Tags Posts tagged with "hotesses"

hotesses

par -
0

« Je me permets de vous adresser directement cette doléance pour être sûr que notre voix soit entendue.

Je prends pour exemple les menus incidents de mon dernier vol, TU 397 du 08/01/2017 Tunis-Abidjan, qui donnent une piètre image de la compagnie et vous font regretter d’avoir choisi le pavillon national. Je copie dans ce courriel un directeur de la Banque africaine de développement qui était sur le même vol et qui partage la même frustration. Je copie également un homme d’affaires, sur le même vol, ainsi que d’autres collègues de la BAD, qui pourront infirmer ou confirmer mes dires au besoin.

Les faits incriminés:

  • manque complet d’égards pour les passagers:
    • une des hôtesses, pour signifier une interdiction quelconque (obligation de rester assis, interdiction d’utiliser les toilettes…), s’adressait systématiquement aux passagers sur un ton irrespectueux, sans aucun « sourire » dans la voix, ce qui donnait la fâcheuse impression qu’on était carrément pris à partie par l’hôtesse en question. Excusez-nous Madame d’avoir pensé qu’une hôtesse devait rassurer ses passagers par une voix affable même lorsqu’il s’agit d’être ferme. Les passagers ont d’ailleurs très mal pris les injonctions venant de cette dame, certains refusant catégoriquement d’obtempérer, alors que les mêmes consignes, données sur un ton plus amène, auraient été respectées j’en suis certain;
    • la même hôtesse, vautrée sur les sièges de la rangée 28, répond le plus normalement du monde aux passagers qui demandaient un verre d’eau — toujours sur le même ton cassant — que « la cuisine est derrière, allez-y ». Mais franchement, quel passager peut être assez idiot pour déranger Madame l’hôtesse pendant sa pause syndicale, voyons!;
    • une autre hôtesse, face aux demandes de verres d’eau pendant le vol s’est écriée: « ah, mais moi, je ne peux pas servir tout le monde! ». Mais bien sûr, les passagers n’ont rien compris: c’était au pilote qu’il fallait adresser cette requête, il est plus disponible lui! ;
    • face à la pression sur la seule cabine WC disponible dans la classe éco (la seconde, côté droit de l’appareil étant hors service), le personnel navigant est resté insensible aux cas urgents, refusant de laisser des parents utiliser la cabine WC de la classe business pour soulager de petits enfants;
    • une des hôtesses interdisait, toujours sur le même ton âcre et revêche, aux passagers des dernières rangées d’utiliser un compartiment à bagages réservé à l’usage exclusif d’un des membres de l’équipage, contenant une grande valise (qui aurait normalement dû aller en soute vu sa taille) et un sac à main. Les passagers étaient invités à ranger leurs affaires « devant eux » pour que Mesdames prennent leurs aises et privatisent l’avion;
    • les hôtesses ont intimé — toujours sur le même ton discourtois — à certains passagers ayant choisi de rester debout quelques instants lorsque cela était permis de retourner à leur place sans raison valable comme les turbulences. D’autres compagnies recommandent pourtant à leurs passagers de bouger pendant le vol et de pratiquer quelques exercices pour faciliter la circulation sanguine. Heureusement que Tunisair ne le fait pas, cela obligerait nos chères hôtesses de faire un petit effort pour se frayer un chemin parmi la cohue debout.
  • appareil dégradé:
    • l’appareil utilisé pour le vol avait une cabine WC hors service. Dans ces conditions, n’importe quel chef de cabine aurait décidé d’utiliser les toilettes de la classe affaires comme appoint en cas de nécessité. Ce n’était pas le cas sur ce vol;
    • un compartiment à bagages était également hors service. Du coup, comme un compartiment à bagages était réservé à l’usage exclusif d’une hôtesse, que deux autres étaient réservés aux oreillers et aux plaids, le manque d’espace de rangement commençait à se faire cruellement sentir.
  • retard:
    • le motif donné par les hôtesses pour le décollage tardif de l’avion était l’attente de passagers. Quand est-ce que Tunisair se décidera à ne plus embarquer les passagers retardataires quitte à débarquer leurs valises? Pourquoi imposer une punition collective au lieu de faire assumer leur entière responsabilité aux passagers retardataires? Il s’est avéré que l’un de ces passagers, en transit depuis Beyrouth, dormait comme un bienheureux dans la zone de transit.  Heureusement qu’il a fini par se réveiller; sinon, les otages du vol TU397 auraient pu encore attendre longtemps…

J’espère, Monsieur le Président, que vous saurez prendre les mesures idoines pour que les passages des vols Tunisair n’envisagent plus leurs voyages avec angoisse et puissent désormais choisir le pavillon national avec fierté et la satisfaction d’effectuer un voyage serein, sans agression ni manque d’égards ».

UN AUTRE PASSAGER :

« Lors de ce même vol je me suis fait insulter par un steward pour avoir demandé un peu de thé après son passage en cabine. Le langage fut grossier. Voyageant très fréquemment sur le vol Abidjan-Tunis-Abidjan, la norme est malheureusement ce traitement fort inapproprié du personnel envers les passagers. Ce traitement s’apparente plus à un traitement réservé à du bétail qu’à des êtres humains, oublions le fait que nous sommes des clients qui paient pour un service. Tunisair ne nous fait point pas de faveur mais offre un service contre rétribution monétaire.

J’ose espérer que le PDG prendra des mesures pour redorer le blason de ce vol ».

par -
0

L’affaire des hôtesses d’Air France qui refusent de mettre le voile en mettant le pied sur le sol iranien a été soldée. En effet la direction de la compagnie aérienne a proposé aux syndicats un « dispositif d’exception ». Désormais « toute femme qui serait affectée sur le vol Paris-Téhéran et qui, pour des raisons de choix personnels, refuserait de porter le foulard à la sortie de l’avion, sera réaffectée sur un autre vol, sur une autre destination, donc ne serait pas dans l’obligation de faire ce vol sur Téhéran », a déclaré sur Europe 1 Gilles Gateau, le directeur des ressources humaines d’Air France.

Cette décision va être soumise aux syndicats cet après midi du lundi 4 avril 2016. Elle était très attendue car la reprise des navettes aériennes entre Paris et Téhéran est imminente, ce 17 avril.

Le voile, ça ne passe pas

Le feu a pris quand les employés ont réceptionné un mémorandum de la direction « où on nous demande de mettre un pantalon, une veste longue et surtout d’utiliser le foulard de notre uniforme en le portant en voile à l’arrivée à Téhéran », a confié Caroline Rolland, déléguée CGT. Face à la bronca des salariés de la compagnie française, M. Gateau a été contraint de s’expliquer : « Ce n’est pas Air France qui décide en cette matière », a-t-il dit, rappelant au passage que les « équipages sont évidemment tenus de respecter la loi du pays dans lequel ils se trouvent ».

Il a ajouté : « Le principe, à Air France comme sur toutes les compagnies, c’est que les personnels navigants ne choisissent pas leur destination. Ceci dit, là, on voit bien qu’il y a un problème particulier, une sensibilité particulière ». Pour faire baisser la tension, le directeur des RH a déclaré qu’il est « à l’écoute de ces femmes et de cette sensibilité ».

Flore Arrighi, présidente de l’Union des navigants de l’aviation civile (UNAC) d’Air France, déplore la réaction tardive de la direction. « Cela fait des semaines qu’on les alerte, mais il a fallu le battage médiatique pour que ça bouge », a-t-elle déclaré. Selon elle, son syndicat a toujours défendu le principe du « volontariat » (avec une liste de non-volontaires), avec la possibilité de « refuser cette mission sans conséquence sur leur planning, leur rémunération ou dans leurs dossiers professionnels ».

D’après l’UNAC, c’est « une procédure que l’entreprise connaît bien » car elle a déjà été appliquée à Conakry, quand l’épidémie Ebola frappait en Guinée, ou à Tokyo, suite à l’incident nucléaire de Fukushima.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
La Fédération Wallonie-Bruxelles a inauguré le 18 janvier un nouvel établissement scolaire belge à Dar Bouazza, et posé la première pierre de la future...