques mois, ‘je ne reviendrai pas de Syrie, sauf en martyr ou en portant le drapeau de la victoire’. Et il est revenu aujourd’hui en martyr ».

par -
Devant le refus des autorités d'octroyer un visa légal pour le

Le ministère tunisien des Affaires étrangères a affirmé vendredi que le communiqué du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur ne classe pas Hezbollah comme organisation  terroriste et n’a pas le caractère de décision contraignante.

Il a ajouté que la position de la Tunisie, pays du siège du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur, participe de son souci de l’action arabe commune et s’inscrit dans le cadre de la position commune adoptée par le Conseil à l’issue de ses travaux. La Tunisie, souligne le MAE, réaffirme son attachement à l’une des constantes de sa politique étrangère de ne pas s’ingérer dans les affaires intérieures des autres États.

Le ministère indique que l’engagement de la Tunisie  dans cette orientation n’occulte point l’important rôle joué par Hezbollah dans la libération d’une partie du territoire libanais occupé ni ses positions de soutien à la question palestinienne. La Tunisie met l’accent sur la nécessité pour ce mouvement de s’abstenir de tout ce qui est de nature à menacer la stabilité des pays de la région et leur sécurité intérieure, souligne cependant le ministère tunisien des Affaires étrangères.

par -

La société civile et des partis politiques ont rejeté, jeudi, la décision du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur de déclarer le parti libanais de Hezbollah organisation terroriste.
Le Conseil des ministres de l’Intérieur, réunis, mercredi à Tunis, a décidé de déclarer Hezbollah organisation terroriste. Dans une déclaration commune, rendue publique jeudi, les signataires considèrent que cette décision s’inscrit dans le prolongement de l’agression internationale contre la Nation arabe et la mise en œuvre d’un agenda impérialiste visant les forces de résistance nationale.
C’est, aussi, une réaction à la résistance menée par Hezbollah dans la guerre injuste contre le Yémen et la Syrie, estiment-ils. Ils appellent, à cette occasion, toutes les forces en Tunisie et dans le monde arabe à rejeter cette décision et à assumer leurs responsabilités.
La place de la Tunisie ne peut être qu’aux côtés de l’ « axe de la résistance », celui qui, réellement, combat « le terrorisme takfiriste et sioniste ». Elle ne peut, en aucun cas, être partenaire de « l’axe de l’agression contre la Nation et ses forces de résistance nationales ».
Les signataires rappellent les sacrifices consentis par Hezbollah dans la lutte contre le terrorisme sioniste, relevant qu’aujourd’hui, il participe, activement, dans la résistance contre l’agression internationale sur la Syrie.
Les signataires sont :
– Parti Al-Ghad
– Comité national de soutien à la résistance arabe et de lutte
contre la normalisation avec le sionisme
– Ligue tunisienne pour la tolérance
– Forum international de la jeunesse contre le sionisme, le
racisme et l’impérialisme
– Rassemblement arabe islamique de soutien à la résistance
– Le Forum Est/Ouest

INTERVIEW

Le PDG de la BIAT, Mohamed Agrebi, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs questions dont principalement la stratégie...

AFRIQUE

La liste des personnalités congolaises sanctionnées par l'Union européenne s'allonge. Le lundi 29 mai 2017, l'UE a officiellement mis 9 responsables de plus dans...

SPORT

Reseaux Sociaux