Tags Posts tagged with "infrastructures"

infrastructures

par -

Le président américain, Donald Trump, ne va pas lésiner sur les dépenses, pour les infrastructures. Il a décidé d’y injecter 200 milliards de dollars (près de 180 milliards d’euros), sur dix ans. Ce projet est contenu dans son premier budget, qui sera dévoilé mardi 23 mai 2017, rapporte Reuters ce vendredi.

L’homme d’affaires a un plan : miser sur les infrastructures pour doper d’autres investissements, privés et publics. Une logique économique imparable qui d’habitude fonctionne. Enfin si d’ici là une autre crise ne vient pas saper les fondements de l’orientation de Trump…

Le président américain avait déjà pris l’engagement, il y a un moment, de décaisser 1.000 milliards de dollars, sur 10 ans, pour refaire à neuf les routes, ponts, aéroports, réseaux électriques et systèmes de distribution d’eau des USA, qui ont besoin d’un sacré coup de lifting. Pour le moment on est loin de ce montant colossal, mais 200 milliards c’est pas mal tout de même !

par -

La Grande-Bretagne a accepté d’accorder à l’Irak des prêts totalisant 10 milliards de livres sterling (11,57 milliards d’euros) sur une période de dix ans pour financer d’importants projets d’infrastructure, a annoncé Reuters.

Seules des compagnies britanniques seront autorisées à nouer des contrats avec les autorités irakiennes dans le cadre de ces projets.

Certains d’entre eux se situeront dans les secteurs des égouts et de l’approvisionnement en eau.

Quatorze ans après la chute de Saddam Hussein et l’invasion militaire conduite par les Etats-Unis, l’Irak souffre toujours de gros problèmes d’infrastructure, notamment dans les services d’eau et d’électricité. Le pays manque aussi d’hôpitaux et d’écoles.

par -

Six nouveaux barrages entreront en service en 2017 en Algérie dont le barrage de Mellague dans la wilaya de Tébessa dont la réception est prévue dans les jours à venir, rapporte l’agence APS.

Ces infrastructures viennent ainsi s’ajouter au parc national des barrages qui compte actuellement 75 barrages contre 31 en 1999.Cinq autres barrages seront opérationnels lors du deuxième semestre 2017 outre la réalisation de cinq autres d’ici à 2019 sans pour autant, définir les régions qui en bénéficieront, a indiqué la même source.

par -

Le gouvernement nigérian accuse des pays occidentaux de bloquer sa politique de développement des infrastructures d’énergie en raison de préoccupations environnementales, a rapporté ce jeudi 6 octobre 2016 la chaîne BBC.

« On nous empêche de construire une centrale électrique à charbon, parce qu’il ne s’agit pas d’énergie verte. C’est injuste dans la mesure où l’industrialisation des pays occidentaux repose sur l’énergie produite avec le charbon », a soutenu la ministre nigériane des Finances, Kemi Adeosun.

L’électrification est une priorité pour le Nigeria, mais des partenaires occidentaux sont en train d’anéantir les efforts fournis par ce pays en vue de la réalisation de ses projets de production d’énergie, selon Mme Adeosun.

Elle a dénoncé l’attitude des partenaires de son pays, en marge d’une réunion annuelle du Fonds monétaire international. »Nous voulons construire une centrale électrique à charbon, parce que nous avons un pays béni avec le charbon.  Mais nous avons un problème. On n’a pas besoin d’être un génie pour savoir qu’il est logique pour nous d’avoir une centrale électrique à charbon », a dit Kemi Adeosun.

par -
Le ministère de l’Agriculture

L’américain Blumberg Grain est en contact avec l’OAIC pour construire des infrastructures horizontales de stockage de céréales de haute technologie qui peuvent contenir jusqu’à un million de tonnes, a annoncé ce jeudi 22 septembre 2016 le site « Liberté-algérie ».

Ces nouvelles installations de stockage contribueraient à réduire les pertes post-récolte de 35% à moins de 5%, ce qui devrait procurer au gouvernement algérien un gain de près de 119 millions de dollars par an.

Pour rappel, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait rencontré en avril dernier lors de son déplacement à Washington le PDG de Blumberg Grain, Philip Blumberg, un leader mondial dans le domaine de la sécurité alimentaire, a ajouté la même source.

par -

La Chine et la Banque mondiale ont monté un nouvel organisme pour financer les projets d’infrastructure en Afrique. L’annonce a été faite très récemment, à travers un communiqué, par le gouvernement chinois. La nouvelle structure a été dénommée China Overseas Infrastructure Development and Investment Corporation Ltd (COIDIC), un nom kilométrique ; son capital est proportionnel : 500 millions de dollars.

D’après le texte du communiqué, la nouvelle structure va appuyer les projets d’infrastructure dans toutes les étapes de leur développement, de leur élaboration à leur entrée en activité, en passant par les études de faisabilité et la collecte des financements.

On a appris également que les actionnaires de la COIDIC sont des banques et entreprises chinoises, dont la China Development Bank (CDB), le Fonds de développement Chine-Afrique (CADFund) et le China Gezhouba Group Overseas Investment.

«A travers cette nouvelle structure, nous cherchons à montrer que les Chinois et des institutions occidentales peuvent faire équipe pour soutenir des projets d’infrastructures dans les pays en développement», a indiqué le directeur général adjoint de la COIDIC, Nicholas Mitsos.
«Une fois ces projets achevés, les investisseurs et les prêteurs peuvent obtenir des rendements élevés en cédant leurs participations à des fonds de pension, des compagnies d’assurances et d’autres investisseurs institutionnels à la recherche d’actifs plus rentables que les obligations souveraines», a-t-il ajouté. Toujours selon lui, la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (AIIB) et la New Development Bank (NDB), la structure de développement mise en place par les pays membres du groupe des BRICS, seront sollicitées pour soutenir des programmes.

par -

Les autorités libyennes ont fort à faire avec les terroristes de Daech et les autres groupes armés, mais elles n’en oublient pas pour autant le volet économique, une des voies pour la stabilisation et la pacification du pays. Hier jeudi 04 août 2016 à Rabat, au Maroc, le ministre libyen des Transports du gouvernement d’entente nationale, Milad Mohamed Maâtoug, a rencontré le ministre marocain de l’Equipement, du Transport et de la Logistique, Aziz Rabbah, pour plancher sur les dispositifs à même d’intensifier le partenariat bilatéral, notamment dans les secteurs des transports et des infrastructures.

Le ministre libyen a fait le déplacement avec une délégation et a entamé son séjour le 3 août 2016, visite qui s’achève ce vendredi 5 août, rapporte l’agence de presse chinoise Xinhua.

Par ailleurs M. Maâtoug a exprimé la gratitude de la Libye à l’endroit du Maroc pour son rôle très actif dans la réconciliation des parties libyennes en conflit. Il a magnifié « la position et le rôle historique que le Maroc a joué à l’égard du peuple libyen ». Il a déclaré que les deux pays partagent les mêmes orientations économiques et stratégiques, avant d’inviter les entreprises marocaines à « s’intéresser au marché libyen qui s’avère prometteur, surtout que la Libye se trouve en pleine phase de reconstruction ».

Quant au ministre marocain, il a fait savoir que son pays a la ferme volonté de donner un coup d’accélérateur à la coopération économique entre les deux nations, notamment dans les domaines de la logistique et des transports aérien et maritime. Il a indiqué que les autorités libyennes sont dans le même état d’esprit et ont émis le souhait de rétablir les liaisons aériennes avec le Maroc.

par -

Selon un communiqué de la présidence du gouvernement, un Conseil Ministériel Restreint tenu, lundi à la Kasbah, a été consacré au suivi de la réalisation des décisions relatives aux projets d’infrastructure, agricoles, environnementaux et dans le domaine de la santé, dans le gouvernorat de Sidi Bouzid.

Selon un communiqué ces projets et décisions concernent :

-La cimenterie de Rimadi à Mezzouna

-La Société d’exploitation des Phosphates, dans la mine de Meknassi

-Les zones industrielles d’Oum Laadham et Lessouda

-La création d’un grand marché de production, sous la tutelle du ministère du commerce

-La réalisation du plan directeur de l’hôpital régional de Sidi Bouzid

-La mise en place de deux directions régionales de l’agriculture et de l’huile et le parachèvement de la mise en place des directions régionales de l’environnement, de la justice et de l’aménagement industriel

-Le parachèvement du service de chirurgie générale à Meknassi et du service de chirurgie et de la salle des opérations à Regueb en juillet 2016

-Le démarrage des travaux du musée de la Révolution

-La mise en place des structures de sécurité sociale à Meknassi et Sidi Ali Ben Aoun

-Le démarrage des travaux de l’autoroute Tunis/Jilma

-Le lancement des travaux de la station d’assainissement de Meknassi après un blocage de 6 ans

Le communiqué stipule également que le chef du gouvernement a souligné dans ce cadre la nécessité d’accélérer la réalisation des autres projets bloqués dans la région à cause des problèmes fonciers ou du manque de financements.

par -

« Les délais de réalisation des projets d’infrastructure (routes, ponts et échangeurs) sont respectés et il est prévu qu’ils seront achevés avant même  les dates fixées ». C’est le ministre de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement territorial Mohamed Salah Arfaoui qui l’a affirmé ce jeudi 18 févier, en marge d’une visite sur le  terrain au cours de laquelle il a pris connaissance de l’avancement des travaux de 4 projets dans les gouvernorats de Tunis et de l’Ariana.

Accompagné de plusieurs députés de l’ARP et un nombre important des journalistes, le ministre a souligné à cette occasion que les projets bloqués ont été repris et la majorité des problèmes financiers ont été résolus.

Taux d’avancement positif…

La visite de terrain a démarré vers 9h00  par le projet de réalisation d’un échangeur au niveau du croisement de la route nationale numéro 5 et la route régionale numéro 21 dans la région de Borj dont les travaux ont démarré en juin 2015 et devraient se terminer en 2017.

Africanmanager et d’autres médias ont pris connaissance de l’avancement des travaux. Le directeur des grands projets au département de l’Equipement a, cet effet, fait savoir que le taux d’avancement de ce projet est estimé à 25%.

« Nous voulons achever le projet dans les délais surtout qu’on a réussi à surmonter les différents problèmes fonciers », a-t-il expliqué. Et de rappeler que ce projet dont le coût est estimé à 42 MD revêt une importance particulière d’autant qu’il vise à améliorer la fluidité de la circulation routière.

La visite a concerné aussi le projet de protection des villes de Tunis-ouest contre les inondations. Le directeur de l’hydraulique urbaine, Nejib Ben Chikha a dans ce cadre assuré que le taux d’avancement des travaux est jugé positif étant  estimé à 33%.

Ce projet mobilisant  une enveloppe de 800 millions de dinars  a démarré le 31 octobre 2015 et devrait s’achever en 2017, selon le responsable qui a tenu à préciser qu’il concerne plusieurs cités des  plus exposées aux inondations. Ce sont celles de Mnihla, Al Intilaka, Ettadhamen, Ibn Sina, Kassar Saïd, Douar Hicher, la Manouba, Khaznadar, Denden, Ezzouhour, Zahrouni, le Bardo, Sidi Hassine Sedjoumi  en plus d’autres cités aux alentours  du marais de Sedjoumi.

Outre ce projet, la visite était aussi l’occasion pour prendre connaissance de l’avancement des travaux de la réalisation d’une liaison GP1 à Borj Cedria-autoroute A1

« Les travaux qui ont commencé en avril 2015 avancent à  40% et on prévoit de les finir fin 2016 surtout qu’on a réussi à surmonter les problèmes financiers», a, de son côté,  estimé le directeur régional de l’équipement à Ben Arous tout en mettant l’accent sur l’importance du projet d’ une enveloppe de 33,7 millions de dinars qui vise à faciliter et sécuriser le trafic au niveau de la route nationale N1 tout en créant une liaison rapide reliant les régions du cap bon avec Tunis.

Outre ce projet, on a visité le projet de réalisation de l’échangeur Mahmoud Matrri où il a été assuré que les travaux prendront fin même avant les délais prévus.

D’après le directeur régional de l’équipement et de l’Habitat à Arianna, ce projet dont les travaux ont été lancés en 2015 continuent à avancer de façon considérable (55%), ce qui  va résoudre le problème de densité de trafic routier en permettant une meilleure fluidité de la circulation au niveau de la route X20.

Il est à noter que le coût de ce projet est estimé à 16 millions de dinars

L’amendement du projet de loi sur l’expropriation est une nécessité…

Sur un autre plan, le ministre de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement territorial, Mohamed Salah Arfaoui a appelé l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) à accélérer l’examen du projet de loi portant amendement de la loi 85-1975 relative à la révision de l’expropriation pour cause d’utilité publique.

D’après le ministre, c’est une démarche importante permettant de réaliser de nouveaux projets tout en protégeant les intérêts des citoyens.

De son côté, la commission de l’industrie, de l’énergie, des richesses naturelles, de l’infrastructure et l’environnement a réagi à cet appel indiquant par la voix de son président Ameur Laaraeydh que ce projet de loi sera prochainement examiné par les commissions concernées avant de passer à l’adoption.

Ameur Laaraeydh a par ailleurs indiqué à Africanmanager qu’un rapport sera élaboré sur cette visite de terrain qui a touché plusieurs projets en cours de réalisation dans les régions de Tunis.

par -

Lors d’une conférence de presse tenue jeudi au Palais du gouvernement à la Kasbah, le ministre de l’Équipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, Mohamed Salah Arfaoui, a affirmé que 95% des problèmes d’ordre administratif et conjoncturel, ont été résolus.Arfaoui a dressé au cours de la conférence, un bilan des principales réalisations mais aussi des difficultés rencontrées par son département dans la réalisation des projets d’infrastructure bloqués (ponts et routes).

Le ministre de l’Équipement a déclaré que ses dernières priorités ont essentiellement porté sur la réalisation et la mise en œuvre de 80 projets de grandes envergures d’une valeur globale estimée à 2 500 Millions de Dinars

Mohamed  Salah Arfaoui a fait observer que seuls 65 projets ont fini par voir le jour, alors que les 15 restants sont encore bloqués à cause de problèmes d’ordre essentiellement foncier.

Afin de débloquer la situation, le ministre a assuré qu’une refonte de cadre juridique est en vue et sera prochainement en discussion à l’Assemblée des Représentants du peuple.

Concernant les projections futures du ministère, Mohamed  Salah Arfaoui a confié qu’un programme de développement au profit des différentes régions sera pris en compte dans la Loi des finances complémentaire 2016, ajoutant que la priorité sera donnée à partir de l’année prochaine aux autoroutes reliant Tunis-Sidi Bouzid-Kairouan et Gafsa.

Le ministre a également promis de s’activer pour organiser prochainement le phénomène des habitations non règlementaires et les constructions anarchiques.

« Il y a là un problème grave. Les constructions anarchiques sont estimées à 37% et le citoyen refuse de patienter jusqu’à l’obtention d’un permis de construction. Nous comprenons, mais nous ne justifions pas. Nous appelons à ce que les procédures soient accélérées et demandons un plus grand sens de responsabilité des citoyens», explique-t-il.

« À partir de l’année prochaine et pour répondre aux besoins des demandeurs, nous allons reprendre les travaux de construction de 6000 nouveaux  logements sociaux dans plusieurs zones », a promis le ministre.

Reseaux Sociaux

PRESSE LOCALE

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE