Tags Posts tagged with "Imed, Karray"

Imed, Karray

par -
Le représentant de la Brigade criminelle, a annoncé, vendredi, lors de la réunion périodique du Premier ministère  que les agents de la brigade ont réussi à identifier l’assassin  de l’homme d’affaire Imed Karray et de l’arrêter . 
Ce dernier , a été assassiné  mardi , chez lui, atteint au front, au cou et à la poitrine par des balles tirées d’un fusil de chasse. La victime est décédée à son arrivée à l’hôpital universitaire de Sfax, des suites de l’abondante hémorragie qui s’en est suivie.

par -
Nous venons d’apprendre, de sources recoupées et confirmées, que l’homme d’affaire de Sfax, Imed Karray, a été tué chez lui dans sa maison et devant des membres de sa famille, par un individu jusque-là inconnu et à l’aide d’une arme à feu, apparemment un fusil de chasse. Imed Karray est l’associé de Moncef Khmakhem dans son affaire de fabrication de bateaux de plaisance à Sfax.
Les investigations sont en cours dans une ville sous le choc et au sein d’un monde des affaires qui ne comprend plus ce qui arrive dans cette Tunisie de la «Révolution». 
Selon certaines sources, toutes les pistes sont actuellement envisagées, mais on privilégierait celle d’un règlement de comptes, bien que ses proches ne lui connaissent pas d’ennemis.
A l’heure où nous écrivons (vers 15h), la cérémonie d’inhumation de la victime était en cours, alors que se préparait à Sfax même une importante manifestation contre le climat  d’insécurité dans cette importante ville de la Tunisie. Les manifestants auraient essayé de la faire  parallèlement au cortège funèbre et en emportant le corps de la victime à bout de bras. Les proches de la victime ont cependant refusé.
Les habitants de Sfax, selon des hommes d’affaires et des personnes que nous avons contactés, ne se sentent pas en sécurité et fustigent avec des mots durs, les conditions d’insécurité qui règnent dans la ville. Selon nos interlocuteurs, cette région d’un million 200 mille habitants, ne dispose que de presqu’un millier de policiers et d’autant  d’agents de la Garde Nationale, auxquels s’ajoutent pas plus de 200 militaires. Le ratio de sécurité apparaît ainsi très faible pour une région où les troubles sociaux font légion et une région aussi, aux confins de gouvernorats  nettement plus chauds comme Gafsa ou Sidi Bouzid. Des policiers aussi, selon nos interlocuteurs,  moins enclins à la fermeté. Nos interlocuteurs citent, à cet effet, le fait que les policiers ne travaillent plus que 8 heures par jour et manquent horriblement de moyens de déplacement et même de carburant. Des conditions qui leur font craindre le pire qui les fait crier «Haro sur l’insécurité».

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

La compagnie aérienne Air France met le paquet sur le Maroc. Dimanche 26 mars 2017, une nouvelle ligne entre les aéroports Paris-Charles-de-Gaulle et Marrakech...

SPORT