Tags Posts tagged with "investir"

investir

par -
Les deux  dirigeants du Front populaire Mongi_rahoui_et  zied_lakhdar ont reçu des menaces de mort et le ministère de l'Intérieur est au courant

Le membre du Front populaire et l’élu à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Mongi Rahoui a affirmé lors d’une plénière qui se tient actuellement au Bardo que l’État n’a nullement l’intention d’investir dans l’entreprise économique. Et de préciser dans le même contexte que lorsque l’investissement tombe en panne, l’État sera appelé à jouer pleinement son rôle en tant que garant de l’investissement pour réduire le risque et créer de l’emploi.
Il a dans le même contexte indiqué que les choix économiques sont anciens et donnent priorité au secteur privé : « Nous partageons déjà cet avis mais il faut que l’État joue son rôle en tant qu’investisseur dans l’entreprise économique », a-t-il ajouté.

par -

Il y a des sociétés au Luxembourg qui sont intéressées par la Tunisie et veulent y investir notamment dans le domaine des nouvelles technologies de l’information et de la communication, a déclaré, lundi, le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn.
Dans une déclaration à la presse à l’issue de son entretien avec le chef du gouvernement, Habib Essid, au Palais du gouvernement à la Kasbah, Jean Asselborn a affirmé la volonté de son pays de renforcer les relations bilatérales avec la Tunisie dans plusieurs domaines, notamment économique et financier.
« Le Luxembourg, à l’instar de beaucoup de pays européens, est conscient de l’importance qu’il faut accorder à la Tunisie qui, depuis la révolution, cherche à consacrer les valeurs de la démocratie malgré les attaques terroristes dont elle a été victime », a-t-il dit.
Dans ce contexte, il a estimé que « l’Union Européenne doit non seulement respecter la Tunisie mais surtout l’aider dans son processus démocratique ».
Le ministre luxembourgeois a ajouté que son entretien avec le chef du gouvernement a porté sur la situation en Libye qu’il a qualifiée de « très complexe ».
Il a formulé l’espoir de voir « le conseil présidentiel libyen » obtenir la légitimité « pour garantir une certaine stabilité et surtout une autorité permettant de faire prévaloir la sécurité en Libye et en Tunisie ».
Il a, en outre, mis l’accent sur l’importance d’avoir un interlocuteur direct en Libye pour discuter de la question des flux migratoires, rappelant que l’année dernière a enregistré le départ de centaines de personnes qui ont fui la Libye pour rejoindre l’Europe mettant ainsi leur vie en péril.
Par ailleurs, Jean Asselborn s’est félicité de l’existence d’une volonté de relancer l’Union du Maghreb Arabe.
Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères et européennes Jean Asselborn effectue depuis dimanche une visite officielle de trois jours en Tunisie, à l’invitation de son homologue tunisien Khemaïes Jhinaoui.

par -

L’ambassadeur d’Italie à Tunis, Raimondo Di Cardona a souligné, mercredi, l’attachement de son pays à consolider l’investissement dans tous les gouvernorats de la Tunisie, à l’instar de Sidi Bouzid.Lors de sa visite mercredi, au gouvernorat de Sidi Bouzid, il a affirmé que 4 millions d’euros ont été consacrés au renforcement des projets de développement en Tunisie, précisant que l’ambassade d’Italie organise en mai prochain un forum des hommes d’affaires et investisseurs Tunisiens et Italiens pour les inciter à réaliser des projets en commun.Au siège du gouvernorat de Sidi Bouzid, l’ambassadeur  d’Italie avait rencontré des représentants de l’union régionale de l’industrie, du commerce et de l’artisanat et des hommes d’affaires ainsi que le gouverneur de la région.
Il a également pris connaissance des perspectives d’investissement dans ce gouvernorat et des divers mécanismes à même d’impulser la coopération et le partenariat entre la Tunisie et l’Italie.

TAP

par -

Le premier closing du fonds de Co-localisation France Tunisie a été lancé ce vendredi 5 février.

A l’initiative de la Caisse des dépôts de consignations (CDC) et de Bpi-France, ce fonds d’une taille  initiale de 20 M€ et d’une durée de vie de 10 ans, vise à développer les relations économiques tuniso-françaises à travers le financement des PME tunisiennes et françaises à fort potentiel de croissance et susceptibles de développer leurs activités dans les deux pays.

En conformité avec les attentes des PMEs

Cette initiative est fortement appuyée par le ministère des Finances lequel, par la voix de son premier responsable Slim Chaker,  ministre des Finances, affirmé qu’elle correspond aux attentes des PMEs tunisiennes, mais aussi françaises.

C’est logique, a dit le ministre lors d’une rencontre de presse organisée à cette occasion, précisant qu’il s’agit d’une nouvelle opportunité pour les PMEs tunisiennes désirant conquérir le marché international dont la France demeure la première destination.

 « C’est possible surtout que la co-localisation, le recherche et le développement sont les mots clés pour sortir du schéma classique du partenariat bilatéral », a encore souligné le ministre affirmant qu’une telle initiative ne peut que renforcer les relations tuniso-françaises surtout  dans cette phase cruciale en apportant l’innovation au tissu économique en Tunisie.

Un avis partagé par la Banque centrale de Tunisie dont le gouverneur Chedly Ayari a  assuré que le tissu conjonctif du développement tunisien est la PME. « C’est le créneau porteur sur lequel le développement tunisien pourrait compter », a-t-il fait remarquer.

Une démarche qui a été qualifiée de stratégique par le président du Conseil du marché financier, Salah Sayel, qui a rappelé  que les PMEs constituent environ 90% du tissu économique tunisien tout en contribuant à hauteur de 80% dans la génération des nouveaux postes d’emplois.

Un appui français assez fort pour réussir la transition

Pour la partie française, ce genre d’initiative ne peut que traduire l’appui illimité que la  France apporte à  la Tunisie démocratique.

« Ce fonds de co-localisation s’inscrit dans la continuité des outils de coopération financière mis en place en faveur de la Tunisie à l’instar de la ligne de crédit ouverte par le Trésor français pour 40 millions d’euros qui n’est pas suffisamment consommée du côté tunisien », a, de son côté remarqué l’ambassadeur français en Tunisie.

Chiffre à l’appui, l’allocation des ressources par le gouvernement français pourront atteindre un milliard d’euros sur les prochaines années et ce, dans le but de soutenir la transition en Tunisie.

Voici les secteurs classiques concernés

Il est à noter que le premier closing du fonds de Co-localisation France Tunisie devra dans une première phase, toucher une quinzaine d’entreprises. Il va contribuer de 1à 2 millions d’euros par entreprise tout en ciblant plusieurs secteurs comme le tourisme, l’énergie ou le textile.

par -

– Les hommes d’affaires bahreïnis veulent bien investir en Tunisie, mais exigent des « garanties suffisantes » de réussite pour lancer leurs projets, a déclaré le président de la Chambre d’industrie et du Commerce bahreïnie, Khaled Abderrahmen Al Moyed. Au terme d’une rencontre vendredi avec le président de la République, Béji Caied Essebsi, Al Moyed a déclaré à la presse que les hommes d’affaires bahreïnis ont demandé des précisions sur les efforts consentis par la Tunisie en matière d’incitation des investisseurs étrangers. Il a appelé le gouvernement tunisien à « donner plus de détails » sur les garanties offertes au investisseurs bahreïnis, faisant remarquer que le président de la République, Béji Caïed Essebsi a promis d’aplanir les difficultés qui entravent l’investissement des hommes d’affaires  bahreïnis en Tunisie.
Une délégation d’hommes d’affaires bahreïnis est attendue prochainement en Tunisie afin de prendre connaissance des incitations et garanties offertes par le gouvernement tunisien aux investisseurs étrangers, a annoncé le responsable bahreïni. Rappelant l’appel lancé par le président de la république aux investisseurs pour lancer des affaires en Tunisie, l’homme d’affaires bahreïni Farouk Moeyed a souligné, de son côté, la nécessité « pour tout capital d’un retour sur investissement » et l’impératif de mettre en place en Tunisie d’un code d’investissement encourageant les hommes d’affaires du golfe.
« Nous avons présenté également des propositions au chef de l’Etat pour encourager les familles du golfe à choisir la Tunisie comme destination touristique », a-t-il ajouté.

TAP

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Le 29 mars, le Conseil de sécurité des Nations unies votera une résolution sur le possible renouvellement du mandat de la Mission de l’Organisation...

SPORT