Tags Posts tagged with "libye"

libye

par -

Des avions de guerre ont bombardé lundi la ville de Derna, ville côtière de l’Est libyen, a annoncé un témoin à Reuters, dans la foulée des frappes menées ce week-end par l’Egypte après l’attaque meurtrière menée vendredi contre un convoi de pèlerins coptes.

Aucune confirmation militaire n’a pu être obtenue, en Egypte ou en Libye, pour les frappes de lundi, ni aucune revendication quelconque. Selon le témoin, une des frappes a visé l’entrée ouest de Derna et les deux autres Dahr al Hamar au sud.

Vendredi, des chasseurs de l’armée de l’air égyptienne ont frappé des camps près de Derna, quelques heures après l’attaque contre la minorité copte chrétienne, qui a fait 29 morts et 24 blessés, dans la province de Minya, en Moyenne-Egypte. L’attaque a été revendiquée ultérieurement par l’Etat islamique.

Samedi matin, l’armée égyptienne a effectué trois raids aériens supplémentaires près de Derna, a-t-on appris de source militaire.

L’Egypte a, en plusieurs occasions, mené des frappes en Libye voisine, en proie aux troubles depuis la guerre civile de 2011 qui a chassé Mouammar Kadhafi du pouvoir.

 

par -

Pendant une opération de sauvetage en mer Méditerranée survenue le 23 mai, la garde côtière libyenne s’est approchée des embarcations en détresse, a intimidé les passagers et a ensuite tiré des coups de feu en l’air, menaçant la vie des gens et créant le chaos, selon les organisations humanitaires Médecins Sans Frontières (MSF) et SOS Méditerranée, dont les équipes ont été témoins du violent incident.

Les équipes de MSF et de SOS Méditerranée ont été informées de la position des embarcations en détresse et ont distribué des gilets de sauvetage aux passagers en préparation de leur sauvetage. Plus d’une vingtaine de passagers ont été transférés à bord de l’Aquarius, le navire de recherche et sauvetage exploité conjointement par les deux organismes. Les autres passagers ont dû patienter avant d’être rescapés, car les équipes ont dû aller prêter assistance à un autre bateau en détresse qui était dans une situation encore plus précaire.

Entre-temps, un navire de la garde côtière libyenne équipé d’armes s’est approché. « Deux garde-côtes libyens, en uniformes et armés, sont montés à bord de l’un des bateaux pneumatiques. Ils ont pris des téléphones, de l’argent et d’autres biens appartenant aux passagers », a expliqué Annemarie Loof de MSF.

 « Les passagers ont paniqué et se sont sentis menacés, terrifiés par la conduite agressive des garde-côtes libyens ». Cela a provoqué une panique générale, qui s’est terminée avec plus de 60 personnes à la mer.

« Beaucoup de passagers – qui heureusement avaient déjà reçu des gilets de sauvetage avant que les coups de feu ne commencent – ont sauté à la mer, apeurés », a-t-elle ajouté. « Nos équipes ont repêché 67 personnes dans l’eau pendant qu’on tirait dans les airs. C’est un miracle que personne ne se soit noyé ou n’ait été blessé ».

« Les garde-côtes libyens se sont montrés très peu intéressés par le bien-être des gens à bord des bateaux en détresse », a-t-elle poursuivi. « Leur comportement était imprudent, voire même carrément menaçant, à l’endroit des passagers de ces bateaux ».

« De savoir que la garde côtière libyenne reçoit une formation et un soutien de l’Union européenne rend cet incident d’autant plus perturbant », a souligné Annemarie Loof. « Nous croyons que les autorités italiennes et européennes ne devraient pas soutenir directement ou indirectement la garde côtière libyenne. Ce soutien met des vies en danger ».

Malgré le chaos, les équipes de MSF et de SOS Méditerranée ont réussi à mettre en sécurité 1 004 personnes, y compris un bébé de deux semaines, en les transférant à bord de l’Aquarius.

par -

La production de pétrole reprend progressivement en Libye. Le pays exploite actuellement quelque 800 mille barils par jour. Une première depuis 2014, selon Reuters.

Mais la Libye pourrait produire entre 1,1 et 1,2 million de barils si les obstacles politiques sont levés, indiquent des sources proches de la compagnie en charge de la gestion du pétrole.

Le président de l’entreprise Mustafa Sanalla a déclaré qu’un effort national est nécessaire pour que le pays puisse parvenir à produire à plein régime avant la fin de l’année en cours.

Malgré l’embellie dans le volume de la production, la Libye a du mal à rétablir le dynamisme de son secteur pétrolier qui pesait 1,6 million de baril à la veille du soulèvement qui a conduit à la chute de Muammar Kadhafi en 2011.

Les conflits armés et les rivalités politiques empêchent depuis lors, le pays de retrouver sa place parmi les premiers producteurs africains d’or noir.

par -

Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a fait savoir dans son discours prononcé ce mercredi 10 mai 2017, au palais des congrès à Tunis, que malgré les difficultés qui ont suivi la Révolution, la Tunisie a accueilli les frères libyens et a financé Tripoli durant six mois.

Le président de la République a par ailleurs indiqué qu’en 2011, quand il a été désigné chef du gouvernement, il a trouvé le pays et l’administration dans une situation catastrophique.

par -

Les Marocains ne sont plus les bienvenus en Libye. Le gouvernement dit d’«entente nationale», issu des accords de Skhirat en décembre 2015, a interdit aux citoyens marocains l’entrée sur le territoire qu’il contrôle. La décision a été prise dimanche 6 mai 2017 par l’administration de Faïez al-Sarraj.

Selon les informations rapportées par le site yabiladi, outre les nationaux, les Égyptiens, les Soudanais, les Syriens et les Bangladais sont également concernés par la même mesure. Pour l’instant, les autorités libyennes n’ont avancé aucune justification à ce tour de vis opéré contre les ressortissants des cinq pays.

Le 28 avril 2017, un autre média faisait état de l’«arrêt pendant des heures» des opérations à l’aéroport. La cause : des dizaines de jeunes Marocains qui s’apprêtaient à se rendre dans la ville de Sebrata, haut lieu de l’immigration illégale.

La même source a fait savoir que le seul point aérien encore opérationnel dans l’ouest du pays échappe totalement au contrôle du gouvernement d’entente nationale.

par -

Le secrétaire d’État aux Affaires étrangères Sabri Bachtobji a conduit la délégation tunisienne qui participe à la 11ème réunion ministérielle des pays voisins de la Libye organisée les 7 et 8 mai courant à Alger.
A cette occasion, Sabri Bachtobji a insisté, dans une déclaration à la TAP, sur le souci de la Tunisie d’impulser le processus du règlement politique entre les Libyens. Il a passé en revue la liste des personnalités libyennes officielles et non officielles accueillies par la Tunisie dans le cadre de l’initiative présidentielle visant à trouver une solution politique à la situation en Libye.
Le secrétaire d’État a souligné l’urgence de relancer le dialogue politique et de faire prévaloir le consensus, seul moyen devant permettre une sortie de crise et la réalisation d’une conciliation nationale globale en Libye.
Selon un communiqué du département des Affaires étrangères, le secrétaire d’État a également souligné, lors de son intervention, dans la capitale algérienne, l’importance du rôle des pays du voisinage dans le soutien des efforts visant à impulser dialogue inter-libyen.

par -

Le bureau exécutif de l’Union Générale Tunisienne du travail (UGTT) conteste les déclarations du ministre des Affaires locales et de l’Environnement, Ryadh Mouakher, lors de sa visite récente en Italie, les qualifiant « d’irresponsables ».
L’Union appelle, dans un communiqué publié samedi, à mettre en place une stratégie efficace permettant de renforcer et de développer davantage les relations de la Tunisie avec la Libye et l’Algérie, rappelant à ce propos les relations étroites et fraternelles reliant la Tunisie avec ces deux pays voisins.
La centrale syndicale remercie l’Union Générale des Travailleurs Algériens (UGTA) pour leur initiative en encourageant les algériens à visiter la Tunisie et d’organiser le forum économique en mois de septembre prochain estimant que cette initiative syndicale renforce davantage les relations bilatérales et consolide la coopération entre les deux pays.
Ryadh Mouakher avait suscité la colère des médias algériens suite à ses déclarations lors d’une conférence intitulée  » Tunisie, espoir en Méditerranée « , jeudi dernier à Rome en Italie, estimant que sa réponse sur l’emplacement géographie de la Tunisie serait, selon lui, que « la Tunisie se trouve sous l’Italie plutôt qu’elle est entourée par l’Algérie, qui est un pays communiste et la Libye un pays qui fait peur« .

par -

Le journal électronique algérien Algérie Patriotique a publié hier soir un article intitulé « Un ministre tunisien aux Italiens : «Attention, l’Algérie est un pays communiste !»« . L’article reprend une déclaration présumée du ministre intervenant hier à Rome, lors d’une conférence intitulée «Tunisie, espoir en Méditerranée» et organisée par la fondation Craxi,

Selon Algérie Politique : « le ministre tunisien des Affaires locales et de l’Environnement, Riadh Mouakher, a voulu faire passer l’idée que la Tunisie est une sorte d’asile de paix entouré de pays problématiques, en s’en prenant à l’Algérie et à la Libye. «Quand on me demande où se situe la Tunisie, je ne vous cache pas que je préfère répondre qu’elle se trouve sous l’Italie. C’est mal vu de dire que la Tunisie se trouve entre l’Algérie, un pays communiste, et la Libye, un autre pays qui fait peur»« .

Le journaliste ayant rédigé l’article est allé jusqu’à accuser les politiciens tunisiens de « mordre la main qui les nourrit » :

« En agissant de la sorte, Riadh Mouakher perpétue, en réalité, une tradition ancrée chez certains responsables tunisiens. Une tradition qui veut que l’on morde la main qui vous nourrit. »

No Comment !

Or ce qu’a dit le ministre semble avoir été détourné. Voici notre traduction de ce qu’il a dit :

« Pour parler des relations que nous avons avec l’Italie… je peux vous dire que j’ai fait un stage à New York, j’étais médecin. Les américains m’ont demandé d’où je venais, j’ai dit de la Tunisie. Alors ils ont dit « Tunisie… Indonésie ? Ou est-ce qu’elle se trouve ? » J’ai expliqué qu’elle est à côté de la Libye. A l’époque elle leur semblait un pays terroriste et l’Algérien communiste. Et puis ils m’ont dit « mais elle est où? » J’ai dit elle est au dessous de l’Italie!… »

Et pour ceux qui comprennent l’italien, voici la vidéo de l’extrait de la conférence :

par -

Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a tenu les propos suivants, lors du point de presse de ce mercredi 03 mai 2017 :

« La France salue la rencontre entre le Premier ministre Fayyez Sarraj et le général Khalifa Hafter, organisée le 2 mai à Abou Dabi sous l’égide des autorités émiriennes. Il s’agissait de leur première rencontre depuis janvier 2016.

La France appuie toutes les initiatives en vue du renforcement du dialogue entre l’ensemble des parties en Libye. Elle souligne l’urgence de parvenir à un compromis politique sous l’égide des Nations unies.

Elle appelle également les parties à cesser les combats et à s’engager en faveur d’une solution politique« .

par -

Les arrestations arbitraires des Tunisiens en Libye avaient scandalisé une bonne partie de l’opinion publique, alimentant ainsi les accusations sur l’incapacité des autorités tunisiennes à protéger leurs ressortissants, victimes d’enlèvements, de torture, de maltraitance, du fait de l’absence d’un Etat digne de ce nom en Libye.

Des proches de ces détenus, démoralisés, désespérés, en sont réduits à faire des sit-in périodiques devant le ministère des Affaires étrangères pour obtenir du gouvernement qu’il fasse la lumière sur cette sombre affaire qui discrédite la diplomatie tunisienne. Peut-être que les familles de ces malheureux n’auraient pas, au moins, à assiéger les bureaux du chef du gouvernement pour obtenir gain de cause !

Le président de l’Observatoire Tunisien des Droits de l’Homme, Mustapha, Abdelkebir a, dans ce contexte, affirmé dans une interview exclusive accordée ce jeudi 27 avril 2017 à Africanmanager que plus de 150 Tunisiens croupissent en prison, dans plusieurs villes de la Libye.

Et d’ajouter que plus de 20 cas de torture ont été confirmés pour des Tunisiens qui ont été emprisonnés pour des crimes de droit commun ou même pour des accusations sans fondement. Ces détenus, selon l’activiste, sont incarcérés dans des conditions inhumaines et quotidiennement maltraités, torturés avec des chocs électriques, des brûlures….

Le défenseur des droits de l’Homme a, sur un autre volet, exprimé sa profonde inquiétude et a appelé le gouvernement de Youssef Chahed et toutes les parties concernées par cette affaire à intervenir dans les plus brefs délais.

On rappelle que Mustapha Abdelkebir avait annoncé que plus de 13 enfants âgés de 2 à 10 ans sont détenus dans les prisons libyennes et que leur situation est sont catastrophique. Il avait également affirmé que 21 Tunisiens sont portés disparus.

Le son de cloche officiel!

 Africanmanager a contacté le chargé du bureau d’information du ministère tunisien des Affaires étrangères afin de réagir aux déclarations du président de l’Observatoire Tunisien des Droits de l’Homme. Il a démenti les propos de l’activiste, tout en affirmant que le département des Affaires étrangères œuvre toujours afin de soutenir et de porter secours à tous ses ressortissants se trouvant sur le territoire libyen mais aussi dans tous les pays étrangers et ce, à travers ses consulats et ses ambassades.

Interrogé sur les cas de torture des détenus tunisiens             dans les prisons libyennes, le responsable nous a indiqué qu’il ne peut pas répondre à cette question étant donné qu’il ne dispose pas de données en la matière.

 

par -

Le président de l’Observatoire Tunisien des Droits de l’Homme Mustapha Abdelkebir, a annoncé mardi sur sa page officielle facebook qu’un homme âgé de 21 ans et originaire du gouvernorat de Nabeul a été tué par balle dans la localité Al Ajilette en Libye.

Les causes de son assassinat restent encore inconnues , a-t-il ajouté.

par -

Deux canots de migrants pouvant contenir jusqu’à 250 personnes à eux deux ont été repêchés au large de la Libye, jeudi matin. Déjà cinq cadavres de jeunes Africains ont été retrouvés près des embarcations, rapporte l’AFP.

Il s’agit d’Africains âgés de 16 à 25 ans environ, qui se sont apparemment noyés 24 heures avant d’être découverts au nord du port libyen de Sabrata, a précisé la même source.

par -

Des soldats de forces spéciales russes se trouvent actuellement dans une base militaire dans l’ouest de l’Egypte, près de la Libye où la Russie cherche à jouer un rôle accru, selon un responsable américain.

Selon les données rapportées par le site voaafrique, ce déploiement a été démenti par le ministère de la Défense russe.

Selon le responsable américain, des soldats des forces spéciales russes se trouvent sur la base aérienne de Sid Barrani, à environ 100 kilomètres de la frontière libyenne.

L’administration américaine surveille « de près » l’évolution de la situation, a ajouté ce responsable.

Un diplomate occidental a également indiqué, sous couvert de l’anonymat, que des forces russes se trouvaient sur un « site » de l’armée égyptienne dans l’ouest du pays.

par -
Selon des rapports sécuritaires algériens cités par le quotidien Al Sarih

Selon les données publiées par l’AFP, l’armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar a lancé une offensive, mardi 14 mars, pour reprendre deux importants sites pétroliers du nord-est du pays, dont s’étaient emparés début mars des groupes armés rivaux.

Khalifa Haftar, général rebelle opposé au gouvernement d’union nationale (GNA) basé à Tripoli et adoubé par la communauté internationale, s’était emparé de ces sites pétroliers en septembre, avant d’en perdre le contrôle le 3 mars, face aux Brigades de défense de Benghazi, formées de groupes islamistes.

par -

La Tunisie répond aux critères d’adhésion au marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), a affirmé, lundi, Sindiso Ngwenya, secrétaire général du COMESA, lors de son entrevue avec le secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères Sabri Bachtobji.

Ngwenya, qui effectue du 5 au 7 mars une visite officielle en Tunisie à la tête d’une délégation, prélude à l’adhésion de la Tunisie à ce rassemblement économique africain, a affirmé que les concertations entre les deux parties seront bientôt lancées et exprimé son espoir de l’annonce de l’association de la Tunisie au COMESA avant la fin de 2017.
Le secrétaire d’Etat a affirmé, pour sa part, l’importance que porte la Tunisie à ses relations avec les pays du continent africain ainsi que son intérêt pour le renforcement de la coopération avec les groupes économiques africains, la facilitation des échanges commerciaux et l’ouverture de nouveaux horizons pour les entreprises et les jeunes du continent.
La demande d’adhésion de la Tunisie au COMESA avait été acceptée en octobre 2016, lors de la réunion des chefs de gouvernement des États membres de ce marché, la Tunisie répondant à la condition de voisinage, exigée par le COMESA, soit du fait de l’existence de frontières entre la Tunisie et la Libye, d’ores et déjà membre dudit marché.

par -

Programmée lundi 6 mars 2017, la visite de la délégation tunisienne en Libye pour récupérer les enfants tunisiens bloqués dans les prisons libyennes, a été reportée à une date ultérieure, a annoncé, samedi, le ministère des affaires étrangères dans un communiqué.
Le report a été décidé afin de parachever les préparatifs nécessaires de la visite et assurer les conditions optimales pour la réussite de la mission de la délégation, lit-on dans le communiqué.
Le directeur général des Affaires consulaires au département des Affaires étrangères, Chafik Hajji avait déclaré, vendredi à l’agence TAP, qu’une délégation, composée de représentants de 6 ministères, devra se rendre en Libye pour rapatrier les enfants tunisiens, suite au consentement des autorités libyennes.
D’après les informations disponibles, quelque 14 enfants tunisiens se trouvent dans la prison de Mitiga à Tripoli, alors que 5 autres enfants (dont la nationalité n’a pas encore été vérifiée) ont été accueillis à l’hôpital de Misrata, a précisé Hajji, ajoutant que des analyses ADN seront effectuées pour vérifier la filiation de ces enfants dont l’âge ne dépasse pas les 5 ans.
Rappelons que le ministre des affaires étrangères Khemaies Jhinaoui avait indiqué avoir convenu avec le chef du gouvernement d’entente nationale en Libye Fayez Sarraj, de dépêcher une délégation tunisienne en Libye pour examiner la question des enfants tunisiens dans les geôles libyennes.

par -

Le Tchad, qui a fermé début janvier sa frontière terrestre avec la Libye pour des raisons sécuritaires, a décidé de rouvrir un point de passage.

« En raison du nombre croissant de nos ressortissants qui veulent rentrer au pays, et pour des raisons humanitaires, nous avons décidé d’ouvrir un couloir pour leur permettre de traverser la frontière », a indiqué à l’AFP le ministre, Ahmat Bachir.

« Ce point de passage est ouvert à Wour », a-t-il précisé, ajoutant que le gouvernement avait pris toutes les « dispositions sécuritaires » pour continuer de sécuriser ses 1 400 km de frontière avec la Libye.

par -

Les gardes-côtes italiens ont annoncé le jeudi 02 mars 2017 avoir coordonné les opérations de secours d’environ 970 migrants au large de la Libye, selon l’AFP.

Les migrants secourus jeudi se trouvaient à bord de quatre canots pneumatiques, une petite barque en bois et une plus grande.

Avant ces opérations, l’Italie avait déjà accueilli sur ses côtes plus de 13.400 migrants depuis début janvier, soit une hausse de 47% par rapport à 2016 et de 70% par rapport à 2015, même si toute comparaison sur quelques semaines reste délicate, a précisé la mime source.

par -

Selon un communiqué rendu public ce vendredi 24 février par la présidence de la République, le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi, a reçu ce matin Mohssen Marzouk, secrétaire général du mouvement Projet de la Tunisie (Machrou Tounes).

Dans une déclaration faite aux médias, Mohsen Marzouk a déclaré que cette rencontre a porté sur les affaires d’ordre national et sur les déplacements effectués récemment par son parti.

par -

Abdelrazzak Al-Naduri, chef d’état-major de la région orientale de la Libye, a ordonné un gel temporaire de la loi qui interdit aux femmes libyennes âgées de moins de 60 ans de voyager seules, selon BBC.

Le week-end, la directive est entrée en vigueur. Elle a été largement condamnée et dénoncée à travers le pays, et sur les réseaux sociaux. Elle concerne principalement les femmes vivant dans l’est de la Libye, indique la même source.

Le gel de l’interdiction de voyager a été annoncé par la directrice de la commission de la société civile de cette région, Abir Mneina, qui a rencontré les responsables militaires.

INTERVIEW

Le PDG de la BIAT, Mohamed Agrebi, a accordé à Africanmanager une interview exclusive où il a évoqué plusieurs questions dont principalement la stratégie...

AFRIQUE

Des avions de guerre ont bombardé lundi la ville de Derna, ville côtière de l'Est libyen, a annoncé un témoin à Reuters, dans la...

Reseaux Sociaux