Tags Posts tagged with "iwatch"

iwatch

par -
0
Alors que les  élections approchent à grands pas

Alors que les élections approchent à grands pas, plusieurs associations s’activent à une cadence également accélérée pour être au rendez-vous de cette échéance cruciale.

La campagne d’inscription des électeurs étant clôturée, des dizaines d’associations, 140 pour être exact, se focalisent désormais sur le plafond des dépenses sachant que les seuils des financements, public et privé, font aujourd’hui l’objet d’un projet de décret qui sera prochainement publié.

Cette question demeure l’une des objectifs que s’est assignée « I Watch », une organisation engagée dans la lutte contre la corruption et qui a déjà entamé depuis 2012 les préparatifs en vue du lancement de son projet pilote de contrôle du financement de la campagne électorale.

Ce projet dont le coût est estimé à 140 millions de dinars et qui a déjà démarré le 11 août va concerner 6 partis politiques. Il s’agit d’Afek Tounes, d’Ettakatol, d’Al Joumhouri, d’Ennahdha, du Front Populaire et de Nidaa Tounes, précise Yosr Mkaddem, chef de projet du contrôle du financement des campagnes électorales lors d’un point de presse tenu ce vendredi.

Elle a souligné que plusieurs critères ont présidé au choix de ces formations politiques. « On s’est concentré sur les partis politiques qui ont participé aux élections 2011 et surtout ceux qui ont eu une grande influence dans la scène politique », a-t-elle dit avant d’ajouter que « outre ces partis, on a retenu d’autres qui ont prouvé leurs rôles notamment au niveau de la stimulation des électeurs et des hommes d’affaires ».

Yosr Mkaddem a par ailleurs indiqué que 40 observateurs relevant de l’organisation vont contrôler le financement des campagnes électorales de ces partis politiques, et ce dans les circonscriptions de Tunis 1 et 2, Sfax 1 et 2, Sousse, et Gafsa.

De son côté, Mouhab Awadi, président de l’organisation a déclaré qu’une charte d’honneur sera prochainement signée avec ces 6 partis.

Aux termes de cette charte, ces partis s’engageront à mettre en avant l’intérêt national tout en respectant la loi électorale. De même, ils sont appelés à respecter les décisions prises par l’ISIE sans oublier l’importance d’éviter les financements venus de l’étranger. Parmi les autres conditions fixées par cette charte, on cite également la non-exploitation des mosquées et les prêches pour influencer les citoyens. Ajoutons à cela l’importance de ne pas utiliser les sources publiques à des fins électorales.

La charte recommande, en outre, à ces partis de faciliter la tâche des observateurs mobilisés par l’organisation.

Qu’en est-il du contrôle du financement des partis politiques ?

Sur cette question, Mouhab Awadi a appelé à une meilleure collaboration avec la Cour des Comptes ainsi que l’ISIE, et ce, dans le but de conférer plus de transparence à l’opération électorale. « L’application de la loi demeure impérieuse dans pareille situation. C’est la raison pour laquelle une grande responsabilité incombe aujourd’hui à la Cour des Comptes ainsi qu’à l’ISIE », a-t-il affirmé mettant l’accent sur le rôle stratégique de deux institutions dans la mesure où le financement de la campagne électorale des partis est de plus en plus compliqué.

Sur un autre plan, le président d’I Watch a fait remarquer que les rapports de la Cour de Comptes ont été mis à contribution lors de la sélection de ces six partis. « On n’a pas beaucoup de détails à propos de cette question, mais ces partis, dans leur majorité, ont présentés leurs rapports relatifs au financement de la précédente campagne électorale », a-t-il relevé.

Wiem Thebti

par -
0
Alors que les  élections approchent à grands pas

Alors que les élections approchent à grands pas, plusieurs associations s’activent à une cadence également accélérée pour être au rendez-vous de cette échéance cruciale.

La campagne d’inscription des électeurs étant clôturée, des dizaines d’associations, 140 pour être exact, se focalisent désormais sur le plafond des dépenses sachant que les seuils des financements, public et privé, font aujourd’hui l’objet d’un projet de décret qui sera prochainement publié.

Cette question demeure l’une des objectifs que s’est assignée « I Watch », une organisation engagée dans la lutte contre la corruption et qui a déjà entamé depuis 2012 les préparatifs en vue du lancement de son projet pilote de contrôle du financement de la campagne électorale.

Ce projet dont le coût est estimé à 140 millions de dinars et qui a déjà démarré le 11 août va concerner 6 partis politiques. Il s’agit d’Afek Tounes, d’Ettakatol, d’Al Joumhouri, d’Ennahdha, du Front Populaire et de Nidaa Tounes, précise Yosr Mkaddem, chef de projet du contrôle du financement des campagnes électorales lors d’un point de presse tenu ce vendredi.

Elle a souligné que plusieurs critères ont présidé au choix de ces formations politiques. « On s’est concentré sur les partis politiques qui ont participé aux élections 2011 et surtout ceux qui ont eu une grande influence dans la scène politique », a-t-elle dit avant d’ajouter que « outre ces partis, on a retenu d’autres qui ont prouvé leurs rôles notamment au niveau de la stimulation des électeurs et des hommes d’affaires ».

Yosr Mkaddem a par ailleurs indiqué que 40 observateurs relevant de l’organisation vont contrôler le financement des campagnes électorales de ces partis politiques, et ce dans les circonscriptions de Tunis 1 et 2, Sfax 1 et 2, Sousse, et Gafsa.

De son côté, Mouhab Awadi, président de l’organisation a déclaré qu’une charte d’honneur sera prochainement signée avec ces 6 partis.

Aux termes de cette charte, ces partis s’engageront à mettre en avant l’intérêt national tout en respectant la loi électorale. De même, ils sont appelés à respecter les décisions prises par l’ISIE sans oublier l’importance d’éviter les financements venus de l’étranger. Parmi les autres conditions fixées par cette charte, on cite également la non-exploitation des mosquées et les prêches pour influencer les citoyens. Ajoutons à cela l’importance de ne pas utiliser les sources publiques à des fins électorales.

La charte recommande, en outre, à ces partis de faciliter la tâche des observateurs mobilisés par l’organisation.

Qu’en est-il du contrôle du financement des partis politiques ?

Sur cette question, Mouhab Awadi a appelé à une meilleure collaboration avec la Cour des Comptes ainsi que l’ISIE, et ce, dans le but de conférer plus de transparence à l’opération électorale. « L’application de la loi demeure impérieuse dans pareille situation. C’est la raison pour laquelle une grande responsabilité incombe aujourd’hui à la Cour des Comptes ainsi qu’à l’ISIE », a-t-il affirmé mettant l’accent sur le rôle stratégique de deux institutions dans la mesure où le financement de la campagne électorale des partis est de plus en plus compliqué.

Sur un autre plan, le président d’I Watch a fait remarquer que les rapports de la Cour de Comptes ont été mis à contribution lors de la sélection de ces six partis. « On n’a pas beaucoup de détails à propos de cette question, mais ces partis, dans leur majorité, ont présentés leurs rapports relatifs au financement de la précédente campagne électorale », a-t-il relevé.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

0
Dans une interview exclusive avec Africanmanager ce mercredi 18 janvier, le porte-parole de la Direction générale des prisons et de la rééducation, Kaïs Soltani,...

AFRIQUE

0
Le ministère des Mines et Hydrocarbures de Guinée équatoriale annonce avoir fait part de son intérêt pour rejoindre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole...

SPORT

0
Formation rentrante des aigles de Carthage qui affronteront leur homologue du Zimbabwe, lundi soir à partir de 20h00 au stade de l'amitié de Libreville,...