Tags Posts tagged with "incendies"

incendies

par -
0

Les incendies survenus dans le gouvernorat de Siliana, durant les seuls mois de juin et de juillet 2016, ont ravagé 575 ha de forêts, selon un rapport du CRDA (Commissariat régional au développement agricole). Vingt cinq foyers de feu ont été, ainsi, dénombrés dans les délégations de Kesra, Siliana sud et nord. La plupart des incendies seraient d’origine criminelle et font l’objet d’enquête judiciaire, précise le rapport.
La région de Siliana compte environ 139 mille ha de forêts caractérisées par leur biodiversité et la richesse de leur production de pignon de pin d’Alep, d’herbes aromatiques et médicinales, de bois et de miel.

par -
0

Le directeur régional de la protection civile au Kef, le colonel Mourad Mechri, a déclaré au correspondant de la TAP dans la région, que le nombre d’incendies a augmenté depuis le début de la saison estivale, qui a connu également une augmentation du nombre des accidents de la route.
Dans ce cadre, le responsable a affirmé que 33 incendies ont endommagé 433 hectares de forêts composées d’arbres de pins, contre 7 hectares qui ont été détruits en 2015, alors que les accidents de la route ont augmenté de plus de 70 pc au cours du mois de juin et de 66 pc au cours de la période entre le 1er et le 19 juillet ayant causé la mort d’un individu et 121 blessés.
De son coté, le chef de service des forêts au commissariat régional du kef, Noureddine Hasnaoui a indiqué que ces incendies qui ont ravagé plusieurs zones ont été commis par des délinquants en vue de nuire à la richesse forestière ».
« Le contrôle sera renforcé au niveau des usines de charbon et des transporteurs du bois dans cette région en vue de réduire les incendies dans la forêt qui constitue une richesse environnementale pour le pays, »a-t-il dit.

par -
0

Le nombre d’incendies enregistrés jusqu’à la fin de la première semaine du mois de juillet 2016 a atteint 77 incendies, lesquels ont détruit 90 hectares (ha) contre 70 incendies ayant ravagé 130 ha au cours de la même période de 2015.
Le directeur général de la direction des forêts au ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche Habib Abid a souligné dans une déclaration, dimanche, à l’agence TAP, qu’en dépit des hautes températures, la situation générale est maîtrisée et n’est pas alarmante, d’autant que les incendies survenus ont été totalement éteints.
Les incendies ont atteint les forêts de Jendouba, de Siliana et du Kef, outre un incendie relativement important enregistré à la fin du mois de juin dernier à Jbel Nahli (gouvernorat de l’Ariana) détruisant 13 hectates mais maîtrisé, selon le responsable.
Abid a indiqué que le jour de l’Aïd (6 juillet 2016), neuf incendies, seulement, se sont déclenchés et ont nécessité la mobilisation d’environ 120 agents des forêts et de la protection civile.
Il a réfuté que ces incendies aient été provoqués, les imputant plutôt aux fortes températures ce jour là (Aid).
En outre, le responsable a rappelé que les incendies enregistrés dans les champs, lors de la saison de la récolte, n’ont touché que 100 hectares.
Le directeur général des fôrets a, par ailleurs, affirmé que le nombre des incendies a baissé par rapport à l’année 2012, passant de 400 incendies à 77 actuellement.
Il a souligné que le plan national de prévention des incendies, a contribué à la baisse du nombre des incendies, moyennant le renforcement des ressources humaines et l’acquisition de nouveaux équipements de pointe.
Le parc de la protection civile a été renforcé, récemment, par de nouveaux camions dans le cadre de la coopération tuniso-française et tuniso-allemande.
Le ministère de l’agriculture s’est doté de 53 camions dont 32 nouveaux camions, outre la signature d’un contrat d’achat de 100 véhicules supplémentaires.
Abid a appelé les habitants des forêts et les estivants à prendre les précautions nécessaires et à contacter les autorités concernées dès le déclenchement d’un incendie.

par -
0
Une secousse tellurique a été ressentie vendredi soir dans le gouvernorat de Gafsa. Le tremblement d’une magnitude de 2

Incendies, destructions, glissement de terrain ont tué au moins dix-neuf personnes et semé l’angoisse toute la nuit de vendredi à samedi dans le sud-ouest du Japon, à nouveau frappé par un violent séisme de magnitude 7,0.

«Des incendies ont éclaté en beaucoup d’endroits» et de «graves dommages sont constatés dans de vastes zones», a annoncé le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga, citant 76 cas de personnes soit bloquées soit enterrées vives sous des décombres. Le quotidien Mainichi Shimbun évoque le chiffre de 19 morts dans la nuit de vendredi à samedi, soit 28 personnes tuées en tout depuis les premières secousses jeudi.

L’avis de risque de tsunami émis dans la nuit de vendredi à samedi par l’agence de météorologie a été levé. Les autorités appellent toutefois à la vigilance en raison de la fréquence exceptionnelle des séismes depuis plus de 24 heures dans cette région de Kumamoto. Ce nouveau tremblement de terre est le plus fort enregistré depuis une série meurtrière de plus de 100 secousses qui touchent l’île de Kyushu et plus particulièrement la préfecture de Kumamoto depuis jeudi soir.

par -
0

Entre 4000 et 4500 hectares de forêts ont été incendiés, durant les années 2013 et 2014 et de 1500 à 2000 hectares ont subi des agressions et des actes de vandalisme, soit presque le quadruple par rapport à la période d’avant la révolution de 2011 (1200 à 1500 hectares de forêts incendiés et entre 800 et 1000 hectares agressés). Face à ces pratiques hostiles à un milieu forestier qui assure, pourtant, un rôle socio-économique important et où habite environ 1 million de personnes en Tunisie (10% de la population), l’Etat doit mettre en place une stratégie de conservation et de protection de ce milieu naturel, qui offre, à travers l’exploitation de divers produits forestiers non ligneux (romarain, pin d’Alep, thym…), des sources de revenus pour des milliers de familles tunisiennes.
Selon le directeur général des forêts (Ministère de l’Agriculture), Youssef Saâdani, les forêts tunisiennes assurent à l’Etat, des revenus annuels estimés à 15 millions de dinars.
« Ce n’est qu’une infime partie de la valeur des produit set des services directs et indirects offerts par le secteur forestier et pastoral, laquelle est évaluée à 930 millions de dinars », a-t-il dit dans une déclaration à l’Agence TAP.
Consciente de l’importance des forêts dans la lutte contre les effets des changements climatiques à l’échelle mondiale et nationale, la Tunisie a adhéré au programme REDD (Réduction des émissions provenant de la déforestation et de la dégradation des forêts dans les pays en voie de développement). Il s’agit d’un programme de l’Organisation des Nations Unies en collaboration avec la FAO (Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture), ayant pour objectif de lutter contre la déforestation et la détérioration des milieux pastoraux.
Selon l’ONU, la déforestation au niveau mondial a contribué jusqu’à près d’un cinquième des émissions annuelles de gaz à effet de serre dans les années 1990. Les forêts permettent de sauvegarder la biodiversité et les sols, outre l’atténuation des effets des inondations. Dans le monde, près de 1,6 milliard de personnes  dépendent des forêts pour leurs revenus et leur survie, d’après l’ONU.

Saâdani a indiqué que la valeur des revenus reflète, en outre, la détérioration forestière et la dégradation des pâturages naturels. Selon les dernières études, ces pertes sont estimées à environ 100 millions de dinars. Le directeur général des forêts a mis l’accent sur la nécessité d’identifier une équation qui détermine: « comment investir dans les produits et les services et limiter au même temps la détérioration forestière » .
Il a afffirmé que le système forestier et pastoral possède des réserves et des grandes opportunités à valoriser et développer afin de créer des postes d’emploi, et ce, essentiellement, à travers la création de micro-entreprises. En ce qui concerne l’aspect environnemental des forets, il a fait savoir que le couvert forestier (indicateur important pour les pays) ne dépasse pas en Tunisie 8,3%.
Selon des spécialistes, ce taux est considéré comme «très faible» par rapport à celui des pays du bassin méditerranéen où il varie varie entre 15 et 20%. Saâdani a ajouté que le développement du couvert forestier,  à travers l’intensification du boisement et des initiatives environnementales et la promotion du système forestier et de pâturage, facilitera l’accès de la Tunisie à un certain nombre de financement à l’échelle international, à des crédits avec des conditions souple et permettra au pays d’attirer des investisseurs.
En ce qui concerne l’aspect environnemental des forêts, il a fait savoir que le couvert forestier (indicateur important pour les pays) ne dépasse pas en Tunisie 8,3%. Selon des spécialistes, ce taux est considéré comme «très faible» par rapport à celui des pays du bassin méditerranéen où il varie entre 15 et 20%.
Saâdani a ajouté que le développement dU couvert forestier, à travers l’intensification du boisement, des initiatives environnementales et la promotion du système forestier et de pâturage, facilitera l’accès de la Tunisie à un certain nombre de financements et de crédits à l’échelle internationale, à des conditions souples et permettra au pays d’attirer des investisseurs.

L’accroissement des atteintes contre les forêts en Tunisie met en exergue, selon Saâdani la nécessité de réviser le cadre institutionnel et juridique, de manière à établir un partenariat entre les exploitants des forêts  et les personnes y habitant.
Il y a aussi lieu de prendre conscience que la promotion du secteur forestier n’est pas uniquement la responsabilité de l’Etat, mais un effort commun entre les secteurs privé et public et les composantess de la  société civile, en vue d’une meilleure sensibilisation aux différents aspects de l’environnement.
Des initiatives encourageantes ont vu le jour déjà pour sensibiliser les Tunisiens quant aux attaques répétées contre les forêts au cours de ces dernières années, telles que le lancement par la Direction Générale des Forêts (DGF), du « Pacte pour une Tunisie verte ».
Il s’agit également de la campagne menée, l’année dernière, par le bureau du WWF en Tunisie, sous le slogan « Hâlte aux incendies », lors de laquelle le plus faible nombre d’incendies a été enregistré au cours des cinq dernières années, grâce à une prise de conscience. Par ailleurs, un accord a été conclu avec le ministère de l’Education pour l’aménagement d’espaces verts dans les différentes institutions éducatives, outre un ensemble d’initiatives émanant des associations pour la plantation d’un millions d’arbres.
Le directeur général des forêts a rappelé, à ce sujet, une initiative similaire avec le Comité national olympique (CNOT) pour la plantation d’un million d’arbres sous le signe « un million d’olympiens, un million d’arbres », ainsi que d’autres initiatives en cours dans le cadre du partenariat entre la DGF et des entreprises publiques, notamment, la Société nationale d’exploitation et de distribution des eaux (SONEDE).

TAP

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
La Fédération Wallonie-Bruxelles a inauguré le 18 janvier un nouvel établissement scolaire belge à Dar Bouazza, et posé la première pierre de la future...