Tags Posts tagged with "Imed Dghij"

Imed Dghij

par -
La chambre criminelle auprès du tribunal de première instance de Tunis 2

La chambre criminelle auprès du tribunal de première instance de Tunis 2 s’est dessaisi du procès d’Imed Dghij, leader de la Ligue Nationale de la Protection de la révolution au Kram puisqu’il n’est pas le tribunal compétent dans ladite affaire.

Cette décision ne concerne pas l’affaire portée contre Imed Dghij pour laquelle il a été arrêté et condamné à un an et deux mois de prison par le tribunal de première instance de Tunis 1 pour atteinte à autrui via les réseaux sociaux et pour incitation et menace nécessitant une sanction pénale , selon Moez Ben Salem l’adjoint du procureur de la République au tribunal de première instance de Tunis 2 .

par -
En quelques jours

En quelques jours, Imed Dghij est devenu un symbole de la contestation révolutionnaire en Tunisie. Imen Triqi , Sihem Badi , les Abbou , Ennahdha et ses députés ,ceux du CPR et ceux de Wafa s’agitent, depuis son arrestation, mercredi dernier, pour le libérer . Les défenseurs de Dghij n’ont jamais pu donner une dimension politique à leur campagne, et le rassemblement des adeptes et sympathisants des Ligues de la Protection de la Révolution (LPR) à la Kasbah, vendredi, n’avait revêtu aucun aspect politique évident, n’étant qu’une occasion, une autre, pour s’attaquer aux forces de sécurité et les insulter. Et cette initiative a été en parfaite harmonie avec les propos haineux et menaçants que Dghij n’a cessé de proférer, à travers des vidéos, contre tout le monde, de Kamel Letaïef, aux hommes des médias en passant par les forces de sécurité et les magistrats , sans être nullement inquiété . S’en prenant à tout le monde et agressant tous ceux qui ne sont pas de son avis, il a réservé de virulentes et acérées flèches à Rached Ghannouchi lui-même, le 26 août 2013, lorsque le leader islamiste a décidé d’abandonner la loi de l’immunisation de la Révolution. Profitant de cette impunité qu’il croyait éternelle, Imed Deghij a su utiliser ce « statut » pour faire croire à ses adeptes qu’il est influent , et qu’il se place au-dessus de la loi et de toute la classe politique .

La campagne pour libérer Imad Dghij a divisé les observateurs politiques. D’aucuns y ont vu les signes d’une panique de la part des forces politiques et des organisations non gouvernementales (ONG) qui lui ont apporté le soutien matériel et la couverture politique qu’il demandait, craignant que cette arrestation ne révèle les liens compromettants les unissant à ce personnage controversé.

Une deuxième thèse, défendue par d’autres, voit dans cette contestation un ultime sursaut de la part de certaines formations politiques qui veulent faire de Imed Dghij un symbole pour leurs prochains combats contre le consensus qui s’est dessiné depuis l’adoption de la Constitution , la formation du Gouvernement Mehdi Jomâa et le resserrement de l’étau autour du terrorisme . Ces formations politiques et ces ONG se sont trouvées à découvert, et se sont aperçues que la Tunisie est entrée, depuis, dans une nouvelle étape , dans laquelle elles n’ont pas investi , et de ce fait, elles vont se retrouver en marge du paysage politique qui se profile, et ne conserveront pas ainsi la place qui était la leur dans le processus du 23 octobre 2011, devenu caduc .

Mais si la première thèse met en évidence les dangers encourus par les forces politiques et les ONG proches de Imed Dghij après son arrestation , la seconde montre les dangers qui guettent le pays tout entier , si Imed Dghij venait à se muer en symbole de la Révolution tunisienne , et si le nouveau tournant de janvier 2014 passe, aux yeux de l’opinion publique , comme une trahison de cette Révolution .

Parallèlement aux stratégies adoptées par les révolutions aux quatre coins du monde et aux leaders qui ont mené à bien ces stratégies aboutissant au succès de ces révolutions, ces épopées humaines ont choisi des symboles pour leur grande marche. Pour les Latino-Américains , il y avait Simon Bolivar , Che Guevara , pour les Balkans il y avait Josef Broz Tito , pour la Chine, il y avait Mao Tsé Toung , pour le Vietnam , il y avait Ho Chi Minh et le Général Giap , pour la Palestine , il y a eu Arafat et Guevara Gaza , tombé en martyr en mars 1973 … et bien d’autres . Mais il serait malheureux qu’Ennahdha , le CPR , Wafa et Imen Triqi nous fourguent le nom de Imed Dghij pour en faire le symbole de la révolution tunisienne, et le destiner à être auréolé de la gloire de servir d’emblème pour leurs prochains combats contre la concorde nationale et pour entraver la lutte efficace contre le terrorisme .

Aboussaoud Hmidi

par -
Le ministère de l’Intérieur a affirmé

Le ministère de l’Intérieur a affirmé, jeudi, dans un communiqué, que le placement en garde à vue d’Imed Dghij , chef de la ligue de protection de la Révolution a été effectué dans le cadre de la loi, sur ordre du Parquet et dans le respect des droits de l’homme.

Le gardé à vue a appelé, sur sa page facebook, à la prise d’assaut du poste d’une unité de la sûreté et à sa déprédation, précise le communiqué qui ajoute que le ministère de l’Intérieur n’ a fait qu’appliquer les décisions administratives prises par le gouverneur de Tunis ordonnant la restitution de biens fonciers relevant des Domaines de l’Etat nonobstant la personne qui les occupe.

par -
Le Parquet du Tribunal de première instance de Tunis

Le Parquet du Tribunal de première instance de Tunis, a décidé d’ouvrir une information judiciaire contre Imed Dghij, chef de la Ligue dite de protection de la révolution du Kram, après avoir jugé recevable une plainte déposée dans ce sens par le Syndicat national des forces de sécurité intérieure.

Le syndicat accuse le suspect de complot contre la sûreté de l’Etat.

par -
Imed Dghij

Imed Dghij, membre de la ligue de protection de la révolution du Kram, a adressé au chef du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, une sévère mise en garde, à la suite de ses déclarations sur Nessma tv.

Dans une lettre au leader du parti islamiste, il lui dénie le droit de s’ingérer dans les affaires de la révolution, le mettant devant deux choix : ou bien la loi d’immunisation de la révolution, ou bien l’affrontement et les prisons « dont nous avons fait sortir et dont nous sommes dignes, aujourd’hui », a-t-il dit.

Il a apostrophé Rached Ghannouchi en ces termes : « Cédez sur vos droits comme bon vous semblera, mais nous refusons que vous cédiez sur la plus importante revendication révolutionnaire, à savoir la loi sur l’exclusion, l’exclusion politique des Rcdistes , point barre. »

par -
Le juge d’instruction du 22 bureau au tribunal de première instance de Tunis

Le juge d’instruction du 22 bureau au tribunal de première instance de Tunis, a décidé de relâcher Imed Dghij, de la ligue de protection de la révolution du Kram, déféré en état d’arrestation, ce jeudi, à la suite d’un plainte déposée à son encontre par l’homme d’affaires Kamel Ltaief pour tentative de violation de domicile.

Le magistrat instructeur a ordonné que le suspect soit soumis à la procédure de la fiche anthropométrique, en attendant la suite des investigations dans cette affaire.

par -
Imed Dghij

Imed Dghij, porte-parole de la ligue de protection de la révolution du Kram et trois de ses complices ont comparu, vendredi, devant la chambre criminelle de la cour d’appel de Tunis.

L’affaire a été renvoyée au 10 mai, un accusé en état d’arrestation dans le cadre d’une autre affaire n’ayant pas comparu.

par -
Le tribunal de première instance de Tunis

Le tribunal de première instance de Tunis, statuant, ce mercredi 27 mars 2013, sur l’affaire dans laquelle est poursuivi le président de la ligue de protection de la révolution (section du Kram), Imed Dghij, a décidé de reporter le procès au 12 avril prochain.

L’accusé comparaissait devant la Cour d’Appel de Tunis pour répondre d’incendie et de destruction de biens appartenant à l’Etat.

par -
L'avocat Hichem Ben Mami a annoncé

L’avocat Hichem Ben Mami a annoncé, mercredi 13 mars, avoir porté plainte contre le porte-parole de la Ligue de protection de la révolution du Kram (banlieue Nord de Tunis), Imed Dghij, et contre Al Jazeera .

Hichem Ben Mami reproche à Imed Dghij d’avoir tenu des propos incitant à la violence contre les habitants de Ksar Hellal (gouvernorat de Monastir), et à Al Jazeera d’avoir diffusé en direct la conférence de la Ligue de protection de la révolution.

L’avocat a expliqué que Imed Dghij a diffamé les habitants de Ksar Hellal, en leur attribuant le slogan prétendument scandé ,le 2 mars dernier ,lors du meeting organisé dans la ville ) Fidèles, fidèles, au RCD et au Nidaa Tounes) » (أوفياء، أوفياء، للتجمع و النداء)

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux