Tags Posts tagged with "Jebel Chaambi, djihadistes"

Jebel Chaambi, djihadistes

par -
De nouveaux éléments commencent à filtrer au sujet des circonstances dans lesquelles les 15 martyrs de l’Armée nationale ont été lâchement tués et une vingtaine d’autres blessés

De nouveaux éléments commencent à filtrer au sujet des circonstances dans lesquelles les 15 martyrs de l’Armée nationale ont été lâchement tués et une vingtaine d’autres blessés, mercredi soir, suite à l’attaque terroriste perpétrée à Jebel Chaambi par une soixantaine de djihadistes appartenant à la phalange Okba Ibn Nafaâ.

Selon des informations rapportées par Echouroukonline, sur la base de confidences d’une source sécuritaire, des terroristes portaient des uniformes d’officiers de l’armée et étaient sous le commandement d’un chef, et avaient utilisé des téléphones portables ordinaires, contrairement aux opérations précédentes où des appareils sans fil sophistiqués étaient utilisés.

La même source rapporte que les terroristes qui avaient planifié l’opération en peu de temps , s’étaient scindés en 3 groupes de 15 personnes chacun, et ce 30 minutes avant de recevoir l’ordre d’attaquer et des indications sur l’emplacement exact du campement militaire . Au début de l’exécution de l’opération, les terroristes ont encerclé les lieux, et ont voulu utiliser un soldat blessé pour tendre un piège à sa formation militaire, mais leur plan a échoué, ce qui a amené les terroristes à attaquer de front les deux groupes militaires sur place.

Les données recueillis et révélés par la même source sécuritaire à Echouroukonline, indiquent que 10 des terroristes avaient moins de 18 ans, et que quelques uns avaient entre 14 et 15 ans , et qu’ils sont pour la plupart originaires de Kasserine et habitaient les quartiers populaires de la région.

Des djihadistes retranchés à jbel Salloum, situé à 10 km de Chaambi ont participé à l’opération et ont regagné « planque ».

Des informations fournies par la famille du soldat Walid Ben Abdallah , porté disparu puis retrouvé mort à Chaambi , ont révélé que le valeureux soldat montait la garde au moment de l’attaque , et que les terroristes, après l’avoir blessé, lui ont suggéré d’appeler ses camarades au secours. Réalisant qu’il s’agit d’un piège pour tuer ses camarades, il a refusé.

Selon des témoins oculaires, dont certains sont parmi les militaires blessés dans l’attaque terroriste de Henchir Ettalla au Mont Chaambi, les terroristes se sont attaqués en premier lieu à une unité d’infanterie arrivée plus tôt de Gafsa, puis à une seconde relevant de la garnison de Sbeitla, dont les éléments ont répliqué à l’agression terroriste à l’aide de leurs mitrailleuses lourdes, ce qui a contribué à limiter les pertes.

Citant les témoignages des équipes médicales accourues sur les lieux de l’embuscade, le journal Assabah, précise que certains des soldats portaient des tenues de sport et d’autres des shorts, et tous étaient déchaussés à l’exception du Commandant Akaichi qui gardait ses chaussures.

La source déclare ignorer si les militaires ont quitté leurs chaussures dans le cadre des premiers soins d’urgence suite à l’attaque ou s’ils étaient en train de prendre quelques instants de détente avant l’iiftar.

L’opération terroriste a eu lieu, à l’heure de la rupture du jeûne, et les assaillants ont utilisé la mitrailleuse et des RPG, ce qui a abouti à un départ de feu dans une des deux tentes militaires, et plusieurs soldats sont morts asphyxiés puis brulés. L’autre unité a riposté à l’attaque par un feu nourri, causant la mort d’un terroriste et la blessure de plusieurs autres. Les soldats blessés ont été hospitalisés à Kasserine, et les plus gravement blessés ont été transférés à l’hôpital militaire de Tunis.

Cette attaque intervient presque un an jour pour jour après une embuscade tendue à 8 soldats au mont Chaambi , le 29 juillet 2013 lors de cette attaque qui s’était produite quatre jours après l’assassinat du député de gauche Mohamed Brahmi à Al Ghazala.

Aboussaoud H.

par -
Le plus grave dans la tuerie de 8 soldats

Le plus grave dans la tuerie de 8 soldats, c’est la grande capacité de résistance et le savoir-faire des djihadistes , ce qui leur a permis non seulement de protéger leurs arrières, mais aussi de passer à l’attaque, a estimé le Colonel Mokhtar Ben Nasr, ex porte-parole officiel du ministère de la Défense, actuellement à la retraite, précisant que les groupes terroristes de Jebel Châambi ont changé leur stratégie passant de la fuite et la disparition à la confrontation.

Plusieurs messages ont été, selon lui, envoyés dont la substance est : « nous sommes là », « nous pouvons faire mal » et « nous sommes prêts à la confrontation », pour montrer que le dossier n’est pas clos.

La déclaration de l’un des responsables de l’institution militaire confirme une réalité assez douloureuse : les opérations terroristes ne sont pas éphémères. Au contraire, elles sont omniprésentes et les djihadistes sont positionnés dans les différents gouvernorats du pays. Une vérité partagée par l’ensemble d’acteurs et observateurs qui s’accordent sur un fait : la période transitoire en Tunisie a pris un tour nant fort et, l’incertitude marquera la prochaine étape, en Tunisie.

Le pire est-il à venir ?

Le massacre de 8 soldats dans une action terroriste, jugée la plus grande et la plus dangereuse après le vol des tenues militaires et des armes des soldats, montre que le danger est proche, voire imminent et que le chaos a commencé à prendre de d’ampleur. C’est ce que nous a déclaré le Colonel Mokhtar Ben Nasr, estimant que le plus grave est l’utilisation les uniformes volés dans d’autres actes terroristes qui pourraient entre plus dangereux.

Un danger qui a interpellé les parties intervenantes, notamment le ministère de la Défense qui a averti contre l’infiltration d’ éléments terroristes appelant toutes les forces sécuritaires et armées à prendre toutes les précautions nécessaires puisque les uniformes volés peuvent être exploités dans d’autres actes de terrorisme.

Un scénario semblable à celui de l’Algérie ?

Certainement non. C’est ce que nous a relevé l’avocat et militant Abdelaziz Mzoughi, précisant que la Tunisie est encore loin du scénario algérien, mais il ne faut pas négliger la possibilité que cela se produise. « Je ne pense pas que le vol des uniformes militaires ait un grand effet, mais la prudence est de rigueur dans pareille situation en face de djihadistes qui veulent tout faire, et ce, dans l’optique de semer la peur parmi le peuple et de créer un climat d’anarchie dans l’appareil sécuritaire », a-t-dit.

Partageant le même avis, Othmane Lahyani, journaliste algérien, a fait savoir que cette façon d’opérer est similaire à celle d’Al Qaïda au Maghreb islamique soulignant que ces groupes de terroristes pourraient élargir leur champ d’action.

Pour le vol des uniformes militaires, il a noté qu’il s’agit de l’une des traditions d’Al Qaïda, un phénomène dangereux dont l’Algérie a beaucoup souffert. « Les groupes terroristes vont porter les uniformes militaires en mettant en place les faux barrages afin d’opérer des actions de liquidation physique ciblant également les agents de la sécurité et les militaires.

Comment agir ?

Aleya Allani, historien spécialiste des mouvements islamistes, prévoit qu’il est temps de réactiver les structures sécuritaires et surtout la loi anti-terroriste qui devrait inclure les éléments respectant les droits de l’homme. Dans une interview, il a indiqué que les établissements sécuritaires sont certes professionnelles, mais ils devront bénéficier de toutes les prérogatives et de la liberté d’action, sans l’ingérence des structures politiques ».

Il exige dans ce sens, la cohésion du front intérieur pour faire face aux actes terroristes qui pourraient, selon lui, se poursuivre dans les prochains jours dans le dessein de faire échouer la transition.

Wiem Thebti

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

Il est impératif que les gouvernements africains adoptent des stratégies cohérentes et des plans de développement nationaux qui répondent aux défis de la croissance,...

SPORT

L’équipe nationale des Comores a décroché son billet pour la phase de groupes des qualifications pour la CAN-2019 de football après son match nul...