Tags Posts tagged with "Khalid Moumni, SMTP, STIP"

Khalid Moumni, SMTP, STIP

par -

L’homme était conseiller auprès de la filiale marocaine de la Stip  dont il est encore actionnaire à 35 %.  Lui, c’est Khalid Moumni et l’entreprise, c’est la Société Maroco-Tunisienne des Pneus (SMTP), filiale commerciale marocaine de la Stip (Société Tunisienne des Industries Pneumatiques). La société SMT Pneus Amine avait un chiffre d’affaires en hausse depuis 2003 (plus de 24,699 MDT) jusqu’en 2005 (50,8 MDT).

C’est à partir de 2006 que le chiffre d’affaires se dégrade pour atterrir l’année dernière à presque 26,697 MDT. Les parts de marché de la SMTP sur le marché marocain des pneus tombent aussi. De 19 % en 2005, elles n’étaient plus que de 7 % l’année dernière. Les  bénéfices suivaient presque la même courbe descendante. De 5,9 millions DM en 2005, c’est un déficit de 12 MDM. «L’état de la SMTP est désastreux, et il fait mal. A regarder les chiffres, elle était gagnante et la Stip avec elle au niveau de la Tunisie, mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas et elle risque de ne plus exister, si elle continue avec de tels résultat », indique Khalid Moumni dans un entretien exclusif à AM.

Pour l’homme d’affaires actuellement  entre Tunis et Casablanca, pour les besoins d’un procès contre la Stip à propos de cette affaire de la SMTP, la mauvaise gestion du premier responsable de la filiale marocaine ainsi que celle de la Stip envers sa filiale ne font aucun doute. « Sa gestion laisse beaucoup à désirer » dit-il avant de préciser encore que «on essaie de nous faire croire que c’est la mauvaise santé de la Stip qui est derrière tout cela. La Stip n’a certes plus les mêmes capacités de production, mais, il y a aussi du lobbysme anti SMTP fait par la venue par le nouveau président du directoire mis en place depuis septembre 2006 (…) qui ne connait rien du secteur et de l’activité, qui n’a jamais été audité et qui a l’appui de Hédi Dridi».

«On est en train de la préparer pour le groupe Trabelsi » !

Interrogé sur la nature de la mauvaise gestion qu’il aurait remarquée ou sur de possibles actes répréhensibles qu’il aurait relevés en tant qu’actionnaire, Khalid Moumni reste plutôt dans sa logique de partie prenante dans une affaire en procès et nous précise que «on a toujours fait des remarques, notamment à propos de nos ristournes annuelles qui nous ont été sucrées depuis 2006». Questionné sur les raisons de ce refus de la Stip de lui accorder ces ristournes, Moumni, qui se plaint aussi d’avoir été malmené jusqu’à être bouté hors du directoire de l’entreprise, nous dit qu’il «y a juste des alibis, des connivences, des ceci des cela et, comme on  m’a évincé des responsabilités, ils ont commencé à signer des choses entre eux, directoire marocain et direction de la Stip, géré par Hédi Dridi et qui n’a rien fait, ni pour la Stip ni pour la SMTP », avant d’ajouter que «avec lui, on avait plutôt les malheurs ». L’actionnaire de la SMTP nous confirme ensuite qu’il est en procès contre la Stip, depuis la fin du premier exercice de Hédi Dridi. Moumni ne sera pas non plus tendre avec Mohamed Ezzaouia, qu’il a accusé d’avoir manqué à sa parole de changer la direction de la SMTP marocaine que tenait Raouf Jaoua [actuel dirigeant de la SMTP] dont il dit que «il a porté préjudice à l’entreprise». L’actionnaire marocain de la SMTP revient ensuite sur le retour de Hédi Dridi à la Stip et partant au directoire de la SMTP en précisant que «je voterai contre » et en se demandant «je ne vois pas ce qu’il revient faire après avoir  mis la Stip à terre». Et Khalid Moumni d’enfoncer le clou de ses accusations à l’encontre de Hédi Dridi en déclarant, en réponse à notre question sur ses discussions avec Dridi sur l’état de l’entreprise, que «ça allait mal, car ça manquait de trésorerie, mais que la solution est trouvée, on est en train de la préparer au groupe Trabelsi». Ceci lui aurait été dit «fin 2008 début 2009 » dans le bureau de Dridi et que «les banques allaient recevoir des instructions pour abandonner une partie de leurs dettes et que tout était en train de se préparer et que la Stip, avec l’arrivée des Trabelsi et le pouvoir qu’ils ont, allait pouvoir être remise à flot »
 

INTERVIEW

Il confesse que l’augmentation du résultat de la BNA ne vient pas que de l’exploitation. Mais il donne des explications qui tiennent la route....

AFRIQUE

SPORT

Reseaux Sociaux