Tags Posts tagged with "Imen Trigui,"

Imen Trigui,

par -
0

Après un long débat qui a eu lieu durant deux jours à l’ARP, concernant l’élection des membres de l’Instance pour la prévention de la torture, Mohamed Ennaceur président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a dévoilé, ce mercredi 30 mars 2016, la liste des 16 membres élus de l’Instance en question. Il s’agit de :

Radhia Halouani ,Fathi Jarray ,Sayda Mbarek,Nabiha Kefi ,Touhemi Hafi, Taher Kaddachi , Noura Kouki, Slim Annabi,Lamia Fathallah , Med Yassine Ben Younes. Les deux figures de proue, candidates des droits de l’homme, Radhia Nasraoui et Imen Trigui, n’y ont pas été élues.

Les membres qui ont été choisies devaient répondre à une batterie de critères dont notamment la neutralité, la transparence, ne pas avoir une responsabilité politique au sein du RCD, ni dans les gouvernements de Ben Ali.

Sept députés de différents partis politiques ont été choisis pour contrôler le nombre des voix à attribuer aux 16 candidats. Il s’agit de walid Jallad, Ones Hattab, Besma Jebali, Béchir Khalfi, Nourddine Mrabet, Hafedh Zouari et Heikel Belkacem.

Il convient de rappeler que l’Assemblée nationale constituante (ANC) avait adopté, en octobre 2013, un projet de loi organique portant création de l’Instance nationale de prévention de la torture et consacré, solennellement, dans le texte de ladite loi, le principe de l’imprescriptibilité du crime de torture.

L’institution de ce principe a pour effet juridique d’abroger les dispositions contenues dans le décret-loi n°106 de l’année 2011 et prévoyant une prescription de 15 ans pour les crimes de torture. L’ANC a, en outre, adopté le décret-loi 105 relatif à l’adhésion de la Tunisie au Protocole facultatif à la convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Selon les défenseurs des droits de l’homme en Tunisie, les tortures ou autres mauvais traitements dans postes de détention et les prisons tunisiennes subsistent après la Révolution. Les mécanismes de torture utilisés sont multiples et touchent tous l’intégrité physique, et ce notamment pour arracher des aveux et maltraiter les suspects autant que les punir.

par -
0

Nous venons d’apprendre que L’activiste des droits de l’homme, Radhia Nasraoui et Imen Trigui n’ont été élues membres de l’Instance nationale de prévention de la torture

Les membres qui ont les éléctions dans l’instance en question sont :

Radhia Halouani

Fathi Jarray

Sayda Mbarek

Nabiha Kefi

Touhemi Hafi

Taher Kaddachi

Noura Kouki

Slim Annabi

Lamia Fathallah

Afef Chaabane

Dhia Dine Mourou

Marwa Radedi

Masoud Romdhani

Lotfi Azddine

Hamida Dridi

Med Yassine Ben Younes

A noter qu’une séance plénière pour la sélection des membres de l’Instance nationale de prévention de la torture a eu lieu, mardi 29 mars 2016, à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). 48 candidatures ont été présélectionnées par la Commission électorale.

par -
0
En réaction aux propos de l’avocate Imen Trigui sur une tentative menée par un agent de l’ordre de s’introduire dans sa chambre dans un hôtel sis à Gafsa

En réaction aux propos de l’avocate Imen Trigui sur une tentative menée par un agent de l’ordre de s’introduire dans sa chambre dans un hôtel sis à Gafsa, le Syndicat national des forces de sûreté intérieures a qualifié, dans un communiqué, l’avocate d’une personne troublée, affirmant à ce propos que sa place est à l’hôpital psychiatrique.

Selon le communiqué du SNFSI, cette dernière n’a pas cessé de s’attaquer au corps sécuritaire, et ce à maintes reprises, signalant à ce propos qu’elle déteste énormément l’administration sécuritaire…Et d’ajouter que « nous accomplissons notre mission pour protéger le pays et nous refusons de nous soumettre aux tiraillements politiques », précisant dans le même contexte que Imen Trigui, sera poursuivie en justice pour ses fausses allégations à l’encontre des agents

Riadh Rezgui , le chargé de la communication du Syndicat National des Forces de Sécurité Intérieure (SNFSI) a nié, dans une déclaration à Africanmanager ,que Iman Triki ait fait l’objet d’une tentative d’assassinat à Gafsa . Il a ajouté que, contrairement à ce qu’elle a prétendu, le suspect n’appartient pas au corps sécuritaire.

Iman Triki a parlé de tentative d’assassinat dont elle était la cible, dimanche 30 mars, dans un hôtel à Gafsa , qui serait l’œuvre d’un agent de la sécurité , reprochant aux militants des droits de l’homme de garder le silence et de ne pas la soutenir , et imputant la responsabilité de cette tentative à Sahbi Jouini le chargé des affaires juridique de l’Union des Syndicats des Forces de Sécurité Intérieure ,qu’elle accuse de donner d’elle une image négative auprès des forces de la sécurité .

La section régionale de Gafsa, de la SNFSI a affirmé qu’Imen Triki n’a pas fait l’objet d’une tentative d’assassinat, et que l’homme en question s’est simplement trompé de chambre dans l’hôtel où il logeait au même titre qu’elle.

N.B.T

par -
0
En réaction aux propos de l’avocate Imen Trigui sur une tentative menée par un agent de l’ordre de s’introduire dans sa chambre dans un hôtel sis à Gafsa

En réaction aux propos de l’avocate Imen Trigui sur une tentative menée par un agent de l’ordre de s’introduire dans sa chambre dans un hôtel sis à Gafsa, le Syndicat national des forces de sûreté intérieures a qualifié, dans un communiqué, l’avocate d’une personne troublée, affirmant à ce propos que sa place est à l’hôpital psychiatrique.

Selon le communiqué du SNFSI, cette dernière n’a pas cessé de s’attaquer au corps sécuritaire, et ce à maintes reprises, signalant à ce propos qu’elle déteste énormément l’administration sécuritaire…Et d’ajouter que « nous accomplissons notre mission pour protéger le pays et nous refusons de nous soumettre aux tiraillements politiques », précisant dans le même contexte que Imen Trigui, sera poursuivie en justice pour ses fausses allégations à l’encontre des agents

Riadh Rezgui , le chargé de la communication du Syndicat National des Forces de Sécurité Intérieure (SNFSI) a nié, dans une déclaration à Africanmanager ,que Iman Triki ait fait l’objet d’une tentative d’assassinat à Gafsa . Il a ajouté que, contrairement à ce qu’elle a prétendu, le suspect n’appartient pas au corps sécuritaire.

Iman Triki a parlé de tentative d’assassinat dont elle était la cible, dimanche 30 mars, dans un hôtel à Gafsa , qui serait l’œuvre d’un agent de la sécurité , reprochant aux militants des droits de l’homme de garder le silence et de ne pas la soutenir , et imputant la responsabilité de cette tentative à Sahbi Jouini le chargé des affaires juridique de l’Union des Syndicats des Forces de Sécurité Intérieure ,qu’elle accuse de donner d’elle une image négative auprès des forces de la sécurité .

La section régionale de Gafsa, de la SNFSI a affirmé qu’Imen Triki n’a pas fait l’objet d’une tentative d’assassinat, et que l’homme en question s’est simplement trompé de chambre dans l’hôtel où il logeait au même titre qu’elle.

N.B.T

par -
0
En réaction aux  propos de l’avocate Imen Trigui sur une tentative menée

En réaction aux propos de l’avocate Imen Trigui sur une tentative menée par un agent des force de sécurité pour accéder dans sa chambre dans un hôtel de Gafsa, le Syndicat national des forces de sûreté intérieures a qualifié l’avocate de personne qui vit des troubles mentaux , affirmant à ce propos que sa place doit être dans un hôpital psychiatrique .Le communiqué ajoute qu’Iman Triqui déteste l’institution sécuritaire et annonce qu’elle sera poursuivie devant la justice pour ses fausses allégations.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Le dirigeant d’Ennahdha Abdellatif Mekki appelle à l’organisation d’un dialogue sociétal qui dépassera les partis, les organisations, pour cibler les coordinations des mouvements sociaux....

AFRIQUE

0
Le Premier ministre algérien, Abdelamalek Sellal, a fait une grosse annonce lors du 27ème sommet Afrique-France, à Bamako, au Mali. Samedi 14 janvier 2017,...

SPORT