Tags Posts tagged with "intervention"

intervention

par -
0

Dans une déclaration accordée ce mercredi 18 janvier 2017 à Jawhara FM, Faycel Tebini, député et président du parti « La voix des agriculteurs », a souligné la nécessité d’intervenir pour aider les habitants des régions du Nord-Ouest, paralysés par la neige.
Il a dans ce cadre appelé à la mise en place d’une série de mesures « exceptionnelles » pour y faire face.
Pour rappel, plusieurs régions du Nord-Ouest dont notamment Ain Drahem ont enregistré une forte quantité de neige. Chose qui a provoqué le blocage de plusieurs routes.
Plusieurs mesures ont été prises en faveur les habitants de ces régions et les efforts se poursuivent pour déneiger les routes.
De son côté, le ministère de l’Industrie et du Commerce est en train de coordonner avec les commerçants du gros des produits alimentaires et les filiales de l’Office du Commerce tunisien (OCT) pour garantir l’approvisionnement de ces régions en produits de base (huile alimentaire subventionnée, sucre, farine, pain), pour faire face à cette vague de froid…

par -
0

Face à la vague du froid et les fortes chutes de neige enregistrées dans plusieurs régions du nord-ouest notamment dans le gouvernorat de Jendouba, le ministère de l’Équipement multiplie les efforts afin de dégager les routes bloquées.
Dans un communiqué publié ce lundi 16 janvier, le ministère informe qu’il a mis à la disposition de cette région, plusieurs matériels pour y faire face.
Dans le même ordre d’idées, ce département a exhorté les automobilistes à respecter les règles du Code de la route de manière à aider les ouvriers à accomplir cette mission et assurer les interventions nécessaires.
Pour rappel, plusieurs régions du nord-ouest ont connu d’importantes chutes de neige, notamment le gouvernorat de Jendouba, causant ainsi le blocage des routes et l’arrêt de la circulation.
Des automobilistes se sont également trouvés bloqués. D’après le ministère de l’Intérieur, les trois entrées de la ville d’Aïn Drahem du côté de Nefza, Tabarka et Jendouba sont devenues impraticables.
De son côté, le chef du gouvernement Youssef Chahed a décidé de dépêcher une délégation gouvernementale à Ain Draham pour suivre la situation météorologique dans cette zone.

par -
0

Le Premier ministre du gouvernement d’union nationale de la Libye, Fayez el-Sarraj, ne veut pas d’une intervention militaire internationale dans son pays.

« C’est vrai que nous avons besoin de l’aide de la communauté internationale dans notre guerre contre le terrorisme et il est vrai que nous en avons déjà reçue. Mais nous ne parlons pas d’intervention internationale », déclare-t-il dans une interview publiée dimanche par le Journal du Dimanche. Il explique que l’intervention de troupes au sol serait « contraire à nos principes. C’est pourquoi, nous souhaitons l’éviter ». Par contre, « nous avons besoin en revanche d’images satellites, de renseignements, d’aides techniques… Pas de bombardements », explique Fayez el-Sarraj dont le gouvernement est reconnu par la communauté internationale et a reçu le soutien des anciennes autorités qui contrôlaient la capitale Tripoli et de milices armées dans l’ouest du pays.

Basé à Tripoli depuis deux mois et à l’autorité très fragile, le gouvernement d’union nationale veut reconstruire le pays avec une démarche reposant sur « trois piliers: l’économie, la sécurité et l’Accord national, qui prévoit l’unité et la réconciliation du pays. Nous savons très bien que les malentendus entre les différentes parties ont failli causer la division du pays. Mais nous travaillons aujourd’hui à l’unifier ».

Interrogé sur la question des migrants, il explique que « bombarder les bateaux n’est pas la solution à l’immigration illégale. Cela passe d’abord par trouver des solutions dans les pays d’origine des migrants ». Il assure que le gouvernement ne laissera « pas ces migrants faire de la Libye un pays de transit ». Le Premier ministre refuse aussi que l’Europe renvoie les migrants en Libye : « Elle doit les renvoyer dans leur pays d’origine. Nous avons un différend avec l’UE à ce sujet. »

 

par -
0

Le membre du bureau exécutif d’Ennahdha Mohamed Ben Salem a affirmé qu’il n’est pas au courant de l’intervention de Rached Ghannouchi en faveur de Slim Chiboub, gendre de l’ancien président de la République, afin d’empêcher son expulsion de son domicile.

Mohamed Ben Salem a par ailleurs affirmé que « son parti reste toujours attaché à l’application de loi et ne s’oppose jamais à l’exécution des décisions de justice ».

Cette précision vient en réaction à une information du quotidien Al Maghreb dans son édition de mardi 3 mai selon laquelle Rached Ghannouchi aurait décidé d’intervenir afin d’éviter l’expulsion de Slim Chiboub de chez lui.

Toujours selon la même source, RG aurait joué le rôle de médiateur auprès du président de la République au profit de Slim Chiboub sachant que cette médiation aurait été faite au cours d’une réunion entre les deux hommes.

par -
0

Le gouvernement est intervenu à Kerkennah pour préserver la liberté du travail et garantir l’emploi  à environ 400 demandeurs, malgré les menaces de l’investisseur étranger (Petrofac) de quitter la Tunisie, a affirmé le chef du gouvernement, Habib Essid lors de sa visite mercredi dans le gouvernorat du Kef.

Il a ajouté dans une déclaration à jawhara fm,  que le gouvernement respecte le droit aux manifestations pacifiques tant qu’elles ne touchent aux  les intérêts économiques.

Soulignant que les manifestants à Kerkennah ont perturbé le bon fonctionnement de la compagnie Petrofac en empêchant ses camions de passer, le chef du gouvernement a déclaré que « la loi devait être appliquée » face à ces actes « inadmissibles ».

par -
0

L’envoi de troupes au sol ou l’intervention de frappes aériennes en Libye ne sont pas envisagés par la France, a annoncé le ministre français des Affaires étrangères  Jean-Marc Ayrault. En revanche, il  a affirmé que la France pourrait aider « à sécuriser le gouvernement » libyen d’union nationale.

Le chef de la diplomatie française ne souhaite pas reproduire une situation chaotique à l’instar de celle laissée par la coalition en 2011. « Il ne faut pas refaire les erreurs du passé. Si vous imaginez des frappes aériennes, si vous imaginez des troupes au sol, ce n’est pas d’actualité, en tout cas ce n’est pas la position de la France ».

Il a aussi déclaré que la France pourrait aider la Libye en cas d’une demande de son Premier ministre

Par contre, pour sécuriser le gouvernement de Sarraj , le  Premier ministre libyen, « s’il demande une aide internationale, alors nous l’examinerons. Mais c’est sa décision, il faut respecter l’indépendance de son pays », a-t-il dit.

Le ministre français des Affaires étrangères a reçu une invitation de la part du nouveau Premier ministre libyen et s’y rendra « dès que les conditions seront réunies. »

Jeudi l, François Hollande et Angela Merkel ont réaffirmé leur soutien au gouvernement libyen d’union nationale de Fayez al-Sarraj, à l’issue d’un conseil des ministres franco-allemand à Metz.

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
La Fédération Wallonie-Bruxelles a inauguré le 18 janvier un nouvel établissement scolaire belge à Dar Bouazza, et posé la première pierre de la future...