Tags Posts tagged with "livraison"

livraison

par -

La Tunisie et la Croatie sont les premiers pays à recevoir les hélicoptères de combat OH -58D Kiowa retirés du service actif au sein de l’armée de l’air américaine. La  Tunisie retenue dernièrement pour en bénéficier, va utiliser ces appareils  dans la lutte contre les extrémistes islamistes, selon le ministère US de la Défense.

L’armée américaine est en train de céder sur  une période de trois ans  environ 340 hélicoptères monomoteurs  Bell OH -58D  dans le cadre de son « Initiative de Restructuration de l’Aviation » de 2013 aux termes de laquelle les  missions de reconnaissance armée sont transférées aux  hélicoptères d’attaque Apache en combinaison avec des avions sans pilote. Les Kiowas sont mis à disposition au titre des programmes de surplus de défense et des  ventes militaires à l’étranger, et plusieurs pays ont exprimé leur intérêt pour l’avion, selon la même source.

La Croatie est le premier pays à acquérir les surplus de Kiowas, 16 appareils en vertu d’une lettre d’offre et d’acceptation  signée en février dernier.

Début  mai,  l’Agence de coopération en matière de défense et de sécurité relevant du Pentagone ( DSCA ) a informé le Congrès des possibles ventes à la Tunisie d’hélicoptères Kiowa y compris les équipements, la formation et le soutien, un marché estimé à  100 millions de dollars. En vertu d’une notification distincte, la Tunisie a été autorisée à  recevoir 24 appareils OH -58Ds au titre du programme de vente du surplus d’articles de défense.

Les hélicoptères « permettront d’améliorer la capacité de la Tunisie à mener des opérations de sécurité aux frontières et de combat contre les terroristes, y compris Al-Qaïda au Maghreb islamique, l’organisation Daech, et Ansar al-Sharia », souligne la DSCA.

Les  hélicoptères OH -58Ds sont prélevés sur les stocks du 1er escadron de l’Armée, du  17e régiment de cavalerie à Fort Bragg, Caroline du Nord.

 

par -

DUBAI (Reuters) – La première livraison russe du système de missiles antiaériens S-300 est arrivée à bon port en Iran, dit ce lundi 11 avril 2016 l’agence de presse Tasnim, reprenant les propos du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hossein Jaber Ansari. Ce dernier a déclaré lors d’un point de presse que « L’Iran et la Russie ont conclu de nouveaux accords sur l’application de ce contrat », avant d’ajouter : « J’annonce aujourd’hui que la première phase de ce contrat a été mise en oeuvre. »

On a vu sur les réseaux sociaux des vidéos de ce qui est présenté comme des pièces de S-300, juchées sur des camions dans le nord de l’Iran.

Pourtant l’Iran a failli ne jamais réceptionner ce système de défense car Moscou, fortement pressé par les Occidentaux très hostiles au réarmement de l’Iran, avait dit en 2010 qu’il annulait ce contrat. Mais les choses ont évolué depuis avril 2015, avec la signature de l’accord préliminaire sur le programme nucléaire iranien entre Téhéran et les grandes puissances. Le président russe, Vladimier Poutine, a depuis les coudées plus franches pour équiper son ‘ami’ iranien. Et puis il y a les récents succès militaires de Poutine contre Daesh en Syrie, qu’on le veuille ou non ils renforcent son crédit à l’international et font que les Occidentaux, secrètement reconnaissants, fouillent moins dans ses affaires. Enfin pour le moment…

Une redoutable arme qui terrifie Israël

On a vu les S-300 pour la première fois en 1979, en pleine guerre froide. De l’avis des spécialistes, c’est l’un des systèmes de défense antiaérienne les plus efficaces au monde. Ils réalisent la prouesse de toucher en même temps plusieurs avions ou missiles balistiques et ce, à une distance de 300 km.

Cette acquisition terrifie Israël, qui est obsédé par son vieil ennemi. Les Américains tentent de calmer les autorités israéliennes en leur faisant savoir qu’ils ont bien pris note du fait que Téhéran dispose maintenant de cet outil redoutable. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles les USA ont annoncé dernièrement qu’ils vont accorder à l’Etat hébreu une aide militaire sans précédent

Reseaux Sociaux

INTERVIEW

Les craintes n’ont pas lieu d’être et l’Etat n’est pas au bord de la faillite, a assuré le ministre conseiller auprès du chef du...

AFRIQUE

SPORT