Tags Posts tagged with "industrie"

industrie

par -

Les centres techniques tunisiens opérant dans le textile, le cuir et chaussures, le bois, la chimie, l’agroalimentaire, les industries mécaniques et électriques, les matériaux de construction et l’emballage sont presque vidés de leurs cadres. Ceux-ci, peu motivés et découragés par des bas salaires, sont partis travailler pour le compte des privés, a indiqué Ridha Klai, directeur général de l’Infrastructure Industrielle et Technologique au ministère de l’Industrie, lors d’un séminaire organisé, vendredi, à Tunis, sur « les centres techniques: états des lieux et stratégies de développement ». Le responsable a indiqué qu’un statut des centres techniques sera bientôt mis en place et des contrats par objectifs qui détermineront les responsabilités du ministère et celles des centres, seront conclus à cet effet.

Le président du Centre Technique de l’industrie du Bois et de l’Ameublement (CETIBA), Khaled Sellami, a expliqué, à ce sujet, que « l’aspect administratif qui a été imposé aux centres techniques ne permet pas à ces centres d’assurer de manière efficace leurs missions. En outre, les statuts appliqués au personnel sont inappropriés à leur fonctionnement et ne favorisent pas le recrutement et la fidélisation des compétences ».
Il est revenu, dans ce contexte, sur le décret d’application, daté du 13 mars 1995, portant fixation du statut-type des centres techniques dans les secteurs industriels, précisant que ce décret a consacré l’autorité de l’administration, alors que la loi n° 94-123 du 28 novembre 1994, considère les centres techniques comme personne morale d’intérêt économique publique gérée en partenariat public privé (PPP).

Une étude stratégique sur les centres techniques réalisée en coopération avec l’UE et l’UTICA a déjà cité cette faiblesse au niveau de l’organisation des centres techniques et d’autres lacunes concernant le manque d’équipements, de laboratoires ainsi que l’absence de synergie entre les centres techniques et l’autorité de tutelle.
Intervenant à cette rencontre, la ministre conseiller, chef de coopération à la délégation de l’Union européenne en Tunisie, Armelle Lidou, a indiqué que l’étude réalisée sur les centres techniques tunisiens moyennant un financement de l’UE, de l’ordre de 200 millions euros (don) prévoit plusieurs actions basées sur des recommandations liées à la bonne gouvernance, à la la gestion et aux statuts.
Elle a fait savoir qu’un programme d’appui industriel et agricole en cours d’élaboration sera lancé en 2018, lequel cible les centres techniques et vise à améliorer la compétitivité de l’industrie tunisienne via la modernisation des normes techniques. « Les centres techniques sont des dispositifs qui aident l’industrie tunisienne à se conformer aux normes techniques internationales et partant faciliter l’accès des produits locaux aux marchés internationaux et promouvoir le commerce et les exportations », a indiqué la responsable européenne.

D’après le ministère de l’Industrie et du Commerce, les centres techniques ont accompagné 3000 entreprises en 2016 contre 1000 entreprises entre 2008-2009. Leur chiffre d’affaires a augmenté de 50% durant les 7 dernières années, pour atteindre 10 milliards.
Des accords de partenariat ont été signés, en marge de ce séminaire, entre le ministère de l’Industrie et du Commerce et les 8 centres techniques, en vue de réaliser des études stratégiques et sectorielles pour la période 2017-2019. Ces études devraient déboucher sur des politiques visant à développer les secteurs ciblés.

par -

Selon les derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII), les investissements déclarés dans le secteur industriel ont atteint le montant de 1404.6 MD durant les trois premiers mois de cette année, contre 900.3 MD au cours de la même période de l’année dernière, enregistrant ainsi une augmentation de 56%.

Le nombre des projets déclarés a atteint 1216 au cours des trois premiers mois 2017 contre 1024 en 2016, soit une hausse de 18.8%. Ces projets permettront la création de 20748 postes d’emplois, contre 15071 postes d’emplois en 2016, soit une augmentation de 37.7%.

Durant le mois de mars 2017, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint le montant de 997.5 MD, contre 308.9 MD durant le premier trimestre de 2016, enregistrant ainsi une augmentation de 222.9%.

Par ailleurs, le nombre de projets déclarés a atteint 611 au cours du mois de mars 2017 contre 412 en mars 2016, soit une hausse de 48.3%. Ces projets permettront la création de 12626 postes d’emplois, contre 6409 postes d’emplois lors du mois de mars 2016, soit une augmentation de 97%

par -

La direction locale de l’industrie et des mines a annoncé que le secteur des mines de la wilaya d’Illizi a été renforcé par sept nouveaux sites miniers, a-t-on appris de APS.

Des appels d’offres d’exploitation de ces sites miniers ont été déjà lancés, en plus de l’engament des procédures administratives afférentes au niveau de l’agence nationale des activités minières.

Six sites ont été retenus pour la création de carrières à travers certaines communes de la wilaya, tandis que le septième, localisé dans la commune de Bordj Omar Driss, est destiné à l’industrie de briqueterie, a affirmé la même source.

La wilaya d’Illizi, qui compte actuellement six carrières exploitées par des entreprises spécialisées à travers différentes communes, enregistre la réalisation en cours de projets, publics et privés, versés notamment dans les activités gazières, les travaux publics et la production de carrelages.

par -

Le ministre de l’industrie et du Commerce, Zied Laadhari, a fait savoir que 80% des produits importés de Turquie ont une vraie utilité pour la Tunisie..

Et d’ajouter que des appareils et des machines industriels font partie de ces produits importés, vu que les usines tunisiennes recherchent le rapport entre la qualité et le prix.

Ce n’est pas la première fois que Laadhari défend de la sorte les produits turcs, il avait déclaré dernièrement que si la Turquie prospère en Tunisie, c’est parceque ce qu’elle propose est de qualité, compétitif et que le pays a une vraie stratégie de pénétration sur notre marché, ce qui n’est pas le cas de la Tunisie. Rappelons également que l’ex-secrétaire d’Etat au Commerce, Fayçal Hafiane, avait été limogé principalement pour avoir crié sur les toits le poids de la Turquie dans le déficit commercial de la Tunisie et pour avoir critiqué son patron, Zied Laadhari, pour son inaction face à cette « invasion turque »…

par -

Il semble que la morosité étreigne le pays, obstinément ; en témoignent les chiffres de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII) qui viennent d’être publiés. Des chiffres qui illustrent clairement la situation lamentable des investissements dans les zones de développement régional. De très fortes baisses ont été constatées dans la note de conjoncture de l’APII. Les deux premiers mois de l’année 2017 ont été caractérisés par un recul de 38,1% au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional, avec 145.7 Millions de dinars (MD) contre 235.4 MD durant les deux premiers mois de 2016. La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passée de 39.8% à 35.8% durant les deux premiers mois de 2017. La baisse ainsi enregistrée au niveau des investissements déclarés dans les zones de développement régional est imputable essentiellement aux délégations de développement régional du gouvernorat de Sfax, Kairouan, Zaghouan et Jendouba.

Le nombre de projets bénéficiaires de la prime d’investissement au titre du développement régional est passé de 29 (pour un investissement total de 33.4 MD) à 27 (pour un investissement total de 30.7 MD) durant les deux premiers mois de  2017. Ces projets vont permettre la création de 532 postes d’emplois, contre 560 postes d’emplois durant les deux premiers mois de 2016. La prime d’investissement accordée a atteint 5.9 MD contre 6.1 MD durant les deux premiers mois de 2016, soit une baisse de 3.3%.

Le nombre de projets bénéficiaires de la participation de l’Etat et des primes d’investissement au titre des nouveaux promoteurs et des PME est maintenu constant. Les investissements approuvés relatifs à ces projets sont passés de 5.3 MD durant les deux premiers mois de 2016 à 9.8 MD durant les deux premiers mois de 2017. Ces projets vont permettre la création de 156 postes d’emplois, contre 138 postes d’emplois durant les deux premiers mois de 2016. La participation de l’Etat et les primes d’investissement accordées ont atteint 1.7 MD contre 0.4 MD lors des deux premiers mois de 2016, soit une hausse de 325%.

Le nombre des sociétés juridiquement constituées dans les guichets uniques de l’APII durant les deux premiers mois de 2017 a atteint 969 contre 874 durant la même période de l’année 2016, enregistrant ainsi une hausse de 10.9%. Les sociétés juridiquement constituées dans le secteur industriel ont enregistré une baisse de 5.7%.

Au total, durant les deux premiers mois de 2017, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint le montant de 407 MD, contre 591.3 MD lors des deux premiers mois de 2016, enregistrant ainsi une baisse de 31.2%. Le nombre de projets déclarés a atteint 605 au cours des deux premiers mois de 2017 contre 612 lors des deux premiers mois de 2016, soit une diminution de 1.1%.

Ces projets permettront la création de 8122 postes d’emplois, contre 8662 postes d’emplois durant les deux premiers mois de 2016, soit une régression de 6.2%.

par -

Durant les deux premiers mois 2017, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint le montant de 407 MD, contre 591.3 MD lors des deux premiers mois 2016, enregistrant ainsi une baisse de 31.2%, ont indiqué les derniers chiffres de l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII).

Le nombre de projets déclarés a atteint 605 au cours des deux premiers mois 2017 contre 612 lors des deux premiers mois 2016, soit une diminution de 1.1%.
Ces projets permettront la création de 8122 postes d’emplois, contre 8662 postes d’emplois durant les deux premiers mois 2016, soit une régression de 6.2%.

Le secteur des industries chimiques a affiché un taux d’accroissement positif de 11.1% avec des investissements déclarés de 45 MD durant les deux premiers mois 2017 contre 40.5 MD durant les deux premiers mois 2016. Les investissements déclarés pour le secteur des industries du textile et de l’habillement ont connu une augmentation de 45.3% avec 23.1 MD contre 15.9 MD durant les deux premiers mois 2016.

En contrepartie, le reste des secteurs ont enregistré des résultats négatifs durant les deux premiers mois 2017 à savoir le secteur des industries agroalimentaires, des industries mécaniques et électriques, les  matériaux de construction, la céramique et le verre et les industries diverses.

par -

Le ministère de l’Industrie et du Commerce a démenti les informations qui circulent concernant la libéralisation de l’importation des voitures de luxe.

Dans un communiqué publié ce lundi 17 avril 2017, des sites électroniques ont publié des informations concernant la libéralisation de l’importation des voitures de luxe et commerciales dont la puissance est supérieure à 7 chevaux.

par -

Samir Bachouel, le directeur général de l’Agence de promotion de l’Industrie et de l’Innovation (APII), a assuré que l’agence va intervenir en faveur de 28 projets bloqués afin de les aider à surmonter les difficultés auxquelles ils font face.

Il a par ailleurs ajouté, dans une interview accordée à Africanmanager, qu’il s’agit d’une bonne initiative surtout que le déblocage de ces projets va permettre la création de près de 3 000 nouveaux emplois. Cette initiative s’inscrit, selon lui, dans le cadre de la stratégie élaborée par l’APII sur les projets en panne.

par -

La Chambre syndicale nationale des boulangers a annoncé l’annulation de la grève générale ouverte entamée ce lundi 6 mars 2017 dans la majorité des gouvernorats.

Lors d’une réunion de travail qui a eu lieu ce matin, entre la Chambre syndicale et des représentants du ministère du Commerce et de l’Industrie, un ensemble d’accords concernant les revendications des boulangers ont été signés…

par -

Début d’année morose pour les investissements déclarés dans le secteur de l’industrie. Les chiffres rendus publics récemment par l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII) le confirment. Ces données montrent clairement le recul de l’investissement déclaré par rapport à l’année écoulée. Un recul qui s’explique, en grande partie, par la dégradation du climat des affaires en Tunisie, la situation économique précaire, l’échec des différents gouvernements qui se sont succédé après la Révolution à regagner la confiance des investisseurs et le retard accusé dans l’adoption du nouveau code d’investissement. Durant le mois de janvier 2017, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint le montant de 203.9 MD, contre 223 MD lors du mois de janvier 2016, enregistrant ainsi une baisse de 8.6%.  C’est ce qu’on a pu lire dans le bulletin mensuel de l’APII.

En effet, le nombre des projets déclarés a atteint 298 au cours du mois de janvier 2017 contre 291 en janvier 2016, soit une hausse de 2.4%. Ces projets permettront la création de 4071 postes d’emplois, contre 3812 au mois de janvier 2016, soit une augmentation de 6.8%. Le secteur des industries chimiques a affiché un taux d’accroissement positif de 31.7% et les investissements déclarés pour le secteur des industries diverses ont connu une augmentation de 29.8%. Il en est de même pour le secteur des industries du cuir et de la chaussure, dont les investissements déclarés ont évolué de 180%.

En contrepartie, le reste des secteurs a enregistré des résultats négatifs durant le mois de janvier 2017, à savoir les industries agroalimentaires, mécaniques et électriques, les matériaux de construction, la céramique et le verre, le textile et l’habillement. Les investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices ont par ailleurs enregistré une baisse de 40.1% passant de 67.8 MD à 40.6 MD durant le mois de janvier 2017. Les industries dont la production est orientée vers le marché local ont enregistré une hausse de 5.2% passant de 155.2 MD à 163.3 MD en janvier 2017.

Les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD ont enregistré une baisse de 9.6%, passant de 99.1 MD au cours du mois de janvier 2016 à  89.6 MD en janvier 2017. Ces projets permettront la création de 350 postes d’emplois, contre 425 au mois de janvier 2016,
soit une régression de 17.6%. Il est à signaler que les projets de 5 MD et plus qui ne représentent que 3.0% du nombre des projets déclarés et 8.6% du nombre des emplois totalisent 43.9% de l’ensemble des investissements déclarés.

S’agissant des régions, il ressort que le mois de janvier 2017 a été caractérisé par une baisse au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional de 24.2% avec 77.8 MD contre 102.6 MD en janvier 2016. La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passée de 46.0% à 38.1% durant le mois de janvier 2017. La baisse ainsi enregistrée au niveau des investissements déclarés dans les zones de développement régional est imputable essentiellement au gouvernorat de Zaghouan, Kairouan, Jendouba et Gabes. Le nombre des projets bénéficiaires de la prime d’investissement au titre du développement régional est passé de 16 (pour un investissement total de 19.6 MD) à 12 (pour un investissement total de 11.0 MD) durant au mois de janvier 2017. Ces projets devraient permettre la création de 266 postes d’emplois, contre 337 postes d’emplois durant le mois de janvier 2016. La prime d’investissement accordée a atteint 2.2 MD contre 3.7 MD en janvier 2016, soit une baisse de 41.9%.

En revanche, le nombre des projets bénéficiaires de la participation de l’Etat et des primes d’investissement au titre des nouveaux promoteurs et des PME est passé de 1 (pour un investissement de 0.3 MD) à 3 (pour un investissement total de 9.9 MD) durant le mois de janvier 2017. Ces projets vont permettre la création de 156 postes d’emplois, contre 5 postes d’emplois durant le mois de janvier 2016. La participation de l’Etat et les primes d’investissement accordées ont atteint 1.9 MD contre 0.1 MD au mois de janvier 2016.

par -

L’Agence Française de Développement (AFD) et l’Union Bancaire pour le Commerce et l’Industrie (UBCI), ont signé, mardi 14 février 2017, une ligne de crédit de 15 M€, indique un communiqué de la Banque.

La ligne de crédit SUNREF, le « label finance vert » de l’AFD, a vocation à soutenir l’UBCI dans ses activités de prêteur à moyen et long terme en faveur d’investissements portés par des entreprises tunisiennes en matière de maîtrise de l’énergie, d’efficacité énergétique, de valorisation des déchets et de réduction des pollutions atmosphériques, hydriques et solides.

Le programme SUNREF se donne ainsi pour ambition de soutenir la transition de l’économie tunisienne vers un modèle plus sobre en carbone et moins polluant. Les objectifs spécifiques du programme sont d’accompagner la démarche d’institutions financières et de partenaires tunisiens qui souhaitent financer des investissements de maîtrise de l’énergie et de réduction de la pollution, de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de renforcer la compétitivité du secteur industriel.

Pour Gilles Chausse, directeur de l’AFD Tunisie, ce prêt s’inscrit dans le cadre des engagements pris par le Groupe AFD lors de la conférence Tunisia 2020 de consacrer 200 M€ au soutien de la Tunisie et notamment des acteurs privés tunisiens. Il vient renforcer le partenariat de longue date entre l’UBCI et le Groupe AFD. Il participe au soutien financier de l’AFD à l’axe « Economie verte, pilier du développement durable », promu par le nouveau plan quinquennal tunisien.

Selon Pierre Bérégovoy, Directeur général UBCI, ce financement témoigne de la volonté de l’UBCI de renforcer son accompagnement des entreprises tunisiennes en faveur d’une économie verte et s’inscrit dans le cadre de son engagement fort en faveur du développement du tissu économique tunisien. M. Bérégovoy souligne également que ce type d’opérations s’inscrit dans le cadre d’une politique de partenariats solides entre l’UBCI et les organismes internationaux qui soutiennent le développement de l’économie tunisienne et affirme que d’autres partenariats en faveur des entreprises clientes de l’UBCI, seront annoncés courant les semaines à venir.

par -

Les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ont enregistré une hausse de 82.3% passant de 1266.8 MD au cours de l’année 2015 à 2308.8 MD durant l’année 2016. C’est ce qu’a été indiqué par l’agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII).
Le nombre de ces projets est passé de 108 à 159 au cours de l’année 2016. Ces projets permettront la création de 12318 postes d’emplois, contre 7222 postes d’emplois lors de l’année 2015, soit une progression de 70.6%.
Il est à signaler que les projets de 5 MD et plus qui ne représentent que 5.6% du nombre des projets déclarés et 21.5% du nombre des emplois, totalisent 60.4% de l’ensemble des investissement.

Parmi les 159 projets (I>5 MD) déclarés durant l’année 2016, dix-sept projets ont totalisé un montant d’investissement de 929 MD, soit 40.2% de l’investissement total (I>5 MD).

par -

Durant l’année 2016, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint le montant de 3821.2 MD, contre 2622.8 MD lors de l’année 2015, enregistrant ainsi une hausse de 45.7%. C’est ce qu’a été indiqué par l’agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII). Le nombre de projets déclarés a atteint 3854 au cours de l’année 2016 contre 3330 lors de l’année 2015, soit une augmentation de 15.7%.

Ces projets permettront la création de 57205 postes d’emplois, contre 49957 postes d’emplois durant l’année 2015, soit une progression de 14.5%.
Les investissements déclarés dans le cadre des projets de création sont passés de 1573.6 MD lors de l’année 2015 à 1871.6 MD durant l’année 2016, enregistrant ainsi une hausse de 18.9%. Le nombre de ce type de projets a augmenté de 19.2% en passant de 2404 durant l’année 2015 à 2865 durant l’année 2016. Également, le nombre des emplois à créer a évolué de 9.8% en passant de 35326 postes d’emplois à 38794 durant l’année 2016

par -

Dans un communiqué rendu public, mercredi 25 janvier 2017, le ministère de l’Industrie a fait savoir que la baisse de l’offre des légumes et des fruits au niveau des marchés de gros s’est ressentie suite à la vague de froid qui a touché le pays au cours de la dernière période.

Ainsi, au niveau du marché de Bir El Kassaa, les quantités de légumes ont diminué et les prix de vente ont grimpé entre 8 et 11% à l’exception des prix des tomates qui ont connu une hausse de 600 millimes à 1150 millimes pour le kilo.

Le même communiqué a souligné que la production des tomates et du piment sont dans une période de croisement des saisons. Ajoutons à cela, l’existence de difficultés dans les déplacements des agriculteurs et des commerçants qui approvisionnent les marchés de gros.

par -

Les investissements industriels déclarés auprès de l’Agence de l’Industrie et de l’Innovation (API) ont progressé de 45,7 % en 2016, d’après les dernières statistiques dévoilées à Africanmanager.
Malgré la conjoncture difficile que connait la Tunisie depuis quelques années, les projets déclarés ont atteint 3854, totalisant ainsi 3821.2 millions de dinars permettant de générer 57205 postes d’emplois.
Par secteur, une hausse de 111.4% a été enregistrée dans le secteur des industries mécaniques et électriques, avec des investissements de l’ordre de 693.7 MD.
Le secteur des industries agroalimentaires a aussi le vent en poupe. Les investissements déclarés ont déjà atteint 1472.1 MD, ce qui représente une hausse de 75%.
S’agissant des investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ils ont enregistré une hausse de 82.3%, passant de 1266.8 MD au cours de l’année 2015 à 2308.8 MD durant l’année 2016.
Aussi, les investissements industriels à 100% étrangers ont progressé de 36.6%, passant de 783.2 MD en 2015 à 1070.1 MD durant l’année 2016. Cette hausse est imputable essentiellement à l’augmentation enregistrée au niveau des projets 100% étrangers dont les investissements ont augmenté de 77.2%.
Cette tendance haussière a été aussi affichée au niveau des industries totalement exportatrices. Selon les statistiques, les investissements déclarés ont évolué de 32.9% atteignant 1166.0 MD.
En ce qui concerne les industries dont la production est orientée vers le marché local, elles ont augmenté de 52.1% passant de 1745.7 MD à 2655.2 MD durant la même période.
Dans le même ordre d’idée, les investissements déclarés dans les zones de développement régional ont augmenté de 64.6% totalisant ainsi 2093.2 MD. La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passée de 48.5% à 54.8% durant l’année 2016. Idem pour les déclarations des projets de service où le montant d’investissement déclaré est passé de 1406.8 MD en 2015 à 1628.9 MD en 2016, affichant ainsi une hausse 15.8%. Le nombre des projets déclarés est passé de 9292 à 10012 en 2016, soit une hausse de 7.7%, générant 40629 postes d’emploi.

par -

Selon les informations rapportées par « Reuters », les commandes dans l’industrie ont baissé plus nettement que prévu en novembre en raison d’une demande faible dans le pays et à l’exportation.

Le ministère de l’Economie allemand a indiqué que ces commandes, qui marquent une pause après leur forte hausse du mois précédent, ont ainsi diminué de 2,5% en novembre, leur plus forte baisse mensuelle depuis novembre 2014 et alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé en moyenne un recul de 2,3% d’un mois sur l’autre.

En outre, le rythme d’augmentation des commandes d’octobre a été révisé en hausse par rapport à ce qui avait été initialement donné, à 5,0% au lieu de 4,9%. Il s’agit de la plus forte hausse mensuelle depuis juillet 2014.

Toujours selon la même source, les commandes en provenance de l’Allemagne ont baissé de 2,8% en novembre tandis que celles en provenance de l’étranger ont diminué de 2,3%, avec une demande des pays de la zone euro en baisse de 2,7%.

par -

Le Parlement chinois a adopté, dimanche, une loi instaurant pour la première fois, à partir de 2018, une taxe spécifique sur la pollution industrielle, rapporte « Les Echos ».

Les usines verseront 1,2 yuan (0,16 euro) par unité de pollution atmosphérique, 1,4 yuan par unité de pollution de l’eau, 5 yuans par tonne de charbon gaspillé et 1.000 yuans par tonne de « déchet dangereux.

D’après la même source, cette nouvelle loi a été votée par le comité permanent du parlement chinois, quelques jours après une vague de pollution atmosphérique qui a mis une partie du nord de la Chine en alerte rouge pendant six jours.

par -

Les investissements déclarés dans l’Industrie durant les 11 mois 2016 ont connu une hausse de 23,8% par rapport à la même période de 2015. Cette hausse est imputable principalement aux secteurs de l’agroalimentaire, des matériaux de construction, des industries mécaniques et électriques, des industries chimiques et du textile-habillement. Par ailleurs, les investissements déclarés dans les services durant les 11 mois  de 2016 ont évolué de 17,4% par rapport à la même période de 2015.

A vrai dire,  2016 a été une année satisfaisante au niveau de la reprise des intentions d’investissement dans l’industrie. Cette tendance à la hausse a été d’ailleurs constatée durant tous les mois de cette année. Au cours des dix premiers mois 2016, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint le montant de 2639.7 MD, contre 2020 MD lors des dix premiers mois 2015, enregistrant ainsi une hausse de 30.7%. Le nombre de projets déclarés a atteint 2979 au cours des dix premiers mois 2016 contre 2748 lors des dix premiers mois 2015, soit une augmentation de 8.4%. Ces projets permettront la création de 43777 postes d’emplois, contre 40895 postes d’emplois durant les dix premiers mois 2015, soit une progression de 7%.

Le secteur des industries mécaniques et électriques a enregistré une augmentation de 111.6% durant les dix premiers mois 2016 avec des investissements déclarés de 538 MD contre 254.3 MD durant les dix premiers mois 2015. Le secteur des industries agroalimentaires a affiché un taux d’accroissement positif de 63.0% avec des investissements déclarés de 1020 MD durant les dix premiers mois 2016 contre 625.7 MD en 2015. Le secteur des industries chimiques a évolué de 11.4% avec des investissements déclarés de 250.5 MD  durant les dix premiers mois 2016 contre 224.8 MD. Il en est même pour le secteur des industries des matériaux de construction, de la céramique et du verre dont les investissements ont augmenté de 3.7%.

En revanche, les autres secteurs ont enregistré des résultats négatifs durant les dix premiers mois 2016, à savoir : Le secteur des industries diverses, le secteur des industries du textile et de l’habillement et celui des industries du cuir et de la chaussure.

Les investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices ont enregistré une hausse de 21.6% passant de 696 MD à 846.3 MD durant les dix premiers mois 2016.  Les industries dont la production est orientée vers le marché local ont enregistré une augmentation de 35.5% passant de 1324.0 MD à 1793.4 MD durant les dix premiers mois 2016.

Les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ont enregistré une hausse de 60.7% passant de 949.6 MD au cours des dix premiers mois 2015 à 1525.6 MD durant les dix premiers mois 2016. Le nombre de ces projets est passé de 86 à 110 au cours des dix premiers mois 2016. Ces projets permettront la création  de 9369 postes d’emplois, contre 5390 postes d’emplois lors des dix premiers mois 2015, soit une progression de 73.8%.

Il est à signaler que les projets de 5 MD et plus qui ne représentent que 3.7% du nombre des projets déclarés et 21.4% du nombre des emplois, totalisent 57.8% de l’ensemble des investissements déclarés.

par -

L’investissement déclaré dans le secteur industriel a enregistré une hausse de 30,7% entre 2015 et 2016 (10 mois), pour atteindre 2639, 7 millions de dinars (MD), selon la note de conjoncture publiée par l’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII), pour le mois d’octobre 2016.
L’analyse des investissements déclarés par secteur montre que les industries mécaniques et électriques ont enregistré la hausse la plus importante des intentions d’investissement , soit +111,6%, à 538 MD, suite aux déclarations d’extension d’une unité totalement exportatrice de fabrication de pièces mécaniques pour le secteur aéronautique (67,6 MD avec un capital mixte), d’une unité de fabrication de fer à béton (40 MD) et d’une unité totalement exportatrice de fabrication de pièces de structure aéronautique (35,6 MD avec un capital 100% étranger), ainsi de la création d’une fonderie totalement exportatrice (25 MD).
Les industries agroalimentaires ont affiché un taux d’accroissement positif de 63% et celles chimiques ont évolué de 11,4% alors que le secteur des industries des matériaux de construction, de la céramique et du verre a progressé de seulement 3,7%.
Chute des investissements déclarés dans les industries du cuir et le textile
En contrepartie, les investissements déclarés dans les industries du cuir et de la chaussure ont enregistré, durant les dix premiers mois 2016, un résultat négatif avec une baisse de 62,1% pour atteindre 9,9 MD (déclarations de la création d’une tannerie et mégisserie -8,1 MD- et de deux extensions de deux unités de fabrication de tiges et d’accessoires de chaussures-7,4 MD-). Idem pour les industries du textile et de l’habillement qui ont reculé de 31,4%, à 108,4 MD.
Le nombre de projets déclarés a atteint, au cours des dix premiers mois 2016, 2979 contre 2748 lors de la même période 2015, soit une hausse de 8,4%. Ces projets permettraient la création de 43 777 postes d’emploi.
Les investissements déclarés dans le cadre des projets de création ont atteint, durant les 10 premiers mois 2016, 1367,5 MD, enregistrant ainsi une hausse de 16,4%. La création de projets devrait progresser de 10,6%, en passant de 2003 nouveaux projets en 2015, à 2216, en 2016 (10 mois). Egalement, le nombre des emplois à créer a évolué de 5,1%, à 30 200 postes d’emploi.
Les intentions d’investissements enregistrées dans le cadre des projets autres que création (extension, renouvellement de matériel,…) ont atteint 1272,2 MD, soit 50,6% de plus que le volume enregistré lors des dix premiers mois 2015. Le nombre de ces projets a augmenté de 2,4% pour atteindre, durant les dix premiers mois 2016, 763 et les emplois y afférents ont progressé de 11,6% avec 13577 postes d’emploi.
Les investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices en progression de 21,6%
Les investissements déclarés dans les industries totalement exportatrices ont enregistré, durant les dix premiers mois 2016, une hausse de 21,6% pour atteindre 846,3 MD, résultant de la progression annoncée des investissements dans les industries mécaniques et électriques (324,3 MD contre 112,6MD), essentiellement suite aux déclarations de l’extension d’une unité de fabrication de pièces mécaniques pour le secteur aéronautique (67,6 MD), d’une unité de fabrication de pièces de structure aéronautique (35,6 MD) et d’une unité de fabrication de pièces détachées et accessoires pour l’industrie automobile (20,2 MD).
De même, pour le secteur des industries agroalimentaires dont les investissements déclarés dans le cadre du régime totalement exportateur ont augmenté de 25,7% pour atteindre 183,3 MD. Cette croissance est expliquée par la déclaration de la création d’une conserverie de tomates (51,2 MD) et de l’extension d’une brasserie (14,5 MD).
Les investissements déclarés dans le cadre du régime totalement exportateur des industries chimiques ont évolué de 7,5%, avec 121,4 MD principalement suite aux déclarations de l’extension d’une unité de fabrication des engrais composés (60 MD) et de la création d’une unité de transformation des phosphates naturels et fabrication des dérivés des phosphates (12MD).
Les industries dont la production est orientée vers le marché local ont, de leur côté, augmenté de 35,5%, etteignant 1793,4 MD.
L’investissement déclaré dans le secteur des services a connu une croissance de 13% pour atteindre 1243,4 MD. Le nombre de projets déclarés s’élève à 8290 (+ 5, 6%) et ils permettraient la création de 33 074 postes d’emploi.

par -

Après plusieurs mois de blocage, les investissements déclarés dans l’industrie commencent à reprendre des couleurs. Les neuf premiers mois 2016 ont été caractérisés par une hausse au niveau de l’investissement déclaré dans les zones de développement régional de 47.8% avec 1165.0 MD contre 788.9 MD lors de la période correspondante de 2015. La part de ces zones dans l’ensemble des gouvernorats est passée de 42.1% à 49.2% durant les neuf premiers mois 2016, selon les chiffres de l’agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII). L’augmentation ainsi enregistrée au niveau des investissements déclarés dans les zones de développement régional est imputable essentiellement au gouvernorat de Siliana dont les investissements ont atteint 140.5 MD. De même, les investissements déclarés dans le gouvernorat de Kairouan sont passés de 46.2 MD à 104.9 MD. ll en est de même pour le gouvernorat de Jendouba où les investissements ont atteint 128.6 MD, contre 11.8 MD durant les neuf premiers mois 2015. Également, les investissements déclarés dans le gouvernorat du Kef sont passés de 10.5MD à 103.8 MD durant les neuf premiers mois 2016, principalement suite à la déclaration de la création d’une unité de production de lait en poudre pour un montant de 89.8 MD.

Aussi, les investissements déclarés dans le gouvernorat de Gafsa ont augmenté de 45.3 MD à 83.4MD durant les neuf premiers mois 2016, notamment suite à la déclaration de de création d’une unité de fabrication et de transformation de plâtre pour un montant de 24.5 MD. Similairement, le gouvernorat de Kébili a enregistré une augmentation au niveau des investissements déclarés qui sont passés de 3 MD à 23.1 MD durant les neuf premiers mois 2016.

Le nombre de projets bénéficiaires de la prime d’investissement au titre du développement régional est passé de 186 (pour un investissement total de 392.6 MD) à 157 projets (pour un investissement total de 250.6 MD) durant les neuf premiers mois 2016. Ces projets vont permettre la création de 3787 postes d’emplois, contre 4252 postes d’emplois durant les neuf premiers mois 2015. La prime d’investissement accordée a atteint 36.6 MD contre 42.3 MD lors des neuf premiers mois 2015, soit une baisse de 13.5%.

Le nombre de projets bénéficiaires de la participation de l’Etat et des primes d’investissement au titre des nouveaux promoteurs et des PME est passé de 34 (pour un investissement de 66.6 MD) à 21 projets (pour un investissement total de 60.7MD) durant les neuf premiers mois 2016. Ces projets vont permettre la création de 520 postes d’emplois, contre 932 postes d’emplois durant les neuf premiers mois 2015. La participation de l’Etat et les primes d’investissement accordées ont atteint 5.0MD contre 10.4MD lors des neuf premiers mois 2015, soit une diminution de 51.9%.

Le nombre des sociétés juridiquement constituées dans les guichets uniques de l’Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation lors des neuf premiers mois 2016 a atteint 5378 contre 4579 lors de la même période de l’année 2015, enregistrant ainsi une hausse de 17.4%.

Au total, durant les neuf premiers mois 2016, l’investissement déclaré dans le secteur industriel a atteint le montant de 2371.4 MD, contre 1874.2 MD lors des neuf premiers mois 2015, enregistrant ainsi une hausse de 26.5%. Le nombre de projets déclarés a atteint 2673 au cours des neuf premiers mois 2016 contre 2504 lors des neuf premiers mois 2015, soit une augmentation de 6.7%.  Ces projets permettront la création de 39279 postes d’emplois, contre 37043 postes d’emplois durant les neuf premiers mois 2015, soit une progression de 6%.

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

Selon un nouveau rapport présenté aujourd'hui lors d'une conférence, le commerce transfrontalier informel en Afrique pourrait contribuer à l'amélioration des moyens d'existence et à...

SPORT

Reseaux Sociaux